Ancien Egypte Alexandria Pharos Serapion Library Musée Ptolémée Caesar Cléopâtre

$104.10 Buy It Now, $32.72 Shipping, 30-Day Returns, eBay Money Back Guarantee

Seller: ancientgifts ✉️ (5,253) 100%, Location: Lummi Island, Washington, US, Ships to: WORLDWIDE, Item: 384792904224 Ancien Egypte Alexandria Pharos Serapion Library Musée Ptolémée Caesar Cléopâtre. Alexandrie : Joyau d'Egypte par Jean-Yves Empereur. NOTE: Nous avons 75 000 livres dans notre bibliothèque, près de 10 000 titres différents. Il y a de fortes chances que nous ayons d'autres copies de ce même titre dans des conditions variables, certaines moins chères, d'autres en meilleur état. Nous pouvons également avoir différentes éditions (certaines de poche, d'autres à couverture rigide, souvent des éditions internationales). Si vous ne voyez pas ce que vous voulez, veuillez nous contacter et demander. Nous sommes heureux de vous envoyer un résumé des conditions et des prix différents que nous pouvons avoir pour le même titre. DESCRIPTION: Couverture souple : 160 pages. Éditeur : Découvertes : Harry N. Abrams, Inc. (2002). [Une publication de haute qualité par l'éditeur renommé Harry Abrams beaucoup en couleur]. Taille : 7 x 5 pouces ; ¾ livre. Alexandrie, la plus grande ville de la Méditerranée, a été créée il y a 2 300 ans par Alexandre le Grand. En tant que capitale des Ptolémées, la ville est rapidement devenue un point de rencontre entre l'Orient et l'Occident et un centre renommé d'activité politique, intellectuelle et culturelle. Connu pour ses monuments antiques; le tombeau d'Alexandre, le phare et la bibliothèque ; la ville a absorbé une variété étonnante d'influences culturelles, des romains et des premiers chrétiens aux ottomans et aux arabes."Alexandrie semble être pavée des ruines écrasées de mille villes", écrivait Herman Melville en 1857, "chaque parcelle de terrain a été retournée et retournée". Cet aperçu complet de l'archéologue Jean-Yves Empereur raconte l'histoire du passé célèbre d'Alexandrie, sa renaissance au XIXe siècle en tant que cosmopole en plein essor et son rôle continu en tant que marché international dynamique.CONDITION: NOUVEAU. Nouvelle couverture souple surdimensionnée (quoique "restante" (ou excédent invendu). Abrams (2002) 160 pages. Sans tache à l'exception d'une très légère usure des bords et des étagères d'angle sur les couvertures. L'extérieur du livre est par ailleurs sans tache, à l'exception d'une marque de reste noire très discrète (un "point" dessiné avec un marqueur noir) sur la surface inférieure des bords de page fermés. C'est un très petit point près du bord de reliure au bas du talon de la colonne vertébrale. La marque indique que le livre était un surplus d'inventaire invendu. La marque n'est bien sûr pas visible sur les pages ouvertes individuelles, uniquement sur la masse des bords de page fermés (parfois appelés "bloc de page"). À l'intérieur, les pages sont vierges; propre, net, non marqué, non mutilé, étroitement lié, non lu sans ambiguïté. L'état est tout à fait compatible avec un livre neuf (quoique "restant" ou excédentaire) provenant d'un environnement de librairie dans lequel les nouveaux livres peuvent présenter de légères indications d'usure, conséquence du simple fait d'être mis en rayon et remis en rayon. Satisfaction garantie sans condition. En inventaire, prêt à livrer. Aucune déception, aucune excuse. EMBALLAGE TRÈS REMBOURRÉ ET SANS DOMMAGE ! Descriptions soignées et précises ! Vente en ligne de livres d'histoire ancienne rares et épuisés depuis 1997. Nous acceptons les retours pour quelque raison que ce soit dans les 14 jours ! #1762f.VEUILLEZ VOIR LES IMAGES CI-DESSOUS POUR DES ÉCHANTILLONS DE PAGES À L'INTÉRIEUR DU LIVRE. VEUILLEZ CONSULTER LES AVIS DES ÉDITEURS, DES PROFESSIONNELS ET DES LECTEURS CI-DESSOUS. AVIS DE L'ÉDITEUR:REVUE : Bien écrit, chargé d'informations et avec un riche assortiment d'illustrations, chaque volume Découvertes est un regard sur une facette de l'art, de l'archéologie, de la musique, de l'histoire, de la philosophie, de la culture populaire, de la science ou de la nature. Ces livres de poche compacts au design innovant et à prix abordable donnent vie à des idées et amplifient notre compréhension de la civilisation d'une nouvelle manière. Alexandrie, la plus grande ville de la Méditerranée, a une histoire illustre datant de sa fondation en 332 avant JC par Alexandre le Grand. La ville a absorbé une variété étonnante d'influences culturelles, des romains et des premiers chrétiens aux byzantins et aux musulmans, connaissant des cycles massifs de renouvellement et de quasi-abandon dans le processus. Cet aperçu complet se concentre sur les monuments célèbres de la ville ; comme les bibliothèques royales et le phare d'Alexandrie, ainsi que des artefacts archéologiques de sa splendeur culturelle, ainsi que son rôle continu de marché dynamique où l'Occident et l'Orient se rencontrent. Le contenu/les titres des chapitres incluent : 1) L'ancienne Alexandrie. 2) Alexandrie chrétienne. 3) Alexandrie arabe et ottomane. 4) Alexandrie cosmopolite. 5) Alexandrie Aujourd'hui. 6) Documents. 7) La Bibliotheca Alexandrie. 8) Lectures complémentaires.REVUE PROFESSIONNELLE:AVIS: Une histoire concise d'Alexandrie, la plus grande ville du monde méditerranéen. Des chapitres bien illustrés portent sur l'ancienne Alexandrie, la ville au cours du développement du christianisme, la ville arabe et ottomane, la ville cosmopolite des 18e, 19e et 20e siècles et l'Alexandrie actuelle. AVIS DU LECTEUR:AVIS: Ce petit volume mince est une histoire agréable et accessible d'Alexandrie depuis sa fondation par Alexandre le Grand jusqu'à nos jours, écrite par un expert pour le bien des non-experts intéressés. "Une image vaut mille mots" semble être l'axiome directeur derrière le format, qui regorge d'illustrations colorées et utiles. Cela dit, de nombreux détails intéressants sont également contenus dans les chapitres trompeusement courts et compacts. La sélection d'extraits de sources primaires à la fin étoffe également joliment le récit historique. Portable et avec des sauts de section fréquents dans les chapitres, ce livre est idéal pour ceux qui veulent voyager en fauteuil pendant leur trajet en bus ou en train, et le touriste voyageant pour de vrai y trouvera bien sûr une référence pratique. Et c'est une excellente introduction pour tous ceux qui s'intéressent à cette grande ville fascinante. CONTEXTE SUPPLÉMENTAIRE: ANCIENNE ALEXANDRIE EGYPTE: Alexandrie est une ville portuaire située sur la mer Méditerranée au nord de l'Égypte. Elle a été fondée en 331 av. J.-C. par Alexandre le Grand. Il est surtout connu dans l'Antiquité comme le site du Pharos, le grand phare. Le phare d'Alexandrie était considéré comme l'une des sept merveilles du monde antique. Ce n'était pas seulement le phare lui-même qui était célèbre, c'était aussi la bibliothèque légendaire à proximité. Le temple de Sérapis, ou le "Sérapion", faisait également partie du complexe de la bibliothèque. La ville d'Alexandrie était le siège prééminent du monde antique, ainsi qu'une fois, la ville la plus grande et la plus prospère du monde. Il est également devenu tristement célèbre pour les conflits religieux qui ont abouti au martyre du philosophe Hypatie d'Alexandrie en 415 après JC. La ville s'est développée à partir de son origine en tant que petite ville portuaire pour devenir la métropole la plus grandiose et la plus importante de l'Égypte ancienne. Après avoir conquis la Syrie en 332 av. J.-C., Alexandre le Grand descendit en Égypte avec son armée. Il fonda Alexandrie dans la petite ville portuaire de Rhakotis au bord de la mer et entreprit d'en faire une grande capitale. On dit qu'il a conçu le plan de la ville qui a été si grandement admiré plus tard par l'historien grec Strabon du 1er siècle (avant JC) qui a écrit: "... la ville a de magnifiques enceintes publiques et des palais royaux qui couvrent un quart ou même un tiers de toute la zone. Car de même que chacun des rois voudrait, par amour de la splendeur, ajouter quelque ornement aux monuments publics, de même il se doterait à ses frais d'une résidence en plus de celles qui existent déjà..." Les palais et les grandes demeures mentionnés par Strabon n'existaient pas au moment où Alexandre fonda la ville. Bien qu'admiré par les Égyptiens, Alexandre quitta l'Égypte quelques mois seulement après son arrivée. Bien que déclaré demi-dieu par l'Oracle de Siwa, Alexandre a choisi de ne pas rester dans sa nouvelle capitale d'Alexandrie. Alexandre a plutôt marché sur Tyr en Phénicie. Il revenait à son commandant Cléomène de construire la ville qu'Alexandre avait envisagée. Cléomène a beaucoup accompli. Cependant, la pleine expansion d'Alexandrie est passée sous le règne du général Ptolémée d'Alexandre et de la dynastie ptolémaïque (332-30 av. J.-C.) qui a suivi. Après la mort d'Alexandre en 323 av. J.-C., Ptolémée ramena le corps d'Alexandre à Alexandrie pour y être enseveli. Après les guerres des Diodachi, Ptolémée a commencé à gouverner l'Égypte depuis Alexandrie en supplantant l'ancienne capitale de Memphis. Jusqu'à sa destruction par Alexander Tyre avait été une ville importante dans la région pour le commerce et le commerce. Après sa destruction par Alexandre, Alexandrie a comblé le vide laissé. Carthage a également bénéficié du sac de Tyr par Alexandre, devenant l'une des villes les plus prospères de la Méditerranée. Cependant, Carthage était encore une jeune ville portuaire quand Alexandrie a commencé à prospérer. L'historien et érudit du XXe siècle, Mangasar Magurditch Mangasarian, a écrit : « Sous les Ptolémées, une lignée de rois grecs, Alexandrie a rapidement pris de l'importance et, accumulant culture et richesse, est devenue la métropole la plus puissante de l'Orient. Servant de port de l'Europe, elle attirait le commerce lucratif de l'Inde et de l'Arabie. Ses marchés s'enrichissent des magnifiques soieries et étoffes des bazars d'Orient. La richesse apportait les loisirs, et elle, à son tour, les arts. Il est devenu, avec le temps, le siège d'une magnifique bibliothèque et d'écoles de philosophie, représentant toutes les phases et les nuances les plus délicates de la pensée. À une certaine époque, la croyance générale était que le manteau d'Athènes était tombé sur les épaules d'Alexandrie… » La ville a grandi pour devenir la plus grande du monde connu à l'époque. Il a attiré des universitaires, des scientifiques, des philosophes, des mathématiciens, des artistes et des historiens. Le mathématicien et astronome grec du 3ème siècle avant JC Eratosthène a calculé la circonférence de la terre à moins de 50 miles à Alexandrie au 3ème siècle avant JC. Le mathématicien du 3ème siècle avant JC et "fondateur de la géométrie" Euclide a enseigné à l'université là-bas. Archimède, grand mathématicien et astronome grec du IIIe siècle av. J.-C., y a peut-être enseigné et y a certainement été étudié. Le plus grand ingénieur et mathématicien de son époque, Heron, ingénieur et mathématicien grec du 1er siècle, est né et a vécu à l'époque romaine à Alexandrie. Hero a été crédité de prouesses incroyables en ingénierie et en technologie, notamment le premier distributeur automatique, la pompe à force, un moulin à vent et un théâtre de personnages automatisés qui dansaient. La Bibliothèque d'Alexandrie a été créée sous Ptolémée Ier, qui a gouverné l'Égypte de 305 à 285 av. Il a été complété par son fils et successeur, Ptolémée II, qui a régné de 285 à 246 av. Ptolémée II a envoyé des invitations aux dirigeants et aux érudits du monde connu en leur demandant de contribuer des livres. Selon les historiens, il y avait de la place pour jusqu'à 70 000 rouleaux de papyrus. La plupart des articles ont été achetés pour la bibliothèque par Ptolémée II. Cependant, d'autres moyens ont parfois été utilisés. Afin de se procurer les travaux convoités, tous les navires entrant dans le port étaient fouillés. Chaque livre trouvé était emmené à la bibliothèque où il était décidé de le rendre ou de le confisquer et de remplacer l'original par une copie. Personne ne sait combien de livres se trouvaient dans la bibliothèque d'Alexandrie, mais des estimations ont été faites de 500 000. On dit que Marc Antoine a donné à Cléopâtre 200 000 livres pour la bibliothèque, mais cette affirmation est contestée depuis l'Antiquité. L'historien Mangasarian a écrit : « … après sa magnifique bibliothèque, dont les étagères supportaient un fret plus précieux que l'or battu, peut-être l' edifice le plus prodigieux de la ville était le temple de Sérapis. On dit que les bâtisseurs du célèbre temple d'Edesse se vantaient d'avoir réussi à créer quelque chose que les générations futures compareraient au temple de Sérapis à Alexandrie. « … Cela devrait suggérer une idée de l'immensité et de la beauté du Sérapis d'Alexandrie, et de la haute estime dans laquelle il était tenu. Les historiens et les connaisseurs affirment que c'était l'un des plus grands monuments de la civilisation païenne, juste après le temple de Jupiter à Rome et l'inimitable Parthénon à Athènes. Le temple de Sérapis était bâti sur une colline artificielle dont l'ascension se faisait par cent marches. Ce n'était pas un seul bâtiment, mais un vaste corps de bâtiments, tous regroupés autour d'un bâtiment central de dimensions plus vastes, s'élevant sur des piliers d'une ampleur énorme et de proportions gracieuses. "Certains critiques ont avancé l'idée que les constructeurs de ce chef-d'œuvre avaient l'intention d'en faire une structure composite, combinant les divers éléments de l'art égyptien et grec en un ensemble harmonieux. Le Sérapion était considéré par les anciens comme marquant la réconciliation entre les architectes des pyramides et les créateurs de l'Acropole d'Athènes. Il représentait à leurs yeux le mélange du massif dans l'art égyptien avec la grâce et la beauté de l'art hellénique… » Lorsque Carthage a atteint l'apogée de sa puissance, Alexandrie était relativement épargnée car le commerce était établi depuis longtemps et la ville ne représentait aucune menace pour la puissance maritime des Carthaginois. La chute de Carthage fait suite aux guerres puniques contre Rome (264-146 av. J.