Angleterre Milieu Âges Anglo-Saxon Viking Norman Holy Grail King Athelstan

$57.25 Buy It Now, $32.72 Shipping, 30-Day Returns, eBay Money Back Guarantee

Seller: ancientgifts ✉️ (5,253) 100%, Location: Lummi Island, Washington, US, Ships to: WORLDWIDE, Item: 125216080645 Angleterre Milieu Âges Anglo-Saxon Viking Norman Holy Grail King Athelstan. À la recherche de l'Angleterre : Voyages dans le passé anglais par Michael Wood. NOTE: Nous avons 75 000 livres dans notre bibliothèque, près de 10 000 titres différents. Il y a de fortes chances que nous ayons d'autres copies de ce même titre dans des conditions variables, certaines moins chères, d'autres en meilleur état. Nous pouvons également avoir différentes éditions (certaines de poche, d'autres à couverture rigide, souvent des éditions internationales). Si vous ne voyez pas ce que vous voulez, veuillez nous contacter et demander. Nous sommes heureux de vous envoyer un résumé des conditions et des prix différents que nous pouvons avoir pour le même titre. DESCRIPTION: Couverture souple : 352 pages. Editeur : University of California Press ; (2000). Dimensions : 9½ x 6¼ x 1 pouces ; 1¼ livres. L'Angleterre est le berceau de nombreuses légendes immortelles racontées dans le monde entier : le roi Arthur et Camelot, le Saint Graal, Robin Hood, la mystérieuse île d'Avalon. Mais ces histoires célèbres sont-elles basées sur des événements historiques et des personnes réelles ? Et que nous disent-ils du caractère et des origines du monde anglo-saxon, une culture qui a contribué à façonner l'identité américaine ? Dans son nouveau livre captivant, Michael Wood examine les racines de l'histoire anglaise. Décollant les couches de matériel littéraire et oral qui se sont accumulées au fil des âges, il offre une fascinante série d'histoires riches; mi-histoire, mi-mythe ; qui, directement ou indirectement, touchent à des questions d'histoire et d'identité anglaises. Il revient sur les légendes entourant Alfred le Grand, le roi Athelstan, la bibliothèque perdue de Glastonbury, et plus encore. Wood met l'accent sur le haut Moyen Âge, et les deux premières sections du livre proposent des excursions profondes dans des moments particuliers de l'histoire de cette époque. En plus de raconter certaines légendes bien connues, Wood considère les manuscrits et d'autres sources primaires d'informations historiques sur lesquelles ils sont basés, évaluant la validité de la documentation existante, étoffant les contextes historiques et considérant le traitement à travers l'histoire de ces histoires par de célèbres écrivains, poètes et cinéastes. Dans la troisième partie de "In Search of England", Wood écrit sur des endroits qui éclairent des aspects intéressants de l'Angleterre primitive : Tinsley Wood, près de Sheffield, qui a été revendiqué comme le site de la grande victoire d'Athelstan contre les Celtes en 937 ; une ferme dans le Devon qui a été occupée depuis Domesday et peut-être bien avant ; et le village de Peatling Magna dans le Leicestershire, théâtre d'une confrontation extraordinaire avec le roi Henri III en 1265. Ce sont les lieux et les événements qui offrent une version complémentaire de l'histoire dont il est question plus haut dans le livre. "In Search of England" est publié à un moment significatif. Avec l'Union européenne, et avec les affirmations d'indépendance au sein du Royaume-Uni, les questions sur l'identité nationale anglaise sont devenues de plus en plus d'actualité tant là-bas qu'à l'étranger. Wood offre un récit puissant et révélateur des origines d'une culture qui a eu un impact significatif dans le monde entier. Son récit est un riche déroulement de l'histoire et de la légende jusqu'à nos jours, et une méditation délicieusement lisible sur les racines du monde anglo-saxon.CONDITION: NOUVEAU. Nouvelle couverture souple surdimensionnée. University of California Press (2001) 352 pages. Sans tache, à l'exception d'une TRÈS légère usure des bords et des étagères d'angle sur les couvertures. Les pages sont vierges ; propre, net, non marqué, non mutilé, étroitement lié, non lu sans ambiguïté. L'état est tout à fait cohérent avec le nouveau stock d'un environnement de librairie dans lequel les nouveaux livres peuvent montrer des signes mineurs d'usure en rayon, conséquence du simple fait d'être mis en rayon et remis en rayon. Satisfaction garantie sans condition. En inventaire, prêt à livrer. Aucune déception, aucune excuse. EMBALLAGE TRÈS REMBOURRÉ ET SANS DOMMAGE ! Vente en ligne de livres d'histoire ancienne rares et épuisés depuis 1997. Nous acceptons les retours pour quelque raison que ce soit dans les 30 jours ! #1767.1a.VEUILLEZ VOIR LES IMAGES CI-DESSOUS POUR DES ÉCHANTILLONS DE PAGES À L'INTÉRIEUR DU LIVRE. VEUILLEZ CONSULTER LES AVIS DES ÉDITEURS, DES PROFESSIONNELS ET DES LECTEURS CI-DESSOUS.AVIS DE L'ÉDITEUR:AVIS: Examine les racines de l'histoire anglaise, épluchant les couches de matériel littéraire et oral qui se sont accumulées au fil des âges, offrant une série fascinante d'histoires riches qui touchent directement ou indirectement aux questions d'histoire et d'identité anglaises. Michael Wood est un écrivain et historien vivant en Angleterre. Il a travaillé comme journaliste, diffuseur et cinéaste, avec plus de soixante films à son actif. Son livre "Sur les traces d'Alexandre le Grand", basé sur sa série télévisée PBS, a été un best-seller en Angleterre et aux États-Unis. Il est également l'auteur de « À la recherche de la guerre de Troie », qui accompagnait également une série PBS, ainsi que d'autres livres relatifs à l'histoire, notamment l'histoire ancienne. AVIS PROFESSIONNELS:AVIS: De l'historien de la télévision populaire dont les livres précédents incluent "À la recherche de la guerre de Troie" et "Sur les traces d'Alexandre le Grand", vient cette étude d'une question pressante. Maintenant que la Grande-Bretagne semble être un concept de plus en plus dénué de sens, que signifie être anglais ? Michael Wood trace une réponse à travers de nombreux mythes nationaux parmi les plus chers, tels que Robin Hood, le roi Arthur, Alfred le Grand et les mystères de Glastonbury. Comme on peut s'y attendre de Wood, il parcourt toute l'Angleterre, plutôt que de s'en tenir aux endroits évidents.Il visite Tinsley Wood près de Sheffield, revendiqué comme le site de la grande victoire d'Athelstan sur les Celtes en 937 après JC. Il trouve une ferme dans le Devon qui a été continuellement occupée pendant 1000 ans et un village dans le Leicestershire où la paysannerie locale a confronté les soldats du roi en 1265 pour leur dire qu'ils violaient les droits du "peuple d'Angleterre". Le livre possède également une merveilleuse et judicieuse collection de reproductions d'affiches anciennes et de peintures montrant comment les ancêtres anglais, en particulier les Victoriens, ont recréé avec imagination le passé du pays à leur image. Opportun, lisible et fascinant, c'est l'histoire populaire à son meilleur. AVIS: Une collection d'essais éclairants avec un zèle scientifique, un scepticisme journalistique et un flair narratif. Les plus intéressants sont les essais dans lesquels Wood sort des sentiers battus, comme il le fait dans son essai sur Bede, le prêtre et érudit qui a écrit la première et l'une des plus grandes histoires anglaises en 731 après JC Une histoire écrite, comme le sont les meilleures, "avec le cœur et l'esprit aussi bien que l'intellect", tout comme l'adroit voyage de Wood à travers les fourrés de l'histoire médiévale. AVIS: Mieux que n'importe quel historien depuis des décennies, Wood nous fait comprendre non seulement les manières dont les bâtiments, les paysages et les textes écrits peuvent être lus, mais la beauté sensuelle des rencontres avec eux. En tant que camée de l'anglais moderne, c'est brillant; et si Michael Wood revendique la photo de couverture, il laisse cet homme avoir le dernier mot. Une méditation réfléchie sur les racines du monde anglo-saxon.AVIS: Avec un zèle scientifique, un scepticisme journalistique et un flair narratif, Wood, véritable archéologue du mythe, examine les personnages, les lieux et les textes emblématiques clés qui en sont venus à représenter l'idée et les idéaux des Anglais. Ramène à la maison les manières dont les bâtiments, les paysages et les textes écrits peuvent être lus et leur beauté sensuelle.AVIS DES LECTEURS:AVIS: Je prends toujours le dernier travail de Wood dans l'histoire anglaise avec une grande impatience et je n'ai jamais été déçu pour le moment. Ce volume est une collection de chapitres semi-indépendants rassemblés sous trois thèmes. "Myth and History" comprend des essais qui traitent de la notion historique du "joug normand", un article exceptionnel sur la signification de "l'anglicité" et trois bonnes mises à jour sommaires sur l'état de la recherche sur le roi Arthur, Robin Hood et Glastonbury comme Avalon. "Manuscripts and Mysteries" est une fascinante série d'essais paléographiques et bibliologiques sur la visite de John Leland à la bibliothèque de l'abbaye de Glastonbury à la veille de la dissolution des monastères par Henry VIII, un réexamen de l'authenticité de la vie d'Asser du roi Alfred, un reconstitution de la "Vie d'Athelstan" perdue, et une enquête sur les pérégrinations d'un petit psautier maintenant à la British Library. "Landscapes and People" couvre le côté artefactuel de l'histoire anglaise, avec les histoires du dernier tourneur de bol en Angleterre (utilisant la technologie d'avant la conquête jusqu'au 20e siècle), Tinsley Wood dans le South Yorkshire comme lieu possible de la bataille clé. de Brunanburh, Bury Barton dans le nord du Devon en tant que ferme romaine/anglo-saxonne probablement survivante, la résistance des villageois de Peatling Magna en 1265 contre le roi après la bataille d'Evesham (les paysans ont poursuivi le maréchal du roi en justice !), la histoire du mandat de Bede à Jarrow et de ce qui est arrivé au site depuis, et une histoire généalogique tout à fait fascinante impliquant les origines exactes des anciens esclaves de Barbuda. Pour quiconque s'intéresse le moins du monde à l'histoire et à la société médiévales anglaises, ce livre sera une expérience riche et très satisfaisante.AVIS: Michael Wood est un historien rare ; celui qui aime les livres, la terre et les gens. Érudit, enthousiaste, planant et émouvant, "In Search of England" est une histoire qui change la vie de quiconque le lit. Wood aime évidemment la Grande-Bretagne romaine, anglo-saxonne et médiévale également, bien que le livre établisse également des liens atteignant le début de la modernité, les XIXe et XXe siècles. Donc tout le continuum est là. Le livre se divise en trois sections.Première; « Mythe et Histoire ». Wood creuse la popularité d'icônes telles que le roi Arthur, passant au crible les preuves pour les cerner en temps réel. La sociologie est intéressante, notamment dans le cas de Robin Hood ("Merrie Englande"). Seconde; "Manuscrits et Mystères". Portant son apprentissage à la légère, Wood montre la fascination des livres, retraçant un petit livre sur son voyage jusqu'au nord de l'Italie. Wood se délecte des contes de John Leland, antiquaire d'Henry VIII; de l'évêque Asser, auteur de la biographie d'Alfred le Grand ; et d'une éventuelle biographie du roi Athelstan, petit-fils d'Alfred. La troisième; « Des paysages et des hommes ». J'ai d'abord considéré cette section avec une certaine appréhension. Comment allait-il retenir mon intérêt, avec une telle emphase locale ? Mais chaque chapitre, chaque lieu subtilement différencié, apporte un éclairage fascinant sur l'Angleterre. Et dans chacun, Wood fait un voyage, justifiant le sous-titre de son livre; "Voyages dans le passé anglais". Il explore un artisan ("The Last Bowl-Turner of England"); et un bois où Athelstan a vaincu les Vikings en 937 après JC ("Tinsley Wood"). "A Devon House" est une question de continuité d'occupation. "Peatling Magna" montre une communauté villageoise se politisant en 1265. "Jarrow and English History" traite des débuts des écrits historiques anglais sous le Vénérable Bède.Le meilleur est le dernier. L'épilogue : "Une famille anglaise", montre à la fois le multiculturalisme et le patriotisme sous leur meilleur jour, remettant les choses au goût du jour avec une tournure incroyable sur vos attentes en tant que lecteur. Oui, cela aide si vous connaissez l'histoire anglaise. Si vous ne le faites pas, lisez ce livre avec un tableau des dates ou