1095AD Sainte Guerre Premier Christian Crusade Vs Islam Infidel Jerusalem Pope

$72.04 Buy It Now, $33.65 Shipping, 30-Day Returns, eBay Money Back Guarantee

Seller: ancientgifts ✉️ (5,252) 100%, Location: Lummi Island, Washington, US, Ships to: WORLDWIDE, Item: 125423834797 1095AD Sainte Guerre Premier Christian Crusade Vs Islam Infidel Jerusalem Pope. La première croisade de Steven Runciman. NOTE: Nous avons 100 000 livres dans notre bibliothèque, plus de 10 000 titres différents. Il y a de fortes chances que nous ayons d'autres copies de ce même titre dans des conditions variables, certaines moins chères, d'autres en meilleur état. Nous pouvons également avoir différentes éditions (certaines de poche, d'autres à couverture rigide, souvent des éditions internationales). Si vous ne voyez pas ce que vous voulez, veuillez nous contacter et demander. Nous sommes heureux de vous envoyer un résumé des conditions et des prix différents que nous pouvons avoir pour le même titre. DESCRIPTION: Couverture rigide : 240 pages. Editeur : Cambridge University Press ; (1980). Taille : 9¾ x 7¾ x 1 pouce ; 2 livres. Lorsque le pape Urbain II se leva pour s'adresser aux multitudes rassemblées devant lui au concile de Clermont en 1095 après JC, son appel était simple : que la chrétienté occidentale marche au secours de ses frères d'Orient. Que les croisades soient considérées comme la plus formidable et la plus romantique des expéditions chrétiennes ou la dernière des invasions barbares, elles restent l'une des histoires d'aventures les plus passionnantes et les plus colorées de l'histoire. Les raisons de rejoindre la croisade variaient considérablement; la remise de la pénitence, le désir de voir les lieux saints ou la cupidité du pouvoir et du butin à capturer en Orient. Mais le prix à la fin de tout cela, qu'il soit spirituel ou temporel, de la Ville Sainte de Jérusalem.Une armée de guerriers à cheval, voyageant avec des paysans, des marchands et des artisans, a fait face à un voyage sur un terrain hostile, rencontrant un antagonisme imprévu, la chaleur du désert et la lutte constante pour nourrir et abreuver leurs troupes et leurs chevaux. Le point culminant spectaculaire de leur voyage fut le long siège de Jérusalem, au terme duquel les croisés, par une brillante manœuvre tactique, brisèrent ses défenses et se déversèrent dans la ville qui éclata en un massacre sanglant. "L'histoire des croisades" de Steven Runciman est acclamée à juste titre comme le récit le plus complet et le plus fascinant du voyage historique pour sauver les Terres saintes des Infidèles. Cet abrégé rend accessible à un lectorat plus large l'un des récits historiques les plus convaincants.CONDITION: NOUVEAU. Nouvelle couverture rigide avec jaquette. Université de Cambridge (1980) 240 pages. Sans tache, à l'exception d'une légère usure des bords et des coins de la jaquette, principalement sous la forme d'un peu de frottement sur la tête de la colonne vertébrale et les "pointes" de la jaquette (les coins ouverts de la jaquette). Sous la jaquette, les couvertures complètes en tissu sont propres et sans aucune tache, à l'exception des bords et des étagères d'angle faibles. Les pages sont vierges ; propre, net, non marqué, non mutilé, étroitement lié, non lu sans ambiguïté. L'état est entièrement compatible avec le nouveau stock d'un environnement de librairie dans lequel les nouveaux livres peuvent montrer des signes mineurs d'usure, conséquence du simple fait d'être mis en rayon et remis en rayon. Satisfaction garantie sans condition. En inventaire, prêt à livrer. Aucune déception, aucune excuse. EMBALLAGE TRÈS REMBOURRÉ ET SANS DOMMAGE ! Descriptions soignées et précises ! Vente en ligne de livres d'histoire ancienne rares et épuisés depuis 1997. Nous acceptons les retours pour quelque raison que ce soit dans les 30 jours ! #1741b.VEUILLEZ VOIR LES IMAGES CI-DESSOUS POUR DES EXEMPLES DE PAGES DE L'INTÉRIEUR DU LIVRE. VEUILLEZ CONSULTER LES AVIS DES ÉDITEURS, DES PROFESSIONNELS ET DES LECTEURS CI-DESSOUS. AVIS DE L'ÉDITEUR:REVUE : « Cet abrégé, publié pour la première fois en 1980, a conservé toutes les informations essentielles et la facilité de style qui ont marqué la version plus grande. Sir Steven Runciman (1903-2000) était l'éminent historien des croisades et de l'empire byzantin. Son "Histoire des croisades" en plusieurs parties acclamée a été publiée pour la première fois de 1951 à 1954.REVUE PROFESSIONNELLE:AVIS: C'est l'un des épisodes les plus extraordinaires de l'histoire rendu extraordinairement réel. Écrit par un expert doué de lucidité et de style, il se lit magnifiquement. En tant qu'exemple de récit soutenu et intelligent, il pourrait difficilement être mieux, c'est une histoire qui a tout. La grande réussite de Sir Steven a été de rendre simple un sujet compliqué, puis de le rédiger magnifiquement. Personne n'est susceptible de surpasser les pouvoirs de synthèse de Sir Steven ou la manière magistrale dont il écrit. AVIS DES LECTEURS:REVUE : Steven Runciman est bien connu pour son « Histoire des croisades » en trois volumes publiée en 1951. Cette édition de poche est un extrait abrégé de cet ouvrage qui se concentre spécifiquement sur la Première Croisade. Il s'agit d'une narration très "romantisée" des premières croisades, car M. Runciman est bien connu pour avoir inscrit sa passion pour cet événement dans son travail. Mais ne laissez pas cela vous empêcher de lire ce compte. M. Runciman a ajouté des détails à ce volume en utilisant des citations de chroniqueurs réels de l'époque pour construire et augmenter son histoire.Ce livre de poche abrégé vous donne des descriptions contemporaines du climat politique, des antécédents des principaux acteurs, des aperçus de nombreuses campagnes et batailles de l'événement et tisse le tout dans une histoire intéressante remplie de fanatiques, de noblesse, de passion, d'intrigue et de feu. En lisant ceci, vous pouvez facilement vous laisser emporter par la ferveur spirituelle et la détermination résolue que ces personnes ont dû avoir. Vous ressentez également l'impact des batailles et des massacres dans ses descriptions des sièges et de la prise des différentes villes. M. Runciman fait un très bon travail en s'assurant que le lecteur s'implique dans les détails des événements alors que les croisés prennent d'assaut la Terre Sainte jusqu'à la ville de Jérusalem. Pour un récit très bien écrit et passionné de la Première Croisade, ce livre fournira une bonne lecture ainsi qu'un aperçu historique de l'événement. REVUE : La Première Croisade prend vie dans ce livre de Runciman. C'est une grande œuvre qui offre les "points forts" du conflit épique de la fin du XIe siècle entre l'Occident et l'Orient. Le style d'écriture de Runciman est très lisible. Le livre peut être lu en peu de temps. Il raconte l'histoire de la croisade chronologiquement en utilisant des détails d'actualité considérables. Si vous voulez les noms des personnages principaux, les dates et les lieux qui ont marqué l'histoire de la croisade, Runciman les a. Ce livre a inspiré d'autres lectures sur les Templiers et les Hospitaliers. Ce livre est une lecture incontournable pour les lecteurs de Crusade et ceux qui s'intéressent à l'histoire du Moyen-Orient. Cela évoque également les premières actions militaires chrétiennes-musulmanes.REVUE : Cette version abrégée du Canto donne en près de 200 pages un bon compte rendu des motivations de "l'Occident" pour lancer les croisades, les raisons pour lesquelles les Byzantins ont accepté, les motivations humaines très individuelles des rois, papes, ecclésiastiques, nobles et pauvre. Il précise également ce qu'il faut pour se rendre (principalement à pied) de la France à Jérusalem, avec une grande masse de personnes mal préparées. Un récit passionnant. Si vous avez des idées romantiques sur les croisades, elles auront été remplacées par des faits solides tirés de la vie quotidienne des croisés à la fin de ce livre. Vous aurez une meilleure compréhension de cette époque dans son ensemble et de la place des croisades dans celle-ci. C'est une bonne lecture qui vous offre la saveur, l'apparence et la sensation du passé. REVUE : Pour un expert ou quelqu'un qui ne connaît pas bien les croisades, il n'y a peut-être pas de meilleure ressource que l'histoire des croisades de Steven Runciman. Ce livre qui se concentre sur la Première Croisade relate les origines des Croisades. Runciman fournit également un aperçu très intéressant de l'histoire chrétienne dans le processus de description de la relation de l'Église en Orient avec les musulmans et les juifs. Ce faisant, le lecteur est impressionné par la complexité des relations entre les trois grandes religions qui revendiquent la Terre Sainte, et comment la complexité de ces relations n'est pas un phénomène nouveau. Au contraire, le premier volume suggère que, libérés des pressions extérieures, les "gens du livre" peuvent coexister.Runciman transmet également l'aspect dynamique humain des premières croisades qui pourrait être perdu. Les relations entre les ermites et le clergé qui ont engendré la première croisade, la concurrence (en quelque sorte) entre les seigneurs francs et allemands, leurs confrontations avec les autorités byzantines (tant ecclésiastiques que laïques) et celles du Moyen-Orient ont été les véritables moteurs des croisades. . En comprenant comment ces interactions humaines se sont développées et se sont déroulées, le lecteur peut mieux retracer le flux et le reflux de la cause à effet des actions et des réactions qui ont façonné les croisades. : Nous expédions toujours les livres dans le pays (aux États-Unis) via USPS ASSURÉ courrier des médias (« tarif du livre »). Il existe également un programme de rabais qui peut réduire les frais d'affranchissement de 50% à 75% si vous achetez environ une demi-douzaine de livres ou plus (5 kilos et plus). Nos frais de port sont aussi raisonnables que le permettent les tarifs USPS. ACHATS SUPPLÉMENTAIRES recevez un TRÈS GRAND Votre achat sera généralement expédié dans les 48 heures suivant le paiement. Nous emballons aussi bien que n'importe qui dans l'entreprise, avec beaucoup de rembourrages et de conteneurs de protection. Le suivi international est fourni gratuitement par l'USPS pour certains pays, d'autres pays sont à un coût supplémentaire. Nous proposons le courrier prioritaire du service postal américain, le courrier recommandé et le courrier express pour les envois internationaux et nationaux, ainsi que United Parcel Service (UPS) et Federal Express (Fed-Ex). Veuillez demander un devis. Veuillez noter que pour les acheteurs internationaux, nous ferons tout notre possible pour minimiser votre responsabilité en matière de TVA et/ou de droits. Mais nous ne pouvons assumer aucune responsabilité ou obligation pour les taxes ou droits pouvant être prélevés sur votre achat par le pays de votre résidence. Si vous n'aimez pas les régimes fiscaux et douaniers imposés par votre gouvernement, veuillez vous plaindre auprès d'eux. Nous ne sommes pas en mesure d'influencer ou de modérer les régimes fiscaux/droits de votre pays. Si à la réception de l'article vous êtes déçu pour quelque raison que ce soit, je vous propose une politique de retour de 30 jours sans poser de questions. Veuillez noter qu'eBay peut ne pas rembourser les frais de traitement des paiements sur les retours au-delà d'une fenêtre d'achat de 30 jours. Évidemment, nous n'avons pas la possibilité d'influencer, de modifier ou de renoncer aux politiques d'eBay. À PROPOS: Avant notre retraite, nous avions l'habitude de voyager plusieurs fois par an en Europe de l'Est et en Asie centrale à la recherche de pierres précieuses et de bijoux anciens dans les centres de production et de taille de pierres précieuses les plus prolifiques du monde. La plupart des articles que nous proposons proviennent d'acquisitions que nous avons faites en Europe de l'Est, en Inde et au Levant (Méditerranée orientale/Proche-Orient) au cours de ces années auprès de diverses institutions et revendeurs. Une grande partie de ce que nous générons sur Etsy, Amazon et Ebay est destinée à soutenir des institutions dignes d'intérêt en Europe et en Asie liées à l'anthropologie et à l'archéologie. Bien que nous ayons une collection de pièces de monnaie anciennes qui se comptent par dizaines de milliers, nos principaux intérêts sont les bijoux et les pierres précieuses anciens/antiques, reflet de nos antécédents universitaires. Bien qu'elles soient peut-être difficiles à trouver aux États-Unis, en Europe de l'Est et en Asie centrale, les pierres précieuses antiques sont généralement démontées d'anciens sertis cassés - l'or réutilisé - les pierres précieuses sont recoupées et réinitialisées. Avant que ces magnifiques pierres précieuses antiques ne soient retaillées, nous essayons d'acquérir les meilleures d'entre elles dans leur état original, antique et fini à la main - la plupart d'entre elles ont été fabriquées à l'origine il y a un siècle ou plus. Nous croyons que le travail créé par ces maîtres artisans disparus depuis longtemps vaut la peine d'être protégé et préservé plutôt que de détruire cet héritage de pierres précieuses antiques en recoupant l'œuvre originale. Qu'en préservant leur travail, en un sens, nous préservons leur vie et l'héritage qu'ils ont laissé pour les temps modernes. Mieux vaut apprécier leur métier que de le détruire avec une coupe moderne. Tout le monde n'est pas d'accord - 95% ou plus des pierres précieuses antiques qui arrivent sur ces marchés sont retaillées et l'héritage du passé est perdu. Mais si vous êtes d'accord avec nous pour dire que le passé vaut la peine d'être protégé et que les vies passées et les produits de ces vies comptent encore aujourd'hui, envisagez d'acheter une pierre précieuse naturelle antique taillée à la main plutôt qu'une pierre taillée à la machine produite en série (souvent synthétique). ou "produites en laboratoire") les pierres précieuses qui dominent le marché aujourd'hui. Nous pouvons définir la plupart des pierres précieuses antiques que vous achetez chez nous dans votre choix de styles et de métaux allant des bagues aux pendentifs en passant par les boucles d'oreilles et les bracelets ; en argent sterling, or massif 14 carats et remplissage en or 14 carats. Nous serions heureux de vous fournir un certificat/garantie d'authenticité pour tout article que vous achetez chez nous. Je répondrai toujours à chaque demande, que ce soit par e-mail ou par message eBay, alors n'hésitez pas à écrire. CONTEXTE SUPPLÉMENTAIRE: La raison d'être des croisades: Les croisades étaient une série de campagnes militaires organisées par les puissances chrétiennes afin de reprendre Jérusalem et la Terre Sainte au contrôle musulman. Il y aurait huit croisades officiellement sanctionnées entre 1095 et 1270 après JC. Il y en avait aussi beaucoup d'autres non officiels. Chaque campagne a rencontré des succès et des échecs variables. En fin de compte, cependant, l'objectif plus large de garder Jérusalem et la Terre Sainte entre les mains des chrétiens a échoué. Néanmoins, l'attrait de l'idéal de croisade s'est poursuivi jusqu'au XVIe siècle après JC. Pourquoi les croisades ont-elles eu lieu est une question complexe aux réponses multiples. Les croisades étaient ardues, désorientantes, effrayantes, dangereuses et coûteuses pour les participants. L'engouement continu pour eux affiché au cours des siècles n'est pas facile à rationaliser. Environ 90 000 hommes, femmes et enfants de toutes les classes ont été persuadés par les dirigeants politiques et religieux de participer à la première croisade, qui a duré de 1095 à 1102 après JC. Leurs diverses motivations, ainsi que celles des dirigeants politiques et religieux de l'époque, doivent chacune être examinées pour parvenir à une explication satisfaisante. Bien que nous ne puissions jamais connaître avec précision les pensées ou la motivation des individus, les raisons générales pour lesquelles l'idéal de croisade a été promu et mis en pratique par les principaux acteurs peuvent être résumées comme suit : L'empereur byzantin était motivé par le désir de regagner un territoire perdu et de vaincre un État rival menaçant. Le pape était motivé par le désir de renforcer la papauté en Italie et d'atteindre l'ascendant à la tête de l'église chrétienne. Les marchands souhaitaient prendre le contrôle d'importants centres commerciaux et routes alors sous contrôle musulman. Les chevaliers étaient motivés par le désir zélé de défendre le christianisme, ses croyants et les lieux saints. Ils aspiraient également à suivre les principes de la chevalerie et étaient motivés par le potentiel d'acquérir des richesses matérielles dans cette vie et une faveur divine spéciale dans la suivante. En prenant ces joueurs un par un, premièrement, l'Empire byzantin contrôlait depuis longtemps Jérusalem et d'autres sites sacrés pour les chrétiens. Cependant, dans les dernières décennies du 11ème siècle après JC, les Byzantins les ont perdus de façon dramatique au profit des Seldjoukides. Les Seldjoukides étaient une tribu turque originaire des steppes. Ils avaient déjà réussi un certain nombre de raids sur le territoire byzantin. Puis, de manière choquante, ils ont vaincu une armée byzantine lors de la bataille de Manzikert dans l'ancienne Arménie en août 1071 après JC. Les Seldjoukides ont même capturé l'empereur byzantin Romanos IV Diogène qui a régné de 1068 à 1071 après JC. Finalement, l'empereur a été libéré par les Seldjoukides en échange d'une énorme rançon. L'empereur a également été contraint de céder aux Seldjoukides les villes importantes d'Édesse, Hiéropolis et Antioche. La défaite étonna Byzance. Il s'ensuivit une course folle pour le trône que même le retour de Romanos à Constantinople ne régla pas. Cela signifiait également que de nombreux commandants byzantins d'Asie Mineure quittaient leurs commandements pour revendiquer le trône à Constantinople. L'épée de la chrétienté pourrait s'avérer une arme très utile dans les ambitions personnelles d'obtenir la couronne de Byzance. Les Seldjoukides ont pleinement profité de cette négligence militaire de la part de Byzance. Vers 1078 après JC, ils ont établi le sultanat de Rum avec leur capitale à Nicée en Bithynie dans le nord-ouest de l'Asie Mineure. Nicée avait été capturée plus tôt par les Byzantins en 1081 après JC. Cependant, ce n'était pas la limite des ambitions seldjoukides. En 1087 après JC, les Seldjoukides contrôlaient Jérusalem. Plusieurs empereurs byzantins sont venus et sont partis, mais une certaine stabilité a été atteinte sous le règne d'Alexios I Komnenos. Alexios était lui-même un vétéran de Manzikert et a régné de 1081 à 1118 après JC. Cependant, Alexios n'a pas pu arrêter l'avancée des Seldjoukides. Ironiquement, il n'avait que lui-même à blâmer pour ses pertes territoriales. C'est lui qui avait affaibli les provinces militaires d'Asie Mineure. Alexios avait fait cela par crainte de la montée en puissance, et donc d'une menace potentielle pour lui-même, des commandants provinciaux. Au lieu de cela, Alexios avait renforcé les garnisons de Constantinople. L'empereur avait également douté de la loyauté de ses mercenaires normands, étant donné le contrôle normand de la Sicile et les récentes attaques en Grèce byzantine. Considérant le contrôle seldjoukide de Jérusalem comme un moyen d'inciter les dirigeants européens à agir, Alexios a fait appel à l'Occident au printemps 1095 après JC pour aider à expulser les Seldjoukides non seulement de la Terre Sainte, mais aussi de toutes les parties de l'Empire byzantin qu'ils avait conquis. Encore une fois, l'épée de la chrétienté pourrait s'avérer une arme très utile pour préserver la couronne de Byzance. Le pape Urbain II qui régna de 1088 à 1099 après JC reçut l'appel d'Alexios en 1095 après JC. Cependant, ce n'était pas la première fois que l'empereur byzantin demandait et recevait l'aide papale. À peine quatre ans auparavant, en 1091 après JC, le pape avait envoyé des troupes pour aider les Byzantins contre les nomades des steppes Pecheneg. Ces tribus nomades envahissaient la région nord du Danube de l'Empire byzantin. Urbain II était de nouveau disposé à accéder à la demande d'assistance d'Alexios quatre ans plus tard. Parmi un certain nombre de raisons impérieuses d'aider les Byzantins, il y avait le fait qu'une croisade augmenterait le prestige de la papauté. Une croisade produirait également une armée occidentale combinée. Cela renforcerait la position de la papauté en Italie même. Fraîches dans la mémoire de la papauté se trouvaient les graves menaces posées par les empereurs du Saint Empire romain germanique au siècle précédent. Ces menaces avaient même entraîné la nécessité pour les papes de déménager loin de Rome. Urbain II espérait également réunir les églises chrétiennes occidentales (catholiques) et orientales (orthodoxes). Urbain II se voyait à la tête d'une église nouvellement réunie, au-dessus du patriarche de Constantinople. Les deux églises étaient divisées depuis 1054 après JC à cause de désaccords sur la doctrine et les pratiques liturgiques. Les croisades pourraient gagner en attractivité en jouant sur la menace de l'islam sur les territoires chrétiens et les chrétiens qui y vivent. Mais le plus important de tous était la perte du contrôle chrétien de la Terre Sainte avec ses sites uniques d'importance historique pour le christianisme. Ceux-ci comprenaient notamment le tombeau de Jésus-Christ et le Saint-Sépulcre à Jérusalem. En plus de tout cela, l'Espagne rappelait à quel point la situation du monde chrétien était précaire. En 1085 après JC, la moitié de l'Espagne était de retour aux mains des chrétiens. Les Normands avaient ramené la Sicile dans le giron chrétien. Cependant, la menace musulmane en Europe restait néanmoins puissante. Une croisade permettrait à Urbain II de rappeler à toute l'Europe la menace musulmane résiduelle. pourrait maintenant rappeler aux gens. L'appel d'Alexios I Komnenos possédait toutes sortes d'avantages politiques et religieux. Le concept de péché était particulièrement répandu à cette époque. Ainsi, la promesse du pape Urbain II d'être à l'abri de ses conséquences aurait plu à beaucoup. Ainsi, le 27 novembre 1095 après JC, le pape Urbain II a appelé à une croisade dans un discours prononcé lors du concile de Clermont, en France. Le message est devenu connu sous le nom d'indulgence. Destiné spécifiquement aux chevaliers, le message était fort et clair. Les défenseurs de la chrétienté s'embarqueraient pour un pèlerinage. Tous leurs péchés seraient lavés et leurs âmes récolteraient des récompenses indicibles dans la prochaine vie. Dans l'Europe médiévale, le christianisme imprégnait tous les aspects de la vie quotidienne. Les pèlerinages étaient fréquents. Les monastères étaient pleins. Le nombre de saints nouvellement créés en plein essor. Le concept de péché était particulièrement répandu et puissamment motivant. Ainsi, la promesse d'Urban II d'être à l'abri de ses conséquences aurait plu à beaucoup. De manière cruciale aussi, l'église pourrait tolérer