King Alfred Pièce de Monnaie Viking Argent Hoard Anglo-Saxon Britannique

$61.47 Buy It Now, $23.18 Shipping, 30-Day Returns, eBay Money Back Guarantee

Seller: ancientgifts ✉️ (5,252) 100%, Location: Lummi Island, Washington, US, Ships to: WORLDWIDE, Item: 384792904023 King Alfred Pièce de Monnaie Viking Argent Hoard Anglo-Saxon Britannique. "Les pièces du roi Alfred : le trésor viking de Watlington" par John Naylor et Gareth Williams. NOTE: Nous avons 75 000 livres dans notre bibliothèque, près de 10 000 titres différents. Il y a de fortes chances que nous ayons d'autres copies de ce même titre dans des conditions variables, certaines moins chères, d'autres en meilleur état. Nous pouvons également avoir différentes éditions (certaines de poche, d'autres à couverture rigide, souvent des éditions internationales). Si vous ne voyez pas ce que vous voulez, veuillez nous contacter et demander. Nous sommes heureux de vous envoyer un résumé des conditions et des prix différents que nous pouvons avoir pour le même titre.DESCRIPTION: Couverture souple. Éditeur: Musée Ashmoléen (2017). Pages: 32. Taille: 8¼ x 8¼ pouces; ½ livre. Résumé: Écrit pour honorer le trésor national nouvellement découvert que l'Ashmolean espère acquérir dans un avenir pas trop lointain. En octobre 2015, le détecteur de métaux James Mather a découvert un important trésor viking près de Watlington dans le sud de l'Oxfordshire. Le trésor date de la fin des années 870 (AD), un moment clé dans la lutte entre Anglo-Saxons et Vikings pour le contrôle du sud de l'Angleterre.Le trésor de Watlington est une nouvelle source importante d'informations sur cette lutte, jetant un nouvel éclairage non seulement sur le conflit entre anglo-saxons et vikings, mais aussi sur l'évolution des relations entre les deux grands royaumes anglo-saxons de Mercie et de Wessex. Cela devait conduire à la formation d'un seul royaume uni d'Angleterre quelques années plus tard.Le trésor contient un mélange de pièces anglo-saxonnes et d'argent viking, et est à bien des égards un trésor viking typique. Cependant, son importance vient du fait qu'il contient tant d'exemples de pièces auparavant rares appartenant à Alfred le Grand, roi de Wessex (871-899 après JC) et son contemporain moins connu Ceolwulf II de Mercie (874-879 après JC) .Ces pièces permettent de mieux comprendre la relation entre Alfred et Ceolwulf, et peut-être aussi la façon dont l'ancien royaume de Mercie a été absorbé dans le royaume émergent d'Angleterre par Alfred et ses successeurs. Une grande campagne de financement est prévue par l'Ashmolean pour sécuriser cette collection pour le musée. CONDITION: NOUVEAU. Nouvelle couverture souple surdimensionnée. Musée Ashmoléen (2017) 32 pages. Sans tache, sans marque, vierge à tous égards. Les pages sont vierges ; propre, net, non marqué, non mutilé, étroitement lié, non lu sans ambiguïté. Satisfaction garantie sans condition. En inventaire, prêt à livrer. Aucune déception, aucune excuse. EMBALLAGE TRÈS REMBOURRÉ ET SANS DOMMAGE ! Descriptions soignées et précises ! #9061a. VEUILLEZ VOIR LES DESCRIPTIONS ET LES IMAGES CI-DESSOUS POUR DES AVIS DÉTAILLÉS ET POUR LES PAGES D'IMAGES DE L'INTÉRIEUR DU LIVRE. VEUILLEZ CONSULTER LES AVIS DES ÉDITEURS, DES PROFESSIONNELS ET DES LECTEURS CI-DESSOUS.AVIS DES ÉDITEURS: AVIS: En octobre 2015, le détecteur de métaux James Mather a découvert un important trésor viking près de Watlington dans le sud de l'Oxfordshire. Le trésor date de la fin des années 870, moment clé de la lutte entre Anglo-Saxons et Vikings pour le contrôle du sud de l'Angleterre. Le trésor de Watlington est une nouvelle source importante d'informations sur cette lutte, jetant un nouvel éclairage non seulement sur le conflit entre anglo-saxons et vikings, mais aussi sur l'évolution des relations entre les deux grands royaumes anglo-saxons de Mercie et de Wessex. Cela devait conduire à la formation d'un seul royaume uni d'Angleterre quelques années plus tard.Le trésor contient un mélange de pièces anglo-saxonnes et d'argent viking, et est à bien des égards un trésor viking typique. Cependant, son importance vient du fait qu'il contient tant d'exemples de pièces auparavant rares appartenant à Alfred le Grand, roi de Wessex (871-899 après JC) et son contemporain moins connu Ceolwulf II de Mercie (874-vers 879 après JC ). Ces pièces permettent de mieux comprendre la relation entre Alfred et Ceolwulf, et peut-être aussi la façon dont l'ancien royaume de Mercie a été absorbé dans le royaume émergent d'Angleterre par Alfred et ses successeurs. Une grande campagne de financement est prévue par l'Ashmolean pour sécuriser cette collection pour le musée. AVIS: En octobre 2015, le détecteur de métaux James Mather a découvert un important trésor viking près de Watlington dans le sud de l'Oxfordshire. Le trésor date de la fin des années 870, moment clé de la lutte entre Anglo-Saxons et Vikings pour le contrôle du sud de l'Angleterre. AVIS: John Naylor est l'agent des découvertes du Portable Antiquities Scheme (PAS) basé au musée Ashmolean. Gareth Williams est le conservateur de l'histoire britannique au British Museum. TABLE DES MATIÈRES: Découverte et Conservation. Le Trésor. Monnaie. Type de deux empereurs. Type croix et losange. Type à deux lignes. Le Halfpenny. Deniers carolingiens. Autres objets. Les Vikings en Angleterre. Le roi Alfred et les Vikings. Le Royaume Perdu. Le trésor en contexte. AVIS PROFESSIONNELS: AVIS: Examen exceptionnellement compétent de cette découverte d'importance historique. Superbes photos, excellent texte explicatif. Hautement recommandé.AVIS DES LECTEURS: AVIS: Très instructif. Un bon accompagnement pour l'exposition du musée. Il y a aussi eu un récent programme de la BBC à ce sujet. AVIS: Vraiment fabuleux. Super explications, superbes photos.CONTEXTE SUPPLÉMENTAIRE: AVIS: Un trésor de pièces de monnaie viking pourrait changer notre compréhension