recherchez d'abord certaines des personnes et des lieux mentionnés ci-dessus sur le Web. Et lorsque vous lirez ce livre, préparez-vous à vous sentir élevé et humble, et privilégié d'être sur cette planète, la Terre. Le bois prendra immédiatement sa place sur votre liste de compagnons de boisson idéaux.AVIS: Bien que les universitaires puissent rejeter les histoires populistes de Wood à la fois dans la presse écrite et à la télévision, il a un talent rare pour relier l'histoire à la vie quotidienne de nous, gens ordinaires, et cela seul le rend intéressant à lire. Cet ouvrage de 1999 fait suite à ses autres livres "In Search of" (Dark Ages, Trojan War, Alexander the Great, First Civilizations, Domesday). Essentiellement, la série creuse des légendes et des mythes, certains célèbres, d'autres obscurs, et raconte une histoire sur la découverte ou la visite du site de l'original.Dans celui-ci, Wood enquête sur le dernier tourneur de bol en bois en Angleterre, suit une ferme millénaire utilisée en permanence, le site longtemps disputé de la victoire d'Athelstan en 937, l'église de Bede à Jarrow. Quinze en tout, et le tout agrémenté d'œuvres d'art judicieusement choisies. Une merveilleuse nuit d'hiver lue dans le sens classique d'une chaise douce, d'un feu chaud, d'une bonne boisson et d'un animal de compagnie préféré. Avec l'endroit pour vous tout seul, celui-ci peut vous y emmener. AVIS: Michael Wood a un tel enthousiasme pour l'histoire et les livres qu'il est impossible de ne pas être emporté par sa joie. Si vous n'aviez pas vu sa série télévisée, vous pourriez l'imaginer comme un universitaire penché sur ses livres. Non, c'est un type plein d'énergie avec un vrai charme et un flair pour l'histoire. J'ai lu ce livre après avoir lu son ouvrage sur la guerre de Troie et Alexandre le Grand. Ce sont deux beaux livres, notamment son incroyable quête sur les traces d'Alexandre. Ce travail est un bien meilleur livre, plus détaillé et plus personnel. Il parcourt des milliers d'années d'histoire anglaise et aime faire rebondir les idées à travers le temps et l'espace.Wood est à son meilleur lorsqu'il décrit la joie des vieux livres et le trésor historique qu'ils contiennent. La douleur des bibliothèques détruites est très réelle dans le travail de Wood. Le livre est une collection d'essais en grande partie sans rapport, basés sur le titre des livres de voyage de HV Morton. J'ai énormément apprécié son article sur Morton et l'histoire derrière ses histoires. L'essai sur un vieux bois anglais est l'un des meilleurs morceaux de travail de détective historique que j'ai lu ; d'autant mieux qu'il ne répond pas à la question qu'il pose. En tant que groupe, les essais ne forment pas une vision systématique de l'histoire anglaise. Ils sont l'œuvre d'un conteur très doué qui aime la pratique et l'art de l'histoire.< CONTEXTE SUPPLÉMENTAIRE: Histoire de la Grande-Bretagne antique: La Grande-Bretagne (ou plus précisément, la Grande-Bretagne) est le nom de la plus grande des îles britanniques, situées au large de la côte nord-ouest de l'Europe continentale. Le nom est probablement celtique et dérive d'un mot signifiant « blanc » ; cela est généralement supposé être une référence aux célèbres falaises blanches de Douvres, que tout nouvel arrivant dans le pays par la mer peut difficilement manquer. La première mention de l'île a été faite par le navigateur grec Pythéas, qui a exploré le littoral de l'île, vers 325 av. Au début du néolithique (vers 4400 avant JC - 3300 avant JC), de nombreux longs tumulus ont été construits sur l'île, dont beaucoup sont encore visibles aujourd'hui. À la fin du Néolithique (vers 2900 avant JC - 2200 avant JC), de grands cercles de pierres appelés henges sont apparus, dont le plus célèbre est Stonehenge. Avant l'occupation romaine, l'île était habitée par un nombre varié de tribus généralement considérées comme d'origine celtique, collectivement connues sous le nom de Britanniques. Les Romains connaissaient l'île sous le nom de Britannia. Il entre dans l'histoire enregistrée dans les rapports militaires de Jules César, qui a traversé l'île depuis la Gaule (France) en 55 et 54 avant JC. Les Romains ont envahi l'île en 43 après JC, sur les ordres de l'empereur Claudius, qui a traversé pour superviser entrée de son général, Aulus Plautius, dans Camulodunum (Colchester), la capitale de la tribu la plus guerrière, les Catuvellauni. Plautius a envahi avec quatre légions et troupes auxiliaires, une armée s'élevant à environ 40 000 hommes. En raison de la survie de l'Agricola, une biographie de son beau-père écrite par l'historien Tacite (105 après JC), nous en savons beaucoup sur les quatre premières décennies de l'occupation romaine, mais les preuves littéraires sont rares par la suite ; heureusement, il existe de nombreuses preuves archéologiques, bien que parfois mystifiantes. Les empereurs romains suivants ont fait des incursions en Écosse, bien que le nord de la Grande-Bretagne n'ait jamais été conquis; ils ont laissé derrière eux les grandes fortifications, le mur d'Hadrien (vers 120 après JC) et le mur d'Antonin (142 -155 après JC), dont une grande partie peut encore être visitée aujourd'hui. La Grande-Bretagne a toujours été fortement fortifiée et était une base à partir de laquelle les gouverneurs romains tentaient parfois de prendre le pouvoir dans l'Empire (Clodius Albinus en 196 après JC, Constantin en 306 après JC). À la fin du IVe siècle après J.-C., la présence romaine en Grande-Bretagne est menacée par des forces « barbares ». Les Pictes (de l'actuelle Écosse) et les Scoti (d'Irlande) attaquaient la côte, tandis que les Saxons et les Angles du nord de l'Allemagne envahissaient le sud et l'est de la Grande-Bretagne. En 410 après JC, l'armée romaine s'était retirée. Après des luttes avec les Britanniques, les Angles et les Saxons sont sortis vainqueurs et se sont imposés comme dirigeants dans une grande partie de la Grande-Bretagne pendant l'âge des ténèbres (vers 450 -800 après JC). [Encyclopédie de l'histoire ancienne]. Celtes de l'âge du bronze: Les anciens Celtes étaient divers groupes de population vivant dans plusieurs parties de l'Europe au nord de la région méditerranéenne à partir de l'âge du bronze final. Nommés Celtes par les écrivains anciens, ces tribus ont souvent migré et ont donc fini par occuper des territoires du Portugal à la Turquie. Bien que diverses tribus, les anciens Celtes parlaient la même langue et maintenaient la même tradition artistique qui se caractérise par l'utilisation de lignes et de formes fluides idiosyncratiques. Les langues celtiques sont encore parlées aujourd'hui dans certaines parties des îles britanniques et du nord de la France. Les écrivains anciens ont donné le nom de Celtes à divers groupes de population vivant à travers l'Europe centrale à l'intérieur des régions côtières de la Méditerranée. La plupart des érudits s'accordent à dire que la culture celtique est apparue pour la première fois à la fin de l'âge du bronze dans la région du haut Danube vers le XIIIe siècle av. Au 8ème siècle avant JC, le fer avait remplacé le travail du bronze et le groupe culturel est alors appelé par les érudits la «culture Hallstatt». L'Espagne a connu un développement similaire avec des tribus utilisant des armes de fer. La culture de Hallstatt a décliné au 5ème siècle avant JC, peut-être en raison de tensions politiques internes et de difficultés économiques. La phase suivante du développement celtique a été réalisée par un groupe connu sous le nom de culture de La Tène. Les Britanniques de l'âge du fer: Les habitants de la Grande-Bretagne de l'âge du fer étaient physiquement très similaires à de nombreux Européens modernes et il n'y a aucune raison de supposer que tous les Britanniques de l'âge du fer avaient la même couleur de cheveux, la même couleur des yeux ou le même teint de peau. Les Britanniques de l'âge du fer parlaient une ou plusieurs langues celtiques, qui se sont probablement propagées en Grande-Bretagne par le commerce et les contacts entre les peuples plutôt que par l'invasion d'un grand nombre de peuples celtes en Grande-Bretagne. Actuellement, il n'y a aucune preuve d'une telle invasion à aucun moment de l'âge du fer. Les Romains appelaient les habitants de la Grande-Bretagne à l'âge du fer « Britanniques » et l'île de Grande-Bretagne « Britannia », c'est-à-dire « la terre des Britanniques ». Les Britanniques avaient de nombreux modes de vie en commun avec d'autres peuples vivant en Europe occidentale, que les Romains appelaient Celtes ou Gaulois. Il y avait du commerce entre les peuples de Grande-Bretagne et d'Europe occidentale, et aussi probablement des mariages. Néanmoins, les peuples qui parlaient les langues celtiques dans différentes parties de l'Europe à cette époque étaient divers. D'après des études sur les squelettes des Britanniques de l'âge du fer, nous savons que la femme moyenne mesurait 1,5 mètre (5 pieds 2 pouces) de hauteur, le plus petit connu mesurait 1,4 mètre (4 pieds 9 pouces) et le plus grand 1,7 mètre (5 pieds 7 pouces) pouces). L'homme moyen mesurait 1,69 mètre (5 pieds 6 pouces), le plus petit connu mesurait 1,6 mètre (5 pieds 2 pouces) et le plus grand mesurait 1,8 mètre (5 pieds 11 pouces). Il existe peu de squelettes humains de l'âge du fer britannique, mais il existe des preuves de différences de taille et de santé entre les personnes vivant dans différentes parties du pays. Les habitants de l'East Yorkshire vivant entre 400 et 100 av. J.-C. étaient plus grands que les habitants du Hampshire. [Musée anglais]. L'histoire de la Bretagne romaine provinciale: Britannia était la province romaine qui englobait une grande partie des îles britanniques actuelles. Pendant leur occupation de la Grande-Bretagne, les Romains ont construit un vaste réseau de routes qui ont continué à être utilisées au cours des siècles suivants et dont beaucoup sont encore suivies aujourd'hui. Les Romains ont également construit des systèmes d'approvisionnement en eau, d'assainissement et d'égouts. De nombreuses grandes villes britanniques, telles que Londres (Londinium), Manchester (Mamucium) et York (Eburacum) ont été fondées par les Romains. Le commerce de Roman Britannia était principalement dirigé à travers le sud de la mer du Nord et la Manche orientale, se concentrant sur l'étroit détroit de Douvres, les ports les plus importants étant Londres et Richborough. Au troisième siècle, l'économie britannique était diversifiée et bien établie, le commerce s'étendant dans le nord non romanisé. Les importations en Grande-Bretagne comprenaient des pièces de monnaie, des poteries du sud, du centre et de l'est de la Gaule, ainsi que diverses autres marchandises de la Gaule et des provinces du Rhin ; huile d'olive du sud de l'Espagne en amphores ; vin de Gaule en amphores et tonneaux ; salaisons de poissons de Méditerranée occidentale et de Bretagne en tonneaux et amphores ; conserves d'olives du sud de l'Espagne dans des amphores ; verre; et certains produits agricoles. Les exportations britanniques sont plus difficiles à déterminer sur la base de preuves archéologiques, mais auraient certainement inclus de l'argent, de l'or, du plomb, du fer et du cuivre. Les autres exportations comprenaient probablement des produits agricoles, des huîtres et du sel. De plus, la Grande-Bretagne romaine a exporté des quantités massives de céréales vers le continent au cours du quatrième siècle. Les druides, la caste sacerdotale celtique qui serait originaire de Grande-Bretagne, ont été interdits par l'empereur Claudius (41-54 après JC), bien qu'ils aient vainement tenté de défendre leurs bosquets sacrés contre la destruction par les Romains. Néanmoins, sous la domination romaine, les Britanniques ont continué à adorer les divinités celtiques indigènes. Le culte de l'empereur romain était également répandu, en particulier sur les sites militaires. La fondation d'un temple romain à Claudius à Camulodunum a été l'une des impositions qui ont conduit à la révolte de Boudica (voir détails ci-dessous). Les cultes orientaux tels que le mithraïsme ont également gagné en popularité dans la période précédant la chute de la Grande-Bretagne romaine. Le temple de Mithra est un exemple de la popularité des religions mystérieuses parmi les riches classes urbaines, et des temples de Mithra existaient également dans des contextes militaires à Vindobala sur le mur d'Hadrien et à Segontium au Pays de Galles romain (le