une campagne de violence. La campagne serait une campagne de libération et non de conquête. La Croisade aurait un but juste et vertueux. Le pape Urbain II entreprit une tournée de prédication en France en 1095-6 après JC pour recruter des croisés. Son message était agrémenté d'histoires exagérées et fantaisistes sur la façon dont, à ce moment précis, les monuments chrétiens étaient souillés. Comment les croyants chrétiens étaient persécutés et torturés en toute impunité. Des ambassades et des lettres furent envoyées dans toutes les parties de la chrétienté. De grandes églises comme celles de Limoges, d'Angers et de Tours ont servi de centres de recrutement. De même, de nombreuses églises rurales et surtout des monastères ont agi dans le même rôle. À travers l'Europe, des guerriers se sont rassemblés tout au long de 1096 après JC, prêts à embarquer pour Jérusalem. Les marchands n'étaient pas directement impliqués dans la première croisade. Cependant, ils sont devenus beaucoup plus impliqués à partir de 1200 après JC. Les marchands étaient motivés par la perspective d'ouvrir des routes commerciales avec l'Est. Tout aussi attrayante était la perspective de contrôler des centres commerciaux aussi prospères qu'Antioche et Jérusalem. De plus, les marchands pouvaient faire un beau profit en transportant des croisés à travers la Méditerranée. En effet, depuis l'époque de la deuxième croisade, qui s'est déroulée de 1147 à 1149 après JC, des contrats lucratifs ont été signés à l'avance pour expédier des armées au Moyen-Orient. Les États commerciaux italiens de Venise, Pise et Gênes, ainsi que Marseille en France, étaient des puissances maritimes rivales particulières. Chacun était désireux d'obtenir le monopole du commerce est-ouest. Néanmoins, les motivations de ces centres de population n'étaient pas simplement de profiter des croisades. De la plus haute importance, ces villes fournissaient également des multitudes de fanatiques religieux désireux de se battre pour la cause chrétienne. Au 11ème siècle après JC, la société de l'Europe médiévale était devenue de plus en plus militarisée. Les gouvernements centraux n'avaient tout simplement pas les moyens de maintenir une présence et de gouverner sur le terrain dans toutes les parties de leurs territoires. En pratique, ceux qui gouvernaient au niveau local étaient de grands propriétaires terriens. C'étaient des barons qui avaient des châteaux et une force de chevaliers pour les défendre. Ces chevaliers et même des rois et des princes ont également rejoint les croisades pour les principes religieux. Ceux-ci pourraient inclure la promesse d'une récompense dans l'au-delà, ou peut-être même l'idéal pur que les chrétiens et les sites chrétiens doivent être protégés des infidèles. Il est important de noter qu'il n'y avait qu'une haine raciale ou religieuse très limitée spécifiquement contre ceux qui avaient usurpé la Terre Sainte. Certes, le clergé a utilisé les outils de propagande à sa disposition et a prononcé des sermons de recrutement à travers l'Europe. Cependant, le fait était que les musulmans étaient pratiquement inconnus de leur public. Cela signifiait que toute diabolisation des musulmans avait peu de valeur ou d'impact. Les musulmans étaient l'ennemi parce qu'ils avaient pris des lieux saints chrétiens. Ils n'étaient pas l'ennemi simplement parce qu'ils étaient musulmans et les préjugés raciaux ou religieux qui en résultaient. La compréhension populaire des croisades a aujourd'hui tendance à penser en termes de grand conflit entre les religions alimenté par le fanatisme religieux. Cette perception est liée aux sensibilités modernes concernant la discrimination religieuse. Cette idée résonne également aujourd'hui en réaction aux conflits politiques actuels au Proche-Orient et ailleurs. Mais c'est une perspective qui, du moins en ce qui concerne la Première Croisade, doit être rejetée. La motivation est née du désir de reprendre la Terre Sainte et ses monuments de la chrétienté. Il n'est pas né d'une intolérance religieuse ou raciale endémique. Pour les chevaliers volontaires, il y avait aussi la chance de gagner du butin, des terres et peut-être même un titre. Cependant, l'équipement militaire requis par le croisé était coûteux. Il y avait certainement un gros sacrifice financier à faire au départ. Le terrain devra peut-être être vendu. Les monastères étaient sur place pour organiser des prêts pour ceux qui avaient du mal à faire face aux coûts initiaux. Il y avait aussi l'idée de chevalerie. Cette idée embrassait la conviction qu'un chevalier devait « faire ce qu'il fallait ». Qu'un chevalier avait le devoir implicite de protéger non seulement les intérêts de son église et de son dieu, mais aussi ceux des faibles et des opprimés. Au XIe siècle de notre ère, le code de la chevalerie en était encore à ses balbutiements. L'accent principal était plus préoccupé par le maintien d'une fraternité d'armes. Ainsi, la pertinence de la chevalerie comme motivation pour rejoindre la première croisade est peut-être plus liée à l'importance d'être vu faire ce que l'on attendait de soi par ses pairs. Ce n'est que dans les croisades ultérieures que les aspects moraux deviendront plus importants. Au moment des croisades ultérieures, le message serait alimenté par des chansons et des poèmes d'actes de croisés audacieux. De nombreux chevaliers étaient simplement obligés de rejoindre leur baron ou seigneur dans le cadre du service qu'ils accomplissaient pour gagner leur vie. Techniquement, les croisés étaient des volontaires. Cependant, il ne faut pas beaucoup d'imagination pour se rendre compte que rester à la maison pour s'occuper de la cheminée du château pendant que son seigneur et bienfaiteur partait pour le Moyen-Orient n'était pas une option pratique pour les chevaliers en service. De plus, de nombreux chevaliers suivaient leurs pères ou frères comme liens de parenté. Les devoirs de protection mutuelle étaient forts. Au fur et à mesure que les croisades se poursuivaient, des traditions et des attentes se sont établies au sein des familles selon lesquelles au moins un membre de chaque génération continuerait à se battre pour la cause. En plus de faire appel aux chevaliers, l'idée d'une croisade avait un attrait plus large. Des fantassins ordinaires, des archers, des écuyers et tous les non-combattants étaient nécessaires pour soutenir les unités de cavalerie des chevaliers en campagne. Que l'idéal ait séduit les gens ordinaires, y compris les femmes, est largement attesté dans les sources historiques. Cet appel est illustré par exemple par des événements tels que l'armée populaire dirigée par le prédicateur Pierre l'Ermite. Cette armée s'est rassemblée et est arrivée à Constantinople en 1096 après JC. L'armée indisciplinée est parfois appelée la «croisade du peuple». Ils ont été rapidement expédiés par Alexios I Komnenos en Asie Mineure. Là, ignorant les conseils des Byzantins, ils furent pris en embuscade et anéantis près de Nicée par une armée seldjoukide le 21 octobre 1096 après JC. La croisade était populairement connue sous le nom de «prendre la croix». Cette terminologie est née du fait que les croisés portaient un insigne sur l'épaule de leur tunique ou manteau en forme de croix. Outre le prestige et l'honneur intrinsèques de le faire, au XIIIe siècle, il y avait des avantages pratiques pour les citoyens ordinaires. Ces avantages comprenaient un retard dans le service féodal. Une affaire judiciaire pourrait être accélérée avant le départ. Il peut y avoir une exonération de certaines taxes et péages accordés. Le report du remboursement des dettes pourrait également être accordé. Même une libération de l'excommunication était un avantage possible pour ceux qui se trouvaient dans cette situation. À bien des égards, 1095 après JC était le 1914 après JC (l'avènement de la Première Guerre mondiale) du Moyen Âge. Il s'est produit une tempête parfaite d'indignation morale, de gain personnel, de propagande politique et religieuse institutionnalisée, de pression des pairs, d'attentes sociétales et de soif d'aventure. Tous ces éléments se sont combinés pour inspirer les gens à quitter leur foyer et à se lancer dans un voyage périlleux vers une destination dont ils ne savaient rien. Une destination où ils pourraient rencontrer la gloire et la mort, ou juste une mort ignoble. La ferveur ne s'est pas dissipée au fil des années. Au contraire, le succès de la première croisade et la reprise de Jérusalem le 15 juillet 1099 n'ont fait qu'inspirer plus de gens à « prendre la croix ». L'idée de la croisade s'est propagée à des efforts tels que la libération de l'Espagne des Maures, connue dans l'histoire sous le nom de « Reconquista ». Cela a également conduit des fanatiques religieux organisés à attaquer des cibles minoritaires en Europe telles que les juifs, les païens et, enfin, les « hérétiques » dans ce qui est devenu connu sous le nom de « croisades du Nord ». Des ordres de chevaliers ont été créés pour défendre les territoires conquis au Moyen-Orient. Les impôts ont été continuellement augmentés pour financer la série de croisades qui a suivi. Ces croisades successives ont vu les armées musulmanes et chrétiennes connaître à la fois des succès et des échecs, occupant constamment les cartographes pendant les quatre siècles suivants [Ancient History Encyclopedia]. Les croisades : un aperçu: Les croisades du 11e au 15e siècles de notre ère sont devenues l'un des événements déterminants du Moyen Âge en Europe et au Moyen-Orient. Les campagnes ont eu des conséquences importantes partout où elles se sont déroulées. Ils ont également poussé des changements au sein des États qui les ont organisés et les ont combattus. Même lorsque les croisades ont pris fin, leur influence s'est poursuivie à travers la littérature et d'autres moyens culturels. Ressuscitées comme un idéal dans des temps plus modernes, elles continuent jusqu'à nos jours à colorer les relations internationales. De nombreuses affirmations exagérées ont été faites concernant les effets et les conséquences des croisades sur la vie au Moyen Âge et plus tard. Il y a eu sans aucun doute des changements importants dans la vie, la politique et la religion du XIe au XIVe siècle après JC. Cependant, le rôle et les effets précis des croisades restent discutables. Toute tentative d'identifier l'effet de ce mouvement est semée d'embûches. Une telle tentative exigerait le traçage et l'isolement d'un seul fil dans la trame de l'histoire. Ensuite, il faudrait la reconstruction hypothétique du monde si ce brin devait être supprimé. En effet, certains impacts des croisades sont relativement clairs. Cependant, de nombreuses observations et conséquences hypothétiques doivent nécessairement se limiter à de larges généralisations. Les impacts clairs des croisades peuvent être résumés en termes généraux comme suit : ---une présence accrue des chrétiens au Levant au Moyen Âge ; ---le développement de divers ordres militaires ; ---une polarisation de l'Orient et de l'Occident basée sur les différences religieuses ; ---l'application spécifique des objectifs religieux à la guerre au Levant, dans la péninsule ibérique et dans la région baltique, en particulier ; ---le rôle et le prestige accrus des papes et de l'Église catholique dans les affaires laïques. ---l'aigrissement des relations entre l'Occident et l'Empire byzantin conduisant, en fin de compte, à la destruction de ce dernier ; ---une augmentation du pouvoir des maisons royales d'Europe; ---une identité culturelle collective plus forte en Europe; ---une augmentation de la xénophobie et de l'intolérance entre chrétiens et musulmans, et entre chrétiens et juifs, hérétiques et païens ; ---une augmentation du commerce international et de l'échange d'idées et de technologie ; ---une augmentation de la puissance d'États italiens tels que Venise, Gênes et Pise ; ---l'appropriation de nombreuses reliques chrétiennes en Europe; ---l'utilisation d'un précédent historique religieux pour justifier le colonialisme, la guerre et le terrorisme. Les résultats géopolitiques immédiats des croisades furent la reprise de Jérusalem le 15 juillet 1099 après JC. Cependant, pour garantir que la ville sainte reste entre les mains des chrétiens, il était nécessaire que diverses colonies occidentales soient établies au Levant. Ceux-ci sont devenus collectivement connus sous le nom d'Orient latin, les États croisés ou «Outremer». Pour leur défense, un approvisionnement régulier de nouveaux croisés serait nécessaire dans les décennies à venir. Des ordres militaires de chevaliers professionnels y ont été créés tels que les Templiers et les Hospitaliers. Ceux-ci ont à leur tour inspiré la formation d'ordres chevaleresques comme l'Ordre de la Jarretière en Angleterre. Celle-ci a été fondée en 1348 après JC et a préconisé à ses membres les avantages de la croisade. Néanmoins, il s'est avéré impossible de conserver les gains de la première croisade. C'était malgré la présence militarisée en Terre Sainte, la campagne de recrutement continue en Europe et l'implication accrue des rois et des empereurs. D'autres campagnes ont été nécessaires pour reprendre des villes comme Édesse et Jérusalem elle-même après sa chute à nouveau en 1187 après JC. Il y aurait huit croisades officielles et plusieurs autres non officielles tout au long des XIIe et XIIIe siècles après JC. Tous ont rencontré relativement plus d'échecs que de succès. Enfin, en 1291 après JC, les États croisés ont été absorbés par le sultanat mamelouk. Les voyages en Terre sainte sont devenus plus courants. Au début, c'était sous la forme de pèlerinages en Terre Sainte. Parallèlement s'est développée une soif de lecture sur ces voyages, dont les récits ont été largement publiés. Avant les croisades, le monde musulman s'était déjà lancé dans le djihad. Le terme est souvent traduit par « guerre sainte ». Cependant, une signification plus précise est un «effort» à la fois pour défendre et étendre l'islam et les territoires islamiques. Malgré l'importance religieuse de Jérusalem pour les musulmans, la région côtière du Levant n'avait qu'une importance économique et politique mineure pour les califats d'Égypte, de Syrie et de Mésopotamie. Le monde musulman était lui-même divisé en diverses sectes musulmanes et en proie à des rivalités politiques et à des compétitions entre villes et régions. Les croisades ont été l'occasion d'une plus grande unité musulmane pour faire face à cette nouvelle menace venue de l'Occident. Cependant, l'opportunité d'une plus grande unité n'était pas toujours une opportunité saisie. Certains dirigeants musulmans ont utilisé la propagande de la guerre religieuse pour se présenter comme le chef élu du monde musulman. Qu'ils étaient l'élu qui pouvait conduire le monde musulman à acquérir la suprématie mondiale. Le plus célèbre d'entre eux était Saladin, sultan d'Égypte et de Syrie, qui a régné de 1174 à 1193 après JC. Le mouvement des croisés s'est répandu en Espagne pendant la période du XIe au XIIIe siècle après JC. Là, des attaques ont été faites contre les Maures musulmans. Ce mouvement est devenu connu sous le nom de « Reconquista », ou « Reconquête ». L'Afrique du Nord et la Pologne, parmi de nombreux autres endroits, seraient également témoins d'armées d'invasion ("croisades") du XIIe au XVe siècle. Cela inclurait même la Prusse et la Baltique dans ce qui est devenu connu dans l'histoire sous le nom de « Croisades du Nord ». Malgré les succès militaires douteux, « l'idéal de croisade » a continué à séduire les dirigeants, les soldats et les gens ordinaires en Occident. Les croisades en tant qu'idée auraient été familières à presque tout le monde en Europe au 14ème siècle après JC. La grande majorité des Européens auraient assisté à au moins un sermon prêchant les mérites de « prendre la croix ». Plus d'une fois, ils auraient été incités à répondre aux besoins en recrues et/ou en soutien matériel. En effet, très peu de gens seraient restés épargnés par les taxes étatiques et ecclésiastiques qui étaient régulièrement imposées pour payer les croisades. Le succès de la première croisade et l'image que les papes dirigeaient les affaires de tout le monde chrétien ont aidé la papauté à gagner la suprématie sur les empereurs Hohenstaufen. L'Église catholique avait également créé une nouvelle entrée accélérée au ciel avec la promesse que les croisés bénéficieraient d'une rémission immédiate de leurs péchés. Service militaire et pénitence s'entremêlaient si bien que la croisade devenait un acte de dévotion. Cependant, à chaque nouvelle campagne ratée, le prestige papal déclinait. Bien sûr, ces échecs ont été en partie compensés par des succès territoriaux en Espagne et en Europe du Nord-Est. Une partie de ce succès s'est produite dans le cadre des « Croisades du Nord » contre la Prusse et la Baltique. Ces succès ont promu la papauté, mais les succès ont été plus nombreux que les échecs. Une autre conséquence négative pour beaucoup était la sanction officielle par l'Église de la pratique de la vente d'indulgences. Cela permettait à ceux qui ne pouvaient ou ne voulaient pas partir en croisade en personne d'apporter une aide matérielle et financière à d'autres qui le faisaient. On disait que ceux qui achetaient de telles indulgences récoltaient les mêmes avantages spirituels que s'ils avaient personnellement participé à une croisade. Les indulgences se sont avérées être une entreprise extrêmement fructueuse pour l'église. À tel point que le concept a finalement été élargi par l'Église catholique pour créer tout un système d'indulgences payantes. Cela a créé un contrecoup qui a contribué de manière substantielle à l'émergence de la Réforme du XVIe siècle après JC. Les croisades ont provoqué une rupture dans les relations ouest-byzantines. Il y avait d'abord l'horreur des Byzantins face aux groupes indisciplinés de guerriers d'Europe occidentale qui faisaient des ravages sur leur territoire. Les flambées de combats entre les croisés et les forces byzantines étaient courantes. La méfiance et la méfiance byzantines à l'égard des motifs des intentions des croisés grandirent. C'était une relation difficile qui n'a fait qu'empirer. Les accusations croisées contre les deux groupes comprenaient celles selon lesquelles la partie adverse ne s'efforçait pas très fort de défendre les intérêts de l'autre. La situation a culminé avec le sac choquant de Constantinople par les croisés en 1204 après JC pendant la quatrième croisade. Le sac a été témoin de l'appropriation massive d'art et de reliques religieuses par les puissances européennes. L'Empire byzantin est devenu si affaibli qu'il ne pouvait offrir que peu de résistance aux Turcs ottomans en 1453 après JC lorsque Constantinople est finalement tombée pour de bon. Pendant les croisades, le pouvoir des maisons royales d'Europe et la centralisation du gouvernement ont énormément augmenté. Cela était dû à une augmentation des impôts, à l'acquisition de richesses au Moyen-Orient et à l'imposition de tarifs douaniers sur le commerce. La mort de nombreux nobles pendant les croisades a également accru le pouvoir royal. Cela était dû en partie simplement au fait que les rangs des nobles étaient diminués et affaiblis. Cependant, cela était également dû au fait que de nombreux nobles avaient hypothéqué et par la suite perdu leurs terres au profit de la couronne. La terre avait été hypothéquée par ces nobles afin de payer leur part dans les croisades et de garantir les dépenses de leurs partisans. Lorsqu'ils ne sont pas revenus ou sont revenus appauvris en raison du fait qu'une campagne ratée n'a fourni aucun butin, cette terre a été dimensionnée par la couronne. Il y avait aussi un déclin du système féodal. Cela a été provoqué par le fait que de nombreux nobles, plutôt que d'hypothéquer leurs terres, les ont simplement vendues pour financer leurs voyages. Dans le processus, cela a libéré les serfs titulaires des terres. Et bien sûr, à leur retour des croisades, de nombreux nobles qui n'ont pas réussi à acquérir butin et trésor ont été contraints de vendre leurs terres pour satisfaire les hypothèques qu'ils avaient contractées avant leur départ. La conquête des territoires musulmans du sud de l'Italie, de la Sicile et de la péninsule ibérique a donné accès à de nouvelles connaissances pour les Européens, la soi-disant « nouvelle logique ». Il y avait aussi un plus grand sentiment d'être « européen ». Qu'en dépit des différences entre les États, les peuples d'Europe partagent une identité et un patrimoine culturel communs. Bien sûr, la croisade serait incorporée dans les idéaux de la chevalerie. Cela a en fait creusé le fossé social entre ceux qui étaient et ceux qui n'étaient pas membres de la classe chevaleresque. Le revers de la médaille culturelle était une augmentation de la xénophobie. L'intolérance religieuse s'est manifestée de plusieurs façons. Cependant les manifestations les plus brutales s'expriment dans les pogroms contre les Juifs. C'étaient notamment dans le nord de la France et la Rhénanie en 1096 à 1097 après JC. Cette xénophobie religieuse s'est également manifestée par de violentes attaques contre des païens, des schismatiques et des hérétiques à travers l'Europe. L'un des avantages des croisades était que le commerce entre l'Est et l'Ouest augmentait considérablement. Plus de marchandises exotiques sont entrées en Europe que jamais auparavant. Ces marchandises comprenaient des épices, du sucre, des dattes, des pistaches, des pastèques et des citrons. En particulier, les épices comprenaient le poivre et la cannelle. Les marchandises commerciales comprenaient également des tissus de coton, des tapis persans et des vêtements de style oriental. Les États italiens de Venise, Gênes et Pise se sont enrichis grâce à leur contrôle du Moyen-Orient et des routes commerciales byzantines. Cette richesse s'ajoutait à celle qu'ils avaient déjà récoltée en transportant les armées croisées et leurs fournitures. La plus grande quantité et la plus grande gamme de marchandises commerciales étaient inévitables de toute façon, et un processus déjà en cours. Mais les croisades ont probablement accéléré le processus du commerce international à travers la Méditerranée. Comme décrit ci-dessus, les voyages sont devenus plus courants. C'était initialement sous la forme d'un pèlerinage en Terre Sainte. L'appétit pour les voyages a été aiguisé par des récits largement publiés et popularisés de tels voyages. L'âge de l'exploration avait commencé et conduirait à la découverte du Nouveau Monde. Là, dans les Amériques, le concept européen d'une croisade contre les non-croyants a été une fois de plus appliqué. Le conquérant des Aztèques, Hernán Cortés, a affirmé que ses soldats étaient des "milites Christi" ou "Chevaliers du Christ". Selon Cortes, sa force menait une «guerra santa», ou «guerre sainte». Les croisades ont en effet jeté une très longue ombre. Les œuvres d'art, la littérature et même les guerres successives rappellent sans cesse l'imagerie, les idéaux, les succès et les désastres des guerres saintes. Ceux-ci ont été