de l'histoire anglaise, après avoir montré comment Alfred le Grand a "épuré" un roi rival. Un trésor viking découvert par un détecteur de métaux amateur pourrait inciter à la réécriture de l'histoire anglaise, après que des experts eurent affirmé qu'il montrait comment Alfred le Grand avait « peint à l'aérographe » un roi rival de l'histoire. Ceolwulf II de Mercie est à peine mentionné dans les archives contemporaines et largement oublié par l'histoire, seulement brièvement décrit dans la Chronique anglo-saxonne comme un «thane du roi imprudent».Mais à partir d'aujourd'hui, sa réputation pourrait être sauvée après qu'un tas de pièces de monnaie déterrées après plus de 1 000 ans ait suggéré qu'il avait en fait une puissante alliance avec Alfred, gouvernant leurs royaumes d'égal à égal. Le trésor, composé de 186 pièces de monnaie, de sept bijoux et de 15 lingots, a été découvert par le détecteur de métaux amateur James Mather à l'occasion de son 60e anniversaire, après l'avoir découvert dans un champ boueux. Une sélection de pièces montre deux personnages ressemblant à des empereurs, censés représenter Alfred et Ceolwulf, et sont maintenant connus pour avoir été largement produits dans les deux royaumes. S'exprimant lors du dévoilement du trésor au British Museum, son conservateur de la monnaie du début du Moyen Âge a déclaré que les découvertes donnaient une "image très différente" aux héritages établis dans les livres d'histoire, car il suggère que cela pourrait contrer la "très mauvaise presse". donné à Ceolwulf II jusqu'à présent. Gareth Williams a déclaré : « Voici une image politique plus complexe dans les années 870 qui a été délibérément déformée dans les années 890 après qu'Alfred ait pris le contrôle de l'ensemble du royaume de Ceolwulf. « Peut-être devrions-nous penser davantage à Staline et à Trotsky, avec Ceolwulf rayé de l'histoire parce qu'il n'est plus pratique. Cela donne bien sûr une image très différente de l'histoire d'Alfred, le grand héros national, qui a vaincu les Vikings." Les pièces datent de la fin des années 870 ; le seul exemple d'un trésor viking de l'époque. Un seul exemplaire de la pièce à double chiffre de chaque royaume a été trouvé auparavant, les archéologues ne sachant pas s'il s'agissait d'une pièce "unique". La nouvelle découverte révèle comment les pièces ont été produites aux noms de Ceolwulf et d'Alfred, bien plus largement qu'on ne le pensait auparavant et dans un certain nombre de monnaies différentes. "Cela jette un nouvel éclairage sur une période très mal comprise de l'histoire anglaise", a déclaré le Dr Williams. Le pauvre Ceolwulf a très mauvaise presse dans l'histoire anglo-saxonne, car les seuls récits que nous ayons de son règne proviennent de la dernière partie du règne d'Alfred. Ce que nous pouvons maintenant voir émerger de son trésor, c'est qu'il s'agissait d'une alliance plus soutenue avec une monnaie importante et qui a duré quelques années. Le butin, connu pour être viking grâce au style des bijoux, a été trouvé plus tôt cette année dans un champ près de Watlington, dans l'Oxfordshire, par M. Mather, qui pratique la détection de métaux comme passe-temps depuis 20 ans. Mather l'a trouvé après une vaine chasse de cinq heures, quelques instants après avoir décidé d'arrêter et de rentrer chez lui. Tombant sur un lingot qu'il reconnut comme étant un Viking après avoir vu un exemple similaire au British Museum, il découvrit tout le trésor enfoui dans la boue. Après avoir alerté un officier du Portable Antiquities Scheme, il est revenu pour vérifier que le trésor était en sécurité sur le terrain quatre fois au cours des cinq jours suivants, jusqu'à ce qu'un expert puisse descendre. De là, un monticule de terre "en forme de haggis" a été retiré intact, avec le trésor à l'intérieur, et transporté au British Museum dans un emballage de fortune de film alimentaire et de papier bulle. M. Mather, qui a plaisanté sur le fait que ses deux enfants adultes sont maintenant impressionnés par son passe-temps, a déclaré: «Découvrir ce trésor exceptionnel a été une expérience vraiment formidable et aider à le fouiller avec des archéologues du Portable Antiquities Scheme à mon 60e anniversaire était la cerise sur le gâteau. Cela a été absolument incroyable. La gamme d'émotions que vous traversez, du choc à l'incrédulité en passant par la joie, tout cela devient un peu surréaliste. Le trésor va maintenant être examiné en vue d'être classé comme trésor, après quoi M. Mather et le propriétaire du terrain dans lequel il a été découvert recevront un paiement important. Le butin n'a pas encore été évalué, mais des pièces individuelles de bonne qualité de l'époque peuvent rapporter des sommes à cinq chiffres. Il est ensuite susceptible d'être exposé au public localement, l'Ashmolean Museum et le service des musées de l'Oxfordshire travaillant déjà avec le British Museum pour l'examiner. Ed Vaizey, ministre d'État à la Culture, a déclaré : « Des découvertes fascinantes comme ce trésor viking sont un excellent exemple des 1 million de découvertes qui ont été déterrées par le public depuis 1997. "Partager ces trésors archéologiques avec le pays signifie les protéger pour que les générations futures en apprennent davantage sur le passé riche et complexe de notre nation." [The Telegraph (Royaume-Uni)]. AVIS: King Alfred's Coins présente le Watlington Hoard, un dépôt de trésor viking du IXe siècle découvert l'année dernière à seulement trente kilomètres d'Oxford. La cache contient près de 200 pièces de monnaie ainsi que des bijoux et des lingots d'argent, et pourrait être l'une des découvertes les plus importantes de la décennie pour l'histoire anglo-saxonne. La trouvaille, cependant, est en péril. Le trésor devrait être mis aux enchères publiques, auquel cas il pourrait être divisé et vendu à des investisseurs privés. À moins que l'Ashmolean Museum ne puisse récolter près de 250 000 £ avant