Caernarfon Mithraeum). Le christianisme a été légalisé dans l'Empire romain par Constantin Ier en 313. Théodose I a fait du christianisme la religion d'État de l'empire en 391, et au cinquième siècle, il était bien établi dans la Bretagne romaine. Les preuves archéologiques des communautés chrétiennes de Britannia commencent à apparaître aux troisième et quatrième siècles. Les restes de ce qui semble être de petites églises en bois sont situés à Lincoln et Silchester, et des fonts baptismaux ont été trouvés à Icklingham et au Saxon Shore Fort à Richborough. Un cimetière chrétien romain existe sur le même site à Icklingham. Une église romaine possible et un cimetière associé ont également été découverts à Butt Road, à la périphérie sud-ouest de Colchester, lors de la construction du nouveau poste de police, recouvrant un ancien cimetière païen. Le Water Newton Treasure est un trésor de plaques d'église chrétiennes en argent du début du IVe siècle, et les villas romaines de Lullingstone et Hinton St. Mary contenaient respectivement des peintures murales et des mosaïques chrétiennes. Même avant la conquête par Rome, la Grande-Bretagne de l'âge du fer avait déjà établi des liens culturels et économiques avec l'Europe continentale. Les Romains ont introduit de nouveaux développements dans l'agriculture, l'urbanisation, l'industrie et l'architecture. Même si l'empereur Claudius (41-54 après JC) a effectué une visite alors que la Grande-Bretagne était conquise et a été honoré du titre honorifique "Britannicus" ("Conquérant de la Grande-Bretagne"), au-delà des premières décennies après l'invasion initiale, les historiens romains ont généralement ne mentionne Britannia qu'en passant. Ainsi, la plupart des connaissances sur la Grande-Bretagne romaine proviennent de recherches archéologiques et de preuves épigraphiques louant les réalisations britanniques d'un empereur de Rome, comme Hadrien (117-138 après JC) et Antoninus Pius (138-161 après JC). Bien que Jules César ait mené les premières campagnes romaines en Grande-Bretagne en 55 et 54 avant JC, la conquête de la Grande-Bretagne n'a commencé qu'en 43 après JC, sous le règne de l'empereur Claudius. À son apogée en 160 après JC, la Grande-Bretagne romaine englobait les trois quarts sud de l'île de Grande-Bretagne et il y avait environ 53 000 soldats légionnaires romains basés en Grande-Bretagne. Vers l'an 197 après JC, Rome a divisé Britannia en deux provinces, Britannia Superior et Britannia Inferior; puis ils ont été à leur tour subdivisés quelque temps après 305 après JC lors des réformes de Dioclétien (284-305 après JC). Pendant une grande partie de la dernière période de l'occupation romaine, la Bretagne a été soumise à des invasions barbares et est souvent passée sous le contrôle d'usurpateurs impériaux et de prétendants à l'empereur romain (y compris "Constantin le Grand"). Avec le déclin constant de l'Empire romain d'Occident, les fonctionnaires romains ont quitté la Grande-Bretagne vers l'an 410 après JC, qui a commencé la période sous-romaine (les Ve et VIe siècles), mais l'héritage de l'Empire romain s'est fait sentir pendant des siècles en Grande-Bretagne. Britannia a été envahie pour la première fois par Jules César en 55 avant JC, et la conquête romaine de l'île a commencé en 43 après JC, conduisant à l'établissement de la province romaine connue sous le nom de Britannia. Les Romains n'ont jamais réussi à conquérir toute l'île, construisant finalement le mur d'Hadrien comme frontière avec la Calédonie, qui couvrait à peu près le territoire de l'Écosse moderne. Une partie sud de ce qui est aujourd'hui l'Écosse a été occupée par les Romains pendant environ 20 ans au milieu du IIe siècle, repoussant les Pictes celtiques au nord du mur d'Antonin. Les habitants de la province romaine de Britannia étaient appelés Britanni ou Britanniques. L'Irlande, habitée par les "Scoti", n'a jamais été envahie et s'appelait Hibernia. Thulé, une île « à six jours de navigation au nord de la Grande-Bretagne, et « près de la mer gelée » (probablement l'Islande) n'a jamais été envahie par les Romains. Jules César avait cru que les tribus celtiques de Grande-Bretagne avaient aidé la résistance gauloise lors de la conquête de la Gaule par César. La première expédition de César en Grande-Bretagne fut un échec militaire de courte durée, plus de reconnaissance que d'invasion, mais fut un succès politique. Lors de sa deuxième invasion, César a emmené avec lui une force beaucoup plus importante et a contraint de nombreuses tribus celtiques indigènes à rendre hommage, et les Romains ont installé un nouveau roi ami de Rome en tant que client. César n'avait conquis aucun territoire et n'avait laissé aucune troupe, mais avait établi des clients sur l'île et avait amené la Grande-Bretagne dans la sphère d'influence politique de Rome. L'héritier de César (et fils adoptif) Octavius Augustus a planifié des invasions de la Grande-Bretagne au début de son règne, mais les circonstances n'ont jamais été propices, et la relation entre la Grande-Bretagne et Rome s'est installée dans la diplomatie et le commerce. On ne sait pas combien de légions romaines ont été envoyées pour participer à l'invasion de la Grande-Bretagne ; une seule légion commandée par le futur empereur Vespasien y participa de manière vérifiable. Cependant, trois légions supplémentaires étaient connues pour avoir été sur l'île pendant la révolte de Boudican (60-61 après JC), et étaient probablement là depuis l'invasion initiale. Cependant, une seule légion est susceptible d'avoir séjourné en Grande-Bretagne, en résidence à Eburacum (York) en 71 après JC, et mentionnée sur une inscription de bâtiment datée de 108 après JC. Cette légion a finalement été transférée en Judée et a été détruite lors de la révolte des Juifs de Bar Kochba. L'invasion de la Grande-Bretagne a vu les légions démarrer rapidement, remportant deux victoires; le premier sur la rivière Medway, le second sur la Tamise. Ils s'arrêtèrent ensuite à la Tamise et envoyèrent des renforts, notamment de l'artillerie et des éléphants. Après avoir capturé le sud de l'île, les Romains ont tourné leur attention vers ce qui est aujourd'hui le Pays de Galles. Les habitants étaient résolument opposés aux incursions romaines et le conflit qui s'ensuivit occupa les légions romaines pendant plusieurs décennies. Après plusieurs décennies de combats avec les tribus celtiques résidentes, souvent du côté des perdants de la guérilla, les Romains ont attiré les Celtes dans une bataille décisive et ont remporté une victoire décisive. En 60-61 après JC, alors que le gouverneur romain faisait campagne dans le nord du Pays de Galles, le sud-est de la Grande-Bretagne se révolta sous la direction de la reine Boudica peu de temps après la mort du mari de Boudica (le roi). Les Romains s'étaient emparés de ses terres, avaient fouetté et violé Boudica ainsi que ses filles. Lors de la révolte, les forces de Boudica ont détruit la colonie romaine de Camulodunum (Colchester) et mis en déroute les légionnaires romains envoyés en relève. Londres et Verulamium (St. Albans) sont également tombés, le massacre forcé de Boudica étant estimé à 70 000 à 80 000 Romains. Peu de temps après, deux légions, toujours largement en infériorité numérique, ont vaincu les forces rebelles de Boudica dans une bataille décisive. L'empereur Néron avait en fait envisagé de retirer complètement les forces romaines de Grande-Bretagne. Après avoir été distraits par une série de guerres civiles en 69 ap. . Pendant les 15 années suivantes, les Romains ont continué à conquérir une plus grande partie de l'île, battant finalement les Calédoniens dans le nord de l'Écosse en 84 après JC. Pendant une grande partie de l'histoire restante de la Grande-Bretagne romaine, un grand nombre de soldats étaient en garnison sur l'île. Cela exigeait que l'empereur nomme un homme âgé de confiance en tant que gouverneur de la province. En conséquence, de nombreux futurs empereurs ont servi comme gouverneurs ou légats dans la Bretagne romaine, notamment Vespasien, Pertinax et Gordien Ier. Certaines des sources les plus importantes pour cette époque sont les tablettes d'écriture du fort de Vindolanda dans le Northumberland, datant pour la plupart de 90 à 110 après JC. Ces tablettes fournissent des preuves éclatantes du fonctionnement d'un fort romain à la lisière de l'Empire romain, où les épouses d'officiers maintenaient une société polie tandis que les marchands, les transporteurs et le personnel militaire maintenaient le fort opérationnel et approvisionné. Vers 105, il semble y avoir eu un sérieux revers de la part des tribus des Pictes d'Alba. Plusieurs forts romains ont été détruits par le feu, des preuves archéologiques révélant des restes humains et des armures endommagées. Il existe également des preuves circonstancielles que des renforts auxiliaires ont été envoyés d'Allemagne, et une guerre britannique sans nom de l'époque est mentionnée sur la pierre tombale d'une tribune de Cyrène. Une nouvelle crise survint au début du règne d'Hadrien (vers 117 après JC). En réponse, lorsque Hadrien atteignit la Bretagne lors de sa célèbre tournée des provinces romaines vers 120 après JC, il dirigea un vaste mur défensif, connu de la postérité sous le nom de « mur d'Hadrien », séparant la Bretagne romaine des terres « barbares » au nord. Des preuves archéologiques indiquent une instabilité politique considérable en Écosse au cours de la première moitié du IIe siècle. Sous le règne d'Antoninus Pius (138-161 après JC), la frontière d'Hadrien a été brièvement étendue au nord où le mur d'Antonin a été construit vers 142 après la réoccupation militaire des basses terres écossaises, mais en 163 ou 164 après JC, il a été abandonné, bien que les Romains ne s'est entièrement retiré d'Écosse que vers 180 après JC. L'un des problèmes persistants posés par la Grande-Bretagne romaine pour l'empire au sens large était que, pour maintenir la sécurité, la province avait besoin de la présence de trois légions. Cependant, le commandement de ces forces a fourni une base de pouvoir prête à l'emploi pour de nombreux usurpateurs du trône de Rome. Cependant, réaffecter les légions ailleurs laisserait la Bretagne romaine sans défense contre les soulèvements des tribus celtiques indigènes et contre l'invasion des Pictes et des Écossais. L'un de ces usurpateurs du trône de Rome était Clodius Albinus, qui était le gouverneur de la Grande-Bretagne romaine. Au cours d'une période de troubles à la suite du meurtre d'un empereur romain en 193 après JC («l'année des cinq empereurs»), Albinus fut acclamé empereur par les légions en Grande-Bretagne romaine et en Hispanie (Espagne romaine et Portugal). Au cours de la guerre civile qui s'ensuivit, Albinus fut vaincu en 194 après JC par les forces de Septime Sévère. D'importance archéologique est que pendant la guerre civile Albinus avait ordonné la construction d'un mur défensif autour de Londinium. Ces murs mesuraient environ 20 pieds (6 m) de haut, dont des vestiges existent toujours. À la fin de la guerre civile, Severus a tenté de résoudre le problème des puissants gouverneurs rebelles en Grande-Bretagne usurpant le pouvoir de Rome en divisant la province en Haute-Bretagne et Basse-Bretagne. (Bas) Britannia Superior avait comme centre de commerce et de gouvernement à Londinium, le gouverneur résidant dans la ville. Britannia Superior englobait tout ce qui est maintenant le sud de l'Angleterre ainsi que le Pays de Galles et l'East Anglia. Britannia Inferior au nord avait sa capitale à Eboracum, ou York moderne, et était gouvernée par un légat prétorien commandant une seule légion stationnée dans la ville. Après son accession en 193 après JC, Severus s'intéressa particulièrement à la refortification de la frontière nord de Britannia, et en 208, il déménagea à Eboracum pour superviser les campagnes militaires visant à pacifier les tribus du nord. Cependant, sous le règne de son successeur (de Commodus, son fils), les défenses le long de la frontière nord de l'empire en Britannia sont tombées dans l'abandon et le délabrement. La division de Roman Britannia a gardé le potentiel de rébellion sous contrôle pendant près d'un siècle. Une chaîne de forts a été construite le long de la côte sud de la Grande-Bretagne pour contrôler la piraterie; et au cours des cent années suivantes, leur nombre augmenta, devenant les forts côtiers saxons. Afin de soumettre les tribus celtiques indigènes