-C.). Rome est devenue suprême et Alexandrie est tombée sous l'emprise romaine. Pourtant, la ville d'Alexandrie est restée prospère et a continué d'attirer des visiteurs du monde entier. Les tensions croissantes à Rome entre Jules César et Pompée ont d'abord eu un impact négatif sur Alexandrie en 48 av. Bien que la ville ait certainement connu sa part de problèmes avant cette date, elle est restée un environnement stable. Après la bataille de Pharsalus au cours de laquelle César a vaincu Pompée, Pompée s'est enfui à Alexandrie à la recherche d'un refuge. Pompée a été tué par le co-régent égyptien Ptolémée XIII. Qu'il soit réel ou feint, César arrive en Egypte et crie indignation à la mort de son adversaire, ancien ami et allié. Il déclara alors la loi martiale, prit possession du palais royal et envoya chercher la co-régente exilée Cléopâtre VII. Dans la guerre civile qui s'ensuivit, une grande partie d'Alexandrie fut incendiée. Selon certains érudits, cela comprenait la célèbre bibliothèque. Bien sûr, Jules César et Cléopâtre avaient une relation notoire et célèbre. Deux enfants suivirent et Cléopâtre s'installa à Rome. César a bien sûr été assassiné en 44 avant JC à Rome. Son bras droit Marcus Antonius (Mark Antony) est devenu l'époux de Cléopâtre et a quitté Rome pour Alexandrie. La ville est devenue sa base d'opérations au cours des treize années suivantes. Finalement, lui et Cléopâtre et leurs forces romaines/égyptiennes combinées ont été vaincus par Octave César et ses forces romaines à la bataille d'Actium en 31 av. L'année suivante, Cléopâtre et Antoine se suicident tous les deux. Avec la mort de Cléopâtre VII, la lignée ptolémaïque a pris fin. Octave devient le premier empereur de Rome et prend le titre d'"Auguste". Alexandrie est maintenant devenue simplement une province de l'Empire romain sous le règne d'Octave César Auguste. Auguste consolide son pouvoir dans les provinces et fait reconstruire Alexandrie. Les érudits qui s'opposent au rôle de Jules César dans l'incendie de la grande bibliothèque soulignent le fait qu'il existe des preuves qu'elle existait encore sous le règne d'Auguste. Les visiteurs étaient toujours attirés par la ville en tant que siège de l'apprentissage. Alexandrie a de nouveau été ruinée en 115 après JC lors de la guerre de Kitos. La ville fut à nouveau reconstruite par l'empereur Hadrien. Hadrien était un homme de savoir et s'est naturellement ensuite intéressé à la restauration d'Alexandrie. Selon la tradition, la Septante a été composée à Alexandrie. La Septante est la traduction grecque de la Bible. On pense traditionnellement que cela a été achevé en 132 après JC. Ainsi la Bible pouvait prendre sa place parmi les grands livres de la bibliothèque de la ville. On disait que les érudits religieux fréquentaient la bibliothèque pour faire des recherches. Alexandrie attirait depuis longtemps des personnes de différentes confessions qui se disputaient la domination de la ville. Sous le règne d'Auguste, il y eut des disputes entre juifs et païens. Au fur et à mesure que le christianisme gagnait en popularité, les chrétiens ont ajouté au degré d'agitation publique. Finalement, l'empereur romain Constantin a adopté l'édit de Milan en 313 après JC. L'édit décréta une politique publique de tolérance religieuse. En conséquence de l'édit, les chrétiens n'étaient plus passibles de poursuites en vertu de la loi fondée uniquement sur leur foi. La communauté chrétienne a commencé non seulement à exiger plus de droits religieux, mais à attaquer plus vigoureusement les juifs et les « païens » qui souscrivaient aux religions romaine et/ou égyptienne. D'un point de vue historique, il semble clair que le point de vue démontré par la communauté chrétienne était que si les chrétiens étaient autorisés par édit à leur liberté religieuse, les juifs et les païens ne l'étaient pas. Alexandrie était jusqu'alors une ville de prospérité et de savoir. Au lieu de cela, il ne s'est pas transformé en une arène de discorde religieuse entre la nouvelle foi des chrétiens et l'ancienne foi de la majorité païenne. Les chrétiens se sont de plus en plus sentis assez audacieux pour frapper les symboles de l'ancienne foi dans une tentative de la renverser. L'historien Magasarian a écrit : « ... Ce n'est pas tant la religion qui fait le caractère d'un peuple que ce sont les gens qui déterminent le caractère de leur religion. La religion n'est que le résumé des idées, des pensées et du caractère nationaux. La religion n'est qu'une expression. Ce n'est pas, par exemple, le mot ou le langage qui crée l'idée, mais l'idée qui provoque l'existence du mot. De même, la religion n'est que l'expression de la mentalité d'un peuple. Et pourtant la religion ou la philosophie d'un homme, alors qu'elle n'est que le produit de son propre esprit, exerce une influence réflexe sur son caractère. L'enfant influence le parent dont il est le rejeton ; le langage affecte la pensée dont, à l'origine, il n'était que l'outil. Ainsi en est-il de la religion. La religion chrétienne, dès qu'elle est arrivée au pouvoir, a bouleversé le monde..." Nulle part peut-être plus qu'à Alexandrie ce revirement n'a été plus apparent. Sous Théodose Ier, qui régna en tant qu'empereur romain de 379 à 395 après JC, le paganisme fut interdit et le christianisme encouragé. En 391 après JC, le patriarche chrétien Théophile suivit l'exemple de Théodose et fit détruire ou convertir tous les temples païens d'Alexandrie en églises. En l'an 400 après JC, Alexandrie était dans une agitation religieuse constante. En 415 après JC, cela aboutit au meurtre de la philosophe néo-platonicienne Hypatie. Selon certains érudits, c'est à ce moment qu'une foule chrétienne a incendié la grande bibliothèque d'Alexandrie et détruit complètement le temple de Sérapis. Alexandrie déclina rapidement après cette date. Des universitaires, des scientifiques et des penseurs de toutes disciplines ont quitté la ville pour des endroits plus sûrs. Après la montée du christianisme, la ville s'est progressivement appauvrie, tant financièrement que culturellement. L'agrandissement de la ville est devenu un champ de bataille pour les religions en guerre, avec peu de tolérance pour les religions différentes. Alexandrie a été conquise par les Perses sassanides en 619 après JC. L'Empire chrétien byzantin sous l'empereur Héraclius a récupéré la ville en 628 après JC. Mais Alexandrie a de nouveau été perdue face aux envahisseurs musulmans arabes sous le calife Umar en 641 après JC. Les forces des Byzantins chrétiens et des Arabes musulmans se sont ensuite battues pour le contrôle d'Alexandrie ainsi que de la grande Égypte jusqu'à ce que les forces arabes l'emportent en 646 après JC. L'Égypte est tombée sous la domination islamique. Les églises ont été détruites ou transformées en mosquées. La légende chrétienne prétend que c'est à cette époque que la grande bibliothèque fut incendiée par les conquérants musulmans. Cependant, les preuves historiques contredisent ce blanchiment égoïste et indiquent plutôt les émeutes chrétiennes de 415 après JC. Ce qui n'a pas été détruit par la guerre a été abattu par la nature et, en 1323 CE, la majeure partie de l'Alexandrie ptolémaïque avait disparu. Le grand phare a été régulièrement détruit par des tremblements de terre, tout comme une grande partie du port. En 1994, les premières découvertes ont été rendues publiques d'un certain nombre de reliques, de statues et de bâtiments découverts sous l'eau dans le port d'Alexandrie. Ceux-ci ont été régulièrement fouillés par le professeur Jean-Yves Empereur et son équipe qui continuent de mettre au jour l'âge d'or perdu d'Alexandrie [Ancient History Encyclopedia]. Le Phare d'Alexandrie ("Pharos)": Le phare d'Alexandrie a été construit sur l'île de Pharos à l'extérieur des ports d'Alexandrie, en Égypte, entre 300 et 280 av. La construction a eu lieu sous les règnes des rois Ptolémée I et II. Avec une hauteur de plus de 330 pieds (100 mètres), le phare était si impressionnant qu'il a été inclus sur la liste établie des sept merveilles du monde antique. Bien que maintenant perdu, il a duré plus de 1600 ans. Son héritage durable est qu'il a donné son nom grec "Pharos" au genre architectural de toute tour avec une lumière destinée à guider les marins. Le phare est souvent crédité d'avoir influencé l'architecture des minarets arabes plus tard. Il a certainement créé toute une série de structures imitatrices dans les ports du pourtour méditerranéen. Après les pyramides de Gizeh, le phare était la structure artificielle la plus haute du monde. Alexandrie en Égypte a été fondée par Alexandre le Grand en 331 av. Grâce à ses deux ports naturels sur le delta du Nil, la ville a prospéré en tant que port de commerce sous la dynastie ptolémaïque et tout au long de l'Antiquité. La dynastie ptolémaïque a été fondée par l'un des généraux d'Alexandre, Ptolémée et Ptolémée et ses succès ont gouverné l'Égypte de 305 à 30 av. Alexandrie était une ville cosmopolite avec des citoyens de tout le monde grec. La ville avait sa propre assemblée et sa propre monnaie et est devenue un centre d'apprentissage renommé. Vers 300 av. J.-C., Ptolémée Ier Soter commanda la construction d'un phare massif pour guider les navires vers Alexandrie. Bien sûr, il était également destiné à fournir un rappel permanent de sa puissance et de sa grandeur. Le projet a été achevé quelque 20 ans plus tard par son fils et successeur Ptolémée II. La structure n'a fait qu'ajouter à la liste impressionnante de choses à voir dans la grande ville qui comprenait le tombeau d'Alexandre, le musée (une institution pour les érudits), le temple Serapeum et la magnifique bibliothèque d'Alexandrie. Selon plusieurs sources anciennes, le phare était l'œuvre de l'architecte Sostrate de Cnide. Mais il aurait plutôt été le bailleur de fonds du projet. La structure était située à la pointe de l'îlot calcaire de Pharos face aux ports d'Alexandrie. Ces deux ports naturels étaient le Grand Port et le nom fantaisiste d'Eunostos ou "Port du Retour Fortuné". Le continent était relié à l'île de Pharos par une chaussée, l'Heptastadion. C'était environ trois quarts de mile de long (1,2 km). Un récit écrit par quelqu'un du nom de Poseidippos informe l'histoire que le phare était destiné à guider et à protéger les marins. À cette fin, le phare était dédié à deux dieux, Zeus Soter (Libérateur). L'inscription dédicatoire de dédicace sur la tour a été faite avec des lettres hautes d'un pied et demi (1/2 mètre). Le deuxième dieu est incertain, mais c'était peut-être Protée. Protée était le dieu grec de la mer, également connu sous le nom de "vieil homme de la mer". Le phare d'Alexandrie n'était certainement pas la première aide de ce genre aux anciens marins. Cependant c'était probablement la première monumentale. L'île de Thasos, au nord de la mer Égée, par exemple, était connue pour avoir eu une tour-phare à l'époque archaïque. Les balises et balises et points de repère étaient largement utilisés par les villes pour aider les marins à travers la Méditerranée. Les phares anciens ont été construits principalement comme aides à la navigation pour l'emplacement d'un port plutôt que comme avertissement de hauts-fonds dangereux ou de rochers submergés. Cependant, en raison des eaux dangereuses du port d'Alexandrie, le Pharos remplissait en fait les deux fonctions. L'historien grec Strabon du 1er siècle (avant JC) a fait les observations suivantes sur Pharos: "... Cette extrémité elle-même de l'île est un rocher, baigné par la mer de tous côtés, avec une tour dessus du même nom que l'île, admirablement construit en marbre blanc, à plusieurs étages. Sostrate de Cnide, ami des rois, l'édifia pour la sécurité des marins, comme l'indique l'inscription. Car, comme la côte de chaque côté est basse et sans ports, avec