la clôture de l'exposition, le 31 janvier, ce sera peut-être la dernière fois que ces nouvelles découvertes remarquables seront visibles au public.La date limite découle de la loi de 1996 sur le trésor. La décision stipule que toutes les découvertes potentiellement considérées comme des trésors doivent être soumises à un coroner local, où elles sont évaluées et offertes aux musées locaux ou nationaux. Si un musée donné n'est pas en mesure de respecter le prix attribué, l'inventeur et le propriétaire du dépôt du trésor peuvent choisir de vendre la trouvaille aux enchères publiques. Le Watlington Hoard a été soumis aux coroners de l'Oxfordshire en février de cette année et au prix de 1,35 million de livres sterling. Le Heritage Lottery Fund a accordé au musée Ashmolean 900 000 £ pour l'acquisition du trésor, ainsi que des dépenses supplémentaires pour la conservation et l'exposition de la découverte.Avec le soutien supplémentaire de donateurs privés et des mécènes du musée, 80% du total requis a été atteint. Cependant, une aide supplémentaire est encore nécessaire. La valeur étonnante du trésor découle de son immense importance historique. Les fouilles de la découverte ont mis au jour treize exemplaires de la pièce de monnaie "Deux empereurs" - un sou rare qui représente Alfred le Grand et Ceowulf II de Mercie assis côte à côte, enveloppés par la figure ailée d'un ange. Avant le trésor de Watlington, seuls deux autres exemples de la pièce étaient connus. Cette dernière aubaine est une découverte sans précédent pour l'histoire médiévale britannique.La conception de la pièce jette un doute sur les compréhensions antérieures de la politique anglo-saxonne. Ceowulf, une figure mystérieuse de l'histoire britannique, était considérée par de nombreux historiens comme un roi fantoche pour l'invasion des forces vikings. Les pillards scandinaves avaient pillé les côtes britanniques depuis 793 après JC. Tout au long du 9ème siècle, leurs armées terrestres ont conquis les royaumes du nord et de l'est de l'Angleterre et ont incité leurs propres dirigeants à figure de proue. Ceowulf était considéré comme l'un de ces individus. La pièce "Deux empereurs", cependant, suggère que le roi obscur s'est peut-être allié à l'anglo-saxon Alfred contre les Vikings, rendant son statut de pion politique improbable.Le trésor a d'autres implications pour l'histoire d'Oxford. L'Oxfordshire se situe à la frontière entre le Wessex anglo-saxon et les royaumes anglais des Vikings. Le contrôle du comté changeait fréquemment de mains. La datation du trésor de Watlington place son enterrement à la fin des années 870. Ce fut une période décisive dans l'histoire britannique. La défaite par le roi Alfred de la «grande armée païenne» du roi Guthrum à la bataille d'Edington en mai 878 a initié la réclamation anglo-saxonne de l'East Anglia et des Midlands. Les premières indications suggèrent que le trésor a peut-être été déposé par les troupes scandinaves en retraite - comme c'était courant avec les trésors de pièces de monnaie de l'époque - fuyant la défaite d'Edington. La découverte peut donc indiquer vers le contrôle politique d'Oxford au cours de cette ère controversée.Le trésor a été découvert par le détecteur de métaux James Mather le 7 octobre 2015. Ayant d'abord trouvé un petit lingot d'argent près de la surface du sol, le local d'Oxford a continué à creuser, déterrant une série de pièces de monnaie. Mather a commenté la découverte : "Trouver un trésor aussi important et précieux sur le plan historique est le rêve de tout détecteur... J'espère sincèrement que l'Ashmolean réussira à acquérir ce trésor exceptionnel et j'ai hâte de le voir exposé pour l'inspiration et le plaisir de générations pour les années à venir. Le directeur de l'Ashmolean Xa Sturgis a ajouté : « Le Waltington Hoard a une maison naturelle ici à l'Ashmolean... nous avons maintenant une chance rare de l'acquérir - pour la communauté locale où il a été découvert et pour tous nos visiteurs du monde entier. .” [Culture Calling.Com].AVIS: Le musée Ashmolean achètera un trésor datant de l'époque du roi Alfred le Grand. Le musée, situé à Oxford, a levé 1,35 million de livres sterling pour financer l'achat. Aussi connu sous le nom de "Watlington Hoard", il a été découvert dans l'Oxfordshire par le spécialiste du métal James Mather le 7 octobre 2015. Il comprend environ 200 pièces de monnaie, sept bijoux et quinze lingots d'argent. Bien que la découverte ne soit pas particulièrement importante, elle est extrêmement importante car elle contient de nombreuses pièces d'Alfred le Grand, roi du Wessex (règne 871–99) et de son contemporain moins connu, Ceolwulf II de Mercie (règne 874–vers 879) .Parmi les pièces découvertes, il y avait un penny rare «Deux empereurs», dont le trésor contient treize exemplaires, montre ces deux rois assis côte à côte sous une figure ailée de la Victoire ou un ange. Avant la découverte du trésor, seuls deux autres exemples des «deux empereurs» étaient connus. L'image sur les pièces suggère une alliance entre les royaumes de Wessex et de Mercie. Ceci, remarquablement, remet en question les récits trouvés dans des sources écrites qui ont rejeté Ceolwulf comme une marionnette des Vikings. Les pièces peuvent donc offrir de nouvelles perspectives sur cette période tumultueuse de l'histoire de l'Angleterre et nous permettre de spéculer sur la disparition de Ceolwulf et sur le rôle qu'Alfred aurait pu jouer dans la disparition de son rival."Le Watlington Hoard est l'une des acquisitions les plus passionnantes et les plus importantes que nous ayons jamais faites", déclare le Dr Xa Sturgis, directeur de l'Ashmolean, "particulièrement important parce qu'il a été trouvé dans l'Oxfordshire. Pouvoir conserver le trésor dans le comté et l'exposer avec les collections anglo-saxonnes d'Ashmolean, qui comprennent le célèbre Alfred Jewel, était une opportunité que nous ne pouvions pas