du nord, de 208 à 211 après JC, Severus a dirigé environ 20 000 soldats lors d'une invasion de la Calédonie (au nord du mur d'Hadrien). Cependant, Severus n'a pas été en mesure de manœuvrer ces forces indigènes dans le scénario de bataille où les légions ont tant excellé, les « barbares » préférant s'engager dans la guérilla. Au milieu du IIIe siècle, l'Empire romain (continental) est secoué par des invasions barbares, des rébellions et de nouveaux usurpateurs impériaux, et en 259 un « Empire gaulois » est établi lorsque Postumus se rebelle contre Gallien. La Bretagne romaine en faisait partie jusqu'en 274, date à laquelle Aurélien a réuni l'empire. Rome a dû envoyer à nouveau ses légions pour mater une autre rébellion des légions de la Grande-Bretagne romaine dans les années 270, et encore une fois les légions de Britannia se sont rebellées à la fin des années 280. En 293 après JC, l'empereur romain Constantius Chlorus lança une offensive, assiégeant le port des rebelles à Boulogne et le coupant de l'assistance navale, et finit par écraser la rébellion après un débarquement près de Southampton. Constance est arrivé à Londres pour recevoir la victoire et a choisi de diviser davantage la province en quatre provinces (chacune avec son propre gouverneur) afin d'améliorer l'efficacité administrative. Un an plus tard, les réformes de l'empereur Dioclétien ajoutèrent une cinquième subdivision, ce qui signifiait que la province comptait désormais cinq officiers, chacun ne commandant qu'une petite fraction des légions. Constantius Chlorus est retourné en Grande-Bretagne romaine en 306 après JC et a lancé une nouvelle invasion contre les tribus « barbares » du nord de la Grande-Bretagne. D'après des sources historiques fragmentaires, il semble qu'il ait atteint l'extrême nord de la Grande-Bretagne et remporté une grande bataille au début de l'été avant de retourner au sud à York. Constance mourut à York peu de temps après; son fils, Constantin I a assumé ses fonctions en Britannia et a utilisé les forces légionnaires dont il a hérité comme point de départ de sa marche vers le trône impérial. Un assaut général des Saxons, Scoti et Attacotti, combiné à une dissension apparente dans la garnison du mur d'Hadrien, laissa la Grande-Bretagne romaine prostrée en 367 après JC. Cette crise est connue sous le nom de "Conspiration barbare". Un autre usurpateur impérial, Magnus Maximus, se révolta contre Rome en 383 et traversa la Manche. Maximus détenait une grande partie de l'empire occidental et mena une campagne réussie contre les Pictes et les Écossais vers 384. Cependant, ses exploits continentaux ont dépouillé les troupes de la Bretagne romaine, et les forts légionnaires de Chester et d'ailleurs ont été abandonnés, déclenchant des raids et des incursions dans le nord du Pays de Galles par les Irlandais. Les ressources militaires de l'Empire étaient en difficulté après la bataille catastrophique d'Andrinople en 378, au cours de laquelle les Goths ont infligé une défaite dévastatrice aux forces légionnaires qui, selon de nombreux historiens, a initié l'effondrement éventuel de l'Empire romain d'Occident. Vers 396 après JC, il y avait de plus en plus d'incursions barbares en Grande-Bretagne. Une expédition romaine a rétabli la paix vers 399 après JC, mais encore plus de forces légionnaires ont été retirées de la Bretagne romaine pour aider à la guerre contre les Wisigoths et leur chef Alaric I. Les légions restantes dans la Bretagne romaine se sont de nouveau rebellées et, après avoir élevé deux usurpateurs décevants, a choisi un soldat, Constantin III, pour devenir empereur en 407 après JC. Peu de temps après, Constantin III traversa la Gaule avec une armée et fut vaincu par l'empereur romain d'Occident, Honorius. On ne sait pas combien de troupes sont restées ou sont jamais retournées dans la Bretagne romaine, mais les preuves suggèrent qu'il y en avait très peu, voire pas du tout. Il n'est pas clair si Rome a même reconduit un nouveau commandant en chef pour la Grande-Bretagne romaine. Avec la disparition des niveaux supérieurs du gouvernement militaire et civil, l'administration et la justice sont tombées aux mains des autorités municipales, et de petits seigneurs de guerre ont progressivement émergé dans toute la Grande-Bretagne, aspirant toujours aux idéaux et aux conventions romains, se transformant finalement en royaumes qui se sont formés dans la période post-romaine. . Ainsi, le début du Ve siècle a été témoin d'un déclin économique généralisé. L'ensemble de l'Empire romain avait connu un déclin spectaculaire au cours du deuxième au quatrième siècle en raison de la peste, de la guerre avec les envahisseurs "barbares" et des guerres civiles constantes. Cependant, le déclin est devenu assez marqué au début du Ve siècle dans la Bretagne romaine. La migration germanique vers la Bretagne romaine a plongé le pays dans une série de guerres commençant dans les années 440 qui ont finalement conduit à l'occupation saxonne de la Grande-Bretagne des basses terres en 600. À cette époque, de nombreux Britanniques ont fui vers la Bretagne en France (d'où le nom de « Bretagne »). Les preuves archéologiques indiquent moins de maisons urbaines, la fin des nouveaux bâtiments publics, l'abandon de nombreux bâtiments publics ou leur conversion à un usage commercial (comme la basilique de Silchester) et la conversion de zones urbaines à un usage agricole, conduisant à la désurbanisation de la Bretagne romaine. Cependant, de nombreux centres urbains tels que Verulamium, Canterbury, Cirencester, Wroxeter, Winchester et Gloucester, sont restés actifs au cours des 5e et 6e siècles, entourés de grands domaines agricoles. Un signe révélateur de la chute est le fait que les pièces frappées après 378 après JC sont très rares, indiquant une combinaison probable de déclin économique, de diminution du nombre de troupes, de problèmes de paiement des soldats et de fonctionnaires et d'instabilité pendant les périodes d'usurpation. Les pièces de monnaie de faible valeur nominale (cuivre) étaient particulièrement rares après 402, bien que les pièces d'argent et d'or frappées provenant de trésors indiquent qu'elles étaient toujours présentes dans la province même si elles n'étaient pas dépensées. En 407, aucune nouvelle pièce de monnaie romaine n'était mise en circulation et en 430, il est probable que la monnaie en tant que moyen d'échange avait été abandonnée. La production de masse d'articles ménagers en poterie, en verre et en métal a probablement pris fin une décennie ou deux auparavant. Des preuves historiques et archéologiques suggèrent que la Bretagne romaine a subi une pression croissante des attaques barbares de tous les côtés, et les troupes étaient trop peu nombreuses pour monter une défense efficace. Ce n'est qu'au Xe siècle que la Grande-Bretagne entame véritablement le processus de réurbanisation. Grande-Bretagne anglo-saxonne: Les Anglo-Saxons étaient un peuple qui a habité la Grande-Bretagne à partir du Ve siècle. Ils comprennent des personnes de tribus germaniques qui ont émigré vers l'île depuis l'Europe continentale, leurs descendants et des groupes britanniques indigènes qui ont adopté certains aspects de la culture et de la langue anglo-saxonnes. Historiquement, la période anglo-saxonne désigne la période en Grande-Bretagne entre 450 et 1066 environ, après leur installation initiale et jusqu'à la conquête normande. La première période anglo-saxonne comprend la création d'une nation anglaise, avec de nombreux aspects qui survivent aujourd'hui, y compris le gouvernement régional des comtés et des centaines. Au cours de cette période, le christianisme s'est établi et il y a eu une floraison de la littérature et de la langue. Des chartes et des lois ont également été établies. Le terme anglo-saxon est couramment utilisé pour désigner la langue parlée et écrite par les anglo-saxons en Angleterre et dans l'est de l'Écosse entre au moins le milieu du Ve siècle et le milieu du XIIe siècle. Dans l'usage scientifique, il est plus communément appelé vieil anglais. L'histoire des Anglo-Saxons est l'histoire d'une identité culturelle. Il s'est développé à partir de groupes divergents en association avec l'adoption du christianisme par le peuple et a fait partie intégrante de l'établissement de divers royaumes. Menacée par les invasions danoises prolongées et l'occupation militaire de l'est de l'Angleterre, cette identité a été rétablie; il a dominé jusqu'après la conquête normande. La culture anglo-saxonne visible peut être vue dans la culture matérielle des bâtiments, des styles vestimentaires, des textes enluminés et des objets funéraires. Derrière le caractère symbolique de ces emblèmes culturels, se cachent des éléments forts de liens tribaux et seigneuriaux. L'élite s'est déclarée comme des rois qui ont développé des burhs et ont identifié leurs rôles et leurs peuples en termes bibliques. Surtout, comme l'a observé Helena Hamerow, "les groupes de parenté locaux et étendus sont restés ... l'unité de production essentielle tout au long de la période anglo-saxonne". Les effets persistent au 21ème siècle car, selon une étude publiée en mars 2015, la constitution génétique des populations britanniques montre aujourd'hui des divisions des unités politiques tribales du début de la période anglo-saxonne. La première période anglo-saxonne couvre l'histoire de la Grande-Bretagne médiévale qui commence à partir de la fin de la domination romaine. C'est une période largement connue dans l'histoire européenne comme la période de migration, également la Völkerwanderung ("migration des peuples" en allemand). Ce fut une période de migration humaine intensifiée en Europe d'environ 400 à 800. Les migrants étaient des tribus germaniques telles que les Goths , les Vandales , les Angles , les Saxons , les Lombards , les Suebi , les Frisii et les Francs ; ils ont ensuite été poussés vers l'ouest par les Huns, les Avars, les Slaves, les Bulgares et les Alans. En l'an 400, le sud de la Grande-Bretagne - c'est-à-dire la Grande-Bretagne sous le mur d'Hadrien - était une partie périphérique de l'Empire romain d'Occident, parfois perdue à cause de la rébellion ou de l'invasion, mais jusque-là toujours finalement récupérée. Vers 410, la Grande-Bretagne a échappé au contrôle impérial direct dans une phase généralement qualifiée de «sous-romaine». Les migrations selon Bède, qui écrivit quelque 300 ans après l'événement ; il existe des preuves archéologiques que les colons en Angleterre venaient de plusieurs de ces endroits continentaux. Le récit traditionnel de cette période est celui du déclin et de la chute, de l'invasion et de la migration ; Cependant, l'archéologue Heinrich Härke déclarait en 2011 : « Il est maintenant largement admis que les Anglo-Saxons n'étaient pas seulement des envahisseurs et des colons germaniques transplantés du continent, mais le résultat d'interactions et de changements insulaires. Écrivant vers 540, Gildas mentionne que, au Ve siècle, un conseil de dirigeants en Grande-Bretagne a convenu que certaines terres à l'est du sud de la Grande-Bretagne seraient données aux Saxons sur la base d'un traité, un foedus, par lequel les Saxons défendrait les Britanniques contre les attaques des Pictes et des Scoti en échange de vivres. La preuve textuelle la plus contemporaine est la Chronica Gallica de 452 qui enregistre pour l'année 441: "Les provinces britanniques, qui à cette époque avaient subi diverses défaites et malheurs, sont réduites à la domination saxonne." Il s'agit d'une date antérieure à celle de 451 pour la "venue des Saxons" utilisée par Bède dans son Historia ecclesiastica gentis Anglorum, écrite vers 731. Il a été avancé que Bede avait mal interprété ses sources (rares) et que les références chronologiques de l' Historia Britonnum donnaient une date plausible d'environ 428. Gildas raconte comment une guerre a éclaté entre les Saxons et la population locale - Higham l'appelle la « guerre des fédérés saxons » - qui s'est terminée peu après le siège de « Mons Badonicus ». Les Saxons retournent dans "leur foyer oriental". Gildas appelle la paix un « divorce douloureux avec les barbares ». Le prix de la paix, soutient Nick Higham, est un meilleur traité pour les Saxons, leur donnant la possibilité de recevoir l'hommage des habitants des basses terres de Grande-Bretagne. Les preuves archéologiques concordent avec cette échelle de temps antérieure. En particulier, le travail