des récifs et des bas-fonds, une marque élevée et bien visible était nécessaire pour permettre aux navigateurs venant du large de diriger leur route exactement vers l'entrée du port… » La conception exacte du phare n'est malheureusement pas précisée par les écrivains anciens. Leurs descriptions sont souvent vagues, confuses et contradictoires. La plupart des sources s'accordent à dire que la tour était blanche, ce qui la rendait plus visible. La plupart des sources s'accordent également à dire que le phare avait trois étages. Le rez-de-chaussée était rectangulaire, le rez-de-chaussée octogonal et le rez-de-chaussée rond. La plupart des sources (mais pas toutes) s'accordent à dire qu'il y avait une statue de Zeus Soter au sommet. Des écrivains arabes ultérieurs décrivent une rampe s'élevant autour de l'extérieur de la partie inférieure de la tour et un escalier intérieur pour atteindre les niveaux supérieurs. Les historiens modernes ont débattu de la hauteur de la tour. Les estimations vont de 100 à 140 mètres (330 à 460 pieds). Dans les deux cas, le Pharos aurait été à l'époque la deuxième structure architecturale la plus haute du monde après les pyramides de Gizeh. Un feu était entretenu au sommet de la tour pour la rendre visible la nuit. Cependant, la question de savoir si tel était le cas dès le départ est débattue par les historiens. C'est en grande partie parce que les premières références au Pharos dans les œuvres d'écrivains anciens ne font aucune mention d'une lumière. Des sources ultérieures décrivent le Pharos comme un phare et pas simplement comme une tour historique utile uniquement pendant la journée. La flamme aurait probablement été produite en brûlant de l'huile car le bois était rare. La flamme et plusieurs autres points concernant le phare sont mentionnés dans la description suivante par l'écrivain romain du 1er siècle après JC Pline l'Ancien : "... Le coût de son érection était de huit cent talents, dit-on ; et, pour ne pas omettre la magnanimité dont fit preuve le roi Ptolémée à cette occasion, il autorisa l'architecte Sostrate de Cnide à inscrire son nom sur l' edifice lui-même. Son objet est, à la lueur de ses feux la nuit, d'avertir les navires des hauts-fonds voisins, et de leur indiquer l'entrée du port... » Selon des sources arabes ultérieures, il y avait même un miroir pour refléter la flamme sur une plus grande distance vers la mer. Vraisemblablement en bronze poli, le miroir peut également avoir fonctionné comme un réflecteur du soleil. La tour apparaît sur la monnaie impériale romaine de la ville de Domitien à Commode (81 à 192 après JC). Les pièces montrent clairement une grande tour aux fenêtres étroites sans lumière visible. La tour est surmontée d'une statue monumentale et de deux figures plus petites de Triton soufflant dans une conque. Ces pièces montrent que l'entrée de la tour se trouve à la base même, tandis que les descriptions arabes ultérieures la placent plus haut. Le phare est également apparu dans les mosaïques et les sarcophages tout au long de l'Antiquité, confirmant sa grande renommée. Certains des monuments du monde antique ont fortement impressionné les visiteurs de partout par leur beauté, leur ambition artistique et architecturale et leur ampleur. Leur réputation s'est développée en tant que sites incontournables ("themata") pour les anciens voyageurs et pèlerins. Sept de ces monuments sont devenus la «liste de seaux» originale lorsque des écrivains anciens ont compilé des listes restreintes des sites les plus merveilleux du monde antique. Les écrivains comprenaient des notables anciens comme Hérodote, Callimaque de Cyrène, Antipater de Sidon et Philon de Byzance. Le phare d'Alexandrie a fait partie de la liste établie des sept merveilles, bien qu'un peu plus tard que les autres, car il s'agissait d'une structure si haute et unique. La conception de la tour a été copiée pour protéger les ports et les marins du monde antique. "Pharos" est encore le terme pour un phare dans de nombreuses langues modernes. Alexandrie a continué à prospérer dans le cadre de l'Empire romain. C'était la deuxième ville la plus importante du monde romain et le port le plus important de la Méditerranée orientale. Les tremblements de terre, en particulier en 796 après JC, 950 après JC, 1303 après JC et 1323 après JC ont gravement endommagé le phare d'Alexandrie au cours des siècles. Six ans après le tremblement de terre de 950 après JC, le phare s'est partiellement effondré. Cependant, il existe des enregistrements de réparations et d'extensions régulières. Par exemple, une mosquée en forme de dôme a été ajoutée à la partie supérieure vers 1000 après JC. Une reconstruction majeure a eu lieu vers 1161 après JC sous les Fatimides musulmans. Certains historiens suggèrent que la tour a eu une influence sur l'architecture des minarets arabes. Ce n'est peut-être pas une coïncidence si le mot arabe pour minaret et phare est le même : « al-Manarah ». Le phare disparaît des archives historiques après le 14ème siècle, vraisemblablement finalement renversé par un autre tremblement de terre dans les années 1330 après JC. Les fondations en granit de la tour ont été réutilisées dans le fort de Qait Bey, construit au XVe siècle après JC. Le niveau de la mer a monté depuis l'antiquité. Le sol sur lequel se trouvait le phare est maintenant sous les eaux du port. L'archéologie marine moderne de la région a découvert deux figures monumentales de Ptolémée Ier et de sa reine, Bérénice. Il se peut qu'ils aient appartenu autrefois à la tour et à ses environs immédiats. De nombreux fragments de pierre du phare ont également été retrouvés. Enfin, comme note de bas de page intéressante, le phare d'Alexandrie a peut-être été une véritable merveille très copiée, mais il n'a pas toujours réussi à aider les marins. Les archéologues marins ont découvert plus de 40 épaves dans la zone de l'ancien port d'Alexandrie. D'un autre côté, qui peut dire combien de catastrophes supplémentaires il y aurait eu sans le grand phare guidant les navires en toute sécurité dans le port [Ancient History Encyclopedia] ? La dynastie ptolémaïque: La dynastie ptolémaïque a contrôlé l'Égypte pendant près de trois siècles, de 305 à 30 av. Il est finalement tombé aux mains de l'Empire romain. Alors qu'ils régnaient sur l'Égypte, les Ptolémées ne sont jamais devenus « égyptiens ». Au lieu de cela, ils se sont isolés dans la capitale d'Alexandrie, une ville imaginée par Alexandre le Grand. La ville était grecque à la fois dans la langue et dans la pratique. Il n'y avait pas de mariages avec des étrangers ou avec des Égyptiens autochtones. Frère marié sœur ou oncle marié nièce. Le dernier monarque ptolémaïque était la reine Cléopâtre VII. Elle est restée macédonienne mais parlait l'égyptien ainsi que d'autres langues. À l'exception des deux premiers pharaons ptolémaïques, Ptolémée Ier et son fils Ptolémée II, la plupart des membres de la famille étaient assez incompétents. En fin de compte, les Ptolémées n'ont pu maintenir leur autorité qu'avec l'aide de Rome. L'un des aspects uniques et souvent mal compris de la dynastie ptolémaïque est de savoir comment et pourquoi les Ptolémées ne sont jamais devenus égyptiens. Les Ptolémées coexistaient à la fois en tant que pharaons égyptiens et monarques grecs. À tous égards, ils sont restés complètement grecs, tant dans leur langue que dans leurs traditions. Cette caractéristique unique a été maintenue grâce aux mariages mixtes. Le plus souvent, ces mariages étaient soit entre frère et sœur, soit entre oncle et nièce. Cette consanguinité avait pour but de stabiliser la famille. La richesse et le pouvoir ont été consolidés. Bien qu'il ait été considéré par beaucoup comme un événement égyptien et non grec, la déesse mère Isis a épousé son frère Osiris. Ces mariages entre frères et sœurs ont été justifiés ou du moins rendus plus acceptables en faisant référence à des contes de la mythologie grecque dans lesquels les dieux se sont mariés. Cronos avait épousé sa sœur Rhéa tandis que Zeus avait épousé Héra. Sur les quinze mariages ptolémaïques, dix étaient entre frère et sœur. Deux des quinze étaient avec une nièce ou une cousine. Cléopâtre VII a fait l'objet de dramaturges, de poètes et de films. Elle était le dernier monarque ptolémaïque à gouverner l'Égypte. Cependant Cléopâtre VII n'était pas égyptienne, elle était macédonienne. Selon un ancien historien, elle était une descendante de grandes reines grecques comme Olympias, la mère trop possessive d'Alexandre le Grand. Cependant Cléopâtre VII fut aussi la seule Ptolémée à apprendre à parler égyptien et à faire le moindre effort pour connaître le peuple égyptien. Bien sûr, la consanguinité ptolémaïque était loin d'être idéale. La jalousie était endémique et les complots étaient courants. Ptolémée IV aurait assassiné son oncle, son frère et sa mère. Ptolémée VIII a tué son fils de quatorze ans et l'a coupé en morceaux. Remonter aux origines de la dynastie nous amène à la mort subite d'Alexandre le Grand en 323 av. Sa mort a semé le chaos et la confusion dans son vaste empire. Alexandre est mort sans nommer d'héritier ni de successeur. Au lieu de cela, l'histoire lui fait dire que l'empire a été laissé « au mieux ». Les commandants qui l'avaient fidèlement suivi depuis la Macédoine à travers les sables du désert de l'Asie occidentale devaient décider eux-mêmes du sort du royaume. Certains voulaient attendre la naissance du fils de Roxanne et d'Alexandre, le futur Alexandre IV. D'autres ont choisi un remède plus immédiat et intéressé, qui consistait simplement à diviser l'empire d'Alexandre entre eux. La décision finale apporterait des décennies de guerre et de dévastation. Le vaste territoire a été partagé entre les plus fidèles des généraux d'Alexandre. Ils comprenaient Antigonus I ("le Borgne"), Eumène, Lysimaque et Antipater. Le dernier était Ptolémée, souvent qualifié de « plus entreprenant » des commandants d'Alexandre. Ptolémée Ier Soter a vécu de 366 à 282 av. L'appellation suffixe "Soter" signifiait "sauveur"). Ptolémée était un noble macédonien. Selon la plupart des sources, il était le fils de Lagos et Arsinoe. Il avait été un ami d'enfance d'Alexandre. Il était le dégustateur officiel et le garde du corps d'Alexandre. Il peut même avoir été lié à Alexandre. Les rumeurs abondaient selon lesquelles il était le fils illégitime de Philippe II, le père d'Alexandre. Après la mort d'Alexandre, Ptolémée avait mené la campagne pour diviser l'empire entre les principaux généraux et dans la partition de Babylone. À sa grande joie, Ptolémée reçut la terre dont il avait toujours rêvé, l'Égypte. Aux yeux de Ptolémée, l'Egypte était la terre idéale, riche en ressources. Après des années d'oppression sous les Perses, le peuple égyptien avait accueilli Alexandre et son armée conquérante. Les conquérants persans avaient été intolérants envers les coutumes et la religion égyptiennes. Alexandre était beaucoup plus tolérant. Alexandre embrassa publiquement leurs dieux et priait dans leurs temples. Il avait même construit un temple pour honorer la déesse mère égyptienne Isis. En Égypte, Ptolémée a vu un vaste potentiel, pour lui-même. Il y avait une richesse incommensurable. Cette richesse provenait en grande partie de la production agricole. Les frontières de l'Égypte étaient faciles à défendre. La Libye était à l'ouest, l'Arabie à l'est. Il n'était pas obligé de dépendre de la bonne volonté des commandants collégiaux qui avaient également servi Alexandre. De plus, l'Égypte était en bons termes avec sa patrie de Macédoine. Bien que la partition ait peut-être accordé l'Égypte à Ptolémée, certains ne faisaient pas confiance au commandant méfiant. Le chef d'entre eux était Perdiccas, le successeur autoproclamé d'Alexandre. Cléomène de Naucratis avait été nommé ministre des Finances égyptien par Alexandre. Il a été nommé par Perdiccas comme adjoint ou hyparchos pour surveiller (espionner) Ptolémée. Réalisant le stratagème de Perdiccas, Ptolémée savait qu'il devait se libérer de Cléomène. Il a accusé le ministre imprudent de "malfaisance fiscale" - pas une accusation complètement forgée de toutes pièces - et l'a fait exécuter. Avec Cléomène parti, Ptolémée pourrait alors gouverner l'Egypte sans que personne ne veille sur son épaule. Ce faisant, Ptolémée établirait une dynastie qui durerait près de trois siècles jusqu'à l'époque de Jules César et de Cléopâtre VII. Pendant les quatre décennies de règne de Ptolémée sur l'Égypte, il mettrait le pays sur une base économique et administrative solide. Après la mort de Cléomène, Ptolémée commença rapidement et fermement à consolider son pouvoir en Égypte. Son seul but était de redonner à l'Égypte sa grandeur. À contrecœur, cependant, il s'est impliqué dans les guerres des successeurs en cours. C'étaient les guerres destructrices entre les collègues de Ptolémée, les anciens généraux d'Alexandre qui avaient chacun reçu des portions de l'empire d'Alexandre. Bien que Ptolémée Ier n'ait pas