projetés même dans le 21e siècle. Même à l'époque médiévale, il y avait un processus d'adoration des héros. Le culte embrassa des personnalités telles que Saladin et Richard Cœur de Lion. Ces héros idéalisés étaient loués non seulement pour leurs compétences militaires, mais surtout pour leur chevalerie. Le souvenir inverse a été retenu suite à la Réforme. Les « idéaux » qui ont déclenché les croisades ont été balayés sous le tapis historique métaphorique comme un aspect brutal et indésirable de notre passé qu'il valait mieux oublier. Cependant, le 19ème siècle après JC a vu un retour d'intérêt pour l'Occident. Celles-ci ont été en partie stimulées et popularisées par des romans comme "The Talisman" de Sir Walter Scott publié en 1825 après JC. Avec l'occupation alliée de la Palestine pendant la Première Guerre mondiale du début du XXe siècle, les fantômes des croisés sont revenus hanter le présent sous forme de propagande, de rhétorique et de dessins animés. À l'inverse, lors de la Seconde Guerre mondiale, le terme même de « croisade » a été dépouillé de sa signification religieuse. Il a plutôt été appliqué pour décrire les campagnes contre l'Allemagne nazie. Le général Eisenhower, qui était le commandant américain des forces alliées, a même donné à son récit de la campagne de 1948 le titre de "Croisade en Europe". Plus récemment, la lutte contre le terrorisme au XXIe siècle a souvent été formulée en termes de « croisade ». Ce terme a été le plus tristement employé par le président américain George W. Bush après l'attaque des Twin Trade Towers en 2001. La montée du nationalisme arabe, le débat sur la position et la validité de l'État d'Israël, la nécessité continue pour les puissances occidentales d'intervenir au Moyen-Orient, les objectifs laïcs de contrôle territorial et de pouvoir économique, ont été mélangés et confondus avec des divisions de la religion. Le résultat a inclus le fait que des termes tels que « croisade », « chrétien », « musulman » et « djihad » continuent d'être utilisés avec ignorance et préjugés comme des étiquettes de commodité à la fois en Orient et en Occident par ceux qui s'efforcent de faire l'histoire au lieu d'apprendre d'elle [Ancient History Encyclopedia]. La première croisade: La première croisade a duré de 1095 à 1102 après JC. La première croisade a pris la forme d'une campagne militaire menée par les forces d'Europe occidentale. Les objectifs comprenaient la reprise de la ville de Jérusalem et de la Terre Sainte et leur arrachement au contrôle musulman. La première croisade a été conçue par le pape Urbain II. Il faisait suite à un appel de l'empereur byzantin Alexios I Komnenos. En fin de compte, la première croisade a été un succès. Les forces chrétiennes ont pris le contrôle de Jérusalem le 15 juillet 1099 après JC. Environ 60 000 soldats et au moins la moitié (90 000 ou plus) de non-combattants ont participé à la première croisade. La première croisade a été lancée en 1095 après JC. Après des campagnes en Asie Mineure et au Moyen-Orient, de grandes villes comme Nicée et Antioche ont été reprises. Vient ensuite l'objectif principal, la reprise de Jérusalem elle-même. De nombreuses autres croisades suivraient la première. Les objectifs s'élargiraient, tout comme le champ des conflits. En fin de compte, même la capitale byzantine de Constantinople serait attaquée lors des campagnes suivantes. Les causes de la première croisade comprennent la première et la plus importante était la montée des musulmans seldjoukides. Les Seldjoukides étaient une tribu turque de la steppe. Les Seldjoukides ont remporté des victoires importantes en Asie Mineure contre les armées byzantines. Celles-ci comprenaient notamment la bataille de Manzikert dans l'ancienne Arménie en août 1071 après JC. En conséquence, les Seldjoukides ont pris le contrôle de grandes villes comme Édesse et Antioche. Vers 1078 après JC, les Seldjoukides créèrent le Sultanat de Rum. Leur capitale était à Nicée en Bithynie dans le nord-ouest de l'Asie Mineure. En 1087 après JC, les Seldjoukides avaient pris le contrôle de Jérusalem. L'empereur byzantin Alexios I Komnenos, qui a régné de 1081 à 1118 après JC, a réalisé que l'expansion seldjoukide en Terre Sainte était une chance pour lui d'obtenir l'aide des armées occidentales dans sa bataille pour contrôler l'Asie Mineure. Par conséquent, Alexios a fait appel à l'ouest pour des soldats en mars 1095. L'appel a été envoyé à Urbain II qui était pape de 1088 à 1099. Le pape Urbain II s'est montré remarquablement réactif et a rallié des milliers de chevaliers européens tout aussi enthousiastes. Pour sa part, le pape s'est rendu compte qu'une croisade augmenterait le prestige de la papauté car elle dirigeait une armée occidentale combinée. Elle permettrait à la papauté de réaffirmer et de consolider son pouvoir au sein de l'Italie. Le pape Urbain II avait déjà envoyé des troupes pour aider les Byzantins en 1091 après JC. Cette action était contre les nomades des steppes Pecheneg qui envahissaient la région nord du Danube de l' Empire byzantin . Le pape était favorablement disposé à prêter à nouveau l'aide des Byzantins pour diverses raisons. Une croisade pour ramener la Terre Sainte sous contrôle chrétien était une fin en soi. Quelle meilleure façon de protéger des sites aussi importants que le tombeau de Jésus-Christ et le Saint-Sépulcre à Jérusalem. Les chrétiens qui y vivaient ou s'y rendaient en pèlerinage avaient également besoin de protection. En outre, il y avait des considérations très utiles prônant un soutien renouvelé à l'Empire byzantin. Une croisade augmenterait le prestige de la papauté. La papauté dirigerait une armée occidentale de forces combinées. La papauté consoliderait également sa position au sein même de l'Italie. La papauté avait fait face à de sérieuses menaces de la part des empereurs romains saints au siècle précédent. Ces événements avaient même contraint les papes à fuir et à déménager loin de Rome. Le pape Urbain II espérait également devenir le chef d'une église chrétienne occidentale (catholique) et orientale (orthodoxe) unie. Cela l'élèverait au-dessus du patriarche de Constantinople. Les deux églises étaient divisées depuis 1054 à cause de désaccords sur la doctrine et les pratiques liturgiques. De plus, une campagne de violence pourrait être justifiée par des références à des passages particuliers de la Bible. Ces passages bibliques pourraient être utilisés pour souligner qu'il ne s'agissait pas d'un combat d'agression, mais plutôt d'un combat de libération. La Bible pourrait être utilisée pour montrer que les objectifs des croisades étaient justes et justes. Ainsi, le 27 novembre 1095, le pape Urbain II a appelé à une croisade dans un discours prononcé lors du concile de Clermont, en France. Le message du pape est devenu connu dans l'histoire comme « l'indulgence ». Il s'adressait spécifiquement aux chevaliers. Le message était fort et clair. Les défenseurs de la chrétienté s'embarqueraient pour un pèlerinage. Tous leurs péchés seraient lavés. Leurs âmes récolteraient des récompenses incalculables dans la prochaine vie. Par la suite, le pape entreprit une tournée de prédication en France de 1095 à 1096. Son intention était de recruter des croisés. Au cours de sa tournée, ses discours / sermons étaient agrémentés de contes exagérés et fantaisistes. Selon le pape, à ce moment précis, les monuments chrétiens étaient souillés. Des croyants chrétiens persécutés et torturés en toute impunité. Des ambassades (délégations d'ambassadeurs) et des lettres ont été envoyées dans toutes les parties de la chrétienté. De grandes églises comme celles de Limoges, d'Angers et de Tours ont servi de centres de recrutement. De même, de nombreuses églises rurales et surtout les monastères remplissaient les mêmes rôles. L'appel à « prendre la croix » a été un succès incroyable. "Prendre la croix" était une description figurative des actes par lesquels les gens prêtaient serment de devenir croisés. Ils portaient alors une croix sur leur épaule pour proclamer leur obligation Partout en Europe, les guerriers étaient animés par des notions de ferveur religieuse, de salut personnel, de pèlerinage, d'aventure et de désir de richesse matérielle. Ils se sont rassemblés tout au long de 1096 après JC, prêts à embarquer pour Jérusalem. La date de départ a été fixée au 15 août de cette année. Environ 60 000 croisés dont quelque 6 000 chevaliers, seraient impliqués dans les premières vagues. À cette époque, les nobles et les chevaliers d'Europe occidentale n'étaient pas intéressés à simplement harceler un ennemi et à emporter des richesses portables, le butin de la conquête. Ils étaient au Levant pour opérer la (re)conquête permanente de la Terre Sainte. Les musulmans seldjoukides avaient pris le contrôle de la majeure partie de l'Asie Mineure et du nord de la Syrie dans les dernières décennies du XIe siècle après JC. Les Seldjoukides souffraient de leurs propres problèmes particuliers avant même l'arrivée des croisés. Les Seldjoukides étaient enfermés dans un conflit avec leurs rivaux acharnés, les Fatimides chiites. Les Fatimides étaient basés en Egypte. C'est contre les Fatimides chiites que les Seldjoukides sunnites avaient lutté contre Jérusalem. Cependant, un sérieux coup porté aux ambitions seldjoukides est venu avec la mort du puissant sultan seldjoukide Malikshah en 1092 après JC. Sa mort a provoqué une ruée vers le pouvoir de la part de divers seigneurs locaux. Aucun n'a acquis la suprématie absolue. De plus, la base seldjoukide se trouvait à Bagdad. C'était très éloigné des batailles qui se dérouleraient tout au long de la première croisade. Ainsi, il y avait peu de soutien centralisé ou de gestion de la guerre. En fait, les musulmans chiites ont réussi à reprendre le contrôle de Jérusalem aux Seldjoukides quelques mois seulement avant l'arrivée des croisés. Les deux groupes de musulmans ignoraient probablement complètement la nature religieuse de la quête des croisés et qu'ils étaient différents des raids byzantins habituels. Cependant, les croisés n'étaient pas présents simplement pour faire des raid pour le butin. Ils étaient au Levant pour une conquête permanente. Ironiquement, malgré les intentions délibérées du pape de faire appel spécifiquement aux chevaliers, beaucoup d'autres personnes ont été mordues par le virus de la croisade. L'empereur byzantin a spécifiquement demandé une armée composée de chevaliers pour renforcer les forces byzantines. Le premier grand groupe de Croisés à arriver fut ce qui devint connu dans l'histoire comme « l'Armée du Peuple ». C'était un groupe mixte de pauvres et de petits chevaliers. Ils étaient dirigés par le prédicateur "Pierre l'Ermite" et le chevalier "Walter le Sans le sou" (alias "Sansavoir"). Mal équipée et forcée par nécessité à sillonner l'Europe, l'« Armée populaire » se fait peu d'amis en cours de route. Le prédicateur "Pierre l'Ermite" avait déjà effectué un pèlerinage en Terre Sainte. Au cours de ce pèlerinage antérieur, il avait été capturé par des musulmans et torturé. L'« armée populaire » était maintenant sa chance de se venger. Pendant ce temps, un second groupe de croisés, tout aussi humbles et indisciplinés, descendait le Rhin. Dirigé par le comte Emicho de Leningen, le groupe a tristement tourné sa haine religieuse contre les Juifs de Speyer, Mayence, Trèves et Cologne. Les deux groupes de croisés étaient parfois appelés collectivement la « croisade du peuple ». C'était un terme impropre car le groupe contenait en fait un nombre important de chevaliers. Ils arrivèrent à Constantinople au début de l'été 1096. Leur objectif était de se déplacer de Constantinople à Jérusalem pour éliminer les Seldjoukides. Ces premiers venus ont été décrits par Anna Komnena, historienne et fille de l'empereur byzantin, qui a vécu de 1083 à 1153 après JC, dans son Alexiade : "... ces soldats francs étaient accompagnés d'une troupe désarmée plus nombreuse que le sable ou le stars , portant palmes et croix sur leurs épaules. (Ceux-ci inclus) les femmes et les enfants, aussi, quittent leur pays... » Cet hôte fut rapidement envoyé par Alexios en Asie Mineure. Là, la «croisade populaire», ignorant les conseils et les stratagèmes byzantins, a été prise en embuscade et anéantie. Cela s'est produit aux mains d'une armée seldjoukide dirigée par Kilij Arslan I, près de Nicée, le 21 octobre 1096. Ce n'était pas ce que l'empereur byzantin Alexios ou le pape Urbain II avaient en tête lorsqu'ils ont lancé le mouvement de croisade. La deuxième vague de croisés était composée de chevaliers plus courtois et de guerriers professionnels. Ils arrivèrent à Constantinople à l'automne et à l'hiver 1096. Le deuxième lot n'était pas une grande amélioration en ce qui concerne l'empereur byzantin. Elle comptait parmi ses chefs un vieil ennemi, le Normand Bohémond de Tarente. Lui et son père, Robert Guiscard (le "Crafty"), duc des Pouilles, avaient attaqué la Grèce byzantine entre 1081 et 1084 après JC. En 1097, Bohémond et ses chevaliers arrivèrent à Constantinople. Au début, les choses se sont bien passées. Le Norman Bohemund a juré allégeance à l'empereur aux côtés d'autres chefs croisés. Ces autres chefs croisés comprennent Godfrey de Bouillon, duc de Basse-Lorraine, et Raymond IV (alias Raymond de Saint-Gilles), comte de Toulouse. Il y avait bien d'autres nobles en plus. Chacun commandait son propre contingent de chevaliers. Même sans tenir compte des problèmes pratiques des barrières linguistiques, c'était un petit miracle que la force ait réalisé quoi que ce soit. Leur succès surprendrait tout le monde. Les progrès des Croisés traversant l'Europe et l'Empire byzantin s'étaient accompagnés de viols et de pillages. Cela a été perpétré par les membres les moins pieux des armées occidentales. Néanmoins, l'empereur byzantin a traité les croisés de manière égale et a utilisé leurs forces avec justesse. Les Normands tenaient à vaincre les Seldjoukides et à établir leurs propres royaumes. Alexios a peut-être bien accepté ce plan car de tels royaumes pourraient s'avérer un tampon utile à la frontière de l'Empire byzantin. Avec une force mixte de croisés, l'armée d'Alexios était commandée par le général byzantin Tatikios. Ensemble, les forces byzantines et croisées ont réussi à reprendre Nicée en juin 1097. En réalité, les Seldjoukides avaient quitté la ville, préférant combattre ailleurs au moment et à l'endroit de leur choix. Les forces combinées byzantines et croisées balayèrent ensuite la plaine anatolienne et remportèrent une grande victoire à Dorylaion le 1er juillet 1097. L'armée croisée-byzantine se sépare alors en septembre 1097. Une armée s'est déplacée vers Édesse plus à l'est et une autre en Cilicie au sud-est. Le corps principal se dirigea vers Antioche en Syrie, la clé de la frontière de l'Euphrate. La grande ville d'Antioche était l'un des cinq sièges patriarcaux de l'Église chrétienne. Antioche était autrefois la demeure de Saint Paul et Pierre. C'était aussi le lieu de naissance probable de saint Luc. Ce serait un beau coup de propagande pour le récupérer à nouveau. Bien que bien fortifiée et trop grande pour être entièrement encerclée, Antioche était en effet la prochaine grande victoire des croisés. La ville a été capturée le 3 juin 1098 après un siège ardu de 8 mois. Pendant le siège, les assaillants eux-mêmes ont été à leur tour assiégés par une force musulmane en renfort venue de Mossoul. Outre leurs pertes au combat, les croisés ont également souffert de la peste, de la famine et des désertions. L'empereur byzantin Alexios était en route pour soutenir le siège croisé d'Antioche. Cependant, en route, Alexios avait rencontré des réfugiés de la région qui l'avaient informé à tort que les croisés étaient au bord de la défaite aux mains d'une énorme armée musulmane. Plutôt que de continuer jusqu'à Antioche pour soutenir et/ou sauver les forces des croisés normands, l'empereur rentra chez lui. Bohémond le croisé normand n'était pas content d'apprendre que ses forces assiégées avaient été abandonnées par les Byzantins. Bohémond avait en effet réussi à capturer Antioche et à vaincre une force de secours musulmane. Mais le fait que l'armée byzantine dirigée par l'empereur Alexios l'ait abandonné a aigri le Normand sur le traité. Le Normand a décidé de revenir sur son vœu de rendre tout le territoire capturé à l'empereur byzantin. Il garda pour lui la ville d'Antioche. Les relations se sont ainsi irrémédiablement envenimées entre les deux dirigeants. En décembre 1098, l'armée des croisés a marché vers Jérusalem en capturant plusieurs villes portuaires syriennes sur leur chemin. Ils arrivèrent à Jérusalem le 7 juin 1099. De la vaste armée qui avait quitté l'Europe, il n'y avait plus qu'environ 1 300 chevaliers et quelque 12 500 fantassins. C'était la tâche de cette force très diminuée d'atteindre ce qui était censé être l'objectif principal de la croisade, la reprise de Jérusalem. Protégée par des murs massifs et une combinaison de douves et de précipices, Jérusalem allait être un objectif militaire difficile à prendre. Heureusement, un certain nombre de navires génois sont arrivés au bon moment avec du bois. Le bois a été utilisé pour construire deux tours de siège, des catapultes et un bélier. Malgré ces armes, les défenseurs ont résisté au siège. La garnison musulmane s'est avérée remarquablement réticente à éclater et à faire des raids sur les assiégeants. Peut-être se sont-ils simplement contentés de tenir bon et d'attendre le soulagement promis de l'Égypte. À la mi-juillet, Godfrey de Bouillon décida d'attaquer ce qu'il pensait être une section plus faible du mur. La force croisée a installé sa tour de siège sous le couvert de l'obscurité et a rempli une partie des douves. Les croisés parvinrent ainsi à se rapprocher des murs. Avec Godfrey en tête du front, les assaillants escaladèrent les défenses et se retrouvèrent à l'intérieur de la ville le 15 juillet 1099. Un massacre de masse de musulmans et de juifs a suivi. Certaines estimations historiques de 10 000 voire 75 000 tués sont très probablement exagérées. Une source musulmane contemporaine ( Ibn al-Arabi ) évalue le chiffre à 3 000 sur les 30 000 habitants probables de la ville. En moins d'un mois, une grande armée égyptienne est arrivée pour reprendre la ville. Cependant, cette force a été vaincue à Ascalon. Pour le moment, au moins, Jérusalem était de retour entre les mains des chrétiens. Godefroy de Bouillon est le héros du siège. Il a été fait roi de Jérusalem. De retour en Italie, le pape Urbain II était mort le 29 juillet 1099 sans connaître le succès de sa croisade. Pour de nombreux historiens, la bataille d'Ascalon marque la fin de la première croisade. Après avoir accompli leur mission, de nombreux croisés sont maintenant retournés en Europe. Certains revinrent avec des richesses, quelques-uns avec de saintes reliques. Cependant, la plupart sont rentrés chez eux en Europe avec peu de récompenses et plutôt en mauvais état après des années de dures batailles. Une nouvelle vague de croisés est arrivée à Constantinople en 1100 après JC. Celles-ci étaient organisées par Raymond de Toulouse. Le 17 mai 1101, ils s'emparèrent de Césarée. Le 26 mai, Acre tomba également aux mains des forces. Malheureusement, pour les futures croisades, les musulmans devenaient de plus en plus familiers avec les tactiques de combat et les armes occidentales. En septembre 1101, une armée croisée de chevaliers lombards, français et allemands fut vaincue par les Seldjoukides. À partir de ce moment, les choses n'allaient devenir que plus difficiles pour les armées occidentales au cours des deux prochains siècles de guerre. Pour s'assurer que Jérusalem reste entre les mains des chrétiens, il était nécessaire que diverses colonies occidentales soient établies. Ceux-ci sont généralement appelés l'Orient latin. Pendant ce temps, l'empereur byzantin Alexios n'avait pas renoncé à ses ambitions envers Antioche. Alexios a envoyé une force pour attaquer la ville dans l'espoir de la capturer, ou à tout le moins de l'isoler des territoires environnants détenus par les croisés. Bohémond avait quitté la Terre Sainte. De retour en Italie, il convainquit le pape Pascal II (qui régna de 1060 à 1118 après JC) et le roi français Philippe Ier (qui régna de 1060 à 1108 après JC) que la véritable menace pour le monde chrétien était les Byzantins. Leur empereur traître et leur église capricieuse devaient être éliminés. Ainsi, une invasion de Byzance a été lancée en 1107 après JC contre l'Albanie. Il a échoué en grande partie parce qu'Alexios a mobilisé ses meilleures forces pour les rencontrer. Le pape a alors abandonné son soutien à la campagne. En conséquence, Bohemund a été contraint d'accepter un rôle subordonné à l'empereur byzantin. Bohémond a été autorisé à continuer son règne d'Antioche, mais seulement au nom d'Alexios et sous son autorité. Ainsi, le modèle a été établi pour un partage des territoires capturés en Terre Sainte. La première croisade avait réussi à atteindre l'objectif de reprendre Jérusalem. Cependant, pour garantir que la ville sainte reste entre les mains des chrétiens, il était nécessaire que diverses colonies occidentales soient établies au Levant. Ceux-ci étaient collectivement connus sous le nom d'États croisés, l'Orient latin ou «Outremer». Des ordres de chevaliers ont été créés pour défendre ces territoires croisés. De toute évidence, un approvisionnement régulier de nouveaux croisés serait nécessaire dans les décennies à venir. Une vague de nouvelles taxes sera nécessaire pour les financer. Au départ, il y avait des massacres croisés des populations locales. Cependant, les croisés se sont vite rendu compte que pour conserver leurs gains, ils avaient besoin du soutien des populations locales extraordinairement diverses. Par conséquent, il y a eu une tolérance croissante des religions non chrétiennes, bien qu'avec certaines restrictions. Malgré la campagne de recrutement continue en Europe et les tentatives de créer des «colonies» et des royaumes permanents, il s'est avéré impossible de conserver les gains de la première croisade. Jérusalem est de nouveau tombée aux mains des musulmans en 1187 après JC. D'autres campagnes furent nécessaires pour reprendre Jérusalem ainsi que d'autres villes telles qu'Edesse. Il y aurait huit croisades officielles et plusieurs autres non officielles tout au long des XIIe et XIIIe siècles. Toutes ces croisades rencontrèrent plus d'échecs que de succès. Il y avait des conséquences imprévues ou négatives à la première croisade. Le plus significatif d'entre eux était la rupture complète des relations ouest-byzantines. Cela s'est accompagné de l'horreur byzantine face à des groupes de guerriers indisciplinés causant des ravages sur leur territoire. Les flambées de combats entre les croisés et les forces byzantines étaient courantes. La méfiance mutuelle et la méfiance vis-à-vis des intentions de l'autre grandirent. C'était une relation difficile qui n'a fait qu'empirer. La mauvaise volonté et la méfiance mutuelle entre l'est et l'ouest allaient gronder et