manquer. Le lieu et la date de la découverte sont également importants. L'Oxfordshire se trouvait à la frontière de la Mercie et du Wessex, et Oxford était l'une des nombreuses villes fortifiées développées sous Alfred en partie pour contrôler la Tamise, qui était utilisée comme route importante par les navires vikings pour pénétrer au cœur de l'Angleterre. Les forces vikings se sont déplacées à la fois par l'eau et par la terre, et elles ont probablement utilisé l'ancienne piste connue sous le nom de Icknield Street qui traverse Watlington, près de l'endroit où le trésor a été trouvé.Les trésors sont restés enfouis pendant onze cents ans jusqu'à ce que James Mather fasse sa découverte. Sur le point d'abandonner après une journée frustrante à ne rien trouver de plus que des bagues et des cartouches de fusil de chasse, James est tombé par hasard sur un objet qu'il a reconnu être un lingot de l'ère viking. En trouvant une autre cache de sous en argent à proximité, il s'est rendu compte qu'il avait découvert un trésor. Dans les jours qui ont suivi, James, le propriétaire foncier et archéologue David Williams du Portable Antiquities Scheme du British Museum, a exploré le site, puis a retiré le trésor du sol afin qu'il puisse être transporté au British Museum pour être fouillé en laboratoire. conditions. Ici, il a été radiographié pour révéler le contenu et la disposition des objets dans le sol.Le trésor peut être daté par la présence d'un seul sou de type `` deux lignes '' qui n'a été produit qu'à la fin des années 870, après la bataille d'Edington (mai 878) entre les forces d'Alfred et la grande armée païenne dirigée par Guthrum. Il est possible que le trésor ait été enseveli à la suite de ces violences ou lors du mouvement de population qui s'en est suivi. Il est clair que le Watlington Hoard peut en dire plus sur ce moment important de l'histoire de l'Angleterre et une fois acquis, il sera étudié et publié par des experts et des conservateurs Ashmolean.Les fonds collectés pour acheter le trésor comprenaient une subvention du Fonds de loterie du patrimoine (HLF) de 1,05 million de livres sterling, 150 000 livres supplémentaires du Fonds d'art et des contributions de particuliers et des amis et mécènes de l'Ashmolean, le musée a atteint son objectif de collecte de fonds en quelques jours. du délai. Stephen Deuchar, directeur du Fonds d'art, a déclaré : « Il s'agit d'une acquisition majeure à tous points de vue et nous sommes ravis pour l'Ashmolean et ses visiteurs. C'était une campagne de financement très ciblée et déterminée et nous sommes heureux d'avoir pu lui accorder une subvention importante. La collection de l'Ashmolean fournit un contexte parfait pour le Trésor et nous sommes impatients de voir et d'apprendre des nombreuses expositions de galeries qu'elle rendra possibles dans les années à venir.Après une visite régionale des objets, le trésor sera exposé en permanence dans la galerie d'Angleterre avec le bijou Alfred et les collections anglo-saxonnes de classe mondiale du musée. Cela débutera le 11 février lorsque les trésors seront exposés au Oxfordshire Museum, Woodstock (jusqu'au 19 mars). En collaboration avec le service des musées de l'Oxfordshire, l'Ashmolean organisera des événements itinérants dans tout le comté, qui comprendront des conférences, des séances de manipulation d'objets et des expositions d'objets dans des lieux tels que Bicester, Faringdon et Watlington. Le trésor sera également au centre du festival annuel d'archéologie d'Ashmolean qui a lieu chaque année en juillet. [Medievalists.Net]. AVIS: Les historiens disent qu'un chapitre entier de la période anglo-saxonne devra être réécrit après qu'un détecteur de métaux ait trouvé un énorme trésor de pièces de monnaie dans un champ. James Mather a découvert 200 pièces d'argent complètes, sept bijoux et 15 lingots d'argent dans un champ près de Watlington dans l'Oxfordshire en octobre 2015. Sa pleine signification est maintenant devenue apparente.La découverte contenait un mélange de pièces de monnaie anglo-saxonnes extrêmement rares et d'argent viking, ce qui permet de mieux comprendre la relation entre Alfred le Grand, qui régnait sur le Wessex, et son contemporain moins connu, Ceolwulf II de Mercie. Certaines des pièces de monnaie ont été frappées avec un motif "Deux Empereurs", emprunté aux Romains, ce qui montre que la monnaie était utilisée dans les deux royaumes antiques. Les pièces de monnaie indiquent une sorte d'alliance dans les années 870 entre Alfred et Ceolwulf. "C'est une découverte extraordinaire, qui réécrit l'histoire anglo-saxonne", a déclaré à Sky News Xa Sturgis, directeur de l'Ashmolean Museum d'Oxford, qui abrite désormais les pièces. "Le gardien de la salle des pièces ici est venu en courant dans les escaliers pour me le dire. Plus ils ont été fouillés, plus il est devenu évident à quel point ils sont importants. Ces pièces indiquent une sorte d'alliance dans les années 870 entre Alfred et Ceolwulf." Alors qu'Alfred est souvent décrit comme le roi qui a fondé l'Angleterre, unissant la Mercie et le Wessex, on sait très peu de choses sur son rival Ceolwulf."Ces pièces prouvent qu'il y avait une alliance très réelle entre les deux hommes à cette époque", a ajouté Julian Baker, conservateur des pièces à l'Ashmolean. "Cette alliance n'a pas survécu dans les archives historiques jusqu'à présent. Alfred a manipulé l'histoire pour se mettre sous un meilleur jour. À ce jour, l'histoire a trop insisté sur le bilan d'Alfred et a presque complètement négligé Ceolwulf. "Nous pouvons commencer à réécrire cette décennie maintenant, grâce au trésor de Watlington." M. Sturgis a ajouté: "Alfred est le seul roi de l'histoire de l'Angleterre décrit comme" grand ". Mais ces pièces montrent que dans les années 870, il avait besoin de Ceolwulf. C'est incroyable qu'on en sache si peu sur lui et qu'Alfred domine tout. C'est comme s'il avait