délibérément cherché un territoire en dehors de l'Égypte, il profiterait d'un événement fortuit s'il en avait l'occasion. Ptolémée occupa l'île de Chypre vers 318 av. Une autre opportunité le trouva en train de combattre un Spartiate nommé Thribon qui s'était emparé de la ville de Cyrène sur la côte nord de l'Afrique. Après une victoire rapide et décisive, Ptolémée a remis le conquérant déchu à la ville qui l'a rapidement exécuté. Malheureusement, Ptolémée n'a pas pu éviter une certaine implication avec les autres commandants. Il donna refuge à Séleucus et soutint plus tard Rhodes contre les forces d'invasion de Démétrius l'Assiégeant, fils d'Antigone. Et il y avait sa rivalité permanente avec Perdiccas. L'hostilité ne s'est pas calmée lorsque Ptolémée a volé le corps d'Alexandre alors qu'il était transporté dans une tombe nouvellement construite à Macédoine. En tant que chiliarque du roi (ou adjudant, commandant), Perdiccas s'était solidement établi après la mort d'Alexandre. Perdiccas avait toujours espéré réunir sous son contrôle ce qui avait été l'empire d'Alexandre avant qu'il ne soit morcelé. Perdiccas possédait la chevalière d'Alexandre ainsi que les restes d'Alexandre. L'intention était de rendre les restes d'Alexandre en Macédoine pour l'internement. Cependant, à Damas, le corps a inexplicablement disparu. Ptolémée avait volé et emporté le corps à Memphis. De Memphis, le corps d'Alexandre a été transporté à Alexandrie. Il a été enterré dans un sarcophage doré qui a été exposé au centre de la ville. Perdiccas était pour le moins indigné. Cependant, pour les Égyptiens, la légitimité de la dynastie ptolémaïque résidait dans son lien avec le roi déchu. Même dans la mort, Alexandre a joué un rôle majeur dans l'imaginaire égyptien et ptolémaïque. Et Alexandrie était la ville conçue par Alexandre. Cependant, le vol du corps d'Alexandre était trop pour Perdiccas. La longue animosité frémissante déboucha sur une guerre entre Perdiccas et Ptolémée qui dura de 322 à 321 av. Perdiccas a tenté trois assauts militaires contre le pharaon ptolémaïque. Cependant, les trois tentatives de traverser le Nil en Égypte ont échoué. Après la perte de plus de deux mille soldats, son armée en eut assez et exécuta Perdiccas. Il y avait peu ou pas de larmes versées parmi les autres anciens commandants collégiaux d'Alexandre. Perdiccas n'avait été très populaire auprès d'aucun d'entre eux. Ptolémée Ier est mort en 282 av. Il a nommé son fils Ptolémée II Philadelphe comme son successeur. « Philadelphe » se traduit par « aimer sa sœur ». Le jeune Ptolémée avait servi comme co-régent avec son père depuis 285 avant JC, quand il avait 23 ans. Ptolémée II régnera jusqu'en 246 av. Il a épousé Arsinoe I, la fille du régent/roi thrace Lysimaque. Lysimaque, vous vous en souviendrez, était l'un des collègues de Ptolémée Ier, un autre ancien général d'Alexandre. Lysimaque avait épousé Arsinoé II, la fille de Ptolémée Ier et sa maîtresse Bérénice vers 300 av. Le mariage avait pour but de maintenir l'alliance entre Ptolémée et Lysimaque. Le mariage a eu lieu après la mort de la première femme de Lysimaque. C'était un mariage qu'il regretterait. Probablement pour assurer le trône de Thrace à son propre fils, Arsinoé II a convaincu son mari de tuer son héritier présomptif et son fils aîné par son premier mariage. Les fausses accusations utilisées pour la justification étaient la trahison. Mais bien que nous puissions présumer des motivations d'Arsinoe, nous ne pouvons pas en être certains. Il est certain que le meurtre du jeune commandant populaire a provoqué un tollé parmi nombre de ses collègues officiers. Après la mort de Lysimaque, Ptolémée Ier épouserait la veuve de Lysimaque, Arsinoé II, qui était aussi sa sœur. Contrairement à beaucoup de ses successeurs, Ptolémée II a élargi l'Égypte avec des acquisitions en Asie Mineure et en Syrie. L'Égypte a également récupéré la ville coloniale grecque / hellénique Cyrène en Libye. À l'origine, Cyrène était une colonie libyenne de l'île de Théra. Cyrène avait déclaré son indépendance de l'Égypte ptolémaïque. Ptolémée II a également mené deux guerres connues sous le nom de "guerres syriennes". Ils ont été combattus contre Antiochus I et Antiochus II. Antiochus I était un autre des généraux d'Alexandre et donc collégial à Ptolémée I. Finalement, Ptolémée II épouserait sa fille Bérénice à Antiochus II. Malheureusement, Ptolémée II a également combattu la guerre de Chremonidean contre la Macédoine de 267 à 261 av. Les forces de Ptolémée ont échoué dans cette entreprise. En Égypte, Ptolémée II établit des comptoirs commerciaux le long de la mer Rouge. Il a également achevé la construction du phare et agrandi la bibliothèque et le musée d'Alexandrie. Pour honorer ses parents, Ptolémée II a créé un nouveau festival, le Ptolemaeia. Selon l'histoire, Ptolémée II était l'un des derniers véritables grands pharaons d'Égypte. Beaucoup de ces Ptolémées qui ont suivi n'ont pas réussi à renforcer l'Égypte tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. La jalousie et les combats internes étaient courants. À la mort de Ptolémée II en 246 avant JC, Ptolémée III Euergetes monta sur le trône. "Euergetes" se traduit par "bienfaiteur". Ptolémée III régna jusqu'en 221 av. Il a épousé Bérénice II, originaire de la ville grecque de Cyrène. Parmi leurs six enfants figuraient Ptolémée IV et une princesse également nommée Bérénice. La mort subite de la princesse Bérénice provoqua le décret Canopus en 238 av. Entre autres proclamations, elle a été honorée comme une déesse. Une autre proclamation était le décret d'un nouveau calendrier, celui qui comprenait 365 jours avec un jour supplémentaire tous les quatre ans. Cependant, le nouveau calendrier n'a pas été adopté. En 246 av. J.-C., Ptolémée III envahit la Syrie pour soutenir Antiochus II dans la troisième guerre syrienne contre Séleucus II. Antiochus II était le beau-frère de Ptolémée, c'est-à-dire le mari de sa sœur. Cependant Ptolémée III a peu gagné de la guerre autre que les acquisitions de quelques villes en Syrie et en Asie Mineure. Son successeur et fils était Ptolémée IV Philopator. "Philopater" se traduit par "aimer son père". Ptolémée IV a régné de 221 à 205 av. Fidèle à la tradition familiale, il épousa sa sœur Arsinoe III en 217 av. Il a remporté un petit degré de succès dans la quatrième guerre syrienne qui a été menée de 219 à 217 avant JC contre Antiochus III. Cependant, Ptolémée IV était par ailleurs largement inefficace. Sa seule autre réalisation fut la construction du Sema. Le Sema était un tombeau pour honorer à la fois Alexandre et les Ptolémées. Ptolémée IV et sa femme ont tous deux été assassinés lors d'un coup d'État dans un palais en 205 av. Ptolémée V Épiphane était le fils de Ptolémée IV et d'Arsinoé III. « Épiphane » se traduit par « rendu manifeste ». Ptolémée V a régné de 205 à 180 av. En raison de la mort soudaine de ses parents, il a hérité du trône alors qu'il était un petit garçon de 5 ans. À 17 ans, il épousa la princesse séleucide Cléopâtre I en 193 av. Malheureusement, la guerre et la révolte des rois séleucides et macédoniens dans l'espoir de s'emparer des terres égyptiennes ont suivi son ascension. Après la bataille de Panium en 200 avant JC, l'Égypte a perdu un territoire précieux dans la mer Égée et l'Asie Mineure, y compris la Palestine. En 206 av. J.-C., la dissidence éclata dans la ville égyptienne de Thèbes, et elle resterait hors du contrôle ptolémaïque pendant vingt ans. Le successeur de Ptolémée V était Ptolémée VI Philometor. "Philometor" se traduit par "aimer sa mère". Comme son père, il a commencé son règne comme un petit enfant. Il a régné aux côtés de sa mère jusqu'à sa mort inattendue en 176 av. Ptolémée VI épousa sa sœur Cléopâtre II et commença son règne tumultueux. Il avait une relation sérieusement troublée avec son frère, le futur Ptolémée VIII Euergetes II. L'Égypte fut envahie à deux reprises entre 169 et 164 av. J.-C. par Antiochus IV, dont l'armée s'approcha même de la ville d'Alexandrie. Avec l'aide de Rome, Ptolémée VI reprit le contrôle nominal de l'Égypte. Cependant régnant aux côtés de son frère et de sa femme, son règne reste caractérisé par des troubles. En 163 av. J.-C., son frère et lui (Ptolémée VI et le futur Ptolémée VIII) parvinrent finalement à un compromis selon lequel Ptolémée VI gouvernait l'Égypte tandis que son frère gouvernait Cyrène. En 145 av. J.-C., Ptolémée VI mourut au combat en Syrie. Intervenant le règne de Ptolémée VI et son frère Ptolémée VIII on présume serait un Ptolémée VII. Cependant, on sait peu de choses sur le règne ou la personne connue sous le nom de Ptolémée VII. En effet, il n'est même pas certain qu'un Ptolémée VII ait jamais vraiment régné. Cependant, il est certain qu'à la mort de Ptolémée VI, Ptolémée VIII monta sur le trône en 145 av. Ptolémée VIII Euergetes II était le frère cadet de Ptolémée VI. "Euergetes" se traduit par "bienfaiteur". À la manière ptolémaïque, il épousa la veuve de son frère aîné, Cléopâtre II. Cependant, en peu de temps, il a remplacé Cléopâtre II par sa fille (sa nièce) Cléopâtre III. Une guerre civile ravagea l'Égypte durant de 132 à 124 av. La capitale d'Alexandrie qui haït Ptolémée VIII fut particulièrement dévastée. Il n'était pas rare que les habitants d'Alexandrie détestent le Ptolémée régnant. Il y avait peu d'amour perdu entre les citoyens de la ville et la famille royale. Cette haine intense a entraîné une persécution extrême et l'expulsion des habitants de la ville. Enfin, une amnistie a été conclue en 118 av. Ptolémée VIII a été remplacé par son fils aîné en 116 av. Ptolémée IX Soter II a régné de 116 à 80 av. "Soter" se traduit par "Sauveur", mais Ptolémée IX était également connu sous le nom de "Lathyrus", qui se traduit par "Pois Chiche". Comme beaucoup de ses prédécesseurs, il épousera deux de ses sœurs. La première était Cléopâtre IV, mère de Bérénice IV. La seconde était Cleopatra V Serene qui lui a donné deux fils. Il régna conjointement avec sa mère Cléopâtre III jusqu'en 107 av. En 107 avant JC, il a été contraint de fuir à Chypre après avoir été renversé par son frère, Ptolémée X. Il a regagné le trône en 88 avant JC quand en Egypte son frère Ptolémée X a été expulsé d'Egypte et perdu en mer. Restauré sur le trône d'Égypte, Ptolémée IX régnera jusqu'à sa mort en 80 av. Les quelques Ptolémées suivants ont eu peu d'impact, voire aucun, sur l'Égypte. Pour la première fois, Rome joua un rôle majeur dans les affaires d'Égypte. Rome était une puissance montante en occident. Ptolémée X Alexandre Ier était le frère cadet de Ptolémée IX. Il avait été gouverneur de Chypre jusqu'à ce que sa mère l'amène en Égypte en 107 av. Une fois en Égypte, sa mère a conçu le remplacement de Ptolémée IX sur le trône d'Égypte par Ptolémée X. En 101 av. J.-C., il aurait assassiné sa mère Cléopâtre IV. Il épousa ensuite Bérénice III, fille de sa nièce Cléopâtre V Sereine. Il a gouverné l'Égypte jusqu'en 88 av. En 88 av. J.-C., Ptolémée X quitta l'Égypte après avoir été expulsé et se perdit en mer. Ptolémée X a été succédé brièvement par son plus jeune fils, Ptolémée XI Alexandre II, âgé de douze ans. Ptolémée XI a régné pendant huit ans. Il a été placé sur le trône par le général romain Cornelius Sulla après que le jeune Ptolémée XI ait accepté d'attribuer l'Égypte et Chypre à Rome. Ptolémée XI a régné conjointement avec sa belle-mère Cléopâtre Bérénice jusqu'à ce qu'il l'assassine. Malheureusement, il fut ensuite lui-même assassiné par les Alexandrins en 80 av. Le remplacement de Ptolémée XI était Ptolémée XII Neos Dionysos (également connu sous le nom de "Auletes"). Ptolémée XII était un autre fils de Ptolémée IX. Il a épousé sa sœur Cléopâtre Tryphaena. Malheureusement, sa relation étroite avec Rome le fit mépriser par les Alexandrins et il fut expulsé d'Égypte en 58 av. J.