culminer avec le sac de Constantinople par les croisés en 1204. Des groupes de croisés ont profité de la ferveur chrétienne pour attaquer des groupes minoritaires. Ces groupes de croisés n'étaient généralement pas des chevaliers mais plutôt des pauvres urbains. Leurs cibles comprenaient notamment les Juifs du nord de la France et de la Rhénanie. Le mouvement de croisade s'est également étendu à l'Espagne. Là, au cours des deuxième et troisième décennies du XIIe siècle, des attaques ont été menées contre les Maures. La Prusse, la Baltique, l'Afrique du Nord et la Pologne, parmi de nombreux autres endroits, verraient également des armées de croisade jusqu'au XVIe siècle. Malgré les succès militaires douteux au cours de ces siècles, l'idéal de croisade a continué à séduire les dirigeants, les soldats et les gens ordinaires de l'ouest. Les cibles de ces diverses croisades se sont élargies pour inclure non seulement les musulmans mais aussi les païens, les schismatiques et les hérétiques [Ancient History Encyclopedia]. La deuxième croisade: La deuxième croisade s'est déroulée de 1147 à 1149 après JC. C'était une campagne militaire organisée par le Pape et les nobles européens. L'objectif de la deuxième croisade était de reprendre la ville d'Edesse en Mésopotamie. Edesse était tombée en 1144 après JC aux mains des Turcs musulmans seldjoukides. Malgré une armée de 60 000 hommes et la présence de deux rois occidentaux, la croisade n'a pas réussi au Levant et a provoqué de nouvelles tensions entre l'Empire byzantin et l'ouest. La deuxième croisade comprenait également des campagnes importantes dans la péninsule ibérique et la Baltique contre les Maures musulmans et les Européens païens respectivement. Les deux campagnes secondaires ont été largement couronnées de succès, mais l'objectif principal, libérer l'Orient latin de la menace de l'occupation musulmane, resterait insatisfait, et donc de nouvelles croisades au cours des deux siècles suivants seraient appelées, toutes avec des succès marginaux. Située en bordure du désert de Syrie en Haute Mésopotamie, Edesse était un important centre commercial et culturel. La ville était aux mains des chrétiens depuis la première croisade de 1095 à 1102 après JC. Cependant, Edessa est tombée aux mains d'Imad ad-Din Zangi le 24 décembre 1144 après JC. Il était le dirigeant musulman indépendant de Mossoul (en Irak) et d'Alep (en Syrie) de 1127 à 1146 après JC. Les musulmans ont décrit la prise d'Edesse comme "la victoire des victoires". Les chrétiens d'Occident ont été tués ou vendus comme esclaves. Les chrétiens d'Orient ont été autorisés à rester. Une réponse s'imposait. Les chrétiens d'Edesse avaient lancé un appel à l'aide. Une réponse était nécessaire qui envisageait l'aspiration assez large d'une défense générale de l'Orient latin, comme les États croisés du Moyen-Orient étaient collectivement connus. Le pape Eugène III, qui a régné de 1145 à 1153 après JC, a officiellement appelé à une croisade le 1er décembre 1145 après JC. Cette croisade est devenue connue dans l'histoire sous le nom de « deuxième croisade ». Les objectifs de la campagne ont été annoncés mais étaient quelque peu vagues. Ni Édesse ni le chef musulman Zangi n'ont été spécifiquement mentionnés. Au contraire, la deuxième croisade a été lancée comme un large appel à retrouver les réalisations de la première croisade. Les chrétiens et les saintes reliques du Levant devaient être protégés. Cette absence d'objectif précis se répercutera plus tard sur le choix des cibles militaires par les croisés. Pour renforcer l'attrait de la croisade, les chrétiens qui se sont joints se sont vu promettre la rémission de leurs péchés. Cette promesse, même s'ils n'ont jamais atteint le Levant, est simplement morte pendant le voyage. De plus, les croisés ont reçu la promesse que leurs biens et leurs familles seraient protégés pendant leur absence. Des questions aussi insignifiantes que les intérêts sur les prêts seraient également suspendues ou annulées. L'appel a été soutenu par des tournées de recrutement à travers l'Europe. Le plus notable d'entre eux était par Bernard, l'abbé de Clairvaux. Cela s'est accompagné de la lecture publique généralisée d'une lettre du Pape qui s'appelait les Quantum praedecessores après les deux premiers mots de celle-ci. L'appel combiné a été un énorme succès. À la fin, 60 000 croisés se sont préparés pour le départ. La croisade était dirigée par deux rois européens. Le premier d'entre eux était le roi allemand Conrad III, qui a régné de 1138 à 1152 après JC. Conrad a été rejoint par le roi français Louis VII, qui a régné de 1137 à 1180 après JC. C'était la première fois que des rois dirigeaient personnellement une force de croisés. Au début de l'été 1147 après JC, l'armée traversa l'Europe jusqu'à Constantinople. De là, ils ont voyagé au Levant. Là, les troupes françaises et allemandes ont été rejointes par des Italiens, des Européens du Nord et davantage de croisés français qui avaient navigué plutôt que voyagé par voie terrestre. Les croisés ont été rappelés de l'urgence d'une réponse militaire par les actions du chef musulman Nur ad-Din. Également orthographié Nur al-Din, il a régné de 1146 à 1174 après JC. Al-Din était le successeur de Zangi après la mort de ce dernier en septembre 1146 CE. Al-Din avait vaincu la tentative du chef latin Joscelin II de reprendre Edessa. Une fois de plus, Edessa a été limogée pour célébrer la réussite de Nur ad-Din en repoussant l'attaque. Tous les citoyens masculins chrétiens de la ville ont été massacrés. Les femmes et les enfants ont été vendus comme esclaves, tout comme cela avait été le sort des chrétiens d'Occident deux ans auparavant. Outre la reprise d'Edesse, la deuxième croisade avait des objectifs supplémentaires dans la péninsule ibérique et la Baltique. Les deux campagnes ont bénéficié du soutien papal. Les croisés qui devaient naviguer vers l'est ont été utilisés dans l'intervalle en Ibérie. Il a fallu retarder leur départ pour le Levant afin de laisser aux armées de terre le temps nécessaire à leur transit beaucoup plus lent vers le Levant. La route maritime était beaucoup plus rapide et il était donc avantageux de les utiliser à bon escient dans la péninsule ibérique entre-temps. Une flotte d'environ 160 à 200 navires génois remplis de croisés a navigué pour Lisbonne. Ils devaient assister le roi Alfonso Henriques du Portugal, souverain du Portugal de 1139 à 1185 après JC. Le but était de capturer Lisbonne aux musulmans. À leur arrivée, un siège manuel commença le 28 juin 1147 après JC. Le siège a finalement réussi. Lisbonne est tombée le 24 octobre 1147 après JC. Certains croisés ont poursuivi avec succès la guerre contre les musulmans en péninsule ibérique. Cet effort a été guidé par le roi Alfonso VII de León et de Castille, qui a régné de 1126 à 1157 après JC. La campagne est devenue connue dans l'histoire comme "la Reconquista". Les réalisations les plus notables de la Reconquista comprenaient la reprise d'Almeria dans le nord de l'Espagne le 17 octobre 1147 après JC et la reprise de Tortosa dans l'est de l'Espagne le 30 décembre 1148 après JC. Une nouvelle attaque tentant de reprendre Jaén dans le sud de l'Espagne fut cependant un échec. Une autre arène pour les croisades était la Baltique et les régions limitrophes des territoires allemands qui continuaient d'être païennes. La campagne des croisades du Nord a été menée par des Saxons dirigés par des nobles allemands et danois. Les croisades du Nord étaient dirigées contre les païens Wends et constituaient une nouvelle facette du mouvement croisé. Cette nouvelle caractéristique impliquait la conversion active des non-chrétiens, par opposition à la libération de territoires détenus par des infidèles. Entre juin et septembre 1147 après JC, Dobin et Malchow (tous deux dans le nord-est de l'Allemagne moderne) ont été attaqués avec succès. Cependant, dans l'ensemble, la campagne a généralement rencontré un peu plus de succès que les raids annuels habituels envoyés dans la région. La Baltique continuera d'être une arène pour les croisades au cours des siècles suivants. Cela était particulièrement important avec l'arrivée des chevaliers teutoniques à partir du 13ème siècle après JC. L'empereur byzantin au moment de la deuxième croisade était Manuel I Komnenos, qui a régné de 1143 à 1180 après JC. Contrairement à ses prédécesseurs, Manuel semble fortement attiré par l'ouest. Il favorisa la présence des Latins à Constantinople, délivrant à leur égard décorations civiles et titres militaires. Généralement cependant, depuis la première croisade, il y avait une profonde méfiance mutuelle des deux côtés. La principale préoccupation de Manuel était qu'en réalité, les croisés ne recherchaient que les parties de choix de l'empire byzantin. Cela semblait particulièrement le cas maintenant que Jérusalem était aux mains des chrétiens. C'est pour cette raison que Manuel a insisté pour qu'à leur arrivée en septembre et octobre 1147 après JC, les chefs de la croisade lui prêtent allégeance. En même temps, les puissances croisées considéraient les Byzantins un peu trop préoccupés par leurs propres affaires. Les croisés percevaient les Byzantins inutiles et peu reconnaissants des nobles ambitions et opportunités que les croisés percevaient comme une croisade. Les Byzantins avaient attaqué Antioche tenue par les Croisés. Les anciennes divisions entre les églises orientales et occidentales ne s'étaient pas non plus apaisées. Il était significatif que malgré les efforts diplomatiques entre les croisés et les byzantins, l'empereur byzantin Manuel ait renforcé les fortifications de Constantinople. En termes plus pratiques, les campagnes des croisés semblaient généralement attirer une foule de fanatiques et d'hommes aux antécédents douteux. Théoriquement, cette populace croisée cherchait l'absolution de ses péchés. Néanmoins, alors qu'ils traversaient le territoire byzantin en route vers le Levant, ils se livrèrent bientôt au pillage, au pillage et au viol. Le pillage et le pillage ont eu lieu malgré l'insistance de Manuel auprès des chefs croisés pour que toute la nourriture et les fournitures soient payées. Pas simplement saisi. Manuel est même allé jusqu'à fournir une escorte militaire pour voir les croisés sur leur chemin à travers les terres byzantines le plus rapidement possible. Cependant, les combats entre les deux groupes armés n'étaient pas rares. Andrinople en Thrace a particulièrement souffert. Les contingents français et allemands de la deuxième croisade sont arrivés à la capitale byzantine de Constantinople en 1147 après JC. La situation s'est encore aggravée qu'auparavant. Toujours méfiants à l'égard de l'Église d'Orient, les croisés étaient maintenant indignés de découvrir que Manuel avait signé une trêve avec les Turcs. Du point de vue byzantin, les Turcs étaient moins perçus comme une menace à court terme pour Byzance que les croisés. Le contingent français de l'armée des croisés voulait prendre d'assaut Constantinople même. Les croisés allemands avaient leurs propres problèmes car une grande partie de leur armée avait été anéantie par une terrible crue flash . Finalement, les croisés ont été persuadés de se dépêcher de se diriger vers l'est. Cela a été motivé par des informations faisant état d'une importante armée musulmane se préparant à bloquer leur chemin en Asie Mineure. Là, ils ont ignoré les conseils de Manuel de s'en tenir à la sécurité de la côte et ont donc rencontré un désastre. L'armée allemande dirigée par Conrad III a été la première à subir un désastre en raison d'un manque de planification et du non-respect des conseils locaux. Non préparés à la rude steppe semi-aride, les croisés manquaient de vivres. Conrad avait aussi sérieusement sous-estimé le temps nécessaire pour atteindre son objectif. À Dorylaion, une force de Turcs musulmans seldjoukides composée principalement d'archers a fait des ravages sur les Occidentaux lents. Le 25 octobre 1147 après JC, les Seldjoukides forcèrent les croisés à se retirer à Nicée. Conrad lui-même a été blessé mais est finalement revenu à Constantinople. À la tête du contingent français, Louis VII fut choqué d'apprendre l'échec des Allemands. Cependant, ses forces ont continué et utilisant sa cavalerie supérieure, ont réussi à vaincre une armée seldjoukide en décembre 1147 après JC. Le succès français fut cependant de courte durée. Le 7 janvier 1148, les Français furent sévèrement battus au combat alors qu'ils traversaient les montagnes de Cadmus. L'armée des croisés était devenue trop étendue. Certaines unités avaient perdu le contact entre elles et les Seldjoukides en ont pleinement profité. Ce qui restait des forces occidentales était commandé par un groupe de Templiers. Il y a eu quelques victoires mineures alors que les croisés se dirigeaient vers la côte sud de l'Asie Mineure. Cependant, en général, ce fut une ouverture désastreuse pour une campagne qui n'avait même pas atteint sa cible du nord de la Syrie. Louis VII et son armée ravagée devaient enfin arriver à Antioche en mars 1148. D'Antioche, Louis a ignoré la proposition de Raymond d'Antioche de combattre dans le nord de la Syrie. Au lieu de cela, il fit marcher ses forces vers le sud. Si les rumeurs de l'époque étaient vraies, le manque de coopération entre les deux dirigeants était peut-être dû à la découverte par Louis que sa jeune épouse Aliénor d'Aquitaine et Raymond (l'oncle d'Aliénor) avaient entretenu une liaison sous son nez. Quoi qu'il en soit, un conseil de chefs occidentaux fut convoqué à Acre. La cible de la croisade était maintenant choisie. Ce ne serait pas l'Edesse déjà détruite, mais plutôt Damas sous contrôle musulman. Damas était la menace la plus proche de Jérusalem et constituait un prix prestigieux. Damas avait autrefois été en alliance avec le royaume de Jérusalem dirigé par les croisés. Cependant, les loyautés changeantes entre les différents États musulmans signifiaient que ce fait n'avait aucune garantie pour l'avenir. Les échecs de la deuxième croisade remettaient désormais en perspective les succès déjà légendaires de la première croisade. La deuxième croisade ne s'est pas comparée favorablement. Les croisés ont été confrontés à la nécessité de prendre au moins une grande ville ou de rentrer chez eux comme des échecs complets. Damas était un choix aussi bon que n'importe quel autre pour les croisés. La situation était d'autant plus urgente qu'il y avait maintenant une perspective très réelle que les musulmans de Damas rejoignent ceux d'Alep. Les forces d'Alep étaient sous le commandement de l'ambitieux conquérant d'Edesse, Nur ad-Din. L'armée des croisés est arrivée à Damas le 24 juillet 1148 après JC et a immédiatement commencé un siège. Cependant, après seulement quatre jours, les difficultés présentées par les défenseurs de Damas et le grave manque d'eau pour les assaillants imposent l'abandon du siège. Une fois de plus, une mauvaise planification et une mauvaise logistique devaient prouver la perte des croisés. Les combats autour de la ville avaient été féroces avec de lourdes pertes des deux côtés. Cependant, les croisés n'avaient pas réussi à réaliser une avancée significative. Les échecs de la deuxième croisade contrastaient fortement avec les succès déjà légendaires de la première croisade. L'effondrement du siège après une si courte période a conduit certains à soupçonner que les défenseurs avaient soudoyé les résidents chrétiens à l'inaction. Le chef des forces allemandes, Conrad III, était particulièrement méfiant. D'autres croisés soupçonnaient une ingérence byzantine. En réalité, le zèle des défenseurs pour garder leur bien le plus précieux a peut-être été négligé. La ville possédait de nombreux liens avec la tradition islamique. L'esprit des défenseurs a également été renforcé par l'arrivée à 150 kilomètres d'une importante armée de secours musulmane envoyée par Nur ad-Din. Les chefs croisés ont peut-être préféré l'option de la retraite pour combattre un autre jour. Ils étaient en nombre et en approvisionnement limités. Ils faisaient face à un court délai pour capturer la ville. Cela devait être réalisé avant que la force de secours musulmane n'arrive et menace les faibles capacités défensives des croisés. Ainsi, les combats prirent fin lorsque le chef allemand Conrad III retourna en Europe en septembre 1148 après JC. Son départ a été suivi du départ du leader français Louis. Après une visite guidée de la Terre Sainte, Louise est retournée en Europe six mois après le retour de Conrad. Ainsi, malgré tant de promesses précoces, il s'était éteint de manière décevante comme un feu d'artifice endommagé par l'eau. La deuxième croisade s'est avérée être un coup dur pour les alliances diplomatiques soigneusement construites de Byzance. C'était particulièrement le cas en ce qui concerne l'alliance byzantine avec l'Allemand Conrad III contre les Normands. La croisade et l'absence concomitante de Conrad d'Europe ont fourni une distraction. Cette distraction a fourni une fenêtre d'opportunité au roi normand Roger II de Sicile, qui a régné de 1130 à 1154 après JC. Roger s'est retrouvé sans retenue avec l'absence de Conrad d'Europe. Roger était libre d'attaquer et de piller Kerkyra (Corfou), Eubée, Corinthe et Thèbes en 1147 après JC. Le roi byzantin Manuel a tenté de persuader Louis VII de France de se ranger à ses côtés contre Roger. Cependant, les efforts de Manuel pour persuader Louis ont échoué. Au grand embarras de Byzance en 1149 après JC, ils furent confrontés à un soulèvement serbe. Cela s'est accompagné d'une attaque sur la zone autour de Constantinople par la flotte de George d'Antioche. Les Byzantins ont réussi à reprendre Kerkyra. Cependant, une fois de plus, une croisade avait endommagé les relations est-ouest. Pendant ce temps, comme les croisés avaient sans doute craint Nur ad-Din, il continua à consolider son empire. Il prit Antioche le 29 juin 1149 après la bataille d'Inab. Nur ad-Din a décapité son souverain Raymond d'Antioche. Raymond le comte d'Edesse est capturé et emprisonné. L'état latin d'Edesse a été complètement envahi et éliminé en 1150 après JC. Nur ad-Din a ensuite repris Damas en 1154 après JC. Il a ainsi uni la Syrie musulmane. Manuel ripostera avec des campagnes réussies là-bas de 1158 à 1176 après JC. Néanmoins, les signes étaient de mauvais augure que les musulmans constitueraient une menace permanente pour les Byzantins et l'Orient latin. Le général Shirkuh de Nur ad-Din a conquis l'Égypte en 1168 après JC. Avec cela, la voie était ouverte à une menace encore plus grande pour la chrétienté. Cela est venu sous la forme du grand chef musulman Saladin, sultan d'Égypte, qui a régné de 1169 à 1193 après JC. La victoire de Saladin à la bataille de Hattin en 1187 après JC, au cours de laquelle il reprit Jérusalem, déclenchera la troisième croisade, qui se déroulera de 1189 à 1192 après JC [Ancient History Encyclopedia]. La troisième croisade: La troisième croisade a été lancée pour reprendre Jérusalem après sa chute face au chef musulman Saladin en 1187 après JC. La troisième croisade s'est déroulée de 1189 à 1192 après JC. Il était dirigé par trois monarques européens. Elle devint donc également connue sous le nom de "Croisade des Rois". Les trois chefs de la troisième croisade comprenaient Frederick I Barbarossa, roi d'Allemagne et empereur du Saint Empire romain germanique qui a régné de 1152 à 1190 après JC. Également inclus était Philippe II de France, qui a régné de 1180 à 1223 après JC. Le dernier était Richard I 'le Cœur de Lion' d'Angleterre, qui a régné de 1189 à 1199 après JC). Malgré le pedigree impressionnant de ses dirigeants, la troisième croisade fut un échec. La ville sainte de Jérusalem n'a même jamais été attaquée. Il y a eu quelques victoires en cours de route. Le plus notable a été la prise d'Acre et la bataille d'Arsuf. Cependant, la troisième croisade était destinée à s'éteindre avec un gémissement. Elle s'est effondrée parce qu'au moment où ils sont arrivés à Jérusalem, les chefs de la troisième croisade se sont retrouvés sans hommes ni ressources suffisantes pour résister aux armées encore intactes de Saladin. Un compromis a été négocié avec l'accès des pèlerins à Jérusalem autorisé et un pied chrétien maintenu au Moyen-Orient. Cependant, tout ce qui allait au-delà de ce règlement négocié devrait attendre une nouvelle tentative de prise de la ville sainte. En peu de temps, la reprise de Jérusalem deviendrait l'objectif initial de la quatrième croisade de 1202-1204 après JC. La deuxième croisade précédente s'était déroulée de 1147 à 1149 après JC. Il avait effectivement pris fin avec l'échec complet de la prise de Damas en Syrie en 1148 après JC. C'est alors que les différents États musulmans du Moyen-Orient ont réalisé que les chevaliers occidentaux autrefois redoutés pouvaient être vaincus. C'est avec cette prise de conscience que l'existence précaire des territoires détenus par les croisés, l'Orient latin, a été clairement mise en évidence. Tout ce qui était nécessaire maintenant était une unification des forces musulmanes. Cela a été fourni par l'un des plus grands de tous les dirigeants médiévaux. C'était sur la personne de Saladin, le sultan d'Egypte et de Syrie, qui a régné de 1174 à 1193 après JC. Saladin était le fondateur de la dynastie ayyoubide en Égypte. Saladin avait pris le contrôle de Damas en 1174 et d'Alep en 1183 après JC. Saladin a ensuite choqué le monde en battant l'armée du royaume de Jérusalem et ses alliés latins à la bataille de Hattin en 1187 après JC. Saladin a ainsi pu prendre le contrôle de villes telles qu'Acre, Tibériade, Césarée, Nazareth, Jaffa. Saladin a même conquis le plus saint des saints lui-même, Jérusalem. Saladin était remarquablement indulgent avec ses captifs chrétiens. Cela contrastait avec la boucherie qui accompagnait la première croisade près d'un siècle plus tôt (1095 à 1102 après JC) après la reprise de Jérusalem. Saladin accepta « avec bienveillance » les rançons de ces chrétiens latins qui pouvaient se permettre d'acheter leur liberté. Les chrétiens latins qui n'avaient pas les moyens d'acheter leur liberté ont été réduits en esclavage. Les chrétiens d'Orient ont été autorisés à rester à Jérusalem en tant que groupe minoritaire protégé. L'Orient latin s'était pratiquement effondré. Seule Tyr resta aux mains des chrétiens sous le commandement de Conrad de Montferrat. Aussi petit que soit ce pied restant, il s'avérerait un point d'appui utile pour lancer la troisième croisade à venir. En 1187 après JC, le pape Grégoire VIII appela à une autre croisade pour reconquérir Jérusalem et récupérer des reliques sacrées perdues telles que la Vraie Croix. Le pape Grégoire VIII n'a régné que quelques mois en 1187, mais en octobre, il a eu un impact durable sur l'histoire en appelant à la troisième croisade. Rien de moins qu'une répétition de l'exploit remarquable de la première croisade ferait l'affaire. Comme décrit ci-dessus, pas moins de trois monarques ont relevé le défi du Pape. Il s'agissait du Saint Empereur romain, Frédéric Ier Barberousse, roi