de Catherine Hills et Sam Lucy sur les preuves de Spong Hill a déplacé la chronologie de la colonie avant 450, avec un nombre important d'éléments maintenant en phases avant la date de Bede. Cette vision des Anglo-Saxons exerçant précocement un pouvoir politique et militaire étendu reste contestée. La vision la plus développée d'une continuation dans la Grande-Bretagne sub-romaine, avec le contrôle de son propre destin politique et militaire pendant plus d'un siècle, est celle de Kenneth Dark, qui suggère que l'élite sub-romaine a survécu dans la culture, la politique et le pouvoir militaire. jusqu'à environ 570. Cependant, Nick Higham semble être d'accord avec Bede, qui a identifié trois phases de colonisation : une phase d'exploration, lorsque des mercenaires sont venus protéger la population résidente ; une phase de migration, substantielle comme le sous-entend l'affirmation selon laquelle Anglus était déserté; et une phase d'établissement, au cours de laquelle les Anglo-Saxons ont commencé à contrôler des zones, sous-entendues dans la déclaration de Bede sur les origines des tribus. Les chercheurs ne sont pas parvenus à un consensus sur le nombre de migrants qui sont entrés en Grande-Bretagne au cours de cette période. Heinrich Härke suggère que le chiffre est d'environ 100 000, sur la base des preuves moléculaires. Mais, des archéologues tels que Christine Hills et Richard Hodges suggèrent que le nombre est plus proche de 20 000. Vers 500, les migrants anglo-saxons s'étaient établis dans le sud et l'est de la Grande-Bretagne. Ce qui est arrivé au peuple autochtone breton est également sujet à interrogation. Heinrich Härke et Richard Coates soulignent qu'ils sont invisibles archéologiquement et linguistiquement. Mais sur la base d'un chiffre anglo-saxon assez élevé (200 000) et d'un chiffre brythonique faible (800 000), les Brythoniens sont susceptibles d'avoir dépassé en nombre les Anglo-Saxons d'au moins quatre contre un. L'interprétation de ces chiffres est que si "culturellement, les derniers Anglo-Saxons et Anglais sont apparus comme remarquablement non britanniques ... leur constitution génétique et biologique n'en est pas moins susceptible d'avoir été substantiellement, voire principalement, britannique" . Le développement de la culture anglo-saxonne est décrit par deux processus. L'un est similaire aux changements culturels observés en Russie, en Afrique du Nord et dans certaines parties du monde islamique, où une culture minoritaire puissante devient, sur une période assez courte, adoptée par une majorité établie. Le second processus s'explique par des incitations. Nick Higham a résumé ainsi : « Comme Bede l'a laissé entendre plus tard, la langue était un indicateur clé de l'ethnicité au début de l'Angleterre. Dans des circonstances où la liberté juridique, l'acceptation avec la famille, l'accès au patronage et l'utilisation et la possession d'armes étaient tous exclusifs à ceux qui pouvaient revendiquer une descendance germanique, alors parler le vieil anglais sans inflexion latine ou bretonne avait une valeur considérable. Au milieu du 6ème siècle, certains peuples brythoniques des basses terres de Grande-Bretagne avaient traversé la mer pour former la Bretagne, et certains s'étaient déplacés vers l'ouest, mais la majorité abandonnait leur langue et leur culture passées et adoptait la nouvelle culture de l'Anglo- Saxons. Au fur et à mesure qu'ils adoptaient cette langue et cette culture, les barrières ont commencé à se dissoudre entre les peuples, qui avaient auparavant vécu des vies parallèles. Les témoignages archéologiques montrent une continuité considérable dans le système de paysage et de gouvernance locale, hérité de la communauté indigène. Il existe des preuves d'une fusion de la culture dans cette première période. Les noms brythoniques figurent dans les listes de l'élite anglo-saxonne. La lignée royale du Wessex a été traditionnellement fondée par un homme nommé Cerdic, un nom sans aucun doute celtique dérivé finalement de Caratacus. Cela peut indiquer que Cerdic était un Britannique natif et que sa dynastie s'est anglicisée au fil du temps. Un certain nombre de descendants présumés de Cerdic possédaient également des noms celtiques, dont le « Bretwalda » Ceawlin. Le dernier homme de cette dynastie à avoir un nom brythonique était le roi CAedwalla, décédé en 689. Dans la dernière moitié du VIe siècle, quatre structures ont contribué au développement de la société ; ils étaient la position et les libertés du ceorl, les petites zones tribales fusionnées en royaumes plus vastes, l'élite se développant des guerriers aux rois et le monachisme irlandais se développant sous Finnian (qui avait consulté Gildas) et son élève Columba. Les fermes anglo-saxonnes de cette période sont souvent faussement supposées être des "fermes paysannes". Cependant, un ceorl , qui était l'homme libre le plus bas dans la société anglo-saxonne primitive, n'était pas un paysan mais un homme possédant des armes avec le soutien d'une famille, l'accès à la loi et le wergild ; situé au sommet d'un ménage élargi exploitant au moins une peau de terre. L'agriculteur avait la liberté et les droits sur les terres, avec la fourniture d'un loyer ou d'un devoir à un suzerain qui ne fournissait qu'une légère contribution seigneuriale. La plupart de ces terres étaient des terres arables communes hors champ (d'un système champ extérieur-champ intérieur) qui fournissaient aux individus les moyens de construire une base de parenté et de liens culturels de groupe. Le Tribal Hidage répertorie trente-cinq peuples, ou tribus, avec des évaluations en peaux, qui peuvent avoir été définies à l'origine comme la superficie de terre suffisante pour entretenir une famille. Les évaluations dans le Hidage reflètent la taille relative des provinces. Bien que de taille variable, les trente-cinq peuples du Hidage tribal avaient le même statut, en ce sens qu'il s'agissait de zones gouvernées par leur propre famille d'élite (ou maisons royales), et étaient donc évaluées indépendamment pour le paiement d'un hommage. À la fin du VIe siècle, de plus grands royaumes s'étaient établis sur les côtes sud ou est. Ils comprennent les provinces des Jutes du Hampshire et de Wight, les Saxons du Sud, le Kent, les Saxons de l'Est, les Angles de l'Est, Lindsey et (au nord du Humber) Deira et Bernicia. Plusieurs de ces royaumes peuvent avoir eu comme objectif initial un territoire basé sur une ancienne civitas romaine. À la fin du VIe siècle, les dirigeants de ces communautés se faisaient appeler rois, même s'il ne faut pas supposer qu'ils étaient tous d'origine germanique. Le concept de Bretwalda est considéré comme la preuve d'un certain nombre de premières familles d'élite anglo-saxonnes. Ce que Bede semble impliquer dans son Bretwalda, c'est la capacité des dirigeants à extraire un tribut, à impressionner et / ou à protéger les petites régions, ce qui peut bien avoir été relativement de courte durée dans un cas donné. Des dynasties apparemment «anglo-saxonnes» se sont diversement remplacées dans ce rôle dans un appel nominal discontinu mais influent et puissant des élites guerrières. Il est important de noter que, quelle que soit leur origine ou à quel moment elles ont prospéré, ces dynasties ont établi leur prétention à la seigneurie grâce à leurs liens avec des liens de parenté étendus. Comme Helen Peake le fait remarquer en plaisantant, "ils se sont tous avérés être liés à Woden". Le processus du guerrier au cyning - vieil anglais pour roi - est décrit dans Beowulf (tel que traduit par Seamus Heaney): "Il y avait Shield Sheafson, fléau de nombreuses tribus, un démolisseur de bancs d'hydromel, déchaîné parmi les ennemis. Cette terreur des hall-troupes était venue loin. Enfant trouvé au départ, il s'épanouira plus tard. Au fur et à mesure que ses pouvoirs augmentaient et que sa valeur était prouvée. A la fin chaque clan sur les côtes périphériques. Au-delà, la route des baleines devait lui céder la place. Et commencer à rendre hommage. C'était un bon roi. En 565, Columba, un moine d'Irlande qui a étudié à l'école monastique de Moville sous St. Finnian, a atteint Iona en exil volontaire. L'influence du monastère d'Iona se développerait dans ce que Peter Brown a décrit comme un "empire spirituel exceptionnellement étendu", qui "s'étendait de l'ouest de l'Écosse profondément au sud-ouest jusqu'au cœur de l'Irlande et, au sud-est, il s'étendait à travers le nord Grande-Bretagne, grâce à l'influence de son monastère sœur Lindisfarne." En juin 597, Colomba mourut. À cette époque, Augustine débarqua sur l'île de Thanet et se rendit dans la ville principale du roi Aethelberht, Cantorbéry. Il avait été le prieur d'un monastère à Rome lorsque le pape Grégoire le Grand l'a choisi en 595 pour diriger la mission grégorienne en Grande-Bretagne afin de christianiser le royaume de Kent de leur paganisme anglo-saxon natal. Kent a probablement été choisi parce qu'Aethelberht avait épousé une princesse chrétienne, Bertha, fille de Charibert Ier le roi de Paris, qui devait exercer une certaine influence sur son mari. Aethelberht a été converti au christianisme, des églises ont été établies et une conversion à plus grande échelle au christianisme a commencé dans le royaume. La loi d'Aethelberht pour le Kent, le premier code écrit dans une langue germanique, a institué un système complexe d'amendes. Le Kent était riche, avec de solides liens commerciaux avec le continent, et Aethelberht a peut-être institué un contrôle royal sur le commerce. Pour la première fois après l'invasion anglo-saxonne, des pièces de monnaie ont commencé à circuler dans le Kent pendant son règne. En 635, Aidan, un moine irlandais d'Iona a choisi l'île de Lindisfarne pour établir un monastère et à proximité de la principale forteresse du roi Oswald, Bamburgh. Il était au monastère d'Iona quand Oswald demanda à être envoyé en mission pour christianiser le royaume de Northumbrie à partir de leur paganisme anglo-saxon natal. Oswald avait probablement choisi Iona parce qu'après la mort de son père, il s'était enfui dans le sud-ouest de l'Écosse et avait rencontré le christianisme, et était revenu déterminé à faire de la Northumbrie chrétienne. Aidan a obtenu un grand succès dans la diffusion de la foi chrétienne, et comme Aidan ne savait pas parler anglais et qu'Oswald avait appris l'irlandais pendant son exil, Oswald a agi comme interprète d'Aidan lorsque ce dernier prêchait. Plus tard, le saint patron de Northumberland, Saint Cuthbert, fut abbé du monastère, puis évêque de Lindisfarne. Une vie anonyme de Cuthbert écrite à Lindisfarne est la plus ancienne pièce d'écriture historique anglaise existante, et à sa mémoire un évangile (connu sous le nom d'Évangile de St Cuthbert) a été placé dans son cercueil. La reliure en cuir décoré est la plus ancienne reliure européenne intacte. En 664, le synode de Whitby a été convoqué et a établi la pratique romaine (dans le style de tonsure et les dates de Pâques) comme la norme en Northumbrie, et ainsi "a introduit l'église de Northumbrie dans le courant dominant de la culture romaine". Le siège épiscopal de Northumbrie a été transféré de Lindisfarne à York. Wilfrid, principal défenseur de la position romaine, devint plus tard évêque de Northumbrie, tandis que Colmán et les partisans ioniens, qui n'ont pas changé leurs pratiques, se sont retirés à Iona. En 660, la carte politique de la Grande-Bretagne des basses terres s'était développée avec de plus petits territoires fusionnés en royaumes, à partir de ce moment, les plus grands royaumes ont commencé à dominer les petits royaumes. Le développement des royaumes, avec un roi particulier étant reconnu comme un suzerain, s'est développé à partir d'une structure lâche précoce qui, selon Higham, est liée au féodus d'origine. Le nom traditionnel de cette période est l'heptarchie, qui n'a pas été utilisée par les savants depuis le début du XXe siècle car elle donne l'impression d'une structure politique unique et n'offre pas la "possibilité de traiter l'histoire d'un royaume dans son ensemble". ". Simon Keynes suggère que les 8e et 9e siècles ont été une période d'épanouissement économique et social qui a créé la stabilité à la fois sous la Tamise et au-dessus du Humber. De nombreuses régions ont prospéré et leur influence s'est fait sentir à travers le continent, mais entre le Humber et la Tamise, une entité politique a gagné en influence et en puissance et