-C. Ptolémée XII regagna le trône d'Égypte avec l'aide du gouverneur syrien romain Gabinius. À partir de ce moment, il ne put rester au pouvoir que grâce à ses liens avec Rome. Même alors, ces liens nécessitaient un renouvellement constant par la corruption, car le Sénat romain se méfiait en fait de lui. Le prochain pharaon ptolémaïque pharaon était Ptolémée XIII, qui n'a régné que jusqu'en 47 avant JC, après quoi il a été exécuté à l'âge de 16 ans. Ptolémée XIII était le frère et l'époux de l'infâme Cléopâtre VII. Son temps sur le trône fut une conséquence de courte durée de son alliance infructueuse avec sa sœur Arsinoé dans une guerre civile. Ils ont choisi de s'opposer à la fois à Jules César et à Cléopâtre dans une lutte pour le trône. Au départ, Ptolémée XIII s'attendait à gagner les faveurs de César en tuant le général romain Pompée, qui s'était réfugié en Égypte. Ptolémée XIII présenta la tête coupée de Pompée à César. Cependant, le commandant romain est devenu furieux parce qu'il avait voulu exécuter Pompée lui-même. Dans la guerre civile qui s'ensuivit, l'armée de Ptolémée XIII fut vaincue après une intense bataille. Ptolémée XIII lui-même s'est noyé dans le Nil lorsque son bateau s'est renversé. Sa sœur la princesse Arsinoe a été emmenée à Rome enchaînée. Elle a ensuite été libérée. Après Ptolémée XIII était un autre frère Ptolémée XIV. Ptolémée XIV a servi brièvement comme gouverneur de Chypre. Il épousa plus tard sa sœur sur la volonté de César. Il a régné pendant trois ans jusqu'à sa mort brutale en 44 avant JC à l'âge de 15 ans. Sa mort est attribuée par de nombreux historiens à un empoisonnement sur les ordres de sa tristement célèbre sœur Cléopâtre VII. Le dernier pharaon d'Égypte était Cléopâtre VII, connue dans l'histoire sous le nom de Cléopâtre. Elle a gouverné l'Égypte pendant 22 ans et contrôlé une grande partie de la mer Méditerranée orientale. Comme beaucoup de femmes de son époque, elle était très instruite. Cléopâtre VII avait été préparée pour le trône par son père Ptolémée XII à la manière traditionnelle grecque (hellénistique). Elle s'est fait aimer du peuple égyptien. Elle y est parvenue en participant à de nombreux festivals et cérémonies égyptiennes. Elle était également la seule Ptolémée à apprendre la langue égyptienne. Cléopâtre parlait également l'hébreu, l'éthiopien et plusieurs autres langues. Pour assurer le trône après avoir vaincu ses frères et sa sœur dans la guerre civile, elle s'est rendu compte qu'elle devait rester amicale avec Rome. Sa relation avec Jules César a fait l'objet de dramaturges et de poètes pendant des siècles. Avec la mort de César et l'équilibre des pouvoirs à Rome en question, elle eut le malheur de se ranger du côté du général romain Marc Antoine. Antoine et Cléopâtre ont tout perdu à la bataille d'Actium. Elle n'a pas réussi à trouver de la compassion chez Octave, le futur empereur Auguste. Elle n'avait plus d'autre issue que le suicide. Cléopâtre VII a eu un fils avec César, Césarion (Ptolémée XV), Césarion a été mis à mort par Octave, sinon le statut d'Octave en tant qu'héritier de Jules César pourrait être contesté. Les autres enfants de Cléopâtre VII, Alexander Helos, Cleopatra Serene et Ptolemy Philadelphus étaient plus jeunes et ont été amenés à Rome pour être élevés par la femme d'Octavian. Comme le reste de la Méditerranée, souvent décrite comme un lac romain, l'Égypte s'est soumise à la domination romaine. Le pouvoir des Ptolémées a pris fin. L'une des caractéristiques les plus importantes de la domination ptolémaïque avait été sa politique d'hellénisation. L'hellénisation comprenait l'intégration de la langue et de la culture grecques dans la vie quotidienne égyptienne. Il n'y a eu aucune tentative de la part des Ptolémées ou de la population hellénique d'Alexandrie de s'assimiler à la civilisation égyptienne. Au tout début de la domination ptolémaïque, l'une des premières mesures de Ptolémée I fut de déplacer le centre du gouvernement. L'emplacement traditionnel du centre du gouvernement égyptien était à Memphis. Memphis restera le centre religieux de l'Egypte. Cependant, le centre du gouvernement a été déplacé par Ptolémée Ier dans la ville nouvellement construite d'Alexandrie. Alexandrie avait un emplacement plus stratégique, beaucoup plus proche de la mer Méditerranée et de la Grèce. En raison de ce déménagement, Alexandrie est devenue une ville plus grecque qu'égyptienne. En fait, les Ptolémées quittaient rarement la ville. Même lorsqu'ils sont partis, ce n'était que pour faire une croisière de plaisance sur le Nil. Comme dans une grande partie de l'ancien empire alexandrin, le grec deviendrait la langue du gouvernement et du commerce. Ptolémée Ier a également fait d'Alexandrie le centre intellectuel de la Méditerranée lorsqu'il y a construit l'immense bibliothèque et musée. Alors que le musée offrait des sièges pour une réflexion tranquille, la bibliothèque a amassé une collection de milliers de rouleaux de papyrus. La bibliothèque et le musée ont attiré des hommes de philosophie, d'histoire, de littérature et de science de toute la Méditerranée. Le conseiller de Ptolémée Ier sur le projet était Démétrius de Phalère. Demetrius était diplômé du Lycée d'Aristote à Athènes. La Bibliothèque d'Alexandrie est véritablement devenue un centre de la culture hellénistique. Malheureusement, la bibliothèque et son contenu ont été détruits dans une série d'incendies. Traditionnellement, on pense que cela s'est produit pendant ses années sous contrôle romain. Cependant, de nombreux historiens pensaient que la destruction de la bibliothèque s'était produite des siècles plus tard. En tout état de cause, il a finalement été perdu. Dans le port de la ville, Ptolémée I a commencé la construction du Pharos. C'était un phare massif finalement achevé par son fils Ptolémée II. Ce phare unique était une immense structure de trois étages. Sa balise était visible à des kilomètres et était allumée jour et nuit. Le phare d'Alexandrie est finalement devenu l'une des sept merveilles du monde antique. Outre Alexandrie a été construit en Haute-Egypte. Bien que moins glamour qu'Alexandrie, Ptolémaïs a été fondée en tant que centre d'afflux de résidents grecs nouvellement arrivés. Il peut sembler que Ptolémée Ier avait l'intention de transformer l'Égypte en une autre Grèce. Néanmoins, à bien des égards, il respectait le peuple égyptien. Il a reconnu l'importance de la religion et de la tradition dans leur société. Lui et ses successeurs ont soutenu les nombreux cultes locaux. Pour s'attirer les bonnes grâces et maintenir la paix avec les prêtres du temple, il a restauré de nombreux objets religieux volés par les Perses. Les anciens dieux égyptiens étaient respectés. On ne voulait pas irriter les dieux. Quelle que soit la culture à laquelle ils appartenaient, les dieux étrangers pouvaient toujours posséder le pouvoir. Néanmoins, deux nouveaux cultes sont apparus à Ptolémaïque. Le premier était dédié à Alexandre le Grand. Ce culte a servi de canal à la population grecque pour continuer à exprimer sa loyauté continue envers les Ptolémées. Un deuxième culte n'a jamais gagné du terrain. Il était consacré au dieu de la guérison Sérapis. Les prêtres du temple des deux cultes sont restés dans le cadre de la classe dirigeante. C'était encore une autre incitation à maintenir leur allégeance aux Ptolémées. Alors que la capitale a peut-être été déplacée à Alexandrie, de nombreux scribes égyptiens avaient du mal à écrire en grec. Néanmoins, dans l'ensemble, la structure administrative de base a été conservée. L'Égypte avait une économie étroitement contrôlée. Une grande partie de la terre appartenait à la royauté. Il fallait une autorisation pour abattre un arbre ou même pour élever des cochons. La tenue des dossiers était importante. Toutes les terres ont été régulièrement inspectées et le bétail inventorié. Naturellement, puisque l'Égypte avait une économie basée sur l'agriculture, les impôts étaient basés sur un recensement périodique, de sorte que les enquêtes foncières étaient essentielles. Sous Cléopâtre VII, il y avait une taxe sur le sel, une taxe sur les digues et même une taxe sur les pâturages. Les pêcheurs ont même dû renoncer à vingt-cinq pour cent de leurs prises [Ancient History Encyclopedia]. Ptolémée Ier Soter: Ptolémée I Soter était l'un des anciens généraux et successeurs des rois de l'empire d'Alexandre le Grand. Il a vécu de 366 à 282 av. Il n'était pas seulement roi d'Égypte mais aussi le fondateur de la dynastie ptolémaïque. La dynastie régnerait sur l'Égypte pendant plus de 300 ans et comprenait la tristement célèbre Cléopâtre VII. Ptolémée était un noble macédonien, fils de Lagos. Des rumeurs circulaient cependant selon lesquelles il était en fait le fils illégitime du père d'Alexandre, Philippe II. Cette possibilité aurait bien sûr, si elle était vraie, fait de lui le demi-frère d'Alexandre. Ptolémée était plus âgé qu'Alexandre et de nombreux autres généraux qui ont suivi Alexandre en Perse. Néanmoins, il est devenu un ami proche, un conseiller et plus tard l'un des sept gardes du corps personnels d'Alexandre. Après la mort de Phillips II aux mains de Pausanias, Alexandre s'est lancé dans sa quête pour rencontrer, vaincre et conquérir Darius III et l'Empire perse. Les historiens sont en désaccord concernant le rôle de Ptolémée dans la campagne perse. Cependant, ils conviennent qu'il a participé à un certain nombre de batailles. Ce désaccord découle du fait que Ptolémée était aussi une sorte d'historien. La biographie d'Alexandre par Ptolémée a peut-être exagéré ses propres contributions. Le nom de Ptolémée apparaît pour la première fois lors de la défaite d'Alexandre contre Memnon à Halicarnasse. Memnon était un général mercenaire grec au service de la Perse. Soi-disant, Alexandre a quitté Ptolémée avec une force de 3000 hommes pour finir de subjuguer la ville pendant qu'il se dirigeait vers Gordium. Ptolémée apparaît ensuite aux batailles d'Issus et de Gaugamela. A Issus, il sert sur le flanc gauche sous le commandement de Parmenio. Ensuite, le roi perse Darius III a été retrouvé mourant après sa défaite à Gaugamela. Son assassin Bessus a été identifié. C'est Ptolémée qui a été envoyé chercher l'assassin. Il l'a amené à Alexandre nu, enchaîné et portant un collier de chien. À Persépolis, Ptolémée était lié à l'incendie de la ville. Lors d'une des celebrations d'Alexandre, la maîtresse de Ptolémée, Thais, a suggéré que le palais soit brûlé. Dans son histoire mondiale, l'historien grec Diodore du 1er siècle avant JC a fait mention de cet incident: « …Quand les Compagnons festoyaient, et que l'ivresse grandissait [...] une folie violente s'emparait de ces hommes ivres. L'une des femmes (Thasis) a déclaré que ce serait la plus grande réussite d'Alexandre en Asie de se joindre à leur cortège et de mettre le feu au palais royal. [...] D'autres se sont joints au cri et ont dit que seul Alexandre était digne de cet acte [... et] une quantité de torches a été rapidement collectée. [...] Le roi les conduisit à la fête, avec Thais la courtisane conduisant la cérémonie. Elle fut la première après le roi à jeter sa torche ardente dans le palais… » Bien que son rôle ne soit pas clair, la plupart des récits historiques s'accordent à dire que Ptolémée était avec Alexandre en Égypte et en Inde. Il était en Égypte en 332 av. J.-C. à Siwa et Memphis. Cependant, l'« Histoire d'Alexandre » de Ptolémée le fait jouer un rôle vital dans un certain nombre de conflits en Inde. D'autres récits non écrits par Ptolémée attribuent Ptolémée comme un participant mineur, voire insignifiant. Une histoire qui peut ou non être vraie est que la vie de Ptolémée a été sauvée pendant la campagne en Inde. Après que Ptolémée ait été frappé par une flèche empoisonnée, c'est Alexandre qui lui a sauvé la vie en utilisant diverses herbes indigènes pour extraire le poison. C'est à cette époque qu'un complot raté pour tuer Alexandre a été découvert. Et à cette époque, Ptolémée a été nommé l'un des gardes du corps personnels du roi. Quand Alexandre mourut en 323 av. J.-C., le sort de l'empire fut laissé entre les mains de Perdiccas. Perdiccas était le chef de cavalerie d'Alexandre. Il avait reçu la chevalière d'Alexandre sur le lit de mort du roi. Cela aurait pu être interprété comme un transfert de pouvoir. Perdiccas voulait garder l'empire d'Alexandre intact, indivis. Il suggéra aux autres généraux d'Alexandre que chacun attende après la naissance de l'enfant d'Alexandre et de Roxanne (le futur Alexandre IV) avant de nommer un successeur. Ptolémée était complètement contre cette idée et mena une campagne pour diviser l'empire entre les principaux généraux. Ptolémée a réalisé son souhait et a reçu dans la division son premier choix - l'Égypte. Les alliances qui se formeraient entre ces nouveaux satrapes étaient ténues et la guerre et la paix allaient régner pendant 30 ans. Ces batailles sont devenues connues sous le nom de Diadochi ou "guerres de successeur". Le seul thème commun parmi ces "rois" était que personne n'aimait Perdiccas. Perdiccas à son tour n'aimait pas Ptolémée par-dessus tout. Il était évident que ces deux hommes ne seraient jamais d'accord. Cela était encore plus évident lorsque Ptolémée a volé les restes d'Alexandre. Perdiccas avait envoyé le corps d'Alexandre pour être enterré dans une tombe nouvellement construite en Macédoine. Cependant, Ptolémée a détourné le corps à son arrivée à Damas. L'histoire de Diodore a enregistré ce vol : « …Ptolémée, d'ailleurs, faisant honneur à Alexandre, alla à sa rencontre avec une armée jusqu'en Syrie et, recevant le corps, le jugea digne de la plus grande considération. Il décida pour le moment de ne pas l'envoyer à Ammon, mais de l'ensevelir dans la ville qui avait été fondée par Alexandre lui-même... Là, il prépara une enceinte digne de la gloire d'Alexandre par ses dimensions et sa construction..." Perdiccas en voulait à ce vol. Il a immédiatement pris des mesures, attaquant l'Egypte. Cette attaque serait cependant sa perte. Il a mené ses troupes dans trois missions distinctes en Égypte, échouant à chaque fois à traverser le Nil. Avec cet échec