d'Allemagne ; Philippe II de France ; et Richard Ier d'Angleterre. Ces trois hommes étant les plus puissants d'Europe occidentale, la campagne promettait beaucoup. Frédéric Ier Barberousse fut le premier roi à se mobiliser. Il a voyagé avec son armée par voie terrestre à travers la Thrace au printemps de 1190 après JC. L'empereur byzantin à l'époque était Isaac II Angelos, qui a régné de 1185 à 1195 après JC. Isaac se méfiait naturellement de cette armée occidentale passant par son territoire. D'un autre côté, les croisés se méfiaient profondément de la nouvelle alliance d'Isaac avec Saladin. Ce soupçon était au moins en partie fondé sur la réalité, car Isaac a tenté d'entraver la progression des croisés vers le Moyen-Orient. Lorsque Frédéric occupa Andrinople en Thrace, les Byzantins devinrent plus utiles à leurs compagnons chrétiens. Cependant, l'empereur byzantin fut sans doute soulagé une fois que les Allemands furent passés en Anatolie. Le désastre frappe les croisés le 10 juin 1190. L'empereur romain germanique s'est noyé dans un accident alors qu'il était encore en route vers la Terre Sainte. Des récits historiques contradictoires le font tomber de son cheval ou subir une crise cardiaque en nageant dans la rivière Saleph, dans le sud de la Cilicie. La mort de Frederick fut alors peu après suivie d'une épidémie calamiteuse de dysenterie. Cela a entraîné l'élimination de la majeure partie de son armée ou la décision de rentrer chez elle dans le chagrin. La croisade devra s'appuyer sur les armées anglaise et française. Les Français et les Anglais étaient dans l'évaluation la plus optimiste des alliés temporaires qui ne s'aimaient pas beaucoup dans le meilleur des cas. Bien que quelques troupes allemandes se soient rendues à Acre au Moyen-Orient, la perte de l'autorité et de l'expérience de Frédéric s'avérerait significative pour la croisade dans son ensemble. Pendant ce temps, l'Anglais Richard I prend la route maritime vers le Moyen-Orient. Méticuleux comme toujours, le militant expérimenté avait orienté toutes les ressources de son royaume vers la campagne. Richard a amassé une flotte de 100 navires et 60 000 chevaux. Sur son chemin, Richard a capturé Messine en Sicile en 1190 après JC. Lorsque l'armée de Richard s'est réunie pour la première fois sur l'île en avril 1191 après JC, 17 000 soldats étaient prêts à l'action. Le roi d'Angleterre savait très bien que le facteur déterminant de toute campagne était la logistique. Richard entreprit donc de s'assurer d'avoir une bonne ligne d'approvisionnement en capturant ensuite Chypre. Officiellement encore un territoire byzantin, l'île de Chypre avait alors un chef rebelle, Isaac Komnenos. Komnenos s'était proclamé souverain indépendant de Chypre. Les forces de Richard se sont avérées imparables. Avec l'excuse plutôt modérée que les habitants n'avaient pas traité très gentiment certains croisés naufragés, Chypre fut prise en mai 1191 après JC. Les habitants de l'île ont été contraints de payer une taxe de 50% sur toutes les possessions pour augmenter encore les coffres de campagne du roi croisé. Les croisés ont ensuite utilisé Chypre comme base de ravitaillement pour les armées en route vers le Moyen-Orient. Les croisés ont gouverné Chypre jusqu'à ce que les Vénitiens prennent le relais en 1571 après JC. Pendant ce temps, en France, Philippe II avait amassé son armée de 650 chevaliers, 1 300 écuyers et un nombre encore plus grand d'infanterie. Cette armée a également navigué vers le Levant. Le transport était à bord de navires génois qui emmèneraient la force française à Acre. La troisième croisade était certainement en train de devenir une véritable escapade militaire paneuropéenne. La première grande bataille de la campagne a eu lieu à Acre même. Acre était sur la côte du royaume de Jérusalem. La ville était déjà assiégée depuis un certain temps par une armée dirigée par le noble français Guy de Lusignan. Lusignan était le roi titulaire de ce qui restait du royaume de Jérusalem. Guy a régné de 1186 à 1192 après JC. Cependant, son siège était difficile car il faisait maintenant face à une armée envoyée par Saladin pour soulager la ville. Heureusement pour le souverain latin, plusieurs armées croisées arrivèrent bientôt en soutien. Il y avait les restes de l'armée de Frédéric, un contingent allemand dirigé par le duc Léopold d'Autriche qui avait voyagé par mer. Il y avait une force française dirigée par Henri de Champagne. Et il y avait aussi les armées de Richard Ier d'Angleterre et de Philippe II de France. Au début de juin 1191 après JC, toutes les forces croisées étaient en place et prêtes à prendre la ville d'Acre. Un bombardement lourd et soutenu à l'aide de catapultes a été lancé mais le siège prolongé. Cependant, le siège n'a réussi que lorsque les sapeurs ont finalement reçu des incitations en espèces du roi Richard d'Angleterre. Les sapeurs ont ensuite réussi à saper les murs de fortification de la ville côté terre. Les engins de siège et la réputation du roi anglais ont été des facteurs supplémentaires dans la victoire. Enfin, les divisions au sein de la propre armée de Saladin ont également joué un rôle. Richard était alors connu sous le nom de "Lionhearted" grâce à son courage et son audace dans la guerre. Richard a réalisé en cinq semaines ce que Guy n'avait pas réussi à faire en vingt semaines. La ville a finalement été capturée le 12 juillet 1191 après JC. La prise de la ville comprenait de manière significative 70 navires, l'essentiel de la marine de Saladin. Selon la légende, Richard avait été malade à l'époque. Il a peut-être été terrassé par le scorbut. Richard se fit donc porter par des vassaux sur un brancard lui permettant de tirer sur les remparts ennemis avec son arbalète. Richard a alors plutôt entaché sa réputation de «bon roi» lorsqu'il a ordonné l'exécution de 2 500 prisonniers. C'était la réponse du roi d'Angleterre à un retard dans le paiement de la rançon convenue pour les prisonniers. Richard a estimé que le retard de la rançon méritait une riposte ferme. En tout état de cause, avoir libéré les défenseurs captifs n'aurait fait que rejoindre tôt ou tard l'armée ennemie. Pendant ce temps, Guy de Lusignan est devenu le nouveau roi de Chypre. Chypre avait été vendue par Richard aux Templiers, levant plus d'argent pour "la cause". Malheureusement, de retour au Levant, le roi français Philippe fut obligé de rentrer chez lui en août 1191 après JC. Son retour était dû à des problèmes politiques en Flandre qui menaçaient son trône. Des trois rois d'origine, l'armée des croisés n'en avait plus qu'un. Bien sûr, Richard I 'le cœur de lion' était probablement le plus grand général de sa génération. Ainsi, des trois rois d'origine, l'armée des croisés n'en avait plus qu'un. Pourtant, Richard était probablement le plus grand général de sa génération. Malgré quelques revers, la troisième croisade a bien commencé. L'armée des croisés a ensuite jeté son dévolu sur Jaffa. Jaffa était une ville portuaire vitale qui approvisionnait Jérusalem. Sur le chemin, l'armée des croisés en marche est soumise à quelques jours de tactiques de harcèlement inefficaces par les forces de Saladin. Cependant, après quelques jours, Saladin a décidé que plutôt que de brèves escarmouches, la meilleure façon de faire face aux envahisseurs était un engagement complet sur le terrain. Le 7 septembre 1191 après JC dans la plaine d'Arsuf, les deux armées s'affrontèrent dans une bataille en cours. Les croisés étaient très attentifs à suivre la côte et ne laissaient ainsi qu'un seul flanc de leur colonne exposé. Les archers à cheval et d'infanterie musulmans, ainsi que les lanceurs d'infanterie, ont attaqué l'infanterie croisée en marche. Comme d'habitude, l'infanterie croisée a formé un bloc protecteur autour des unités de cavalerie lourde. Après des escarmouches pendant la majeure partie de la journée, la cavalerie lourde de l'Occidental a été lâchée avec un effet dévastateur. Il est probable que la charge initiale de la cavalerie lourde des Chevaliers Hospitaliers était peut-être une charge non autorisée. Les croisés ont gagné la bataille mais les pertes musulmanes n'étaient pas substantielles car la charge n'avait laissé à Saladin d'autre choix que de se retirer dans la sécurité relative de la forêt bordant la plaine. Les croisés ont ensuite marché vers Jaffa pour se reposer et se regrouper. Le roi d'Angleterre Richard a préféré sécuriser d'abord l'Égypte et ainsi isoler la base logistique de l'ennemi. Cependant, la plupart des croisés avaient l'intention de frapper droit sur Jérusalem. Jérusalem était après tout le but initial de la Croisade. Le roi d'Angleterre s'inclina à la demande populaire et se dirigea vers la ville sainte. Cependant, il a fait son geste sous la forme d'une avance prudente. En route, des châteaux stratégiquement importants protégeant les lignes de ravitaillement de l'armée ont été capturés et fortifiés. Par conséquent, en janvier 1192 après JC, l'armée des croisés n'avait toujours pas atteint son objectif de Jérusalem. Le temps humide n'accélérait pas la progression. Toujours à 19 kilomètres (12 milles) de leur but ultime et avec leurs lignes de ravitaillement précaires, une décision fatidique a été prise. Richard avait marché jusqu'en vue de Jérusalem. Cependant, il savait que même s'il pouvait prendre d'assaut les formidables fortifications de la ville, son armée avait été considérablement réduite par les différentes batailles des deux dernières années. Richard savait qu'il ne serait probablement pas en mesure de tenir Jérusalem contre une contre-attaque inévitable. C'était une décision appuyée par les commandants des deux unités de combat les plus expérimentées de l'armée : les Templiers et les Hospitaliers. Aujourd'hui plus que jamais, la perte de l'armée allemande de Frédéric se faisait vivement sentir. Une autre marche a été faite sur Jérusalem l'année suivante. Comme auparavant, cependant, il s'est arrêté en deçà de l'objectif. Les chefs croisés ont de nouveau décidé qu'ils pourraient prendre la ville après un long siège comme ils l'avaient fait à Acre. Cependant, ils ont estimé qu'ils seraient presque certainement incapables de conjurer une contre-attaque de Saladin. Saladin entre-temps décide d'attaquer Jaffa. Jaffa est tombé aux mains de l'armée musulmane de Saladin en juillet 1192 après JC. Situé à Acre, Richard a navigué et est arrivé à Jaffa le 1er août, déterminé à récupérer la ville. Menant de front, le "Lionhearted" a atteint son but contre vents et marées improbables. Néanmoins, dans l'ensemble, peu de choses avaient changé. Les musulmans contrôlaient toujours Jérusalem et Saladin avait toujours son armée intacte. La lutte entre les croisés et les musulmans était une sorte d'impasse. Comme cela avait été le cas avec Phillip en France, les affaires intérieures en Angleterre nécessitaient le retour rapide de Richard chez lui. Son retour en Angleterre en octobre 1192 après JC était nécessaire pour sauvegarder son trône. L'ensemble du projet de croisade a été effectivement abandonné. Aucune armée croisée ne s'approcherait plus jamais aussi près de Jérusalem. Richard a réussi à sauver quelque chose pour tous les efforts. Il a négocié un accord de paix avec Saladin à Jaffa. La forteresse d'Ascalon tenue par les croisés a dû être abandonnée et démantelée. Une petite bande de terre autour d'Acre devait être conservée par les croisés. Le futur traitement sûr des pèlerins chrétiens en Terre Sainte faisait également partie du marché. Le résultat et le règlement de paix négociés n'étaient pas tout à fait ce que les partisans de la troisième croisade avaient espéré au départ. Cependant, il y avait la consolation qu'il pourrait toujours y avoir une quatrième croisade à un moment donné dans le futur. En effet, Richard a noté que dans toute campagne future contre les Arabes, il serait avantageux d'attaquer depuis l'Égypte. L'Égypte était essentiellement le faible ventre de leur empire. C'est précisément ce plan que les quatrièmes croisés ont adopté, même s'ils ont de nouveau été distraits de leur objectif initial. La distraction de la quatrième croisade, qui se déroulerait de 1202 à 1204 après JC, serait cette fois le joyau de Byzance, Constantinople elle-même [Ancient History Encyclopedia]. La quatrième croisade: La quatrième croisade se déroulerait de 1202 à 1204 après JC. Il a été appelé par le pape Innocent III, qui a régné de 1198 à 1216 après JC. Le pape Innocent III a appelé à la quatrième croisade pour reprendre Jérusalem à ses actuels seigneurs musulmans. Au lieu de cela, cependant, il s'est produit une étrange combinaison de conneries, de contraintes financières et d'ambitions commerciales vénitiennes. En fin de compte, la cible a fini par être Constantinople, capitale de l'Empire byzantin. Constantinople était la plus grande ville chrétienne du monde. Mise à sac par les croisés le 12 avril 1204 après JC, Constantinople a été dépouillée de ses richesses, reliques et œuvres d'art. L'Empire byzantin est partagé entre Venise et ses alliés. La quatrième croisade a ainsi acquis sa réputation infâme de croisade la plus cynique et la plus lucrative. Les Byzantins se considéraient comme les défenseurs de la chrétienté. Byzance était le phare qui rayonnait à travers la Méditerranée et l'Asie centrale. Byzance était le rocher qui s'opposait à la marée de l'islam qui s'engouffrait de l'est. À Constantinople, il abritait la ville la plus sainte en dehors de Jérusalem. La perspective de ce qui avait été la moitié occidentale de l'ancien Empire romain était tout à fait différente. De ce point de vue, les Byzantins étaient considérés comme décadents, sournois et indignes de confiance. Même leurs pratiques religieuses étaient suspectes. Cette division essentielle entre l'est et l'ouest avait causé des problèmes constants dans toutes les croisades précédentes. Il devait resurgir lors de la quatrième croisade. Il y avait de nombreuses autres sources de la division entre la chrétienté orientale et occidentale. Il y avait la rivalité historique entre les papes et les empereurs. Il y avait aussi l'ambition croissante de l'Occident d'arracher à Byzance les restes de son empire en Italie. Ce schisme a été intensifié par les échecs des croisades dans la sécurisation permanente de la Terre Sainte pour la chrétienté. Le blâme a été attribué aux deux camps opposés par l'autre pour le manque de succès. Les Byzantins étaient considérés comme manquant de volonté pour combattre l'ennemi musulman commun. Du point de vue byzantin, les croisés étaient considérés comme des opportunistes cherchant à s'emparer des meilleures parties de l'empire byzantin. Dans un sens, les deux parties avaient au moins partiellement raison dans leurs jugements de l'autre. La troisième croisade précédente s'était déroulée de 1187 à 1192 après JC. La troisième croisade avait remporté des succès militaires notables. Cependant, il avait complètement échoué dans son objectif initial de reprendre Jérusalem au sultan musulman d'Égypte et de Syrie, Saladin le Grand. Saladin avait régné de 1174 à 1193, mais le célèbre sultan était maintenant mort. Néanmoins, la ville sainte de Jérusalem est restée aux mains des musulmans. De toute évidence, une autre croisade était nécessaire. La quatrième croisade a donc été appelée par le pape Innocent III en août 1198 EC. Comme lors des croisades précédentes, la promesse a été faite que ceux qui se rendraient en Terre Sainte et combattraient les infidèles recevraient la rémission de leurs péchés. Cependant, comme incitation supplémentaire, le pape Innocent III a maintenant étendu la promesse de ce «bénéfice» à ceux qui ont donné l'argent nécessaire pour financer un guerrier pour aller à leur place. En octobre 1202 après JC, l'armée des croisés était enfin prête à mettre les voiles de Venise en Égypte. Comme l'avait jugé le roi d'Angleterre Richard « le Cœur de Lion » à la fin de la troisième croisade, l'Égypte était considérée comme le ventre mou de l'ennemi. Le moment choisi par le pape n'était pas le meilleur. Cela était particulièrement vrai étant donné que la ville sainte était aux mains des musulmans depuis 1187 après JC. Dans les dernières années du XIIe siècle, les quatre monarques des royaumes les plus puissants d'Europe, l'Angleterre, la France, l'Allemagne et l'Espagne, étaient occupés par les affaires intérieures. Dans le cas de l'Angleterre et de la France, ils étaient également préoccupés par de graves querelles territoriales entre eux. Pire encore, en avril 1199 après JC, le grand roi croisé Richard Ier d'Angleterre, qui régnait depuis 1189, mourut. Le roi Richard avait promis de retourner en Terre Sainte et de terminer son travail inachevé à la fin de la troisième croisade. Malheureusement, le roi Richard est mort en campagne en France. Contrairement à la troisième croisade précédente, la quatrième ne devait donc pas être une «croisade des rois». Pourtant, un bon nombre de nobles de second rang ont été inspirés pour se joindre ou «prendre la croix», comme on l'appelait. Cela était particulièrement évident avec le nombre de personnes du nord de la France qui ont rejoint la quatrième croisade. Il y avait les comtes de Champagne et de Blois, bien que les premiers moururent avant le début de l'expédition. Il y avait aussi Geoffroy de Villehardouin. Villehardouin écrira plus tard sa « Conquête de Constantinople », un document important de la quatrième croisade. Ils ont été rejoints par le comte Baldwin de Flandre et Simon de Montfort. En août 1201, après la mort prématurée de Théobald de Champagne, le chef de l'expédition fut choisi. Le choix s'est porté sur le marquis Boniface de Montferrat. Boniface était un Italien immensément riche et chevaleresque avec un impressionnant pedigree croisé dans sa famille. De manière significative peut-être, compte tenu des événements futurs, Boniface avait également des liens familiaux avec l'Empire byzantin. L'un de ses frères avait épousé la fille de l'empereur byzantin Manuel Ier, qui a gouverné Byzance de 1143 à 1180 après JC. Un autre des frères de Boniface avait épousé la sœur de l'empereur byzantin déchu Isaac II Angelos, qui avait régné de 1185 à 1195 après JC. En octobre 1202 après JC, l'armée était enfin prête à mettre les voiles de Venise en Égypte. C'était du moins le plan initial. Commerçants rapaces qu'ils étaient, les Vénitiens ont insisté pour que leurs 240 navires soient payés d'avance. Mais les croisés n'ont pas pu atteindre le prix étonnant de 85 000 marks d'argent. Ce montant était à l'époque le double du revenu annuel de toute la France. En conséquence, un accord a été conclu qu'en échange du passage, les croisés s'arrêteraient à Zara sur la côte dalmate et la reconquériraient pour les Italiens. Zara avait récemment fait défection chez les Hongrois. Les Vénitiens fourniraient également 50 navires de guerre aux croisés à leurs propres frais et recevraient à leur tour la moitié de tout territoire conquis. Le pape n'était pas très heureux d'apprendre que Christian Zara avait été limogé le 24 novembre 1202 après JC. Le pape a rapidement excommunié les croisés et les Vénitiens. L'interdiction a ensuite été levée pour les croisés. On suppose que s'il n'avait pas été levé, ils n'auraient pas été d'une grande utilité en tant que croisés. Il est également vrai que de nombreux chefs croisés, notamment Simon de Montfort, avaient en fait refusé d'attaquer Christian Zara. Un nombre important d'hommes avaient même quitté la croisade sur la question. Les historiens continuent de débattre de la raison exacte pour laquelle les croisés se sont alors retournés contre Constantinople au lieu de Jérusalem. Un ingrédient crucial dans le mélange gênant de suspicions mutuelles entre les puissances occidentales et Byzance était la République de Venise. Plus précisément, cette influence s'est concentrée sur un seul homme, le Doge Enrico Dandolo qui a gouverné Venise de 1192 à 1205 après JC). Dandolo avait l'intention d'atteindre la domination vénitienne du commerce à l'est. De plus, Dandolo se souvenait bien de son expulsion indigne de Constantinople alors qu'il y avait servi comme ambassadeur. Cela semblait une occasion aussi bonne que jamais d'installer un nouvel empereur sympathique. En fin de compte, cela s'est avéré être en la personne d'Alexios IV Angelos, qui a finalement gouverné Byzance de 1203 à 1204 après JC. Son père était Isaac II Angelos, qui avait été déposé comme empereur sept ans plus tôt. Alexios faisait campagne depuis un certain temps pour obtenir le soutien de l'Occident. Si Alexios regagnait le trône, son ascension d'ingénierie vénitienne donnerait à Venise une « longueur d'avance » sur la compétition. Son ascension permettrait à Venise de prendre plusieurs longueurs d'avance sur ses rivaux commerciaux de longue date, Pise et Gênes. Tous trois se font concurrence sur le marché commercial au sein de l'Empire byzantin, mais Venise pourrait par la suite être en mesure de s'accaparer le marché. C'était peut-être le but de Dandolo et des croisés de simplement passer par Constantinople et d'installer un nouvel empereur sur le trône de Byzance. Par la suite, il se peut que les croisés aient eu l'intention de continuer jusqu'à Jérusalem avec leurs navires réapprovisionnés et leurs coffres remplis. Cependant, à la lumière de l'histoire récente des rébellions et des prises de contrôle à Byzance, il s'agissait peut-être d'une vision plutôt simplifiée des événements possibles. Certes, les choses se sont avérées beaucoup plus difficiles pour toutes les personnes impliquées. On pensait que les richesses de Constantinople pourraient payer le reste de la croisade alors qu'elle se dirigeait vers Jérusalem. En plus des gains matériels pour Venise, il y avait une autre motivation possible pour cibler Constantinople. Le pape pourrait enfin obtenir la suprématie de l'Église d'Occident une fois pour toutes sur l'Église d'Orient. Pendant ce temps, les chevaliers croisés se vengeraient des Byzantins fourbes pour leur soutien inutile des croisades précédentes. De plus, ces chevaliers se couvriraient également de gloire et gagneraient un beau butin dans le processus. Cependant, comme certains historiens de la théorie du complot l'ont affirmé, toute la chaîne d'événements qui s'est produite n'a peut-être pas été planifiée de manière aussi cynique à l'avance. Cependant, à la fin, c'est exactement ce qui s'est passé, sauf que si la quatrième croisade s'est terminée par la chute de la capitale byzantine, la reprise de Jérusalem a été laissée pour une date ultérieure. L'armée des croisés est arrivée à l'extérieur de Constantinople le 24 juin 1203 après JC. La force se composait d'environ 4 500 chevaliers et leurs écuyers, peut-être jusqu'à 14 000 fantassins et 20 000 à 30 000 Vénitiens. La première cible était la garnison byzantine à Galata, à proximité, sur l'autre rive de la Corne d'Or. Cela permettrait aux croisés d'abaisser la chaîne massive qui bloquait le port de la Corne d'Or. À son tour, cela permettrait à la flotte des croisés d'attaquer directement les digues de Constantinople, si cela devenait nécessaire. Dans