effacé Ceolwulf." Le Watlington Hoard, comme on l'appelle maintenant, est exposé au public à l'Ashmolean alors que les historiens commencent le processus de réévaluation de cette période de l'histoire anglo-saxonne. [SkyNews (Royaume-Uni)]. AVIS: Les historiens disent qu'un chapitre entier de la période anglo-saxonne devra être réécrit après qu'un détecteur de métaux ait trouvé un énorme trésor de pièces de monnaie dans un champ. James Mather a découvert 200 pièces d'argent complètes, sept bijoux et 15 lingots d'argent dans un champ près de Watlington dans l'Oxfordshire en octobre 2015. Sa pleine signification est maintenant devenue apparente.La découverte contenait un mélange de pièces de monnaie anglo-saxonnes extrêmement rares et d'argent viking, ce qui permet de mieux comprendre la relation entre Alfred le Grand, qui régnait sur le Wessex, et son contemporain moins connu, Ceolwulf II de Mercie. Certaines des pièces de monnaie ont été frappées avec un motif "Deux Empereurs", emprunté aux Romains, ce qui montre que la monnaie était utilisée dans les deux royaumes antiques. Les pièces de monnaie indiquent une sorte d'alliance dans les années 870 entre Alfred et Ceolwulf. "C'est une découverte extraordinaire, qui réécrit l'histoire anglo-saxonne", a déclaré à Sky News Xa Sturgis, directeur de l'Ashmolean Museum d'Oxford, qui abrite désormais les pièces. "Le gardien de la salle des pièces ici est venu en courant dans les escaliers pour me le dire. Plus ils ont été fouillés, plus il est devenu évident à quel point ils sont importants. Ces pièces indiquent une sorte d'alliance dans les années 870 entre Alfred et Ceolwulf." Alors qu'Alfred est souvent décrit comme le roi qui a fondé l'Angleterre, unissant la Mercie et le Wessex, on sait très peu de choses sur son rival Ceolwulf."Ces pièces prouvent qu'il y avait une alliance très réelle entre les deux hommes à cette époque", a ajouté Julian Baker, conservateur des pièces à l'Ashmolean. "Cette alliance n'a pas survécu dans les archives historiques jusqu'à présent. Alfred a manipulé l'histoire pour se mettre sous un meilleur jour. À ce jour, l'histoire a trop insisté sur le bilan d'Alfred et a presque complètement négligé Ceolwulf. "Nous pouvons commencer à réécrire cette décennie maintenant, grâce au trésor de Watlington." M. Sturgis a ajouté: "Alfred est le seul roi de l'histoire de l'Angleterre décrit comme" grand ". Mais ces pièces montrent que dans les années 870, il avait besoin de Ceolwulf. C'est incroyable qu'on en sache si peu sur lui et qu'Alfred domine tout. C'est comme s'il avait effacé Ceolwulf." Le Watlington Hoard, comme on l'appelle maintenant, est exposé au public à l'Ashmolean alors que les historiens commencent le processus de réévaluation de cette période de l'histoire anglo-saxonne. [SkyNews (Royaume-Uni)].AVIS: Le British Museum a dévoilé un trésor de pièces de monnaie trouvées par un détecteur de métaux qui a alerté un officier du Portable Antiquities Scheme et a participé aux fouilles archéologiques. Le trésor contient 186 pièces de monnaie, sept bijoux vikings et 15 lingots. Certaines des pièces représentent des personnages censés représenter le roi Alfred le Grand de Wessex, qui a régné de 871 à 899 après JC, et le roi Ceolwulf II de Mercie, qui a régné de 874 à 879 après JC.Ceolwulf II a été largement oublié par l'histoire, mais les pièces suggèrent que les deux rois partageaient une puissante alliance sur un pied d'égalité. "Voici une image politique plus complexe dans les années 870 qui a été délibérément déformée dans les années 890 après qu'Alfred ait pris le contrôle de l'ensemble du royaume de Ceolwulf", a déclaré Gareth Williams, conservateur de la monnaie médiévale au British Museum, au Telegraph. Les pièces ont été produites au nom des deux rois et dans un certain nombre de monnaies différentes. "Cela jette un nouvel éclairage sur une période très mal comprise de l'histoire anglaise", a déclaré Williams. [Institut Archéologique d'Amérique].AVIS: Des chercheurs du British Museum ont récemment dévoilé un trésor d'argent viking qui pourrait réécrire l'histoire anglaise primitive. Un amateur a découvert le trésor dans un champ à Watlington, dans l'Oxfordshire, à environ 40 miles à l'ouest de Londres. La collection de plus de 200 objets, qui comprend des pièces d'argent, des bijoux et des lingots, a été intentionnellement enterrée à la fin des années 870 après JC, au cours d'une période tumultueuse où les armées anglo-saxonnes se sont battues pour repousser les forces vikings conquérantes.En 878 après JC, le roi Alfred le Grand de Wessex, le dernier royaume anglo-saxon indépendant, a finalement stoppé l'invasion viking lors de la bataille d'Edington. Alors que l'histoire anglaise dépeint Alfred comme l'un des premiers grands héros anglais, le trésor de Watlington suggère que l'un des rivaux d'Alfred, le roi Ceolwulf II de Mercie, pourrait également avoir joué un rôle de héros. Ceolwulf II est à peine mentionné dans les récits historiques anglais - et peu flatteur quand il l'est - pourtant plusieurs des pièces récemment découvertes représentent bien Alfred et Ceolwulf II ensemble.Alors que quelques exemples de cette frappe ont déjà été trouvés, cette nouvelle découverte indique que cette pièce a été plus largement produite qu'on ne le pensait auparavant et atteste d'une alliance politique forte entre les deux rois. Les experts pensent maintenant que Ceolwulf II a peut-être joué un rôle important aux côtés d'Alfred dans la défense de l'Angleterre, mais a été « effacé » à titre posthume de l'histoire par les chroniqueurs d'Alfred. [Institut Archéologique d'Amérique].AVIS: Un impressionnant trésor viking et saxon de richesses en argent et en or qui a été découvert par un chasseur de trésors amateur en octobre est révélé publiquement pour la première fois au British Museum. On pense que le trésor a été enterré pendant la guerre et les