et la perte de 2 000 soldats, ses hommes se sont révoltés et l'ont exécuté. Contrairement aux autres anciens généraux d'Alexandre, la préoccupation et l'ambition majeures de Ptolémée ne dépassaient pas les frontières de l'Égypte. Alors qu'il s'est impliqué dans les luttes intestines entre les autres et a finalement acquis des terres dans l'est de la Méditerranée, sa principale préoccupation était l'Égypte. Quand Antigonus I a envahi Babylone, Seleucus I Nicator a demandé l'asile en Egypte avec Ptolémée. Cependant, après la défaite par Ptolémée du fils d'Antigone Démétrius Ier de Macédoine à Gaza, Séleucos put retourner à Babylone. Après une brève paix, Ptolémée a été impliqué dans une série de conflits avec Antigone et Démétrius. Ptolémée a finalement réussi à aider à leur défaite et à la mort d'Antigone à Ipsus en 301 av. À ce moment-là, Ptolémée avait assumé le titre de roi en plus d'être nommé Soter signifiant «sauveur» pour sa défense de Rhodes contre Démétrius. Pendant le règne de Ptolémée sur l'Égypte, il a mis le pays sur une base économique et administrative solide. Ptolémée ne voulait pas tomber sous l'influence des prêtres et des fonctionnaires de Memphis. Ainsi, la première décision de Ptolémée fut de déplacer la capitale du pays à Alexandrie. Situé sur la mer Méditerranée, c'était un meilleur emplacement stratégique. Il offrait un accès plus facile à la fois à la mer et à sa patrie, la Grèce. À cause de ce déménagement, Alexandrie est devenue plus une ville grecque qu'égyptienne. Le grec est devenu la langue du gouvernement et du commerce. Étonnamment, le seul membre de la dynastie ptolémaïque à avoir jamais appris l'égyptien était Cléopâtre VII [Ancient History Encyclopedia]. Ptolémée Ier: Alors qu'il rendait hommage aux prêtres égyptiens et reconstruisait même des temples détruits par les Perses, il pensait qu'il avait besoin d'un autre moyen de se connecter avec le peuple égyptien. L'une de ses premières actions fut d'établir un culte d'Alexandre. Ce faisant, il s'établit comme héritier légitime. Alexandre est devenu un « dieu d'État » et son « prêtre » la plus haute position cléricale en Égypte. Suivant Ptolémée il créa une nouvelle religion avec un nouveau dieu Sérapis, le dieu de la guérison. Cette nouvelle religion était une combinaison d'influences grecques et égyptiennes, bien que les Égyptiens la considéraient comme plus grecque qu'égyptienne. Il n'a jamais connu beaucoup de succès et le financement gouvernemental qui le soutenait a finalement été retiré. Ptolémée a fait d'Alexandrie le centre intellectuel de la Méditerranée lorsqu'il y a construit une immense bibliothèque et un musée. Le musée contenait une arcade couverte, des sièges pour une contemplation tranquille, ainsi qu'une salle à manger. La bibliothèque contenait des milliers de rouleaux de papyrus et attirait des hommes de littérature et de science de toute la région méditerranéenne pour les années à venir, Euclide et Archimède étaient deux des mécènes les plus notables. Le complexe de la bibliothèque et du musée est devenu le centre de la culture hellénistique. Ptolémée a également commencé la construction du Pharos, un phare qui a finalement été achevé par son fils Ptolémée II. Le phare d'Alexandrie était une structure massive de trois étages avec une statue de Zeus au sommet. Une balise était visible à des kilomètres et était allumée jour et nuit. Il est devenu l'une des sept merveilles du monde antique. Ptolémée mourut en 282 av. Cependant, ses descendants régneront sur l'Égypte pendant près de 300 ans jusqu'à ce qu'elle soit conquise par les Romains. Après sa mort, Ptolémée a été déifié et un festival a eu lieu en son honneur pour les années à venir. [Encyclopédie de l'histoire ancienne]. Césarion : le fils malheureux de Jules César et de Cléopâtre: Ptolémée XV César « Theos Philopator Philometor ». La dernière partie du nom se traduit par "le Dieu qui aime le Père et qui aime la Mère". Cependant, il était mieux connu sous son surnom officieux "Césarion", ou "Petit César" en grec. Césarion a vécu de 47 à 30 avant JC et était le fils aîné de Cléopâtre VII. Césarion était le dernier roi ptolémaïque d'Égypte. L'histoire suppose qu'il était le fils de Jules César. César a bien sûr eu une liaison intermittente avec Cléopâtre depuis leur rencontre en 47 avant JC jusqu'à sa mort en 44 avant JC. Césarion a régné en tant que co-dirigeant de Cléopâtre de 44 à 30 avant JC lorsque Cléopâtre s'est suicidée. Bien que pratiquement exilé, Césarion était, au moment du suicide de sa mère, techniquement le seul dirigeant du royaume ptolémaïque. Cependant, il a été exécuté par Octavian plusieurs semaines après le suicide de sa mère. Octavian était le petit-neveu de Jules César, qui deviendra plus tard le souverain de toute Rome de 27 avant JC à 14 après JC sous le nom d'"Auguste César". Ptolémée César XV est né de Cléopâtre VII à l'été 47 av. En tant que membre de la dynastie ptolémaïque macédonienne, Césarion était principalement d'origine grecque du côté de sa mère. Il n'avait pas d'ascendance égyptienne. Une stèle égyptienne du Serapeum de Memphis est généralement interprétée comme enregistrant sa date de naissance le 23 juin 47 av. C'était quelques mois après le départ du dictateur romain Jules César du pays. César s'était battu pour restaurer Cléopâtre sur le trône lors de la guerre d'Alexandrie, qui a duré de septembre 48 à janvier 47 av. César et Cléopâtre ont eu une liaison célèbre et scandaleuse qui a poussé César à s'attarder en Égypte pendant quelques mois après la fin de la guerre. Cléopâtre a soutenu que son fils avait été engendré par Jules César. César lui-même, d'un autre côté, a nié ou tenté de contourner la question scandaleuse de l'en public. Selon le 1er siècle après JC, l'historien romain Suétone César a permis à Cléopâtre de donner son nom à Ptolémée XV. Cependant, Caesars était légalement incapable d'accepter le garçon comme son propre fils. Selon Suétone, "... finalement il [César] l'appela [Cléopâtre] à Rome et ne la laissa partir qu'après l'avoir comblée de grands honneurs et de riches cadeaux, et il lui permit de donner son nom à l'enfant qu'elle portait . En fait, selon certains écrivains grecs, cet enfant ressemblait beaucoup à César par l'allure et le port..." Après l'assassinat de Jules César le 15 mars 44 avant JC, la question de la paternité de Césarion a été soulevée par les amis et associés de César. Cette question a été soulevée malgré le fait que le statut d'Octavian en tant qu'héritier légal de César était clair. La question politiquement chargée est restée ouverte car les partisans d'Octavian ont activement nié que César avait engendré Césarion. Les détracteurs d'Octave ont activement promu Césarion en tant que fils de César. Mark Antony a déclaré au sénat que César avait effectivement reconnu le garçon comme son fils. Antoine a déclaré que Caius Matius, Caius Oppius et d'autres amis de César le savaient. Étant donné l'absence de preuve du contraire, on suppose généralement que Césarion était bien l'enfant biologique de Jules César. Cependant, des théories alternatives ont été avancées concernant la paternité de Césarion et la question reste quelque peu controversée. Il a été suggéré que Jules César était stérile car il n'a reconnu qu'un seul enfant biologique dans toute sa vie. Ce n'était pourtant pas faute d'efforts. Jules César s'est marié trois fois et s'est engagé dans de nombreuses relations extraconjugales. D'autre part, un faible taux de natalité était typique de l'aristocratie romaine à cette époque. Il est également plausible que César ait eu des enfants illégitimes qui n'ont pas été reconnus, comme Junia Tertia. De plus, Cléopâtre n'était pas réputée avoir eu d'amants avant de rencontrer César. Si cela était factuel, cela empêcherait tout autre candidat à la paternité de Césarion. Cléopâtre a visité Rome avec son jeune frère et co-dirigeant nominal Ptolémée XIV à au moins deux reprises. Ptolémée XIV est finalement mort d'un empoisonnement en 44 avant JC à l'âge de 15 ou 16 ans. La plupart des historiens attribuent l'acte à Cléopâtre. À la mort de son jeune frère, Cléopâtre est devenue la seule dirigeante de l'Égypte. La famille royale égyptienne est connue pour avoir visité Rome en 46 avant JC et de nouveau en 44 avant JC. Ils ont résidé dans la villa de Jules César dans le Horti Caesaris les deux fois. Pendant ce temps, César et Cléopâtre entretiennent une liaison qui fait scandale à Rome. Césarion a presque certainement accompagné sa mère en 46 av. Cependant, les sources contemporaines n'enregistrent sa présence à Rome qu'en 44 avant JC au moment et après l'assassinat de Jules César. En 46 av. J.-C., César dédia un temple dans le Forum Julium à Vénus Genetrix, patronne de la maternité et du mariage. César était censé descendre de Vénus Genetrix par son ancêtre mythologique Enée. Aenas était un demi-dieu lié à la fondation de Rome. César a fait le choix controversé de dévoiler une statue dorée de Cléopâtre en tant qu'Isis-Vénus dans le temple lors de sa consécration. La naissance de Césarion a été citée comme une occasion possible d'inspirer la dédicace de cette œuvre politiquement chargée. Une mosaïque extraite de la maison de Marcus Fabius Rufus à Pompéi. On pense que la mosaïque représente cette statue. Il dépeint ostensiblement Cléopâtre et Césarion comme le duo mère-fils de Vénus et Cupidon. Le placement de cette statue dans le temple de Vénus Genetrix a établi un lien entre l'héritage supposé de César en tant que descendant de Vénus et le statut présumé de Cléopâtre en tant que réincarnation d'Isis-Vénus. Jules César a été assassiné par un groupe de conspirateurs sénatoriaux le 15 mars 44 av. Cléopâtre est restée à Rome assez longtemps pour que le testament de César soit lu. À sa grande déception, Césarion n'a pas été reconnu par César. Selon son testament, César a adopté à titre posthume son petit-neveu Octave (le futur Octave César Auguste). Cléopâtre a fui Rome moins d'un mois après l'assassinat de César, emmenant avec elle Césarion, deux ans. Ce serait la dernière visite de Césarion à Rome car il n'est jamais revenu dans la ville plus tard dans sa vie. Césarion a été élevé à Alexandrie, en Égypte. Alexandrie était la capitale de la culture hellénistique à l'époque. Césarion a eu peu d'influences égyptiennes ou romaines dans son éducation. La majeure partie de l'enfance de Césarion était assez sûre en raison de la stabilité relative du règne de sa mère. Malgré son illégitimité, le rôle de Césarion en tant que successeur de Cléopâtre semble être resté incontesté en Égypte. Comme la plupart des princes de la dynastie ptolémaïque, Césarion aurait été formé aux arts de la rhétorique, de l'oraison, de la politique et de la philosophie. Le tuteur personnel de Césarion pendant son adolescence était un érudit grec nommé Rhodon. On sait peu de choses sur la carrière de Rhodon. C'était en contraste frappant avec l'illustre carrière de Philostrate, le tuteur d'enfance de Cléopâtre. C'était également en contraste avec Nicolas de Damas qui a enseigné aux jeunes frères et sœurs de Césarion avant de devenir l'un des historiens les plus influents du 1er siècle avant JC. La propre mère de Césarion, Cléopâtre, a eu une autre influence sur son développement intellectuel et celui de ses frères et sœurs. Une politicienne et oratrice qualifiée, Cléopâtre a été créditée de parler huit langues et d'être l'auteur d'ouvrages sur des sujets tels que la médecine et la pharmacologie. La mort de Jules César a laissé Cléopâtre dans une position politique affaiblie. Elle avait perdu son meilleur allié à Rome. Cependant, Cléopâtre a pu maintenir soigneusement une relation de conciliation avec les deux principales factions issues de l'assassinat de César. D'un côté se trouvaient les « Libérateurs », menés par les assassins de César. D'autre part, il y avait le "Second Triumvirat", composé de Marc Antoine (ancien lieutenant de César), Octavian et Marcus Aemilius Lepidus. Lépide était un général et homme d'État romain qui avait auparavant été un proche allié de Jules César. À l'été 43 avant JC, Cléopâtre avait commencé à s'allier avec le Second Triumvirat. En particulier, elle s'est attachée à gagner les faveurs des principaux triumvirs Marc Antoine et Octave. L'alliance entre Cléopâtre et le Second Triumvirat était la clé de son programme d'étendre sa sphère d'influence sur l'ancienne étendue de l'Empire ptolémaïque. Ce ne serait qu'avec le soutien d'Antoine et d'Octave qu'elle pourrait rétablir le contrôle sur des territoires comme Cyrène et Phénicie. Le frère cadet de Cléopâtre, Ptolémée XIV, mourut subitement en 44 av. La rumeur disait que Cléopâtre avait empoisonné son frère adolescent pour éliminer toute menace à son règne. Peu de temps après la mort de Ptolémée XIV, Césarion fut proclamé roi et devint le nouveau co-dirigeant de Cléopâtre. Cette succession a été officiellement reconnue par le Sénat romain au début de 43 av. J.