à l'Est, ces développements en Grande-Bretagne ont attiré l'attention. La Grande-Bretagne des plaines moyennes était connue comme le lieu des Mierce , les frontaliers ou les frontaliers, en latin Mercie . La Mercie était une région diversifiée de groupes tribaux, comme le montre le Tribal Hidage ; les peuples étaient un mélange de peuples de langue brythonique et de pionniers «anglo-saxons» et leurs premiers dirigeants avaient des noms brythoniques, tels que Penda. Bien que Penda n'apparaisse pas dans la liste des grands seigneurs de Bede, il semblerait d'après ce que Bede dit ailleurs qu'il dominait les royaumes du sud. Lors de la bataille de la rivière WinwAed, trente duces regii (généraux royaux) ont combattu en son nom. Bien qu'il y ait de nombreuses lacunes dans les preuves, il est clair que les rois merciens du VIIe siècle étaient de redoutables dirigeants capables d'exercer une suzeraineté étendue depuis leur base du Midland. Le succès militaire mercien était la base de leur pouvoir; il a succédé non seulement à 106 rois et royaumes en remportant des batailles décisives, mais en ravageant impitoyablement toute zone assez stupide pour retenir l'hommage. Il existe un certain nombre de références occasionnelles éparpillées dans l'histoire des Bèdes à cet aspect de la politique militaire mercienne. Penda est retrouvé en train de ravager la Northumbrie aussi loin au nord que Bamburgh et seule une intervention miraculeuse d'Aidan empêche la destruction complète de la colonie. En 676, Aethelred mena un ravage similaire dans le Kent et causa de tels dégâts dans le diocèse de Rochester que deux évêques successifs renoncèrent à leur poste faute de fonds. Dans ces récits, il y a un rare aperçu des réalités de la suzeraineté anglo-saxonne primitive et de la manière dont une suzeraineté généralisée a pu être établie en une période relativement courte. Au milieu du VIIIe siècle, d'autres royaumes du sud de la Grande-Bretagne étaient également touchés par l'expansionnisme mercien. Les Saxons de l'Est semblent avoir perdu le contrôle de Londres, du Middlesex et du Hertfordshire au profit d'Aethelbald, bien que les patries de la Saxonne de l'Est ne semblent pas avoir été affectées, et la dynastie des Saxons de l'Est s'est poursuivie au IXe siècle. L'influence et la réputation de Mercian ont atteint leur apogée lorsque, à la fin du VIIIe siècle, le souverain européen le plus puissant de l'époque, le roi franc Charlemagne, a reconnu le pouvoir du roi Mercian Offa et l'a donc traité avec respect, même si cela aurait pu être juste. flatterie. MichAel Drout appelle la période entre 660 et 793 environ "l'âge d'or", lorsque l'apprentissage s'épanouit avec une renaissance des connaissances classiques. La croissance et la popularité du monachisme n'étaient pas un développement entièrement interne, l'influence du continent façonnant la vie monastique anglo-saxonne. En 669, Théodore, un moine de langue grecque originaire de Tarse en Asie Mineure, arriva en Grande-Bretagne pour devenir le huitième archevêque de Cantorbéry. Il est rejoint l'année suivante par son confrère Hadrien, Africain d'origine latino-américaine et ancien abbé d'un monastère de Campanie (près de Naples). L'une de leurs premières tâches à Canterbury fut la création d'une école; et selon Bede (écrivant une soixantaine d'années plus tard), ils "attirèrent bientôt une foule d'étudiants dans l'esprit desquels ils versaient quotidiennement les courants d'un apprentissage sain". Comme preuve de leur enseignement, Bede rapporte que certains de leurs élèves, qui ont survécu jusqu'à son époque, parlaient aussi bien le grec et le latin que leur langue maternelle. Bede ne mentionne pas Aldhelm à cet égard; mais nous savons par une lettre adressée par Aldhelm à Hadrien que lui aussi doit être compté parmi leurs élèves. Aldhelm a écrit dans un latin élaboré, grandiloquent et très difficile, qui est devenu le style dominant pendant des siècles. MichAel Drout déclare "Aldhelm a écrit les hexamètres latins mieux que quiconque auparavant en Angleterre (et peut-être mieux que quiconque depuis, ou du moins jusqu'à Milton). Son travail a montré que les érudits en Angleterre, aux confins de l'Europe, pouvaient être aussi savants et sophistiqués que n'importe quel écrivain en Europe. à la vie monastique. Le monachisme anglo-saxon a développé l'institution inhabituelle du "double monastère", une maison de moines et une maison de nonnes, vivant côte à côte, partageant une église mais ne se mélangeant jamais, et vivant des vies de célibat séparées. Ces doubles monastères étaient présidés par des abbesses, parmi les femmes les plus puissantes et les plus influentes d'Europe. Les doubles monastères qui ont été construits sur des sites stratégiques près des rivières et des côtes, ont accumulé une richesse et un pouvoir immenses sur plusieurs générations (leurs héritages n'ont pas été divisés) et sont devenus des centres d'art et d'apprentissage. Pendant qu'Aldhelm travaillait à Malmesbury, loin de lui, dans le nord de l'Angleterre, Bede écrivait une grande quantité de livres, acquérait une réputation en Europe et montrait que les Anglais savaient écrire l'histoire et la théologie, et faire des calculs astronomiques ( pour les dates de Pâques, entre autres). Le 9ème siècle a vu l'essor du Wessex, des fondations posées par le roi Egbert dans le premier quart du siècle aux réalisations du roi Alfred le Grand dans ses dernières décennies. Les grandes lignes de l'histoire sont racontées dans la Chronique anglo-saxonne, bien que les annales représentent un point de vue saxon occidental. Le jour de la succession d'Egbert au royaume de Wessex, en 802, un ealdorman mercien de la province du Hwicce avait traversé la frontière à Kempsford, avec l'intention de monter un raid dans le nord du Wiltshire ; la force mercienne a été rencontrée par l'ealdorman local, "et les habitants du Wiltshire ont remporté la victoire". En 829, Egbert continua, rapporte le chroniqueur, à conquérir "le royaume des Merciens et tout au sud du Humber". C'est à ce moment que le chroniqueur a choisi d'attacher le nom d'Egbert à la liste des sept suzerains de Bede, ajoutant qu '"il était le huitième roi qui était Bretwalda". Simon Keynes suggère que la fondation par Egbert d'un royaume «bipartite» est cruciale car elle s'étendait à travers le sud de l'Angleterre, et elle a créé une alliance de travail entre la dynastie des Saxons de l'Ouest et les dirigeants des Merciens. En 860, les parties orientale et occidentale du royaume du sud ont été unies par un accord entre les fils survivants du roi Aethelwulf, bien que l'union n'ait pas été maintenue sans une certaine opposition au sein de la dynastie; et à la fin des années 870, le roi Alfred obtint la soumission des Merciens sous leur souverain Aethelred , qui dans d'autres circonstances aurait pu être qualifié de roi, mais qui sous le régime alfredien était considéré comme le «ealdorman» de son peuple. La richesse des monastères et le succès de la société anglo-saxonne attirent l'attention des peuples d'Europe continentale, principalement des Danois et des Norvégiens. En raison des raids de pillage qui ont suivi, les pillards ont attiré le nom de Viking - du vieux norrois víkingr signifiant une expédition - qui a rapidement été utilisé pour les raids ou la piraterie signalés en Europe occidentale. En 793, Lindisfarne a été attaqué et bien que ce ne soit pas le premier raid de ce type, c'était le plus important. Un an plus tard, Jarrow, le monastère où Bede écrivit, fut attaqué ; en 795 Iona; et en 804, le couvent de Lyminge Kent reçut refuge à l'intérieur des murs de Canterbury. Vers 800, un préfet de Portland dans le Wessex a été tué lorsqu'il a pris des pillards pour des commerçants ordinaires. Les raids vikings se poursuivirent jusqu'en 850, puis la Chronique dit : "Les païens restèrent pour la première fois l'hiver". La flotte ne semble pas être restée longtemps en Angleterre, mais elle a lancé une tendance que d'autres ont suivie par la suite. En particulier, l'armée qui est arrivée en 865 est restée pendant de nombreux hivers, et une partie de celle-ci s'est installée plus tard dans ce qui est devenu connu sous le nom de Danelaw. C'était la "Grande Armée", terme utilisé par la Chronique en Angleterre et par Adrevald de Fleury sur le Continent. Les envahisseurs ont pu non seulement exploiter les querelles entre et au sein des différents royaumes, mais aussi nommer des rois fantoches, Ceolwulf en Mercie en 873, « un roi fou » (ASC), et peut-être d'autres en Northumbrie en 867 et East Anglia en 870. La troisième phase était une ère de peuplement; cependant, la « Grande Armée » va partout où elle peut trouver les plus riches cueillettes, traversant la Manche face à une opposition résolue, comme en Angleterre en 878, ou à la famine, comme sur le Continent en 892. À ce stade, les Vikings assumaient une importance toujours croissante en tant que catalyseurs du changement social et politique. Ils constituaient l'ennemi commun, rendant les Anglais d'autant plus conscients d'une identité nationale qui l'emportait sur des distinctions plus profondes ; ils pourraient être perçus comme un instrument de châtiment divin pour les péchés du peuple, faisant prendre conscience d'une identité chrétienne collective ; et en «conquérant» les royaumes des Angles de l'Est, des Northumbriens et des Merciens, ils ont créé un vide dans la direction du peuple anglais. La colonisation danoise s'est poursuivie en Mercie en 877 et en East Anglia en 879-80 et 896. Pendant ce temps, le reste de l'armée continue de harceler et de piller des deux côtés de la Manche, de nouvelles recrues arrivant évidemment pour grossir ses rangs, car elle continue clairement d'être une force de combat redoutable. Au début, Alfred a répondu par l'offre de paiements d'hommage répétés. Cependant, après une victoire décisive à Edington en 878, Alfred offrit une vigoureuse opposition. Il établit une chaîne de forteresses à travers le sud de l'Angleterre, réorganisa l'armée, "de sorte que toujours la moitié de ses hommes étaient à la maison et l'autre moitié en service, à l'exception de ceux qui devaient garnir les burhs", et en 896 ordonna un nouveau type d'embarcation à construire qui pourrait s'opposer aux drakkars vikings dans les eaux côtières peu profondes. Lorsque les Vikings sont revenus du continent en 892, ils ont constaté qu'ils ne pouvaient plus parcourir le pays à leur guise, car partout où ils allaient, ils étaient opposés par une armée locale. Au bout de quatre ans, les Scandinaves se séparent donc, les uns pour s'installer en Northumbrie et en East Anglia, les autres pour retenter leur chance sur le Continent. Plus important pour Alfred que ses victoires militaires et politiques étaient sa religion, son amour de l'apprentissage et sa diffusion de l'écriture dans toute l'Angleterre. Simon Keynes suggère que le travail d'Alfred a jeté les bases de ce qui rend l'Angleterre vraiment unique dans toute l'Europe médiévale d'environ 800 à 1066. Ce qui est également unique, c'est que nous pouvons en découvrir une partie dans les propres mots d'Alfred. Réfléchissant à la chute de l'apprentissage et de la culture depuis le siècle dernier, il a écrit : "... La sagesse était si complètement tombée en Angleterre qu'il y en avait très peu de ce côté du Humber qui pouvaient comprendre leurs rituels en anglais, ou même traduire une lettre du latin en anglais; et je crois qu'il n'y en avait pas beaucoup au-delà du Humber. Il y en avait si peu que je ne peux en effet pas penser à un seul au sud de la Tamise quand je suis devenu roi." Alfred savait que la littérature et l'apprentissage, à la fois en anglais et en latin, étaient très importants, mais l'état de l'apprentissage n'était pas bon quand Alfred est monté sur le trône. Alfred considérait la royauté comme une fonction sacerdotale, un berger pour son peuple. Un livre qui lui était particulièrement précieux était Cura Pastoralis (Soins pastoraux) de Grégoire le Grand. Ceci est un guide du prêtre sur la façon de prendre soin des gens. Alfred a pris ce livre comme son propre guide sur la façon d'être un bon roi pour son peuple; par conséquent, un bon roi à Alfred augmente l'alphabétisation. Alfred a lui-même traduit ce livre et explique dans la préface : "...Quand je l'ai appris, je l'ai traduit en anglais, comme je l'avais compris, et comme je pouvais le rendre le plus significativement possible. Et j'enverrai un