bouleversements du IXe siècle après JC dans le sud de l'Angleterre. "The Watlington Hoard", comme on l'appelle, se compose de plus de 200 pièces, dont de l'or haché, des anneaux de bras en argent, des lingots d'argent et des pièces de monnaie frappées par le roi Alfred le Grand de Wessex et le roi Ceolwulf II de Mercie. D'un côté des pièces est représentée la tête d'un empereur, et de l'autre les rois Alfred et Ceowulf II assis côte à côte. Ils sont devenus des alliés pour vaincre les Vikings, bien que leurs royaumes aient été des ennemis traditionnels. Plus tard, Alfred a annexé Mercie et a traité Ceowulf d'imbécile et de marionnette viking. James Mather, un directeur de la publicité à la retraite, a trouvé le trésor alors qu'il était équipé d'un détecteur de métaux dans une ferme près de Watlington, et en partagera la valeur avec le propriétaire foncier. Depuis plus de 20 ans, le passe-temps de M. Mather est la détection de métaux. En octobre dernier, il avait passé une longue journée à ne rien trouver d'important quand il est finalement tombé sur ce qu'il pensait être un lingot d'argent viking comme celui qu'il avait vu au British Museum. Il a creusé un trou et a vu le gros tas de pièces. Il a comblé le trou et a ensuite appelé le représentant local du programme d'antiquités portables pour enregistrer la découverte.Il a déclaré à la BBC qu'il était retourné sur le terrain plusieurs fois au cours du week-end pour vérifier la découverte et s'assurer qu'elle n'était pas inquiétée. La semaine suivante, David Williams, le responsable des découvertes, a fouillé la terre et a soulevé un bloc d'argile qui contenait le trésor, l'a placé sur un plateau de four et l'a emmené à Londres dans une valise. Une conservatrice du musée, Pippa Pearce, a déclaré que certaines des pièces sont si fines qu'elles ne peuvent pas être manipulées par les bords.Quel que soit le propriétaire initial du trésor, il l'a probablement enterré à la fin des années 870, lorsque les Anglo-Saxons ont commencé à pousser les Vikings au nord de la Tamise vers l'East Anglia. Avant 878, les Vikings multipliaient les raids depuis le Danemark. Les Anglo-Saxons ont commencé à rétablir leur domination sur le sud de l'Angleterre et ont remporté une bataille décisive à Edington en 878. Les experts ont émis l'hypothèse qu'un Viking fuyant les Anglo-Saxons après cette bataille l'a enterré sur son chemin vers le nord, sur l'ancienne route d'East Anglia au Wiltshire et au Dorset. La BBC rapporte que le conservateur des pièces de monnaie du début du Moyen Âge au British Museum, Gareth Williams, a déclaré : « Ce n'est pas juste un autre grand trésor brillant. Ils donnent une image politique plus complexe d'une période qui a été délibérément déformée par le victor . Cette fois dans l'histoire anglaise est mal comprise, a-t-il dit, et les pièces donnent un aperçu de la coalition des Saxons de l'Ouest d'Alfred et des Anglians de l'Est de Ceowulf. L'alliance s'est rompue acrimonieusement et Ceowulf a disparu de l'histoire sauf dans une liste de rois qui dit qu'il a régné pendant cinq ans et un document enregistrant les insultes d'Alfred.Le trésor a été signalé, conformément à la loi britannique. Le British Museum et l'Ashmolean Museum d'Oxford sont en négociations pour acheter le trésor, et il est exposé avec une découverte de 2010 de plus de 52 000 pièces de monnaie romaines trouvées dans des bocaux à Frome, Somerset. Jusqu'à présent, en 2015, 113 784 antiquités portables ont été signalées, dont 1 008 découvertes de trésors. [AncientOrigins.Net]. AVIS: Il y a toujours quelque chose d'excitant à trouver un trésor enfoui. La plupart des découvertes sont typiques des autres au moment de la dissimulation, mais il y a parfois des découvertes qui crient sur les toits : « Je suis spécial ! C'est l'histoire de l'un d'entre eux, et elle a suscité plus d'intérêt que la plupart. J'ai vaguement entendu à la radio qu'un trésor avait été trouvé qui "changerait l'histoire". Cependant, ce n'est que vers minuit que j'ai commencé à parcourir les journaux.Le Daily Telegraph avait consacré une bonne demi-page à la trouvaille. Son titre disait : « Un passionné d'un détecteur de métaux déterre un trésor viking et réécrit l'histoire du roi Alfred ». La découverte a même été présentée dans l'éditorial. Il a commencé par dire que peut-être à l'exception d'Alfred le Grand, comme il est devenu connu, il n'est pas juste de s'attendre à ce que les rois anglais avant 1066 soient généralement bien connus. Il a continué avec une mention d'un des contemporains d'Alfred."Le pauvre Ceolwulf [II] a reçu une critique dédaigneuse dans la Chronique anglo-saxonne pour sa faiblesse face aux païens (comme on appelait les Vikings). Que la dernière découverte montre le contraire, personne ne peut nier l'effet de la détection des métaux sur notre connaissance de notre passé. C'est immense." James Mather, qui détecte des métaux depuis 20 ans, a trouvé le trésor en octobre 2015 dans le champ d'un agriculteur qui avait été utilisé pour cultiver des céréales. La ferme est située près de Watlington, un bourg des collines de Chiltern, à environ 11 km au sud de Thame, dans l'Oxfordshire.L'annonce a été faite deux mois plus tard, à l'approche de Noël, lorsque les rapports annuels Portable Antiquities Scheme and Treasure ont été lancés. Mather, un cadre marketing à la retraite de Reading, cherchait avec la permission du fermier. Cela faisait cinq heures qu'il cherchait à "détecter les anneaux tirés des canettes de boisson et des cartouches de fusil de chasse", a-t-il dit avec un sourire. "J'ai alors trouvé un lingot d'argent de six centimètres de long, que j'ai immédiatement reconnu comme étant viking. J'en avais vu un semblable au British Museum. Puis après une recherche plus systématique, j'ai trouvé l'emplacement du trésor, à 12 pieds de distance.Ayant reçu un signal fort indiquant qu'une quantité importante de métal se