le même temps, des engins de siège ont été construits pour attaquer les formidables fortifications de la ville côté terre. Ces fortifications ont pris la forme des murs théodosiens. L'empereur byzantin sortant Alexios III Angelos, qui régnait depuis 1195 après JC, a été pris au dépourvu par l'arrivée des croisés. Alexious III a fui la ville le 17 juillet 1203 après JC. Le premier mouvement des croisés était une tentative de mettre leur propre partisan sur le trône. Cela aurait été Alexios IV Angelos avec son père, l'ancien empereur Isaac II Angelos. C'est maintenant cependant que les occidentaux ont réalisé que les promesses d'Alexios avaient toutes été fausses. Contrairement à leur affirmation, le couple père et fils était profondément impopulaire auprès des Byzantins. C'était en grande partie grâce à une campagne de propagande soutenue contre eux promulguée par leur successeur, Alexios III, aujourd'hui décédé. Cette impopularité était exacerbée par la présence menaçante évidente de l'armée des Croisés campée à l'extérieur des murs de Constantinople. Par conséquent, le trône étant désormais effectivement vide et avec le soutien du peuple et de l'armée, un usurpateur est intervenu. C'était sous la forme d'Alexios V Doukas, surnommé «Murtzurphlus» pour ses sourcils broussailleux. Doukas a promis de défendre la ville à tout prix contre les croisés. Il s'empara du trône en janvier 1204 après avoir exécuté ses malheureux prédécesseurs, père et fils ensemble. Les murs de Constantinople ont été renforcés, les tours ont été surélevées et plusieurs raids ont été effectués contre les camps des croisés. Les croisés ont épuisé leurs voies diplomatiques avec les Byzantins. Les approvisionnements des croisés étaient dangereusement bas. Leurs navires avaient un besoin urgent de réparations et d'entretien vitaux. Les croisés n'avaient plus d'autre choix que d'essayer de prendre la ville elle-même. Les croisés ont lancé une attaque totale le matin du 9 avril 1204 après JC. L'attaque des croisés a été repoussée par les forces byzantines. Puis, le 12 avril, les croisés ont attaqué les digues les plus faibles du port et ont ciblé deux tours en particulier. Cela a été réalisé en attachant leurs navires ensemble et en les écrasant à plusieurs reprises contre les tours. Au départ, les défenseurs de Constantinople ont tenu bon. Cependant, les attaquants croisés ont fini par se frayer un chemin à la fois du côté de la mer et du côté de la terre. Les croisés défoncent les portes de la ville. Un massacre des défenseurs et des quelque 400 000 habitants de la ville a suivi. Des citoyens ont été violés et massacrés. Des bâtiments ont été incendiés. Les églises ont été profanées et dépouillées de leurs trésors. L'empereur byzantin usurpateur Doukas s'enfuit en Thrace. Trois jours de pillage des croisés ont suivi. Les œuvres d'art ont été détruites, les biens précieux ont été fondus et les reliques religieuses ont été dimensionnées pour être transportées vers l'Europe. Après la fin du pillage, le traité de la Partitio Romaniae a été imposé à Byzance. Déjà décidé d'avance, le traité partagea l'empire byzantin entre Venise et ses alliés. Les Vénitiens ont pris les trois huitièmes de Constantinople, les îles Ioniennes, la Crète, l'Eubée, Andros, Naxos et quelques points stratégiques le long de la côte de la mer de Marmara. Le contrôle vénitien du commerce méditerranéen était désormais presque total. Le 9 mai 1204 après JC, le comte Baldwin de Flandre fut nommé premier empereur latin de Constantinople. Il a régné de 1204 à 1205 après JC et a été couronné à Sainte-Sophie. Les Latins ont reçu les cinq huitièmes de Constantinople et un quart de l'Empire qui comprenait la Thrace, le nord-ouest de l'Asie Mineure et plusieurs îles de la mer Égée. Boniface de Montferrat s'empara de Thessalonique et y forma un nouveau royaume. Ce nouveau royaume comprenait Athènes et la Macédoine. En 1205 après JC, Baldwin fut capturé par les Bulgares à l'issue d'une bataille défendant son territoire en Thrace. Après sa mort ultérieure dans une prison bulgare, Guillaume Ier Champlitte et Geoffrey Ier Villehardouin fondèrent une principauté latine dans le Péloponnèse. Ce dernier était le neveu de l'éminent historien du même nom. Au même moment, le duc français Othon de la Roche s'empare de l'Attique et de la Béotie. En fin de compte, l'Empire byzantin serait rétabli près de six décennies plus tard. L'empire de Nicée avait été le centre des Byzantins en exil de 1208 à 1261 après JC. En 1261, les forces de l'Empire de Nicée reprirent Constantinople. L'empereur Michel VIII qui a régné de 1259 à 1282 après JC a ainsi pu replacer son trône dans le palais de ses prédécesseurs byzantins. Cependant, l'empire ressuscité n'était que l'ombre de lui-même. Il est peut-être compréhensible que le siège choquant, la chute et le sac de Constantinople aient attiré presque toute l'attention dans l'histoire de la quatrième croisade. Cependant, il y avait un petit contingent de croisés occidentaux, dirigé par Renard II de Dampierre, qui a rempli le but initial de l'expédition. Les forces de Renard ont atteint le Moyen-Orient, mieux vaut tard que jamais, en avril 1203 après JC. Les 300 chevaliers étaient bien trop peu nombreux pour envisager d'attaquer Jérusalem bien fortifiée, ou toute autre ville importante d'ailleurs. Cependant, la force a pu aider les États latins à perpétuer leur existence précaire au Moyen-Orient dominé par les musulmans. En coalition avec le désormais petit royaume de Jérusalem, les croisés ont attaqué quelques cibles mineures en Galilée sous contrôle musulman en septembre 1203 après JC. Une peste à Acre a ensuite anéanti la moitié de la force des croisés. Cependant, le dirigeant musulman de Damas, Al Malik al-'Adil, semblait déterminé à éviter une confrontation directe avec les croisés. Ainsi certains territoires furent concédés au Royaume de Jérusalem dont Nazareth, Jaffa, Ramla, et une bande de terre près de Sidon. Puis, en août 1204 après JC, les croisés ont attaqué avec succès à deux reprises les forces de Hama dans le centre de la Syrie. Cependant, malgré ces victoires mineures, ces réalisations en Terre Sainte étaient plutôt insignifiantes compte tenu des nobles ambitions initiales du pape Innocent III. La prochaine cinquième croisade de 1217 à 1221 après JC se concentrerait sur l'Afrique du Nord et l'Égypte. Ce ne sera qu'à la sixième croisade de 1228 à 1229 après JC que les ambitions chrétiennes au Moyen-Orient seront revisitées [Ancient History Encyclopedia] La cinquième croisade: La cinquième croisade de 1217 à 1221 après JC a été appelée par le pape Innocent III qui a régné de 1198 à 1216 après JC, peu de temps avant sa mort. Comme les croisades précédentes, l'objectif officiel de la cinquième croisade était de reprendre Jérusalem et de l'arracher au contrôle musulman. Cette fois, cependant, la stratégie consistait à affaiblir l'ennemi en attaquant d'abord les villes tenues par les musulmans en Afrique du Nord et en Égypte. Ces villes étaient à cette époque contrôlées par la dynastie ayyoubide qui dura de 1174 à 1250 après JC. L'idée que l'Égypte serait une cible plus facile que Jérusalem s'est avérée erronée et la campagne n'a pas réussi. L'armée des croisés a finalement conquis Damiette. Cependant, il a été assailli par des querelles de leadership. Il y avait aussi une pénurie d'hommes, d'équipements et de navires appropriés pour faire face à la géographie locale. Les croisés sont vaincus sur les rives du Nil. Une fois de plus, ils sont rentrés chez eux avec très peu à montrer pour leurs efforts. La quatrième croisade qui s'est déroulée de 1202 à 1204 après JC avait précédé. Elle aussi avait été appelée par le pape Innocent III à reprendre Jérusalem. Au lieu de cela, les croisés ont saccagé Constantinople en 1204 après JC. Les territoires autrefois byzantins étaient répartis entre Venise et ses alliés. L'objectif de placer Jérusalem sous la domination chrétienne restait toujours un objectif important de l'Église. Ainsi, le pape Innocent III avait formé une autre croisade. Ceci est maintenant connu sous le nom de Cinquième Croisade. Le pape Innocent III a été appelé la cinquième croisade en 1215 après JC. Le roi Richard Ier (le « Cœur de Lion ») d'Angleterre avait été l'un des trois rois menant la troisième croisade (« du roi ») de 1189 à 1192 après JC. Le roi Richard I avait gouverné l'Angleterre de 1189 à 1199 après JC. Donc, à ce moment-là, il était mort près de deux décennies plus tôt. Cependant, c'est le roi Richard Ier qui avait promu l'idée de ne pas attaquer les États musulmans à leur point le plus fort, leurs châteaux et leurs villes-fortes du Levant. Le roi Richard Ier avait plutôt préconisé d'attaquer les forces musulmanes au bas-ventre plus mou de l'empire ayyubide musulman : l'Égypte. Au cours de la Cinquième Croisade, cette stratégie sera adoptée. L'espoir était que si l'Égypte tombait, Jérusalem tomberait aussi. Jérusalem se retrouverait sans possibilité de renforts et de ravitaillement. La prédication de la cinquième croisade était organisée par zones géographiques. Des lignes directrices ont été promulguées pour les offices provinciaux et leurs délégués. Ces directives fournissaient des instructions sur la manière de persuader les gens de s'enrôler pour la croisade et sur qui cibler le mieux. La dynastie ayyoubide avait été fondée par Saladin qui avait régné de 1174 à 1193 après JC. La dynastie ayyoubide régnera sur l'Égypte jusqu'à sa conquête par les Mamelouks en 1250 après JC. Au moment de la cinquième croisade, le sultan d'Égypte était Sayef al-Din al-Adil. Il était le frère de feu Saladin, et donc le dirigeant le plus ancien du Moyen-Orient musulman. Il a régné de 1200 à 1218 après JC. Une trêve difficile avait existé entre les Ayyoubides et les États croisés au Moyen-Orient (connu sous le nom de «l'Orient latin»). Cependant, la récente fortification du mont Thabor par les Ayyoubides en Galilée menaçait Acre détenue par les croisés et son territoire environnant. Ce fut le mouvement que le pape Innocent III utilisa comme étincelle pour allumer les flammes de la ferveur religieuse parmi les dirigeants d'Europe occidentale. La prédication des croisades avait toujours été le mode essentiel de recrutement des volontaires. Pour la première fois dans l'histoire des croisades, cette campagne est organisée par zones géographiques. Comme décrit ci-dessus, il y avait des directives formelles pour les conseils provinciaux et leurs délégués sur la façon de persuader les gens et qui serait le plus réceptif au message. Il y avait même des manuels de sermons modèles conçus pour attiser au mieux la ferveur et l'enthousiasme pour la cause. Les nobles et les chevaliers ayant les compétences et les moyens de voyager et de se battre devaient être ciblés plus intensément. De cette manière, des mouvements populaires non officiels tels que la soi-disant croisade des enfants de 1212 après JC pourraient être évités. Cette croisade avait été caractérisée par la présence d'un grand nombre de paysans et de leurs enfants. En fin de compte, le pape Innocent III a élargi l'appel à tous les hommes, à l'exception des moines. Du moins en théorie. Cependant, ceux qui ne possédaient pas de compétences militaires étaient fortement encouragés, voire contraints, à « racheter leurs vœux ». Racheter leurs vœux impliquait la contribution de fonds à la cause plutôt que de participer en personne. Ceux qui ont payé mais n'ont pas réellement participé recevraient toujours le bénéfice d'une rémission de leurs péchés. C'était la même promesse que le pape avait faite lors de la quatrième croisade précédente, et c'était un appel populaire. De plus, une taxe sur une période de trois ans d'un vingtième de leur revenu a été imposée au clergé pour aider à payer la croisade. Cette taxe était à cette époque la politique papale typique. La conviction religieuse et la promesse de la rémission des péchés étaient des incitations à ne pas minimiser. Cependant, la perspective de l'aventure, du gain financier du butin de guerre et de l'amélioration du statut social était au moins tout aussi convaincante. Ceux-ci, ainsi que l'acquisition de nouveaux honneurs et titres, étaient tous des facteurs de motivation supplémentaires. La campagne de recrutement a été très réussie. Il a été particulièrement réussi en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Italie, en Hongrie et aux Pays-Bas. Le pape Innocent III mourut le 16 juillet 1216 après JC avant d'avoir eu la chance de voir sa croisade démarrer. Cependant, son successeur fut le pape Honorius III, qui régna de 1216 à 1227 après JC. Le nouveau pape n'avait pas l'intention d'annuler la campagne. Le premier chef de la croisade devait être Frédéric II, roi d'Allemagne et futur empereur romain germanique. Le roi Frédéric II a régné de 1220 à 1250 après JC). En l'absence d'une multiplicité de monarques comme cela avait été le cas lors de la troisième croisade, cette sélection était en quelque sorte un coup d'État. Malheureusement, il s'est avéré que Frederick n'a pas pu mener la cinquième croisade en raison de problèmes politiques internes au sein de son propre empire. De plus, Frederick était impliqué dans une querelle en cours avec la papauté au sujet de son désir de contrôler à la fois les terres allemandes et la Sicile. Craignant l'encerclement, c'était une situation que la papauté forte souhaitait éviter. En mai 1218 après JC, l'armée des croisés débarqua juste à l'ouest de la ville de Damiette en Égypte. Le plan était de prendre la ville puis de marcher le long du Nil vers Le Caire. Damiette avait alors une population d'environ 60 000 habitants et était située à environ 160 kilomètres (100 miles) du Caire. L'armée des croisés comptait peut-être 30 000 hommes à son apogée. Il se composait des chevaliers croisés d'Europe aux côtés de barons de l'Orient latin. Un élément important était composé de chevaliers des trois principaux ordres militaires : les chevaliers hospitaliers, les templiers et les chevaliers teutoniques. Sur le terrain, ces forces étaient dirigées par Jean de Brienne. Il était le roi du royaume de Jérusalem et a régné de 1210 à 1225 après JC. Cependant, l'un des problèmes les plus importants de la cinquième croisade s'avérerait être un manque de leadership clair et de stratégie décisive. Damiette a été la première cible de la croisade. La ville possédait trois anneaux de murs de fortification formidables ainsi qu'un large fossé. L'homme chargé de diriger l'armée musulmane et de défendre l'Égypte était al-Kamil. Il était le fils du sultan d'Égypte Sayef al-Din al-Adil. Il serait également son successeur et régnerait en tant que sultan d'août 1218 après JC jusqu'en 1238 après JC. Comme décrit, Damietta possédait trois anneaux de murs de fortification formidables et un fossé entre les premier et deuxième murs. Il s'agissait de 28 tours défensives construites dans le deuxième mur. Ce serait une noix difficile à casser. Cependant, comme l'a noté un croisé, la ville "était la clé de toute l'Égypte". L'armée des croisés a établi un camp sur la rive ouest ou éloignée de la rivière à l'extérieur de la ville. Avant même que les envahisseurs n'atteignent la ville proprement dite, ils ont été confrontés à un obstacle important. Le poing des croisés devait franchir une énorme chaîne accrochée entre les murs de la ville et une petite île fortifiée du delta du Nil. La chaîne a bloqué l'accès au port de la ville. Les croisés ont passé plusieurs mois à essayer d'attaquer la tour à chaînes de 70 pieds de haut. Les musulmans avaient mis en garnison la tour avec une force de 300 hommes. Ceux-ci pourraient être réapprovisionnés en utilisant un pont construit de bateaux reliant la tour à Damiette. Ce sont les croisés qui ont construit une tour de siège au sommet de deux navires attachés ensemble qu'ils ont réussi à capturer la tour à chaînes. C'est ce qu'ils ont réalisé le 24 août, et les croisés ont finalement pu abaisser la chaîne et l'enlever comme un obstacle au siège. Cependant, prendre la tour de la chaîne n'était pas la même chose que prendre Damiette. La ville et ses redoutables défenses se dressaient encore de l'autre côté des eaux du port. Il y avait aussi la menace latente d'al-Kamil et de ses forces égyptiennes. Il est resté en poste avec une grande armée campée sur la rive orientale du Nil. De manière significative, l'hiver se rapprochait maintenant. Pour ajouter aux difficultés des croisés, leur camp fut inondé par le Nil lors d'une tempête le 29 novembre 1218 après JC. Se pose également le problème séculaire du ravitaillement d'une armée assiégeante. Par exemple, le scorbut était répandu. Naturellement, comme on pourrait l'imaginer, les habitants de Damiette ne s'en sortaient probablement pas beaucoup mieux. Tout l'hiver, le printemps et l'été de 1219 après J.-C., les deux parties se sont trouvées dans une impasse. Les croisés étaient suffisamment retranchés pour rendre toute attaque contre leur camp très dangereuse. Cependant, les croisés n'avaient pas les effectifs nécessaires pour un assaut à grande échelle contre la ville ou contre les forces d'al-Kamil. En fait, certains contingents de croisés étaient rentrés chez eux en Europe. Les forces qui restaient espéraient que la balance pencherait en leur faveur lorsque Frédéric II arriverait enfin avec sa grande armée promise depuis longtemps. Lorsque la nouvelle est arrivée que Frédéric ne viendrait pas avant l'année prochaine, les croisés se sont ralliés. Leurs esprits ont été remontés par l'arrivée de rien de moins que François d'Assise. François a tenté en vain de convaincre les musulmans que Dieu n'était définitivement pas de leur côté. À l'automne 1219 après JC, il est devenu clair que des niveaux inférieurs à la normale du Nil cette année-là avaient réduit les récoltes. Il était alors évident que la famine était désormais une possibilité réelle pour les deux parties. En septembre, al-Kamil s'est peut-être rendu compte que la garnison de Damiette ne disposait que d'une quantité très limitée de ressources et de temps. Craignant peut-être l'arrivée d'une armée croisée plus importante, al-Kamil proposa une trêve aux conditions extraordinaires. Il proposa de garder Damiette et en échange il offrit de donner aux Latins le contrôle de Jérusalem. Malgré son importance religieuse pour les deux parties, la ville sainte avait une valeur économique ou même stratégique très limitée. Jérusalem avait longtemps été délaissée par les Ayyoubides. De plus, al-Kamil a offert aux croisades le contrôle de certaines parties de la Palestine. Cela a démontré qu'al-Kamil était plus intéressé par son empire plus large. Il tenait tout particulièrement à préserver les terres beaucoup plus riches de l'Égypte et de la Syrie. Cependant, les croisés ont rejeté les propositions d'al-Kamil. L'objectif déclaré de la croisade était de prendre Jérusalem après avoir capturé l'Égypte. Il est alors surprenant que l'offre d'al-Kamil de contrôler la ville sainte par les croisés ait été rejetée par la direction des croisés. Jean de Brienne et les chevaliers teutoniques tenaient à accepter l'offre d'al-Kamil. Cependant, les Templiers, les Hospitaliers, les Vénitiens ne l'étaient pas. Le cardinal Pelagius, qui était le chef religieux le plus ancien du croisé, était également contre l'acceptation des propositions d'al-Kamil. Ceux qui s'opposaient à l'acceptation du traité de paix craignaient qu'al-Kamil ait l'intention de conserver les forteresses vitales de Kerak et de Montréal. Sans ceux-ci, il serait difficile pour les croisés de conserver leurs gains si la guerre avec les Ayyoubides suivait. Surtout, l'arrivée de Frédéric, mieux vaut tard que jamais, signifierait presque certainement la victoire des Occidentaux. Avec cet événement, les croisés pouvaient prendre tout ce qu'ils voulaient, y compris l'Égypte. Alors le siège continua. Avec son offre de paix rejetée, al-Kamil est passé à l'offensive. Il attaqua le camp des croisés, mais son armée fut repoussée. En novembre 1219 après JC, les croisés attaquèrent Damiette. Après avoir percé une tour en ruine, les défenses désormais maigres de la ville ont été percées. En entrant dans la ville, les croisés ont été choqués de voir l'état des forces ennemies. Les rues étaient jonchées de cadavres. Les personnes encore en vie dans la ville souffraient de malnutrition extrême et de maladies. Damiette devait être le seul succès de la campagne des croisés. Il y avait de la confusion et de l'indécision au sein de la direction des croisés quant à ce qu'il fallait faire ensuite. Par précaution, al-Kamil a déplacé son armée de 25 miles (40 kilomètres) vers le sud, serrant toujours le Nil. Pendant ce temps, les croisés débattaient pour savoir qui devrait contrôler leur nouveau prix de Damiette. Les représentants du pape voulaient le garder pour Frédéric. Jean de Brienne le voulait pour lui. Pour mieux renforcer sa revendication sur la ville, John a même commencé à frapper des pièces de monnaie. Au final, un compromis a été trouvé. John conserverait la garde de Damietta jusqu'à l'arrivée de Frederick. Encore plus crucial pour la croisade était le débat sur la prochaine étape de la campagne. Devraient-ils marcher et prendre Le Caire ? Ou devraient-ils simplement utiliser Damiette comme monnaie d'échange pour gagner du territoire en Palestine, y compris Jérusalem. Incroyablement, il a fallu un an et demi aux croisés pour décider de la première action. La décision a été motivée par l'arrivée d'une force d'Allemagne sous le commandement de Ludwig de Bavière. Même avec les renforts allemands au printemps 1221, l'avancée des croisés par voie terrestre et fluviale vers leur objectif fut extrêmement lente. Pendant ce temps, al-Kamil avait profité de l'indécision des croisés. Il avait fortifié son camp à Mansourah et fait appel au soutien de ses alliés en Syrie et en Mésopotamie. En juillet 1221 après JC, les croisés se sont finalement déplacés pour attaquer les forces d'ad-Kamil à Mansourah. Cependant al-Kamil avait judicieusement choisi son site. C'était un endroit facilement défendu en raison de sa position stratégique. Le camp était à la jonction du Nil lui-même avec un affluent de celui-ci. De plus, la montée annuelle du Nil se produirait dans un délai d'un mois à partir de ce moment. Les croisés ne semblaient pas particulièrement pressés. Cependant, le temps était du côté des musulmans, pas du leur. Le rusé al-Kamil attendait avec impatience une armée de soutien ainsi que les inondations à venir. Il choisit son moment pour proposer une nouvelle trêve aux croisés. C'était très probablement dans une tentative de retarder davantage l'avancée des croisés. Les croisés ont rejeté les termes. Puis, après avoir vaincu un petit groupe de raids musulmans, les croisés se sont précipités pour attaquer le camp fortifié d'al-Kamil en août. Le chef musulman leur a permis d'avancer sans contrôle. Ses forces ont ensuite coulé quatre navires derrière l'armée des croisés pour empêcher tout retrait rapide. Pendant ce temps, des armées musulmanes en renfort étaient arrivées du nord. Prenant