-C., assurant ainsi la légitimité du règne officiel de Césarion. Les représentations artistiques de Cléopâtre et de Césarion ont délibérément mis en parallèle la relation entre la déesse égyptienne Isis et son fils Horus. Dans la mythologie égyptienne, Isis était la protectrice maternelle de son fils Horus. Horus est devenu le roi légitime d'Égypte après le violent assassinat du père d'Horus, Osiris. Le statut présumé de Césarion en tant que fils de Jules César a mis Cléopâtre en conflit avec le fils adoptif et héritier de César, Octave. En partie à cause de cette rivalité, Cléopâtre a choisi de s'allier avec le rival d'Octavian, Mark Antony. Mark Antony avait pris le contrôle des provinces orientales de Rome après la mort de César. À cette fin, Cléopâtre rencontra Antoine dans la ville anatolienne de Tarse en 41 av. Elle invita le triumvir à lui rendre visite à Alexandrie durant l'hiver 41 av. Antoine a quitté l'Egypte avant la fin de l'année 40 avant JC et a renforcé son alliance avec Octavian en épousant Octavia, la sœur nouvellement veuve d'Octavian. Antoine a eu deux filles avec Octavia, mais il a maintenu le contact avec Cléopâtre. À l'âge de dix ans, Césarion accompagna Cléopâtre dans un voyage à Antioche où ils rencontrèrent Antoine à la fin de 37 av. Avec le consentement d'Octave, Antoine accorda à Cléopâtre le contrôle de territoires supplémentaires en Cyrène, en Cilicie, en Crète et au Levant. Antoine et Cléopâtre se sont mariés entre 37 et 34 av. Cette situation fit scandale à Rome car le triumvir romain resta marié à Octavie jusqu'en 32 av. Cléopâtre a eu un total de trois enfants avec Mark Antony, dont les jumeaux Alexander Helios et Cleopatra Selene en 40 avant JC, et Ptolémée Philadelphe en 36 avant JC. Aucun de ces trois descendants n'a réussi à entrer dans le nouveau millennium . Tous les trois sont probablement décédés dans la trentaine. En 34 avant JC, une cérémonie de couronnement élaborée connue sous le nom de "Donations d'Alexandrie" a été célébrée dans la capitale égyptienne. Avec une pompe soigneusement mise en scène, Marc Antoine a célébré un triomphe romain après ses campagnes en Orient et a accordé d'autres territoires romains sous le contrôle de Cléopâtre. Cependant, les «dons» étaient plus de la nature de la mise en scène que de la substance. La signification cérémonielle de la procédure a dépassé le transfert réel de territoire qui a eu lieu. Hors du territoire "donné" au royaume ptolémaïque, la plupart étaient soit déjà sous la domination ptolémaïque, soit sous le contrôle du rival de Rome, l'empire parthe. La cession par Antoine de la Libye, de l'Égypte, de Coile Syrie, de la Phénicie, de la Cilicie et de Chypre à Cléopâtre était purement symbolique car elle gouvernait déjà ces territoires. La Médie et la Parthe étaient fermement sous le contrôle des Parthes et l'attribution par Antoine de ces territoires était hypothétique. Au mieux, ils pourraient être sécurisés après une future conquête. Cela a laissé les provinces de Syrie, d'Asie et de Bithynie comme les seuls territoires cédés dans les Donations d'Alexandrie qui avaient en fait été sous la domination romaine. Le royaume d'Arménie peut également être ajouté à la liste des territoires romains cédés au royaume ptolémaïque, car Antoine avait conquis le royaume plus tôt cette année-là. Les Donations d'Alexandrie se doublent d'une célébration triomphale de la conquête. Césarion, âgé de quatorze ans, a été élevé au-dessus de tous ses frères et sœurs et a été déclaré roi des rois tandis que sa mère a été nommée reine des rois. En plus de cela, Antoine a déclaré que Césarion était le vrai fils de Jules César. Cet acte a valu l'inimitié d'Octave qui tenait à se réserver ce titre. Antoine accorda formellement à Cléopâtre et à Césarion la domination sur un empire s'étendant théoriquement de l'Inde à l'Hellespont. Au sein de cet empire, les enfants de Cléopâtre de Mark Antony ont obtenu leurs propres dominions. Alexandre Hélios a été déclaré roi d'Arménie, de Médie et de Parthie. Encore une fois, ces deux derniers royaumes n'étaient toujours pas conquis par Antoine. Cléopâtre Séléné est déclarée reine de Cyrène. Ptolémée Philadelphe est déclaré roi de Phénicie, de Syrie et de Cilicie. Césarion était peut-être l'égal de sa mère en nom, mais au moins jusqu'à sa majorité, il était toujours soumis à la fois à elle et à Marc Antoine. Aux Donations, le trône de Césarion était plus bas que celui de sa mère. Mark Antony, qui ne détenait aucun titre royal, était assis sur un pied d'égalité avec la reine. Ce rapport de force avait déjà été évoqué par la représentation d'Antoine sur les monnaies frappées par Cléopâtre en Orient. Il a également été affirmé par le rôle d'Antoine en tant que Denys, consort d'Isis de Cléopâtre lors de la cérémonie. Les Donations elles-mêmes n'étaient pas un abandon significatif de l'hégémonie romaine en Orient au profit de la domination ptolémaïque. Au contraire, ils n'étaient qu'une tentative de réconcilier l'autorité romaine avec les traditions monarchiques du Proche-Orient et de l'Afrique du Nord-Est. Antoine cela a soutenu la revendication de Cléopâtre sur les anciens empires de ses ancêtres ptolémaïques et séleucides. L'intention d'Antoine était de renforcer l'influence romaine sur l'Orient et d'affaiblir les revendications parthes sur la région. Il y avait un manque évident de changement substantiel au statu quo suite aux Donations d'Alexandrie. Cependant il y avait des cérémonies grandioses et des titres conférés aux enfants d'Antoine et de Cléopâtre. Les revendications territoriales faites par Cléopâtre et Antoine étaient de grande envergure. Ces éléments ont assuré par inadvertance une réaction sévère à cet événement à Rome. Les Donations d'Alexandrie ont lancé une intense guerre de propagande entre Antoine et Cléopâtre en Orient et Octave en Italie. Les prétentions de Césarion en tant que fils biologique de Jules César ont été soulevées par Antoine. Cette affirmation a incité les partisans d'Octavian à nier sa paternité et à accuser Antoine d'être corrompu par les voies orientales. En 32 av. J.-C., Antoine a officiellement divorcé d'Octavie. Octavia était la sœur d'Octavian et était mariée à Mark Antony depuis 40 av. Le divorce a effectivement rompu le dernier fil de l'alliance entre Antoine et Octave. Cette même année, Octave s'empara illégalement du testament d'Antoine dans le temple de Vesta. Octavian a révélé le contenu de ce testament qui confirmait Césarion comme fils de César. Le testament a également reconnu officiellement les enfants d'Antoine par Cléopâtre comme ses héritiers légitimes. Plus scandaleusement, le testament déclarait également ses intentions d'être enterré avec Cléopâtre en Égypte. Octavian a en outre accusé Cléopâtre d'avoir corrompu et manipulé Mark Antony avec un programme pour régner en tant que reine sur la République romaine. Le Sénat romain déclara la guerre à Cléopâtre au printemps 32 av. La justification employée était l'influence croissante de Cléopâtre sur Antoine et son programme anti-romain. En réalité, la déclaration de guerre était le résultat de tensions politiques entre Antoine et Octave. Tous deux avaient lutté pour être reconnus comme successeur de César pendant plus d'une décennie. Lors de la bataille décisive d'Actium en 31 av. J.-C., les forces navales d'Antoine et de Cléopâtre furent vaincues par les forces d'Octave et de son amiral Agrippa. Antoine et Cléopâtre ont fui à Alexandrie où ils ont commencé à se préparer à poursuivre leur guerre avec Octave. Césarion est devenu majeur à l'été 30 avant JC, date à laquelle il a été inscrit sur les listes du gymnase. Loin d'être une simple installation sportive, les gymnases du monde hellénistique étaient d'importants centres de vie sociale où s'entraînaient les talents intellectuels et physiques. Dans les communautés grecques de l'Égypte ptolémaïque, l'inscription au gymnase signifiait l'entrée d'un jeune homme dans la vie en tant que citoyen adulte. Le biographe grec du 1er siècle, Plutarque, a noté que «… [Antoine] a transformé la ville en plaisir de soupers, de beuveries et de distributions de cadeaux, inscrivant dans la liste des éphèbes le fils de Cléopâtre et de César, et accordant à Antyllus le fils de Fulvia la toge virilis sans ourlet pourpre, pour la célébration de laquelle, pendant de nombreux jours, des banquets, des réjouissances et des festins occupèrent Alexandrie… » Cette inscription a été un moment marquant dans la vie de Césarion alors qu'il entrait dans l'âge adulte aux yeux de ses pairs. Cela signifiait la prise en charge naissante par Césarion de son règne et de son rôle de roi ptolémaïque. Au fur et à mesure que ces événements joyeux se déroulaient, les efforts d'Antoine et de Cléopâtre pour continuer la guerre avec Octave devenaient de plus en plus désespérés. Dans un effort pour maintenir le moral, les pires nouvelles ont été délibérément cachées aux Alexandrins alors que la ville entretenait une ambiance festive. En août 30 av. J.-C., Octave envahit l'Egypte. Les forces d'Octave ont été engagées par les forces d'Antoine dans un certain nombre de batailles futiles. Cléopâtre craignait qu'Octavian ne supprime son dernier rival en faisant tuer Césarion. En conséquence, Cléopâtre a fait des plans pour renvoyer son premier-né avec une grande richesse. Césarion a été envoyé aux Dodekaschoinos en Nubie ptolémaïque. Là, Césarion pourrait partir de l'une des villes portuaires de la mer Rouge qui faisait du commerce avec l'Arabie et le sous-continent indien. Le contact hellénistique avec l'Orient était bien établi depuis des siècles. Césarion aurait pu y vivre confortablement, loin de la portée d'Octave. Le 1er août 30 av. J.-C., Octave s'empara de la ville d'Alexandrie. Antoine s'est suicidé en tombant sur son épée le même jour. Cléopâtre s'est suicidée le 12 août pour éviter d'être promenée dans Rome lors du triomphe d'Octave. Peu de temps après, Octavian a invité Césarion à revenir et à gouverner l'Égypte en tant que roi client à la place de sa mère. Le tuteur de Césarion, Rhodon, conseilla à Césarion de retourner en Égypte et d'accepter la couronne offerte par Octave. On ne sait pas si le tuteur de Césarion l'a trahi ou croyait sincèrement que l'offre d'Octavian était authentique. Arieus Didymus était un ancien patron de la cour d'Alexandrie qui avait rejoint la cause d'Octave. Il est crédité d'avoir convaincu Octavian que Césarion était une menace potentielle trop grande pour être autorisé à rester en vie. À cette fin, Plutarque rapporte qu'Arieus a dit à Octavian, "... ce n'était pas une bonne chose d'avoir un César de trop..." Plutôt que d'être accueilli dans le pays à bras ouverts, Césarion a été intercepté sur la route et tué par des soldats romains. Sa mort garantissait qu'Octavian n'aurait aucun rival, que ce soit en tant que dirigeant de l'Égypte ou en tant qu'héritier présumé de Jules César. Les chronologies égyptiennes enregistrent le bref règne de Césarion après la mort de Cléopâtre. Cependant, c'était vraiment une fiction bureaucratique qui comblait le fossé entre Cléopâtre et l'Égypte romaine. Au lieu du noble héritage de sa mère, Césarion serait rappelé par les historiens comme le dernier pharaon d'Égypte. Sa mort prématurée annonçait la fin du royaume ptolémaïque [Ancient History Encyclopedia]. Hypatie d'Alexandrie: Hypatie était une philosophe païenne très appréciée d'Alexandrie, en Égypte. En un sens, elle a longtemps été reconnue comme le symbole du passage des anciennes méthodes et du triomphe des nouvelles. Hypatie a vécu de 370 à 415 après JC. Elle était la fille de Theon, le dernier professeur de l'Université d'Alexandrie. L'université était étroitement associée à la célèbre bibliothèque d'Alexandrie. Theon était un brillant mathématicien qui a copié de près les éléments d'Euclide et les travaux de Ptolémée. Il a également « scolarisé à domicile » sa fille en mathématiques et en philosophie. À son tour, Hypatie a aidé son père à écrire des commentaires sur ces œuvres. Avec le temps, elle écrivit ses propres œuvres et donna de nombreuses conférences. Elle est devenue une femme remarquable dans une culture dominée par les écrivains et les penseurs masculins. Depuis sa fondation par Alexandre le Grand, Alexandrie a longtemps été un siège d'apprentissage. C'était aussi un lieu de pèlerinage pour les philosophes et les penseurs du monde connu. La grande bibliothèque était réputée posséder plus de 20 000 rouleaux et livres. C'était une attraction majeure pour les intellectuels, dont la plupart étaient riches. Alexandrie était donc une ville païenne prospère en l'an 415 après JC. Cependant, au cours des 15 dernières années, Alexandrie était devenue de plus en plus une ville divisée. Les juifs se battaient dans les rues avec les adeptes de la nouvelle religion du christianisme ainsi qu'avec ceux des croyances traditionnelles gréco-romaines et païennes égyptiennes. Toutes les parties dessinaient leurs lignes de bataille. Nulle part la division n'était plus clairement visible en 415 après JC qu'entre