à chaque évêché de mon royaume, et dans chacun sera un Aestel valant cinquante mancus. Et j'ordonne au nom de Dieu que personne ne puisse retirer l'Aestel du livre ni le livre de l'église. On ne sait pas combien de temps il peut y avoir des évêques aussi savants que, grâce à Dieu, il y en a presque partout." Ce qui est présumé être l'un de ces "Aestel" (le mot n'apparaît que dans ce seul texte) est l'or, le cristal de roche et l'émail Alfred Jewel, découvert en 1693, qui est supposé avoir été équipé d'une petite tige et utilisé comme un pointeur lors de la lecture. Alfred a fourni un patronage fonctionnel, lié à un programme social d'alphabétisation vernaculaire en Angleterre, qui était sans précédent. "Par conséquent, il me semble préférable, s'il vous semble ainsi, que nous traduisions également certains livres ... et que nous le fassions ... si nous avons la paix, que toute la jeunesse des hommes libres qui sont maintenant en Angleterre, ceux qui ont les moyens de s'y appliquer, soient mis à apprendre, tandis qu'ils ne peuvent être mis à aucun autre usage, jusqu'au moment où ils pourront bien lire les écrits anglais." Cela a mis en train une croissance des chartes, du droit, de la théologie et de l'apprentissage. Alfred a ainsi jeté les bases des grandes réalisations du Xe siècle et a beaucoup fait pour que le vernaculaire soit plus important que le latin dans la culture anglo-saxonne. « J'ai voulu vivre dignement tant que je vivrais, et laisser après ma vie, aux hommes qui viendraient après moi, le souvenir de moi en bonnes œuvres. Un cadre pour les événements mémorables des Xe et XIe siècles est fourni par la Chronique anglo-saxonne. Cependant, les chartes, les lois-codes et les pièces de monnaie fournissent des informations détaillées sur divers aspects du gouvernement royal, et les œuvres survivantes de la littérature anglo-latine et vernaculaire, ainsi que les nombreux manuscrits écrits au Xe siècle, témoignent à leur manière de la vitalité de la culture ecclésiastique. Pourtant, comme le suggère Simon Keynes, "il ne s'ensuit pas que le Xe siècle soit mieux compris que les périodes moins documentées". Au cours du Xe siècle, les rois de Saxe occidental étendirent leur pouvoir d'abord sur la Mercie, puis sur le sud de la Danelaw et enfin sur la Northumbrie, imposant ainsi un semblant d'unité politique à des peuples qui n'en resteraient pas moins conscients de leurs coutumes et leurs passés séparés. Le prestige, et même les prétentions, de la monarchie augmentèrent, les institutions gouvernementales se renforcèrent et les rois et leurs agents cherchèrent de diverses manières à établir l'ordre social. Ce processus a commencé avec Edward l'Ancien - qui, avec sa sœur, AethelflAed, Lady of the Mercians, au départ, révèlent des chartes, a encouragé les gens à acheter des domaines aux Danois, réaffirmant ainsi un certain degré d'influence anglaise sur un territoire qui était tombé sous contrôle danois. . David Dumville suggère qu'Edward a peut-être étendu cette politique en récompensant ses partisans avec des concessions de terres dans les territoires nouvellement conquis aux Danois, et que toutes les chartes émises à l'égard de ces concessions n'ont pas survécu. À la mort d'AthelflAed, Mercie a été absorbée par le Wessex. À partir de ce moment, il n'y a plus eu de concours pour le trône, de sorte que la maison de Wessex est devenue la maison dirigeante de l'Angleterre. Edward l'Ancien a été remplacé par son fils Aethelstan, que Simon Keynes appelle la "figure imposante du paysage du Xe siècle". Sa victoire sur une coalition de ses ennemis – Constantine, roi des Écossais, Owain ap Dyfnwal, roi des Cumbrians, et Olaf Guthfrithson, roi de Dublin – à la bataille de Brunanburh, célébrée par un célèbre poème de la Chronique anglo-saxonne , lui a ouvert la voie pour être salué comme le premier roi d'Angleterre. La législation d'Aethelstan montre comment le roi a conduit ses fonctionnaires à faire leurs devoirs respectifs. Il était intransigeant dans son insistance sur le respect de la loi. Cependant, cette législation révèle également les difficultés persistantes auxquelles le roi et ses conseillers sont confrontés pour soumettre un peuple gênant à une certaine forme de contrôle. Sa prétention à être "roi des Anglais" n'était en aucun cas largement reconnue. La situation était complexe : les souverains hiberno-nordiques de Dublin convoitaient toujours leurs intérêts dans le royaume danois d'York ; des conditions devaient être conclues avec les Écossais, qui avaient la capacité non seulement d'intervenir dans les affaires de Northumbrian, mais aussi de bloquer une ligne de communication entre Dublin et York; et les habitants du nord de la Northumbrie étaient considérés comme une loi en eux-mêmes. Ce n'est qu'après vingt ans de développements cruciaux après la mort d'Aethelstan en 939 qu'un royaume unifié d'Angleterre a commencé à prendre sa forme familière. Cependant, le problème politique majeur pour Edmund et Eadred, qui ont succédé à Aethelstan, restait la difficulté d'assujettir le nord. En 959, Edgar aurait " succédé au royaume à la fois dans le Wessex et en Mercie et en Northumbrie, et il avait alors 16 ans " (ASC, version 'B', 'C'), et est appelé "le pacificateur" . Au début des années 970, après une décennie de « paix » d'Edgar, il pouvait sembler que le royaume d'Angleterre était bel et bien rétabli. Dans son allocution officielle au rassemblement de Winchester, le roi a exhorté ses évêques, abbés et abbesses « à être d'un même avis en ce qui concerne l'usage monastique. . . de peur que des manières différentes d'observer les coutumes d'une règle et d'un pays ne jettent le discrédit sur leur sainte conversation". La cour d'Athelstan avait été un incubateur intellectuel. Dans cette cour se trouvaient deux jeunes hommes nommés Dunstan et Aethelwold qui ont été nommés prêtres, soi-disant sur l'insistance d'Athelstan, juste à la fin de son règne en 939. Entre 970 et 973, un concile a eu lieu, sous l'égide d'Edgar, où un ensemble de règles a été conçu qui serait applicable dans toute l'Angleterre. Cela a placé tous les moines et nonnes d'Angleterre sous un même ensemble de coutumes détaillées pour la première fois. En 973, Edgar reçut une seconde spéciale, le «couronnement impérial» à Bath, et à partir de ce moment, l'Angleterre fut gouvernée par Edgar sous la forte influence de Dunstan, Athelwold et Oswald, l'évêque de Worcester. Le règne du roi Aethelred the Unready a vu la reprise des raids vikings sur l'Angleterre, mettant le pays et ses dirigeants sous des pressions aussi sévères qu'elles ont duré longtemps. Les raids ont commencé à une échelle relativement petite dans les années 980, mais sont devenus beaucoup plus sérieux dans les années 990 et ont mis le peuple à genoux en 1009-12, lorsqu'une grande partie du pays a été dévastée par l'armée de Thorkell le Grand. Il restait à Swein Forkbeard, roi du Danemark, à conquérir le royaume d'Angleterre en 1013–14, et (après la restauration d'Aethelred) à son fils Cnut d'accomplir la même chose en 1015–16. Le récit de ces années incorporé dans la Chronique anglo-saxonne doit être lu en tant que tel et mis à côté d'autres éléments qui reflètent d'une manière ou d'une autre la conduite du gouvernement et de la guerre pendant le règne d'Aethelred. C'est cette preuve qui est à la base de l'opinion de Simon Keynes selon laquelle le roi manquait de force, de jugement et de détermination pour donner un leadership adéquat à son peuple en une période de grave crise nationale; qui a vite découvert qu'il ne pouvait compter que sur la trahison de ses commandants militaires; et qui, tout au long de son règne, n'a goûté que l'ignominie de la défaite. Les raids ont révélé des tensions et des faiblesses qui ont pénétré profondément dans le tissu de l'État anglo-saxon tardif et il est évident que les événements se sont déroulés dans un contexte plus complexe que le chroniqueur ne le savait probablement. Il semble, par exemple, que la mort de l'évêque Aethelwold en 984 ait précipité de nouvelles réactions contre certains intérêts ecclésiastiques ; qu'en 993, le roi en était venu à regretter l'erreur de ses voies, conduisant à une période où les affaires intérieures du royaume semblent avoir prospéré. Les temps de plus en plus difficiles provoqués par les attaques vikings se reflètent dans les œuvres d'Aelfric et de Wulfstan, mais plus particulièrement dans la rhétorique féroce de Wulfstan dans le Sermo Lupi ad Anglos, daté de 1014. Malcolm Godden suggère que les gens ordinaires ont vu le retour des Vikings, comme "l'attente imminente de l'apocalypse", et cela a été exprimé dans les écrits d'Aelfric et de Wulfstan, ce qui est similaire à celui de Gildas et Bede. Les raids étaient des signes de Dieu punissant son peuple, Aelfric fait référence aux personnes adoptant les coutumes des Danois et exhorte les gens à ne pas abandonner les coutumes indigènes au nom des Danois, puis demande à un «frère Edward», d'essayer de mettre un terme à une « habitude honteuse » de boire et de manger dans la dépendance, que certaines femmes de la campagne pratiquaient lors de soirées bière. En avril 1016, Aethelred mourut de maladie, laissant son fils et successeur Edmund Ironside défendre le pays. Les luttes finales ont été compliquées par des dissensions internes, et en particulier par les actes perfides d'Ealdorman Eadric de Mercie, qui a opportunément changé de camp pour le parti de Cnut. Après la défaite des Anglais à la bataille d'Assandun en octobre 1016, Edmund et Cnut acceptèrent de diviser le royaume afin qu'Edmund gouvernerait le Wessex et Cnut Mercie, mais Edmund mourut peu après sa défaite en novembre 1016, permettant à Cnut de prendre le pouvoir sur toute l'Angleterre. Au XIe siècle, il y a eu trois conquêtes et certains Anglo-saxons y vivront : une au lendemain de la conquête de Cnut en 1016 ; la seconde après la tentative infructueuse de bataille de Stamford Bridge en 1066 ; la troisième après celle de Guillaume de Normandie en 1066. Les conséquences de chaque conquête ne peuvent être appréciées qu'avec du recul. En 1016, personne ne devait savoir que quelles que soient les ramifications culturelles ressenties alors, elles seraient subsumées un demi-siècle plus tard ; et en 1066, rien ne permettait de prédire que les effets de la conquête de William seraient plus importants ou plus durables que ceux de Cnut. Dans cette période et au-delà, la culture anglo-saxonne est en train de changer. Politiquement et chronologiquement, les textes de cette période ne sont pas « anglo-saxons » ; linguistiquement, ceux écrits en anglais (par opposition au latin ou au français, les autres langues écrites officielles de l'époque) s'éloignent de la norme tardive du saxon occidental appelée «vieil anglais». Pourtant, ils ne sont pas non plus du « moyen anglais » ; de plus, comme l'explique Treharne, pendant environ les trois quarts de cette période, "il n'y a pratiquement aucune écriture" originale "en anglais". Ces facteurs ont conduit à un écart dans la recherche impliquant une discontinuité de part et d'autre de la conquête normande, mais cette hypothèse est remise en question. À première vue, il semblerait qu'il n'y ait pas grand-chose à débattre. Cnut semble avoir adopté sans réserve le rôle traditionnel de la royauté anglo-saxonne. Cependant, un examen des lois, homélies, testaments et chartes datant de cette période suggère qu'en raison de la mort aristocratique généralisée et du fait que Cnut n'a pas systématiquement introduit une nouvelle classe de propriétaires terriens, des modifications majeures et permanentes se sont produites dans le système social et social saxon. structures politiques. Eric John a fait remarquer que pour Cnut "la simple difficulté d'exercer un empire si large et si instable rendait nécessaire de pratiquer une délégation d'autorité contre toute tradition de royauté anglaise". La disparition des familles aristocratiques qui avaient traditionnellement joué un rôle actif dans la gouvernance du royaume, associée au choix par Cnut de conseillers thegnly, a mis fin à la relation équilibrée entre la monarchie et l'aristocratie si soigneusement forgée par les rois de Saxe occidental. Edward est devenu roi en 1042 et, compte tenu de son éducation, il aurait pu être considéré comme un Normand par ceux qui vivaient de l'autre côté de la Manche. Suite aux réformes de Cnut, un pouvoir excessif a été concentré entre les