position au nord-est, ces nouveaux renforts bloquent toute voie de retraite possible par terre pour les croisés. C'est à ce moment que les eaux du Nil ont commencé à monter. Les navires croisés ont commencé à patauger dans les eaux désormais perfides. Une retraite chaotique s'ensuivit. Maintenant, al-Kamil ouvrit les vannes amenant les eaux du Nil dans les champs environnants. Toute la zone a été inondée jusqu'à la taille. Le 28 août 1221 après JC, l'armée des croisés se rendit et une trêve fut convenue. Al-Kamil a récupéré Damiette et tous les prisonniers musulmans. L'armée des croisés rentra chez elle sans encombre. Malgré tout l'argent, les efforts, la planification et la ferveur, la cinquième croisade a été un autre échec spectaculaire. Dans les années qui ont suivi la Cinquième Croisade, il y a eu beaucoup de débats et d'accusations pour savoir qui était exactement responsable de la catastrophe. Néanmoins, la décision des Croisés de l'Ouest d'attaquer directement l'Égypte et non Jérusalem concernait les Ayyoubides. Ils s'inquiétaient de ce qui pourrait arriver si une armée croisée plus importante faisait une deuxième tentative plus décisive. Cette menace pourrait bien avoir renforcé les négociations des croisés sur la sixième croisade qui aurait lieu entre 1228 et 1229 après JC. Cette croisade serait dirigée par l'empereur romain germanique Frédéric II. Son implication impliquerait pour la première fois l'implication personnelle du pape dans une croisade. Arrivés au Moyen-Orient en septembre 1228 après JC, les croisés en un an ont ironiquement pris le contrôle de Jérusalem par la diplomatie plutôt que par la guerre réelle [Ancient History Encyclopedia]. La sixième croisade: La sixième croisade s'est déroulée de 1228 à 1229 après JC. De nombreux historiens considèrent la sixième croisade comme étant simplement le dernier chapitre retardé de l'échec de la cinquième croisade. La cinquième croisade s'était «terminée» moins d'une décennie auparavant, s'étant déroulée de 1217 à 1221 après JC. La sixième croisade a vu l'arrivée de l'empereur romain germanique Frédéric II. Frédéric II a régné de 1220 à 1250 après JC et avait depuis longtemps juré de déployer son armée en Terre Sainte. Jérusalem était hors des mains des chrétiens depuis 1187 après JC. Il a finalement été reconquis du contrôle musulman grâce aux talents de diplomate de Frederick. Ce n'était pas le résultat d'un combat réel dans lequel son armée s'était engagée. En février 1229 après JC, un traité fut conclu entre Frédéric II et le sultan d'Égypte et de Syrie. Le sultan, al-Kamil, qui a régné de 1218 à 1238 après JC, avait accepté de remettre la ville sainte à la domination chrétienne. Ainsi, la sixième croisade a réussi à accomplir par des moyens pacifiques ce que quatre croisades sanglantes précédentes n'avaient pas réussi à faire. La cinquième croisade avait été appelée en 1215 après JC par le pape Innocent III. Le pape Innocent III avait régné de 1198 à 1216 après JC. La capture de Jérusalem pour la chrétienté avait été une fois de plus l'objectif de la cinquième croisade précédente. Cependant, la stratégie de la cinquième croisade a changé pour attaquer ce qui était considéré comme le ventre le plus faible de la dynastie ayyoubide (1174 à 1250 après JC). La stratégie des croisés consistait à attaquer d'abord l'Égypte plutôt que la ville sainte directement. L'armée des croisés a finalement conquis Damiette sur le Nil en novembre 1219 après JC. Cependant, l'armée était en proie à des querelles de leadership. Il manquait également suffisamment d'hommes, d'équipements et de navires adaptés pour faire face à la géographie locale. Par conséquent, l'armée des croisés a été vaincue par une armée dirigée par al-Kamil, le sultan d'Égypte et de Syrie. La défaite de l'armée des croisés s'est produite en août 1221 après JC sur les rives du Nil. Les croisés ont été contraints d'abandonner Damiette. Ils sont rentrés chez eux en Europe une fois de plus avec très peu à montrer pour leurs efforts. Il y eut ensuite des récriminations amères. Ceux-ci étaient particulièrement véhéments contre Frédéric II Hohenstaufen, roi d'Allemagne et de Sicile. Il n'avait même pas fait une apparition à un moment où son armée aurait bien pu faire pencher la balance en faveur des croisés. Une autre conséquence préjudiciable de la cinquième croisade était que la décision d'attaquer l'Égypte a fait remarquer aux Ayyoubides leur propre vulnérabilité dans le sud de la Méditerranée. Frédéric II n'a apporté aucune contribution à la cinquième croisade, sauf pour être entièrement absent. Néanmoins, il finira par devenir l'une des grandes figures du Moyen Âge. Au XIIIe siècle, il a été salué par ses partisans comme "stupor mundi", ou "la merveille du monde". D'autre part, il a été condamné par ses ennemis comme "la bête de l'apocalypse". Les historiens contemporains continuent de débattre pour savoir s'il était un despote tyrannique ou un génie visionnaire, le premier pratiquant de la royauté de la Renaissance. Frederick était une silhouette bedonnante et chauve avec une mauvaise vue. Physiquement, il était plutôt ingrat. Mais dans les années 1220, il était le dirigeant le plus puissant du monde chrétien. Au moment de la sixième croisade, Frédéric négociait encore les premières plaques rocheuses de sa longue route vers la grandeur. Malgré ses promesses du contraire, Frédéric n'avait pas quitté l'Europe lors de la Cinquième Croisade. Au lieu de cela, il était devenu impliqué dans une lutte de pouvoir avec la papauté sur son droit d'être couronné empereur romain germanique. Cela était dû à la résistance du premier pape Innocent III, puis de son successeur le pape Honorius III. Honorius III a régné en tant que pape de 1216 à 1227 après JC. Chaque pape s'était inquiété du contrôle de Frédéric sur l'Europe centrale et la Sicile. L'empire de Frédéric a effectivement encerclé les États pontificaux en Italie. Honorius II avait poussé Frédéric à remplir ses vœux de croisé originaux et à reprendre Jérusalem pour la chrétienté. Honorius espérait que la distraction créée par la participation de Frédéric à la cinquième croisade pourrait également s'avérer avantageuse pour la papauté. Cela pourrait donner à la papauté une certaine « marge de manœuvre » en Italie. Le couronnement de Frédéric en tant qu'empereur romain germanique a finalement eu lieu en 1220 après JC. Frederick a acquis un lien plus personnel avec le Moyen-Orient lorsqu'il a épousé Isabelle II en novembre 1225 après JC. Isabelle II était l'héritière du trône du royaume de Jérusalem. Frédéric décida donc qu'il se rendrait après tout au Levant. Il prendrait le royaume de Jérusalem, trône et tout, pour lui-même. Frederick a rassemblé une grande armée de croisés. Sa date de départ prévue de longue date du 15 août 1227 après JC a été retardée (une fois de plus) en raison de la maladie de Frederick (peut-être le choléra). Le nouveau pape, successeur d'Honorius, était Grégoire IX. Grégoire IX a régné en tant que pape de 1227 à 1241 après JC. Grégoire IX finit par perdre patience. Il a excommunié Frederick, le prétendu croisé tergiversant, en septembre 1227 après JC. Cela remplissait un vœu papal antérieur de faire exactement cela si les promesses de l'empereur de mener une croisade n'étaient pas tenues. Ce n'était pas un bon début de croisade. Néanmoins, les chefs de la croisade qui étaient déjà arrivés au Moyen-Orient ont fait bon usage du retard. Ils ont profité de l'occasion offerte par le retard pour faire avancer certains travaux de construction indispensables. Ils ont refortifié des points forts clés tels que Jaffa et Césarée. Ils ont même construit un tout nouveau château de quartier général pour les chevaliers teutoniques à Montfort. Cependant, il était incontestable que Frédéric II avait les hommes les mieux entraînés et les mieux équipés par rapport à toute armée de croisés précédente. La quasi-totalité de son armée était composée de professionnels rémunérés. Ainsi, malgré ses problèmes avec le pape, Frédéric II n'a pas été découragé. Frédéric II et son armée sont arrivés à Acre au Moyen-Orient le 7 septembre 1228 après JC. Frédéric II était déterminé à faire ce que tant de nobles avant lui n'avaient pas réussi à faire : prendre Jérusalem. En plus de posséder une armée de professionnels rémunérés à temps plein, c'était aussi une grande force. L'armée des croisés comptait dans ses rangs quelque 10 000 fantassins et peut-être 2 000 chevaliers. Restait l'inconvénient de l'excommunication de Frédéric. Cela a eu pour résultat pratique que certains des chefs des ordres militaires pieux du Levant ont estimé qu'ils ne pouvaient pas être considérés comme servant une figure en dehors de l'Église. Ce problème était particulièrement vexatoire pour les Templiers et les Hospitaliers. L'empereur a contourné ce problème en nommant des commandants séparés et théoriquement indépendants pour ces chevaliers à suivre. Néanmoins, les plans de l'empereur avaient également été légèrement bouleversés par la mort tragique d'Isabelle. Isabella est décédée lors de l'accouchement en mai 1228 après JC. Frederick a décidé de régner en tant que régent pour son fils nouveau-né Conrad, en remplacement de son beau-père Jean de Brienne. Jean avait dirigé l'armée de la Cinquième Croisade ratée. Il avait été régent pour sa fille Isabelle en tant que souveraine de Jérusalem avant son mariage avec Richard II. John n'était pas le plus heureux d'être évincé de son poste de pouvoir en tant que régent. John a juré de se venger de Frederick. Ce Frédéric n'était pas sans opposition dans le royaume de Jérusalem. Cette opposition est venue non seulement des partisans de Jean de Brienne, mais aussi d'autres personnes en position de pouvoir. De nombreux nobles ont résisté à tout changement du statu quo politique. Les projets de Frédéric de redistribuer certaines terres héréditaires et sa promotion de l'ordre militaire des chevaliers teutoniques étaient des points de friction particuliers. Frédéric et son armée ont marché d'Acre à Jaffa au début de 1229 après JC. L'armée représentait une menace sérieuse pour les musulmans comme cela avait été promis depuis la cinquième croisade. Au même moment, al-Kamil était confronté à une dangereuse coalition de rivaux au sein de la dynastie ayyoubide. Au cours des deux dernières années, le propre frère du sultan, al-Mu'azzam, était devenu un adversaire. Emir de Damas, al-Mu'azzam s'était allié à de féroces mercenaires turcs, les Khwarizmians. Ensemble, ils ont menacé les possessions d'al-Kamil dans le nord de l'Irak. En 1227 après JC, al-Mu'azzam mourut de dysenterie. Cependant, la menace de ses partisans, en particulier pour les ambitions d'al-Kamil à Damas, est restée. L'opposition à al-Kamil était maintenant dirigée par le neveu rebelle d'al-Kamil, al-Nasir Dawud. En conséquence, les deux dirigeants ont entamé des négociations. Tous deux étaient soucieux d'éviter une guerre qui porterait gravement atteinte aux intérêts commerciaux des deux parties dans la région. Frederick a sans aucun doute été aidé dans ses efforts diplomatiques par sa connaissance de l'arabe et une sympathie générale envers la culture. Le propre corps de gardes du corps de l'empereur était musulman. Frédéric possédait également un harem. Le corps des gardes du corps et le harem étaient des vestiges de son séjour en Sicile, qui comptait une importante population arabe. D'autre part, al-Kamil avait déjà proposé Jérusalem comme monnaie d'échange lors des négociations avec les cinquièmes croisés. Bien sûr, si besoin était, il pouvait toujours reprendre Jérusalem une fois que n'importe quelle armée croisée était revenue en Europe. Il semble que les deux dirigeants tenaient à sauvegarder leurs propres empires et leurs atouts bien plus importants ailleurs que de se chamailler à propos de Jérusalem. Dans le même temps, la description de tout gain pouvait être maximisée "pour la consommation publique", et les concessions minimisées, lorsque les deux présentaient leurs "offres" respectives à leurs partisans. Ainsi, le 18 février 1229 après JC, le "Traité de Jaffa" fut signé par les deux dirigeants. Le traité a permis aux chrétiens de réoccuper les lieux saints de Jérusalem. L'exception était la zone du Temple. La zone du temple devait rester sous le contrôle des autorités religieuses musulmanes. Les musulmans résidents devaient quitter la ville mais pouvaient visiter les lieux saints en pèlerinage. Aucune nouvelle construction ou même des ajouts artistiques n'étaient autorisés sur ces lieux saints. Aucune fortification ne pouvait non plus être construite, bien qu'il soit plus tard contesté que cela s'appliquait à Jérusalem. L'accord comprenait d'autres sites importants d'une grande importance pour les chrétiens, tels que Bethléem et Nazareth. En échange de ces concessions, le sultan a reçu une garantie de trêve de 10 ans. Le sultan a également reçu les assurances de Frédéric que Frédéric défendrait les intérêts d'al-Kamil contre tous les ennemis, même les chrétiens. Frédéric entra alors à Jérusalem en triomphe le 17 mars 1229 après JC. Frédéric s'est alors couronné roi de Jérusalem lors d'une cérémonie impromptue au Saint-Sépulcre. Cependant, les nobles locaux de Jérusalem ont été lésés de ne pas avoir été consultés lors du processus de négociation. Les roturiers de Jérusalem n'appréciaient pas non plus qu'un monarque étranger se mêle de leurs affaires intérieures. Un groupe de Latins mécontents à Acre bombardèrent l'empereur de viande et d'abats alors qu'il rentrait chez lui en mai 1229 après JC. Cependant Frederick avait cruellement besoin de retour en Italie. Le pape Grégoire IX avait cyniquement profité de l'absence de l'empereur pour envahir le sud de l'Italie. La Sicile était la cible ultime du pape Grégoire. De manière significative, le chef de l'armée du pape était le propre beau-père de Frédéric, Jean de Brienne. Jérusalem restera aux mains des chrétiens jusqu'en 1244 après JC. Pendant toute cette période, cependant, c'est Acre qui était la capitale du royaume de Jérusalem. Avec le départ de l'empereur Frédéric II, comme avant son arrivée, les nobles latins ont poursuivi leur rivalité dommageable pour le contrôle des États croisés. De plus, les régents nommés par Frédéric étaient très impopulaires. Pendant ce temps, al-Kamil lui-même a été critiqué pour son accord de paix par les musulmans du monde entier. Même parmi les princes ayyoubides, son traité fut décrié. Cependant, al-Kamil a finalement pris le contrôle de Damas. Le contrôle musulman du Moyen-Orient a été considérablement renforcé lorsqu'une grande armée latine a été vaincue à la bataille de La Forbie en octobre 1244 après JC. Cet événement a conduit à la septième croisade et à la huitième croisade de 1248 à 1254 après JC, puis 1270 après JC, respectivement. Les septième et huitième croisades ont poursuivi la stratégie d'attaque des villes tenues par les musulmans en Afrique du Nord et en Égypte. Les deux campagnes ont été menées par pas moins d'une figure que le roi français Louis IX, qui a régné de 1226 à 1270 après JC. Cependant, les septième et huitième croisades ont été relativement infructueuses, même si Louis a ensuite été fait saint pour ses efforts [Ancient History Encyclopedia]. La septième croisade: La septième croisade s'est déroulée de 1248 à 1254 après JC. Il était dirigé par le roi français Louis IX, qui a régné de 1226 à 1270 après JC. L'intention de la septième croisade était de conquérir l'Égypte et de prendre le contrôle de Jérusalem. Jérusalem et l'Égypte étaient alors contrôlées par la dynastie musulmane ayyoubide. Malgré le succès initial de la capture de Damiette sur le Nil, l'armée des croisés avait été mise en déroute à Mansourah en 1250 après JC. Cette déroute était une répétition des événements de la cinquième croisade précédente de 1217 à 1221 après JC. Le roi français Louis a été capturé puis racheté. Il resta néanmoins déterminé à remplir ses vœux de Croisé. Le roi Louis lancera finalement la huitième croisade en 1270 après JC. La sixième croisade précédente de 1228 à 1229 après JC avait été menée par l'empereur romain germanique Frédéric II. Frédéric II avait régné de 1220 à 1250 après JC. Au cours de la sixième croisade, Frédéric II a habilement réussi à éviter de s'appuyer sur des compétences diplomatiques adroites. Frédéric a négocié et obtenu le contrôle chrétien de Jérusalem. Ce Frédéric a été accordé par le sultan d'Égypte et de Syrie, al-Kamil, qui a régné de 1218 à 1238 après JC. Une quinzaine d'années plus tard, cependant, les problèmes couvaient à nouveau. Les troubles sont survenus lorsque les successeurs d'al-Kamil se sont battus pour maintenir l'empire ayyoubide. Cet empire avait été fondé par l'oncle d'al-Kamil, Saladin, en 1174 après JC. Comme par le passé, certaines villes musulmanes non sous contrôle ayyoubide ont continué à former des alliances de complaisance avec les États latins du Moyen-Orient. Ces villes comprenaient notamment Damas. Comme le briefing l'a mentionné plus tôt, le contrôle ayyoubide du Moyen-Orient a été considérablement renforcé le 17 octobre 1244 après JC. A cette date, une grande armée latine et ses alliés musulmans de Damas et Homs ont été vaincus à la bataille de La Forbie (Harbiya) à Gaza. Plus de 1 000 chevaliers ont été tués dans la bataille. Ce fut un désastre dont les États latins ont eu du mal à se remettre. Jérusalem avait déjà été perdue par les chrétiens. Cette fois, Jérusalem a été perdue au profit des alliés ayyoubides, les nomades Khorezmians (Khwarismians). Jérusalem leur tomba le 23 août 1244 après JC. Des chrétiens de la ville sainte ont été assassinés et des sites sacrés profanés. L'Orient latin, comme les États créés par les croisés au Levant sont collectivement connus, a fait appel à l'Occident pour obtenir de l'aide. Le pape Innocent IV qui a régné de 1243 à 1254 après JC a répondu. Le pape Innocent IV a appelé à une autre croisade, la campagne maintenant connue sous le nom de septième croisade. Le chef de l'expédition était Louis IX, roi de France. Les personnalités de l'Église ont effectué les tournées de prédication habituelles pour rassembler des recrues à travers l'Europe, bien que la France ait été le principal fournisseur. Les principaux nobles européens de l'expédition incluraient Henri Ier de Chypre, Raymond VII de Toulouse, le duc Hugues IV de Bourgogne, le comte Guillaume de Flandre et le propre frère de Louis, Alphonse de Poitiers. Il semblait que les échecs des croisades précédentes n'avaient pas refroidi le moral des meilleurs combattants d'Europe. La raison pour laquelle en décembre 1244 après JC le roi Louis « prit la croix » et décida de quitter son royaume pour le Levant n'est pas claire. Selon la légende, Louis IX était gravement malade et la décision de se lancer dans une croisade lui rendit miraculeusement et instantanément la santé. Les historiens modernes recherchent des motivations moins surnaturelles. Le roi Louis souhaitait être considéré comme le premier souverain d'Europe. Il souhaite également consolider son royaume en restructurant son administration. La restructuration pourrait être justifiée comme une nécessité compte tenu de son absence prolongée imminente. En partie, la motivation de Louis aurait pu être simplement la piété pour la cause chrétienne. Ce qui est certain, c'est que le roi a décidé de former la croisade avant même que le pape ne l'appelle officiellement. C'était un renversement de la procédure des croisades précédentes, où les campagnes étaient d'abord appelées par décret papal. Le roi de France était déterminé à ce que son expédition soit bien financée. Bien financé, ce serait grâce à une combinaison de sources. Au premier rang de celles-ci figurait une série de réformes fiscales et de hausses d'impôts. Cela a été combiné avec les revenus de l'église qui provenaient des impôts et des dons des fidèles. Puis il y a eu la réquisition de « cadeaux » d'au moins 82 villes à travers la France. Enfin, tous ceux-ci ont été augmentés des paiements des barons et autres nobles, ainsi que des fonds de la poche du roi. Le roi Louis était également connu depuis longtemps pour sa politique anti-juive. En 1248 de notre ère, le roi expulsa tous les Juifs de France et confisqua leurs biens. Aucune pierre ou tirelire de financement n'a été laissée de côté. Le roi Louis King avait certainement besoin d'une énorme somme d'argent pour financer une entreprise aussi énorme. Louis est même allé aux frais de la construction de la ville fortifiée d'Aigues Mortes dans le sud de la France. Aigues Mortes a été construit spécifiquement pour être utilisé par l'armée des croisés pour assembler et débarquer des navires. Les navires ont été loués par le roi Louis à cet effet à partir de Gênes et de Marseille. Des fournitures y étaient également régulièrement rassemblées. La planification de Louis a été en outre mise en évidence par son stockage de marchandises à Chypre. Ceux-ci comprenaient surtout le blé, l'orge et le vin. Tout cela serait collecté par les croisés en route vers la Terre Sainte. L'armada de Louis partit le 25 août 1248 après JC. Ses forces comptaient environ 10 000 hommes. L'armada s'est arrêtée à Chypre et pour le radoub et le réapprovisionnement. Ils sont restés sur l'île pendant huit mois. Le retard a également permis aux retardataires de rejoindre l'armée principale. Ceux-ci sont arrivés d'Europe et des villes du Moyen-Orient d'Acre, de Tripoli et d'Antioche. De plus, l'armada de Louis serait augmentée des contributions des ordres militaires basés au Levant. Ces ordres militaires comprenaient les Chevaliers Hospitaliers, les Templiers et les Chevaliers Teutoniques. À l'été 1249 après JC, l'armée du roi Louis était enfin prête à commencer la croisade. Louis écrivit au sultan d'Egypte. Louis a hardiment exprimé son intention non seulement de reprendre Jérusalem, mais de conquérir toute l'Égypte et le Levant. Le roi Louis a écrit: «Je vais attaquer votre territoire, et même si vous jurez allégeance à la croix, je ne changerais pas d'avis. Les armées qui m'obéissent couvrent les montagnes et les plaines, elles sont aussi nombreuses que les cailloux de la terre, et elles marchent sur vous en saisissant les épées du destin... » La dynastie ayyoubide était à cette époque dirigée par al-Salih Ayyub, qui régna en 1240 puis entre 1245 et 1249 après JC. Il était le deuxième fils d'al-Kamil, son prédécesseur en tant que sultan d'Égypte. Comme son père, al-Salih a dû lutter pour garder le contrôle de ses territoires. Cela était dû aux rivalités entre les dirigeants musulmans et même les princes ayyoubides. De plus, l'empire mongol s'étendait toujours vers l'ouest et semblait inarrêtable. En effet Louis IX avait fait des ouvertures diplomatiques vers le khan mongol. Ces ouvertures ont été faites dans l'espoir qu'il pourrait s'avérer un allié utile pour chasser les Ayyoubides de l'Égypte et du Levant. Les Mongols ne s'intéressaient cependant qu'à la pure conquête. Que cette conquête concernait des terres chrétiennes ou musulmanes ne faisait aucune différence. Heureusement pour le moment les