Oreste, le préfet païen d'Alexandrie et Cyril, l'archevêque d'Alexandrie. Cyril avait en fait mené des foules chrétiennes contre les Juifs d'Alexandrie, pillant leurs synagogues et les expulsant de la ville). Oreste a maintenu son paganisme face au christianisme et a cultivé une relation étroite avec Hypatie. Cyrille tenait apparemment Hypatie pour responsable du refus obstiné d'Oreste de se soumettre à la « vraie » foi et de devenir chrétien. Les tensions entre les deux hommes et leurs partisans sont devenues de plus en plus fortes. Chacun balaya les avances de réconciliation et de paix de l'autre. Hypatie était une femme remarquablement douée. Étant une femme, elle était essentiellement exclue par les conventions de l'époque des activités intellectuelles. Sa vie a démontré comment toutes les difficultés cèdent à une volonté forte. Au dire de tous, Hypatie était une femme belle, chaste et brillante. Même ses détracteurs, et plus tard les défenseurs de Cyril, ont admis qu'elle était une philosophe vertueuse, sage et noble. L'historien Durant l'appelle "la figure la plus intéressante de la science de cet âge" et a écrit que "elle aimait tellement la philosophie qu'elle s'arrêtait dans les rues et expliquait, à quiconque le demandait, les points difficiles de Platon ou d'Aristote" . Cependant, tous les points de vue concernant Hypatie n'étaient pas aussi charitables. Selon un récit, « … à cette époque apparut à Alexandrie une femme philosophe, une païenne nommée Hypatie, et elle se consacra en tout temps à la magie, aux astrolabes et aux instruments de musique, et elle séduisit beaucoup de gens par des ruses sataniques. Et le gouverneur de la ville [Oreste] l'honora extrêmement; car elle l'avait séduit par sa magie. Et il cessa d'aller à l'église comme c'était sa coutume... Et non seulement il fit cela, mais il attira beaucoup de croyants à elle, et il reçut lui-même les incroyants chez lui..." Peu importait que de tels récits de ruses magiques et sataniques ne soient pas vrais. Il n'était pas non plus vrai que le gouverneur Oreste était un païen, pas un chrétien. Et peu importait évidemment la noblesse et la vertu que possédait Hypatie. Selon un historien, un jour de 415 après JC, "alors qu'Hypatie rentrait chez elle, elle a été attaquée [par une foule chrétienne], arrachée de sa voiture et traînée dans une église, où elle a été déshabillée et battue à mort avec toiture tuiles, "et pendant qu'elle tremblait encore faiblement, ils lui ont crevé les yeux". Ils ont ensuite déchiré son corps membre par membre, ont sorti ses restes mutilés de l'église et les ont brûlés… » D'autres récits historiques ajoutent que «les moines lui ont demandé d'embrasser la croix, de devenir chrétienne et de rejoindre le couvent, si elle souhaitait que sa vie soit épargnée. Quoi qu'il en soit, ces moines, sous la direction du bras droit de saint Cyrille, Pierre le Lecteur, l'ont honteusement déshabillée, et là, près de l'autel et de la croix, ont gratté sa chair frémissante de ses os avec des coquilles d'huîtres. Le sol de marbre de l'église était aspergé de son sang chaud. L'autel, la croix aussi, étaient éclaboussés, à cause de la violence avec laquelle ses membres étaient déchirés, tandis que les mains des moines offraient un spectacle trop révoltant pour être décrit." L'historien Will Durant résume à partir des archives de l'époque, "… les professeurs païens de philosophie, après la mort d'Hypatie, ont cherché la sécurité à Athènes, où l'enseignement non chrétien était encore relativement ... libre…" Non seulement les philosophes, mais tous les intellectuels ont fui la ville d'Alexandrie. La destruction du Serapeum avait déjà été initiée et largement réalisée par l'oncle de Cyrille, Théophile, quelque 25 ans plus tôt. Selon certaines sources historiques, cependant, le processus a été achevé car le temple de Sérapis a été complètement détruit à cette époque. Selon de nombreuses autres sources, la Grande Bibliothèque et l'Université ont été brûlées avec tous les rouleaux sur les étagères. Selon les récits chrétiens blanchis à la chaux de l'époque, Oreste s'est réconcilié avec Cyrille et s'est converti au christianisme. Cela a mis fin aux conflits dans les rues d'Alexandrie entre les partisans de l'archevêque d'Alexandrie Cyril et le gouverneur de la ville Oreste. Cyril lui-même n'a cependant jamais été accusé du meurtre d'Hypatie. En effet, selon son apologiste, Jean de Nikiu, après la mort d'Hypatie, « …tout le peuple entoura le patriarche Cyrille et le nomma 'le nouveau Théophile' ; car il avait détruit les derniers vestiges de l'idolâtrie dans la ville". Cyril a finalement été fait saint et Alexandrie est devenue un centre important pour la foi chrétienne. Pour reprendre une phrase de l'historien Will Durant, « …le passage de la philosophie à la religion, de Platon au Christ » était complet. Cependant, Alexandrie ne s'est jamais remise des émeutes chrétiennes. Elle est entrée dans un déclin économique soutenu qui a duré de nombreux siècles et, ce faisant, a perdu sa prééminence dans le monde antique. ANCIENS NAVIRES ROMAINS DANS LE PORT D'ALEXANDRIE: Ahram Online rapporte que trois épaves romaines et une ancienne barque égyptienne dédiée à Osiris ont été découvertes dans le port oriental de l'ancienne Alexandrie en mer Méditerranée. Mostafa Waziri, secrétaire général du Conseil suprême égyptien des antiquités, a déclaré que l'équipe conjointe de chercheurs, composée de scientifiques du département d'archéologie sous-marine du ministère et de l'Institut européen d'archéologie sous-marine, a récupéré une tête de cristal censée représenter Marc Antoine, et pièces d'or datant du règne de l'empereur Auguste. Des poutres en bois et des poteries pourraient représenter le site d'un quatrième naufrage. [Institut Archéologique d'Amérique]. : Nous expédions toujours les livres dans le pays (aux États-Unis) via USPS ASSURÉ courrier des médias (« tarif du livre »). Il existe également un programme de réduction qui peut réduire les frais de port de 50% à 75% si vous achetez environ une demi-douzaine de livres ou plus (5 kilos +). Nos frais de port sont aussi raisonnables que le permettent les tarifs USPS. ACHATS SUPPLÉMENTAIRES recevez un TRÈS GRAND Votre achat sera généralement expédié dans les 48 heures suivant le paiement. Nous emballons aussi bien que n'importe qui dans l'entreprise, avec beaucoup de rembourrages et de conteneurs de protection. Le suivi international est fourni gratuitement par l'USPS pour certains pays, d'autres pays sont à un coût supplémentaire. Nous proposons le courrier prioritaire du service postal américain, le courrier recommandé et le courrier express pour les envois internationaux et nationaux, ainsi que United Parcel Service (UPS) et Federal Express (Fed-Ex). Veuillez demander un devis. Veuillez noter que pour les acheteurs internationaux, nous ferons tout notre possible pour minimiser votre responsabilité en matière de TVA et/ou de droits. Mais nous ne pouvons assumer aucune responsabilité ou obligation pour les taxes ou droits pouvant être prélevés sur votre achat par le pays de votre résidence. Si vous n'aimez pas les régimes fiscaux et douaniers imposés par votre gouvernement, veuillez vous plaindre auprès d'eux. Nous ne sommes pas en mesure d'influencer ou de modérer les régimes fiscaux/droits de votre pays. Si à la réception de l'article vous êtes déçu pour quelque raison que ce soit, je vous propose une politique de retour de 30 jours sans poser de questions. Veuillez noter qu'eBay ne rembourse PAS les frais de traitement des paiements. Même si vous achetez « accidentellement » quelque chose, puis annulez l'achat avant qu'il ne soit expédié, eBay ne remboursera pas ses frais de traitement. Si vous n'êtes pas satisfait de la politique de « remboursement sans frais » d'eBay et que nous sommes EXTRÊMEMENT mécontents, veuillez exprimer votre mécontentement en contactant eBay. Nous n'avons pas la capacité d'influencer, de modifier ou d'annuler les politiques d'eBay. À PROPOS: Avant notre retraite, nous avions l'habitude de voyager en Europe et en Asie centrale plusieurs fois par an. La plupart des articles que nous proposons proviennent d'acquisitions que nous avons faites en Europe de l'Est, en Inde et au Levant (Méditerranée orientale/Proche-Orient) au cours de ces années auprès de diverses institutions et revendeurs. Une grande partie de ce que nous générons sur Etsy, Amazon et Ebay sert à soutenir le musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg, ainsi que d'autres institutions dignes d'intérêt en Europe et en Asie liées à l'anthropologie et à l'archéologie. Bien que nous ayons une collection de pièces de monnaie anciennes qui se comptent par dizaines de milliers, nos principaux intérêts sont les bijoux et les pierres précieuses anciens. Avant notre retraite, nous nous rendions chaque année en Russie à la recherche de pierres précieuses et de bijoux anciens dans l'un des centres de production et de taille de pierres précieuses les plus prolifiques au monde, la région située entre Tcheliabinsk et Ekaterinbourg, en Russie. De tous les coins de la Sibérie, ainsi que de l'Inde, de Ceylan, de la Birmanie et du Siam, les pierres précieuses sont allées pendant des siècles à Ekaterinbourg où elles ont été taillées et incorporées dans les fabuleux bijoux pour lesquels les tsars et les familles royales d'Europe étaient célèbres. Ma femme a grandi et a fait ses études universitaires dans le sud de l'Oural en Russie, à quelques heures des montagnes de Sibérie, où alexandrite, diamant, émeraude, saphir, chrysobéryl, topaze, grenat démantoïde et bien d'autres pierres précieuses rares et précieuses sont produits. Bien qu'elles soient peut-être difficiles à trouver aux États-Unis, les pierres précieuses antiques sont généralement démontées d'anciens sertissages cassés - l'or réutilisé - les pierres précieuses sont recoupées et réinitialisées. Avant que ces magnifiques pierres précieuses antiques ne soient retaillées, nous essayons d'acquérir les meilleures d'entre elles dans leur état d'origine, antique, fini à la main - la plupart d'entre elles datant de plusieurs siècles. Nous croyons que le travail créé par ces maîtres artisans disparus depuis longtemps vaut la peine d'être protégé et préservé plutôt que de détruire cet héritage de pierres précieuses antiques en recoupant l'œuvre originale. Qu'en préservant leur travail, en un sens, nous préservons leur vie et l'héritage qu'ils ont laissé pour les temps modernes. Mieux vaut apprécier leur métier que de le détruire avec une coupe moderne. Tout le monde n'est pas d'accord - 95% ou plus des pierres précieuses antiques qui arrivent sur ces marchés sont retaillées et l'héritage du passé est perdu. Mais si vous êtes d'accord avec nous pour dire que le passé vaut la peine d'être protégé et que les vies passées et les produits de ces vies comptent encore aujourd'hui, envisagez d'acheter une pierre précieuse naturelle antique taillée à la main plutôt qu'une pierre taillée à la machine produite en série (souvent synthétique). ou "produites en laboratoire") les pierres précieuses qui dominent le marché aujourd'hui. Nous pouvons définir la plupart des pierres précieuses antiques que vous achetez chez nous dans votre choix de styles et de métaux allant des bagues aux pendentifs en passant par les boucles d'oreilles et les bracelets ; en argent sterling, or massif 14 carats et remplissage en or 14 carats. Nous serions heureux de vous fournir un certificat/garantie d'authenticité pour tout article que vous achetez chez nous. Je répondrai toujours à chaque demande, que ce soit par e-mail ou par message eBay, alors n'hésitez pas à écrire. Ptolémée X a été succédé brièvement par son plus jeune fils, Ptolémée XI Alexandre II, âgé de douze ans. Ptolémée XI a régné pendant huit ans. Il a été placé sur le trône par le général romain Cornelius Sulla après que le jeune Ptolémée XI ait accepté d'attribuer l'Égypte et Chypre à Rome. Ptolémée XI a régné conjointement avec sa belle-mère Cléopâtre Bérénice jusqu'à ce qu'il l'assassine. Malheureusement, il fut ensuite lui-même assassiné par les Alexandrins en 80 av. Le remplacement de Ptolémée XI était Ptolémée XII Neos Dionysos (également connu sous le nom de "Auletes"). Ptolémée XII était un autre fils de Ptolémée IX. Il a épousé sa sœur Cléopâtre Tryphaena. Malheureusement, sa relation étroite avec Rome le fit mépriser par les Alexandrins et il fut expulsé d'Égypte en 58 av. J.- Éditeur: Abram (2002), Longueur: 160 pages, Dimensions: 17.8x12.7cm; 0.3kg, Format: Broché, Brand: - Sans marque/Générique -

PicClick Insights - Ancien Egypte Alexandria Pharos Serapion Library Musée Ptolémée Caesar Cléopâtre PicClick Exclusive

  •  Popularity - 0 watchers, 0.0 new watchers per day, 147 days for sale on eBay. 0 sold, 1 available.
  •  Best Price -
  •  Seller - 5,253+ items sold. 0% negative feedback. Great seller with very good positive feedback and over 50 ratings.

People Also Loved PicClick Exclusive