trouvait sous la surface, il a soigneusement enlevé une zone de chaume de céréales et, à l'aide d'une truelle, a entrepris une enquête exploratoire minutieuse. Il est rapidement tombé sur quelques pièces anglo-saxonnes, mais a pu voir qu'il y avait des éléments compressés qui nécessiteraient une extraction professionnelle. Mather a immédiatement alerté son officier de liaison local des trouvailles du Programme des antiquités portables. Malheureusement, l'officier n'a pas pu se rendre sur le site pendant cinq jours. Mather a ramené les pièces en vrac chez lui pour les garder en lieu sûr et a sécurisé le site du mieux qu'il pouvait, revenant à intervalles réguliers au cours des jours suivants pour s'assurer que tout allait bien.Il a déclaré: "Découvrir ce trésor exceptionnel a été une expérience vraiment formidable et aider à le fouiller avec des archéologues du PAS le jour de mon 60e anniversaire a été la cerise sur le gâteau!" Un monticule de terre "en forme de haggis" a ensuite été retiré contenant le trésor. Emballé dans du film alimentaire et du papier bulle, l'ensemble a été transporté au British Museum de Londres, où il a été fouillé. Les pièces de monnaie de la découverte ont été examinées par le Dr Gareth Williams, conservateur de la monnaie du début du Moyen Âge au British Museum, ainsi que par le Dr John Naylor de l'Ashmolean Museum d'Oxford, qui est le conseiller national des découvertes du Portable Antiquities Scheme pour la monnaie post-romaine. Le trésor comprend 186 pièces (certaines fragmentaires) dont de grandes raretés, sept anneaux de bras et 15 lingots. Les artefacts non monétaires du trésor sont en cours d'élaboration par le Dr Barry Ager, l'un des premiers médiévistes du British Museum. Le trésor est actuellement en cours de catalogage à l'Ashmolean Museum et au British Museum. On pense qu'il a été enterré vers la fin des années 870 dans la période qui a suivi la défaite décisive d'Alfred contre les Vikings à Edington en 878. Après leur défaite, les Vikings se sont déplacés au nord de la Tamise et se sont rendus en East Anglia à travers le royaume de Mercie. Il semble probable que le trésor ait été enterré au cours de ces événements, bien que les circonstances précises ne soient jamais connues.Williams du British Museum a commenté : « Le trésor vient d'un moment clé de l'histoire. Dans le même temps, Alfred de Wessex a vaincu de manière décisive les Vikings et Ceolwulf II, le dernier roi de Mercie a discrètement disparu des archives historiques dans des circonstances incertaines. Alfred et ses successeurs forgent alors un nouveau royaume d'Angleterre en prenant le contrôle de la Mercie, avant de conquérir les régions contrôlées par les Vikings. Ce trésor a le potentiel de fournir de nouvelles informations importantes sur les relations entre Mercie et Wessex au début de ce processus. La majeure partie du trésor comprend des sous en argent de type Cross-and-Lozenge émis par Alfred et Ceolwulf. Ces pièces portent le nom du revers, qui comporte une longue croix avec le nom du monnayeur dans ses angles et une forme de losange contenant une petite croix en son centre. Le Dr Naylor a déclaré: «À bien des égards, ce sont ces pièces, d'un point de vue numismatique, qui constituent la partie la plus importante du trésor. Jusqu'à cette découverte, seuls 55 à 60 d'entre eux étaient connus. Par conséquent, la découverte augmente considérablement le nombre disponible pour l'étude. Cela nous permettra de tester la compréhension actuelle de la question, ainsi que d'examiner plus avant les relations entre les pièces d'Alfred et de Ceolwulf.""L'étude évaluera également des aspects tels que la taille des émissions; les monnaies qui les ont émises en fonction du style de la gravure et des monnayeurs, car les monnaies ne sont pas nommées sur les pièces; ainsi que leur intégration à plus long terme production de la monnaie en examinant des aspects tels que les monnayeurs sur ces pièces et en les comparant aux émissions précédentes et suivantes. Potentiellement, ces nouvelles pièces en forme de croix et de losange seront importantes pour notre compréhension des problèmes liés à la monnaie à la fin des années 870. »Cependant, les pièces les plus rares du trésor sont les sous en argent, où les revers présentent deux figures ressemblant à des empereurs régnant sur un pied d'égalité. C'est ce qu'on appelle le type à deux empereurs. Jusqu'à cette découverte, seuls deux spécimens avaient été publiés. L'un a été émis par Alfred, l'autre par Ceolwulf. Comme seuls deux exemplaires étaient connus, les numismates ne savaient pas si les pièces étaient « uniques ». Une ventilation complète du contenu du trésor n'a pas encore été publiée, de sorte que le nombre de pièces des deux empereurs trouvées reste incertain, mais trois ont été présentées lors du lancement de la presse. L'émergence d'autres émissions émises par Alfred et Ceolwulf, de l'avis des experts, suggère que les deux rois voisins qui collaboraient pour vaincre les Vikings ont également frappé les pièces. Williams a poursuivi : « Voici une image politique plus complexe dans les années 870 qui a été délibérément mal interprétée dans les années 890. Peut-être devrions-nous penser davantage à Staline et à Trotsky, Ceolwulf étant rayé de l'histoire parce qu'il n'est plus pratique. Cela donne bien sûr une image très différente de l'histoire d'Alfred le Grand, héros national, battant les Vikings.""Le pauvre Ceolwulf a très mauvaise presse dans l'histoire anglo-saxonne, car les seuls récits que nous ayons de son règne proviennent de la dernière partie du règne d'Alfred. Ce que nous pouvons maintenant voir émerger de ce trésor, c'est qu'il s'agissait d'une alliance plus soutenue avec une monnaie importante et qui a duré quelques années. Il y a seize ans, feu Mark Blackburn, écrivant dans Kings, Currency and Alliances, cite deux mentions de Ceolwulf dans la Chronique anglo-saxonne. Le