Mongols étaient relégués comme une simple menace future. En ce qui concerne ses propres affaires intérieures, al-Salih pouvait compter sur son régiment mamelouk, les Bahris, pour faire respecter sa volonté. Son régiment mamelouk fut rejoint par un très grand nombre de guerriers esclaves turcs Kipchak pris dans les steppes russes. Ainsi déjà boosté par la victoire de La Forbie, le Sultan put prendre le contrôle de Damas en 1245 après JC. Avant cela, Damas était depuis longtemps un bastion musulman rebelle. Le déclin des États latins s'est poursuivi rapidement lorsque al-Salih a capturé Ascalon en 1247 après JC. L'armée des croisés de Louis débarqua en Égypte deux ans plus tard en juin 1249 après JC. Cependant, les croisés rencontrèrent immédiatement leur premier de nombreux problèmes. Les voiliers lourds et à fond profond étaient communs aux forces maritimes européennes commerciales et militaires. La nature de ces navires signifiait que l'armée des croisés ne pouvait pas facilement débarquer sur les plages de sable d'Égypte. Les chevaliers ont été forcés de patauger à terre à travers les bas-fonds. Pendant ce temps, al-Kamil s'était occupé et avait renforcé les fortifications et la garnison de Damiette. Damietta était la ville forteresse du delta du Nil ciblée par les armées de croisades précédentes. Une fois tous assemblés, l'armée des croisés comptait maintenant environ 18 000 hommes. Cette force comprenait 2 500 chevaliers et 5 000 arbalétriers. C'était une grande armée pour une seule bataille, mais peut-être pas assez grande pour conquérir une région entière. Il s'est avéré que les croisés ont capturé Damiette en juin 1249 après JC avec une facilité surprenante. Une combinaison d'une attaque amphibie et de la supériorité des arbalètes occidentales a donné une victoire remarquablement rapide. C'était particulièrement le cas si l'on considère les ennuis qu'il avait fallu à l'armée de la cinquième croisade pour prendre Damiette en 1218/9 après JC. Un bonus supplémentaire était que parce que la garnison avait fui dans la panique, les fortifications de la ville sont restées intactes. L'armée principale du sultan attendait cependant à une distance sûre de Damiette. La prise de Damiette par les croisés n'était que le premier coup de ce qui pourrait être une très longue partie. Quelques mois plus tard, à l'automne 1249 après JC, al-Salih mourait dans son camp de Mansourah sur le delta du Nil, également connu sous le nom d'al-Mansura. Les indications historiques indiquent que le sultan était probablement atteint de tuberculose. Les habitants du Caire étaient pris de panique. La première avait été la nouvelle de la perte de Damiette. Maintenant, ils étaient confrontés à la perte possible de leur chef, le sultan al-Salih. Peut-être que si à ce moment le roi Louis avait frappé pour le cœur de l'ennemi, il aurait remporté la victoire totale. Cependant, au lieu de cela, Louis hésita en attendant d'importants renforts appartenant à son frère Alphonse. Les forces d'Alphonse ne sont cependant arrivées en Égypte qu'en octobre. À la faveur des croisés, à ce moment-là, au moins la crue annuelle du Nil diminuait. Ainsi, le chemin du Caire était ouvert et dégagé. Louis est allé à l'encontre de l'avis de la plupart de ses nobles qui étaient favorables à l'hivernage à la sécurité de Damiette. Au lieu de cela, le roi Louis et ses forces partirent pour le Caire le 20 novembre 1249 après JC. Les croisés ont fait des progrès douloureusement lents le long du Nil. La plupart des troupes ont marché le long des berges. La marche était accompagnée des navires qui pouvaient voyager à côté. Ceux-ci transportaient une énorme quantité de fournitures et d'équipements. Cependant les navires luttaient contre un vent contraire. À ce moment-là, fin novembre 1249 après JC, al-Salih mourut, succombant finalement à sa maladie. Dirigés par leur commandant Fakhr al-Din, les officiers du régiment mamelouk, connu sous le nom de Bahris, sont intervenus pour poursuivre en douceur la guerre contre les croisés. Après une marche de 32 jours, l'armée des croisés a campé en face du camp musulman près de Mansourah. Mansourah elle-même était protégée par de vastes fortifications et son emplacement à la jonction entre le Nil et l'un de ses affluents. Les deux camps ont utilisé leurs énormes catapultes pour se bombarder avec des tirs d'artillerie. Six semaines de sorties et de bombardements incessants ont suivi. Une impasse avait été atteinte. Louis s'est vu offrir une bouée de sauvetage par des transfuges musulmans qui l'ont informé que le camp ennemi pouvait être approché par derrière en traversant un ford plus en aval. Le 8 février 1250 après JC, le roi de France a fait son déménagement. Une grande force de chevaliers se rassembla à l'endroit de la rivière où les informateurs l'avaient indiqué. Bien qu'ils aient été forcés de mettre pied à terre et de faire traverser leurs chevaux à la nage, une force avancée des chevaliers est parvenue de l'autre côté. Alors leur chef, Robert d'Artois, prend la décision stupide d'attaquer immédiatement le camp ennemi. Cette attaque imprudente a été faite avant que le reste des chevaliers ait traversé la rivière derrière lui. Le commandant mamelouk Fakhr al-Din a été tué lors de la première attaque. Cependant, Robert a pris une deuxième décision irréfléchie de poursuivre l'armée musulmane en fuite alors qu'elle se dirigeait vers la ville de Mansourah. Cela s'est avéré être sa deuxième et dernière erreur stupide. Une fois à l'intérieur de la ville, les chevaliers de Robert étaient encerclés. Séparés par les rues étroites, les chevaliers ont été massacrés. L'armée musulmane a réussi à se ressaisir après le choc initial. Ils ont réussi une contre-attaque contre Louis et sa force de chevaliers. Les musulmans les ont attrapés juste après avoir fini de traverser la rivière à gué. Une bataille chaotique et sanglante s'ensuivit. Le roi Louis a tout juste réussi à tenir bon jusqu'à ce que des renforts arrivent du camp principal des croisés à la fin de la journée. L'armée ayyoubide s'est retirée dans la sécurité de Mansourah. L'armée est restée en grande partie intacte. De plus, fin février, le nouveau sultan et fils d'al-Salih, al-Mu'azzam Turan Shah, était arrivé à Mansourah. Ils ont apporté des fournitures et des renforts vitaux. Les croisés, en revanche, n'avaient aucun moyen de ravitaillement. Leur camp avait été coupé de Damiette par une flotte de navires musulmans. Bientôt, la famine et la maladie sévissent dans le camp des croisés. Enfin, le 5 avril 1250, Louis ordonna une retraite générale. L'armée des croisés a été considérablement réduite par la maladie et la famine. Affaiblis par les attaques constantes de l'armée ayyoubide, les croisés ont été sur une période de seulement deux jours pratiquement anéantis en tant que force efficace. Ce n'est qu'à mi-chemin de Damiette que les croisés qui sont restés en vie se sont rendus. Gravement atteint de dysenterie, le roi de France est capturé. Louis a été libéré le 6 mai, mais seulement après le paiement d'une importante rançon pour lui-même. De plus, il a été contraint de payer une rançon de 400 000 livres tournoi pour ce qui restait de son armée capturée. Enfin, il a dû rendre Damiette détenue par Christian. Une fois libéré de ses ravisseurs musulmans à son actif, le roi Louis ne s'est pas enfui chez lui en disgrâce. Au contraire, Louis est resté au Moyen-Orient pendant quatre ans de plus. Pendant ce temps, il a supervisé la refortification de sa base à Acre. Il a également refortifié les forteresses chrétiennes de Sidon, Jaffé et Césarée. Louis est crédité d'une nouvelle force mobile innovante de 100 chevaliers et d'un complément d'arbalétriers. Contrairement aux chevaliers précédents qui étaient en garnison dans des villes ou des châteaux stratégiques particuliers, cette force était utilisée là où elle était le plus nécessaire pour protéger les intérêts latins au Moyen-Orient. Selon toute mesure objective, la septième croisade était un échec militaire complet. Néanmoins, cela a contribué à la chute de la dynastie ayyoubide. Cela s'est produit en mai 1250 après JC en Egypte lorsque les Ayyoubides ont été renversés par les Mamelouks. Le changement de pouvoir s'est produit lorsque le groupe d'officiers mamelouks a assassiné Turan Shah. Il s'en est suivi dix ans d'âpres combats entre factions entre les nobles ayyoubides et les officiers militaires mamelouks. Finalement les Mamelouks l'emportent et s'érigent en nouveaux seigneurs des anciens territoires ayyoubides. Cependant Alep et Damas resteront sous le contrôle des princes ayyoubides. Il a été estimé avec prudence que la septième croisade a coûté à Louis IX la somme massive de 1,5 million de livres tournoi. Ce montant équivalait à environ six fois son revenu annuel en tant que roi de France. Malgré les coûts matériels et les dangers physiques, Louis IX sera de retour dans l'action des croisés à l'autre bout de son long règne. Cela se produirait lorsqu'il menait la huitième croisade de 1270 après JC. La huitième croisade attaquerait également les villes tenues par les musulmans en Afrique du Nord et en Égypte. Cependant, la huitième croisade se révélera également infructueuse. Le roi Louis mourra pendant cette croisade, à Tunis le 25 août 1270 après JC. Il serait plus tard fait un saint pour ses efforts de croisade. En 1258 après JC, les Mongols s'emparèrent de Bagdad, siège du califat abbasside musulman. Deux ans plus tard, Alep et Damas tomberaient également aux mains des Mongols. Finalement, les Mongols seraient vaincus par les Mamelouks à la bataille d'Ain Jalut en 1260 après JC. La même année, le chef mamelouk Baibars (également connu sous le nom de "Baybars" est devenu le sultan d'Égypte. Il continuera à étendre son territoire au Moyen-Orient tout au long des années 1260. La septième croisade était effectivement la dernière croisade à grande échelle au Levant. Malgré tout l'argent dépensé et les belles armes et armures utilisées, cela s'est terminé comme le triste récit habituel de leçons militaires non apprises. Elle se caractérisait par un manque crucial d'équipements adaptés au terrain local. Et cela a été entrepris avec l'attente désespérément naïve qu'avec Dieu de leur côté, de telles lacunes seraient surmontées. On pouvait compter sur Dieu pour apporter la victoire aux chrétiens sur les infidèles [Ancient History Encyclopedia]. La Huitième Croisade: La huitième croisade a eu lieu en 1270 après JC. Comme la septième croisade précédente de 1248 à 1254 après JC, elle était dirigée par le roi français Louis IX, qui régna de 1226 à 1270 après JC. Comme auparavant, la stratégie consistait d'abord à attaquer et à vaincre les musulmans d'abord en Égypte. Suite à cela, les croisés avaient l'intention de reconquérir ou de négocier le contrôle des principaux sites chrétiens du Levant. Ceux-ci incluraient bien sûr Jérusalem. Il a été décidé que Tunis serait la première cible. De là, les croisés pourraient alors attaquer l'Egypte. Le plan a reçu le coup fatal de la mort de Louis IX suite à une maladie en août 1270 après JC. La campagne a été abandonnée avant même d'avoir véritablement commencé. Louis avait mené la septième croisade précédente. Cette croisade avait rencontré un désastre lors de la bataille de Mansourah en avril 1250 après JC. Louis avait même été capturé par les forces musulmanes. Cependant, Louis avait été libéré plus tard après le paiement d'une rançon et l'accord de renoncer au contrôle de Damiette sur le Nil. Louis était pourtant resté quatre ans au Levant. Pendant ce temps, il a refortifié des bastions latins clés comme Acre. Seize ans plus tard, le roi de France tourna à nouveau son attention vers le Moyen-Orient. Ce serait sa deuxième tentative de croisade. Dans les années qui se sont écoulées depuis que sa septième croisade s'est terminée par une défaite, Louis avait envoyé des fonds chaque année aux États latins du Levant. Cependant le reste de l'Europe était plutôt préoccupé par les affaires d'ailleurs pour se préoccuper de l'Orient latin. En Angleterre, une guerre civile a fait rage de 1258 à 1265 après JC. Les papes étaient en bataille constante avec le Saint Empire romain germanique pour le contrôle de la Sicile et de certaines parties de l'Italie. Il semblait que personne ne se souciait beaucoup du sort des lieux saints du Moyen-Orient. Des chevaliers se sont portés volontaires d'autres pays comme l'Angleterre, l'Espagne, la Frise et les Pays-Bas. Mais encore une fois, la Huitième Croisade fut une expédition dominée par les Français. Pendant ce temps, au Moyen-Orient, la situation des villes chrétiennes semblait sombre. L'empire mongol semblait déterminé à une conquête totale partout. Les Mongols se rapprochaient de plus en plus de la côte méditerranéenne. En 1258, Bagdad, siège du califat abbasside, fut prise. Deux ans plus tard, Alep, contrôlée par les Ayyoubides, tomba aux mains des Mongols en janvier 1260 après JC. Damas est tombé deux mois plus tard en mars de la même année. Il semblait très bien que les États croisés pourraient être les prochains sur la liste. De manière inquiétante, les Mongols avaient fait des raids sur Ascalon, Jérusalem et le nord de l'Égypte. Les Mongols ont établi une garnison a été établie à Gaza. Peu de temps après, en août 1260 après JC, une attaque contre Sidon a suivi. Sans aide extérieure, Bohémond VI d'Antioche-Tripoli fut obligé d'accepter la soumission aux Mongols. Il fut contraint d'autoriser l'établissement d'une garnison mongole permanente à Antioche. Pendant ce temps, en revanche, les musulmans ont riposté contre les envahisseurs mongols envahissants. Les Mamelouks basés en Égypte étaient dirigés par le talentueux général Baibars (ou «Baybars»). Les Mamelouks ont vaincu les Mongols lors de la bataille d'Ain Jalut le 3 septembre 1260 après JC. Le général Baibars a ensuite assassiné le sultan mamelouk Qurtuz. Baibars a pris la position de sultan pour lui-même. Baibars a régné jusqu'en 1277 après JC. Au cours de ces années, les Mamelouks ont poursuivi leur expansion au cours des années suivantes. Ils réussirent à repousser les Mongols vers l'Euphrate. Les villes chrétiennes ne s'en sortent pas bien. Le général Baibars n'a pas seulement été victorieux contre les Mongols, il a capturé les villes chrétiennes de Césarée et d'Arsouf. Baibars a même réussi à conquérir le château des Chevaliers Hospitaliers du Krak des Chevaliers. Baibars continuerait à conquérir Antioche en 1268 après JC. La secte musulmane des Assassins a également été ciblée par les forces musulmanes. Les châteaux d'assassins en Syrie ont été capturés au cours de la décennie des années 1260 après JC. Baibars était alors maître du Levant. Il s'est déclaré être l'instrument de Dieu et le protecteur de La Mecque, de Médine et de Jérusalem. Dans la politique régionale complexe des alliances changeantes en 1263 après JC, les chrétiens d'Antioche avaient en fait uni leurs forces aux Mongols pour prendre Alep. En revanche, les chrétiens d'Acre ont décidé de rester neutres. Ils ne se sont rangés du côté ni des musulmans ni des Mongols. Quelle que soit la macro-politique, il existait une réalité géographique indéniable au milieu des années 1260 après JC. Cette réalité était que l'Orient latin était sur le point de disparaître. Ce chaos compliqué était à la fois de nature politique et, dans une moindre mesure, religieux. C'est dans ce gâchis que le roi de France Louis IX et les huitièmes croisés étaient sur le point de se jeter aveuglément. De retour en Europe, Louis « reprit la croix » en mars 1267 après JC. Le roi de France avait le soutien du pape Clément IV, qui régna de 1265 à 1268 après JC. Un appel général a été lancé aux nobles et aux chevaliers d'Europe pour qu'ils viennent à nouveau en aide aux chrétiens du Moyen-Orient. Comme lors des campagnes précédentes, les prédicateurs ont fait une tournée avec le message de la croisade. Une énorme somme d'argent a été accumulée par tous les moyens auxquels l'État pouvait penser. Des navires ont de nouveau été loués à Marseille et à Gênes. Comme auparavant, les croisés venaient d'autres pays comme l'Angleterre, l'Espagne, la Frise et les Pays-Bas. Mais encore une fois la Croisade est une expédition dominée par les Français. De grands noms de la noblesse qui se sont inscrits comprenaient Alphonse de Poitiers, qui était le frère du roi français Louis. Aussi le futur roi Édouard Ier d'Angleterre, qui régnera de 1272 à 1307 après JC. D'autres sommités comprenaient le roi Jacques Ier d'Aragon, qui a régné de 1213 à 1276 après JC. Un autre des frères du roi Louis était Charles d'Anjou, roi de Sicile de 1266 à 1285 après JC, également rejoint. Une armée de 10 000 à 15 000 hommes est levée. Cette force était de taille similaire à celle de la première croisade de Louis. La stratégie qui prévalait était centrée sur la conviction que pour vaincre les musulmans et reprendre le contrôle de la Terre sainte, il valait mieux attaquer depuis l'Afrique. Cependant, cette fois, la première cible n'était pas Damiette en Égypte, comme lors de la dernière croisade, mais Tunis. Tunis était beaucoup plus à l'ouest sur la côte nord-africaine. Les croisés avaient besoin d'un point de rassemblement après que les différentes flottes eurent traversé la Méditerranée. Cela a été fourni par l'émir de Tunis, al-Mustansir. Al-Mustansir était un allié de Jacques Ier d'Aragon. Le plan des croisés était que si cette région pouvait être contrôlée, elle fournirait en 1271 une base solide à partir de laquelle attaquer le Nil. L'armée de la huitième croisade partit pour le Moyen-Orient en divers groupes. Le premier d'entre eux était dirigé par Jacques Ier d'Aragon en juin 1269 après JC. Ce premier groupe a malheureusement rencontré une tempête en mer et a rencontré un désastre. Charles d'Anjou partit en juillet 1270 après JC. Le roi d'Angleterre Edward I était encore plus tard et a navigué en août 1270 après JC. Alors que les croisés hésitaient tranquillement à travers la Méditerranée, la situation des États latins se détériorait. Comme mentionné ci-dessus dans un siège sanglant d'Antioche pris par le général mamelouk Baibars en mai 1268 après JC. Jusqu'en juillet 1270 après JC, le gros de la flotte des croisés débarqua à Tunis. L'armée des Croisés s'installe alors à Carthage. A Carthage, ils établirent un camp semi-permanent et attendirent l'arrivée des traînards. Comme c'était typique dans la guerre médiévale, les deux plus grands obstacles pour l'armée des croisés étaient le manque de provisions et la maladie. Le problème de la maladie a été exacerbé par la forte concentration d'humains au plus fort de l'été. Fidèle à sa forme, le camp des croisés était assailli à la fois par le manque de provisions et la prévalence des maladies. Le manque d'eau potable était particulièrement problématique. La maladie et la maladie ont frappé sans distinction. Le fils de Louis, John Tristan, est décédé. Et tout comme lors de sa première croisade, le roi de France lui-même a eu une grave crise de dysenterie. Contrairement à sa guérison de la maladie lors de cette croisade précédente, le roi n'a pas survécu. Après un mois de tourments, Louis IX mourut le 25 août 1270 après JC. La légende raconte que les derniers mots du roi furent « Jérusalem ! Jérusalem!' Curieusement, cette déclaration finale n'a pas été décrite par le confesseur de Louis qui était avec lui quand il est mort. Après la mort de Louis, son fils, Charles d'Anjou, commande également les forces croisées. Charles lui-même venait à peine d'arriver en Afrique du Nord avec son contingent d'hommes. qui venait d'arriver, prit le commandement de la croisade après la mort de Louis. La décision a été prise de se retirer. Ceci après la conclusion d'un accord négocié avec l'émir de Tunis. L'émir accepta de reprendre les prisonniers chrétiens et de garantir la liberté de culte dans la ville. Ces promesses étaient accompagnées du don de l'émir d'une "poignée de main en or" de 210 000 onces d'or. C'est à ce moment qu'Edouard Ier d'Angleterre est finalement arrivé en Afrique. Cependant, à ce moment tardif, la « fête » était déjà terminée. La flotte retourna en Sicile pour se regrouper en novembre. Cependant, tout projet d'utiliser ultérieurement la force militaire pour faire le bien a été anéanti par une violente tempête. La plupart des navires et plus de 1 000 hommes ont été perdus. Seul le roi Édouard de Grande-Bretagne souhaitait continuer vers la Terre Sainte. Tous les autres ont abandonné la croisade. Ainsi, la huitième croisade s'est avérée être l'échec le plus décevant d'une longue série de catastrophes de croisade. Malgré l'échec, la papauté n'a pas abandonné l'idée de croisade. Edward I et sa petite force de 1 000 hommes ont été complétés par une poignée de chevaliers français. La force combinée est arrivée à Acre en septembre 1271 après JC. Parfois assez largement appelées la neuvième croisade, sans surprise, ils ne pouvaient pas faire grand-chose pour arrêter les plans expansionnistes mamelouks de Baibars. Cependant, Edward a au moins gagné l'avantage d'être loué par les poètes et les auteurs-compositeurs pour ses efforts. De tous les huitièmes croisés, Edward était le seul monarque européen à se rendre en Terre Sainte. Le roi français Louis IX, mort de dysenterie au début de la croisade, a vu son image encore plus spectaculaire. Bien qu'à titre posthume, le roi ait été fait saint en 1297 après JC en reconnaissance de ses services à la croix. Pendant ce temps, au Levant, avec la chute d'Acre en 1291 après JC, l'Orient latin a effectivement pris fin. Toutes les avancées établies pendant la première croisade de 1095 à 1102 après JC ont finalement été vaines [Ancient History Encyclopedia]. CONDITION: NOUVEAU. Nouvelle couverture rigide avec jaquette. Université de Cambridge (1980) 240 pages. Sans tache, à l'exception d'une légère usure des bords et des coins de la jaquette, principalement sous la forme d'un peu de frottement sur la tête de la colonne vertébrale et les "pointes" de la jaquette (les coins ouverts de la jaquette). Sous la jaquette, les couvertures complètes en tissu sont propres et sans aucune tache, à l'exception des bords et des étagères d'angle faibles. Les pages sont vierges ; propre, net, non marqué, non mutilé, étroitement lié, non lu sans ambiguïté. L'état est entièrement compatible avec le nouveau stock d'un environnement de librairie dans lequel les nouveaux livres peuvent montrer des signes mineurs d'usure, conséquence du simple fait d'être mis en ray Éditeur: Université de Cambridge (1980), Longueur: 240 pages, Dimensions: 10¼ x 7¾ pouces; 2¼ livres, Format: Grande couverture rigide avec jaquette, Brand: - Sans marque/Générique -

PicClick Insights - 1095AD Sainte Guerre Premier Christian Crusade Vs Islam Infidel Jerusalem Pope PicClick Exclusive

  •  Popularity - 0 watchers, 0.0 new watchers per day, 22 days for sale on eBay. 0 sold, 1 available.
  •  Best Price -
  •  Seller - 5,252+ items sold. 0% negative feedback. Great seller with very good positive feedback and over 50 ratings.

People Also Loved PicClick Exclusive