mains des maisons rivales de Leofric de Mercie et Godwine de Wessex. Des problèmes sont également venus pour Edward du ressentiment causé par l'introduction par le roi d'amis normands. Une crise survint en 1051 lorsque Godwine défia l'ordre du roi de punir les hommes de Douvres, qui avaient résisté à une tentative d' Eustache de Boulogne de cantonner ses hommes sur eux par la force. Le soutien du comte Leofric et du comte Siward a permis à Edward d'obtenir la mise hors la loi de Godwine et de ses fils; et Guillaume de Normandie a rendu visite à Edward au cours de laquelle Edward a peut-être promis à William la succession au trône d'Angleterre, bien que cette revendication normande ait pu être une simple propagande. Godwine et ses fils sont revenus l'année suivante avec une force puissante, et les magnats n'étaient pas prêts à les engager dans la guerre civile mais ont forcé le roi à faire des conditions. Certains Normands impopulaires furent chassés, dont l'archevêque Robert, dont l'archevêché fut donné à Stigand ; cet acte a fourni une excuse pour le soutien papal de la cause de William. La chute de l'Angleterre et la conquête normande est un problème de succession multigénérationnel et multifamilial causé en grande partie par l'incompétence d'Athelred. Au moment où Guillaume de Normandie, sentant une opportunité, débarqua sa force d'invasion en 1066, l'élite de l'Angleterre anglo-saxonne avait changé, bien qu'une grande partie de la culture et de la société soit restée la même. Puis vint William, le comte de Normandie, à Pevensey le soir de la messe de St.MichAel, et dès que ses hommes furent prêts, ils construisirent une forteresse au port de Hasting. Cela fut dit au roi Harold, et il rassembla alors une grande armée et vint vers eux au pommier chenu, et William le trouva à l'improviste avant que ses gens ne soient prêts. Mais le roi lui résista néanmoins très fortement en se battant avec les hommes qui le suivraient, et il y eut un grand carnage de chaque côté. Alors Harald le roi a été tué, et Leofwine le comte, son frère, et Gyrth, et beaucoup de bons hommes, et les Français ont tenu le lieu de massacre. Suite à la conquête, la noblesse anglo-saxonne est soit exilée, soit rejoint les rangs de la paysannerie. Il a été estimé qu'environ 8% seulement des terres étaient sous contrôle anglo-saxon en 1087. De nombreux nobles anglo-saxons ont fui vers l'Écosse, l'Irlande et la Scandinavie. L'Empire byzantin est devenu une destination populaire pour de nombreux soldats anglo-saxons, car les Byzantins avaient besoin de mercenaires. Les Anglo-Saxons sont devenus l'élément prédominant de l'élite de la garde varègue, jusqu'alors une unité largement nord-germanique, à partir de laquelle la garde du corps de l'empereur a été tirée et a continué à servir l'empire jusqu'au début du XVe siècle. Cependant, la population de l'Angleterre à la maison est restée en grande partie anglo-saxonne; pour eux, peu de choses ont changé immédiatement si ce n'est que leur seigneur anglo-saxon a été remplacé par un seigneur normand. Le chroniqueur Orderic Vitalis (1075 – vers 1142), lui-même issu d'un mariage anglo-normand, écrivit : « Ainsi les Anglais gémirent à haute voix pour leur liberté perdue et complotèrent sans cesse pour trouver un moyen de secouer un joug si intolérable et inhabituel".] Les habitants du Nord et de l'Écosse ne se sont jamais réchauffés envers les Normands après le Harrying of the North (1069–1070), où William, selon la Chronique anglo-saxonne, a complètement "ravagé et dévasté ce comté". Beaucoup d'anglo-saxons avaient besoin d'apprendre le français normand pour communiquer avec leurs dirigeants, mais force est de constater qu'entre eux ils parlaient toujours le vieil anglais, ce qui signifiait que l'Angleterre se trouvait dans une situation trilingue intéressante : anglo-saxon pour les gens du commun, le latin pour l'Église et le français normand pour les administrateurs, la noblesse et le palais de justice. À cette époque, et en raison du choc culturel de la Conquête, l'anglo-saxon a commencé à changer très rapidement et, vers 1200 environ, ce n'était plus l'anglais anglo-saxon, mais ce que les érudits appellent le début du moyen anglais. Mais cette langue avait des racines profondes dans l'anglo-saxon, qui était parlé bien après 1066. Des recherches menées au début du XXe siècle, et qui se poursuivent encore aujourd'hui, ont montré qu'une forme d'anglo-saxon était encore parlée, et pas seulement parmi les paysans sans instruction, jusqu'au XIIIe siècle dans les West Midlands. C'était JRR La découverte scientifique majeure de Tolkien lorsqu'il a étudié un groupe de textes écrits au début du moyen anglais appelé le groupe Katherine , car ils incluent la vie de sainte Katherine (également, la vie de sainte Marguerite , la vie et la passion de sainte Juliana , Ancrene Wisse et Hali Meithhad - ces deux dernières enseignant comment être une bonne présentatrice et plaidant pour la bonté de la virginité). Tolkien remarqua qu'une distinction subtile conservée dans ces textes indiquait que le vieil anglais avait continué à être parlé bien plus longtemps que quiconque ne l'avait supposé. En vieil anglais, il existe une distinction entre deux types de verbes différents. Les Anglo-Saxons avaient toujours été définis de très près à la langue, maintenant cette langue a progressivement changé, et bien que certaines personnes (comme le célèbre scribe connu sous le nom de Tremulous Hand of Worcester) aient pu lire le vieil anglais au XIIIe siècle. Peu de temps après, il est devenu impossible pour les gens de lire le vieil anglais et les textes sont devenus inutiles. Le précieux livre d'Exeter, par exemple, semble avoir été utilisé pour presser des feuilles d'or et à un moment donné, un pot de colle à base de poisson était posé dessus. Pour Michael Drout, cela symbolise la fin des Anglo-Saxons. [Wikipedia]. : Nous expédions toujours les livres dans le pays (aux États-Unis) via USPS ASSURÉ courrier des médias (« tarif du livre »). Il existe également un programme de réduction qui peut réduire les frais de port de 50% à 75% si vous achetez environ une demi-douzaine de livres ou plus (5 kilos +). Nos frais de port sont aussi raisonnables que le permettent les tarifs USPS. ACHATS SUPPLÉMENTAIRES recevez un TRÈS GRAND Votre achat sera généralement expédié dans les 48 heures suivant le paiement. Nous emballons aussi bien que n'importe qui dans l'entreprise, avec beaucoup de rembourrages et de conteneurs de protection. Le suivi international est fourni gratuitement par l'USPS pour certains pays, d'autres pays sont à un coût supplémentaire. Nous proposons le courrier prioritaire du service postal américain, le courrier recommandé et le courrier express pour les envois internationaux et nationaux, ainsi que United Parcel Service (UPS) et Federal Express (Fed-Ex). Veuillez demander un devis. Veuillez noter que pour les acheteurs internationaux, nous ferons tout notre possible pour minimiser votre responsabilité en matière de TVA et/ou de droits. Mais nous ne pouvons assumer aucune responsabilité ou obligation pour les taxes ou droits pouvant être prélevés sur votre achat par le pays de votre résidence. Si vous n'aimez pas les régimes fiscaux et douaniers imposés par votre gouvernement, veuillez vous plaindre auprès d'eux. Nous ne sommes pas en mesure d'influencer ou de modérer les régimes fiscaux/droits de votre pays. Si à la réception de l'article vous êtes déçu pour quelque raison que ce soit, je vous propose une politique de retour de 30 jours sans poser de questions. Veuillez noter qu'eBay ne rembourse PAS les frais de traitement des paiements. Même si vous achetez « accidentellement » quelque chose, puis annulez l'achat avant qu'il ne soit expédié, eBay ne remboursera pas ses frais de traitement. Si vous n'êtes pas satisfait de la politique de « remboursement sans frais » d'eBay et que nous sommes EXTRÊMEMENT mécontents, veuillez exprimer votre mécontentement en contactant eBay. Nous n'avons pas la capacité d'influencer, de modifier ou d'annuler les politiques d'eBay. À PROPOS: Avant notre retraite, nous avions l'habitude de voyager plusieurs fois par an en Europe de l'Est et en Asie centrale à la recherche de pierres précieuses et de bijoux anciens dans les centres de production et de taille de pierres précieuses les plus prolifiques du monde. La plupart des articles que nous proposons proviennent d'acquisitions que nous avons faites en Europe de l'Est, en Inde et au Levant (Méditerranée orientale/Proche-Orient) au cours de ces années auprès de diverses institutions et revendeurs. Une grande partie de ce que nous générons sur Etsy, Amazon et Ebay est destinée à soutenir des institutions dignes d'intérêt en Europe et en Asie liées à l'anthropologie et à l'archéologie. Bien que nous ayons une collection de pièces de monnaie anciennes qui se comptent par dizaines de milliers, nos principaux intérêts sont les bijoux et les pierres précieuses anciens/antiques, reflet de nos antécédents universitaires. Bien qu'elles soient peut-être difficiles à trouver aux États-Unis, en Europe de l'Est et en Asie centrale, les pierres précieuses antiques sont généralement démontées d'anciens sertis cassés - l'or réutilisé - les pierres précieuses sont recoupées et réinitialisées. Avant que ces magnifiques pierres précieuses antiques ne soient retaillées, nous essayons d'acquérir les meilleures d'entre elles dans leur état original, antique et fini à la main - la plupart d'entre elles ont été fabriquées à l'origine il y a un siècle ou plus. Nous croyons que le travail créé par ces maîtres artisans disparus depuis longtemps vaut la peine d'être protégé et préservé plutôt que de détruire cet héritage de pierres précieuses antiques en recoupant l'œuvre originale. Qu'en préservant leur travail, en un sens, nous préservons leur vie et l'héritage qu'ils ont laissé pour les temps modernes. Mieux vaut apprécier leur métier que de le détruire avec une coupe moderne. Tout le monde n'est pas d'accord - 95% ou plus des pierres précieuses antiques qui arrivent sur ces marchés sont retaillées et l'héritage du passé est perdu. Mais si vous êtes d'accord avec nous pour dire que le passé vaut la peine d'être protégé et que les vies passées et les produits de ces vies comptent encore aujourd'hui, envisagez d'acheter une pierre précieuse naturelle antique taillée à la main plutôt qu'une pierre taillée à la machine produite en série (souvent synthétique). ou "produites en laboratoire") les pierres précieuses qui dominent le marché aujourd'hui. Nous pouvons définir la plupart des pierres précieuses antiques que vous achetez chez nous dans votre choix de styles et de métaux allant des bagues aux pendentifs en passant par les boucles d'oreilles et les bracelets ; en argent sterling, or massif 14 carats et remplissage en or 14 carats. Nous serions heureux de vous fournir un certificat/garantie d'authenticité pour tout article que vous achetez chez nous. Je répondrai toujours à chaque demande, que ce soit par e-mail ou par message eBay, alors n'hésitez pas à écrire. Ainsi, le début du Ve siècle a été témoin d'un déclin économique généralisé. L'ensemble de l'Empire romain avait connu un déclin spectaculaire au cours du deuxième au quatrième siècle en raison de la peste, de la guerre avec les envahisseurs "barbares" et des guerres civiles constantes. Cependant, le déclin est devenu assez marqué au début du Ve siècle dans la Bretagne romaine. La migration germanique vers la Bretagne romaine a plongé le pays dans une série de guerres commençant dans les années 440 qui ont finalement conduit à l'occupation saxonne de la Grande-Bretagne des basses terres en 600. À cette époque, de nombreux Britanniques ont fui vers la Bretagne en France (d'où le nom de « Bretagne »). Les preuves archéologiques indiquent moins de maisons urbaines, la fin des nouveaux bât Éditeur: Université de Californie (2001), Longueur: 352 pages, Dimensions: 9½ x 6¼ x 1 pouces; 1¼ livres, Format: Couverture souple illustrée, Brand: - Sans marque/Générique -

PicClick Insights - Angleterre Milieu Âges Anglo-Saxon Viking Norman Holy Grail King Athelstan PicClick Exclusive

  •  Popularity - 0 watchers, 0.0 new watchers per day, 146 days for sale on eBay. 0 sold, 1 available.
  •  Best Price -
  •  Seller - 5,253+ items sold. 0% negative feedback. Great seller with very good positive feedback and over 50 ratings.

People Also Loved PicClick Exclusive