premier est dans l'annale de 874, qui relate comment les Vikings ont vaincu Burgred de Mercie, qui s'est exilé à Rome pour le reste de sa vie. Il continue: «Et la même année, ils donnèrent à Ceolwulf, un roi imprudent [également signalé comme insensé], le royaume mercien à tenir; et il leur jura, et donna des otages, qu'il serait prêt pour eux le jour où ils l'auraient ; et il serait prêt avec lui-même, et avec tous ceux qui resteraient avec lui, au service de l'armée [viking].Il y a une autre mention dans l'annale de 877, après que les Vikings aient pris d'assaut Exeter mais aient été achetés par Alfred. Cela se lit comme suit: «Dans la moisson, l'armée [viking] est entrée en Mercie; dont ils se partagèrent une partie, et une partie qu'ils donnèrent à Ceolwulf. L'expression « thane d'un roi insensé » nécessite une explication. Dans l'Angleterre anglo-saxonne, lorsqu'un homme se voit accorder une terre par un roi, il est élevé au rang de thane. Cela signifie une personne qui n'est pas de sang royal ou aristocratique, mais au-dessus du rang d'homme libre. L'implication est que Ceolwulf n'était pas issu des classes dirigeantes, mais qu'il avait été élevé de manière injustifiée à une classe pour laquelle il était indigne par un monarque sans discernement. Ensuite, il y a les mots méchants selon lesquels Ceolwulf dépendait des Vikings pour sa position et ses moyens de subsistance. Alors, que pensaient ses compatriotes merciens de cette situation ? Hélas, il n'y a pas de Chronique Mercienne. Cependant, l'excellent travail de Richard Abels sur Alfred le Grand embrasse l'acceptation de Ceolwulf par ses sujets. Abels suggère qu'il "pourrait bien avoir retracé sa descendance" aux rois merciens Ceolwulf I (821 à 823) ou à son frère Ceonwulf (798 à 821). Abels souligne que pendant le règne de Ceolwulf, il entreprend les choses habituelles d'un souverain anglo-saxon, comme l'émission de pièces de monnaie et l'octroi de terres par charte. Il ajoute: «Ses chartes indiquent, en outre, qu'il jouissait d'un soutien parmi la noblesse mercienne et l'establishment ecclésiastique. Au moins deux des ealdormen de Burgred ont continué à exercer leurs fonctions sous Ceolwulf et ont fréquenté sa cour. Les évêques de Burgred n'ont apparemment rien trouvé d'incongru à servir un roi qui avait trahi son - et leur - seigneur royal et qui devait son office aux bonnes grâces des envahisseurs païens. Abels fait également référence à une liste royale de Worcester maintenant à la British Library, qui déclare que Ceolwulf a régné pendant cinq ans après Burgred.La Chronique anglo-saxonne pour 418 états, «Cette année, les Romains ont rassemblé tous les trésors d'or qui étaient en Grande-Bretagne; et ils en cachèrent quelques-uns dans la terre, afin que personne ne les trouva plus tard, et certains qu'ils emportèrent avec eux en Gaule. Inutile de dire que les trésors ont été découverts. Un solidus en or du quatrième siècle de l'un d'eux a inspiré le sou des deux empereurs. Ce type inversé a été interprété de diverses manières au fil des ans. En 1931, Sir Charles Oman a soutenu que les deux pièces commémoraient un pacte entre l'émetteur et les Vikings.Un an plus tard, George Brooke a estimé que la version d'Alfred marquait soit son couronnement (le deuxième personnage étant sa reine) soit l'accession au trône de son frère (le deuxième personnage étant Aethelred I) et marquant leurs victoires conjointes contre les Vikings. L'opinion d'Oman est que la question de Ceolwulf a marqué son adhésion. En 1973, le Dr CHV Sutherland écrivait dans English Coinage qu '«il y a peu de place ici pour une théorie selon laquelle le type« Deux empereurs »pourrait, par extension, refléter tout accommodement entre Alfred et Ceolwulf II». Les opinions changent bien sûr avec le temps. En 1986, Philip Grierson et Blackburn ont écrit que le revers de ces sous, "copié d'un solidus [or romain] du IVe siècle était peut-être destiné à commémorer une alliance entre le Wessex et la Mercie contre les Danois". Le 14 décembre, les commentaires de deux lecteurs sont apparus dans la page des lettres à l'éditeur du Daily Telegraph, sous le titre "Une pièce saxonne ne suffit pas pour refondre l'histoire". La première note était de Robin Nonhebel, un professeur d'histoire à la retraite avec un intérêt particulier pour l'histoire anglo-saxonne ancienne.Bien qu'il ait trouvé l'article sur le trésor et qu'Alfred ait "" aérographié "son rival de l'histoire" très intéressant, il a conseillé, "il faut faire attention à ne pas réécrire l'histoire sur la base d'une seule découverte." Il a expliqué que la Chronique anglo-saxonne, "commencée sous le règne d'Alfred, était une chronique saxonne occidentale jusqu'à ce qu'Athelstan, roi du Wessex, devienne le dirigeant d'une Angleterre unie en 927. Il n'est pas surprenant que ses auteurs à la cour d'Alfred se soient concentrés sur Alfred et Wessex, pas sur Mercie. Malgré la remarque du thane, il considère que Ceolwulf avait probablement du sang royal, mais qu'il aurait été considéré comme étant de connivence avec l'ennemi. "Cependant, Alfred était un pragmatique", écrit-il. "Ceolwulf était assez puissant pour vaincre les Gallois, et une alliance de deux États chrétiens contre les Vikings païens n'est pas surprenante. Aethelred, le frère et prédécesseur d'Alfred, s'était allié à Burgred de Mercie et avait pris une armée pour soutenir les Merciens en 867. » Nonhebel a poursuivi: "Alfred aurait vraisemblablement cultivé l'amitié avec Ceolwulf car c'était dans son intérêt, et des découvertes précédentes ont montré des similitudes entre les pièces des deux rois. Bien que la Chronique critique Ceolwulf et écrive peu sur lui, de nombreux historiens supposent qu'Alfred ne partageait pas l'antipathie de la Chronique. La découverte fournit un support pour cette analyse. Il ne 'réécrit pas l'histoire.' ”Les commentaires de Nonhebel ont du sens, mais comme Alfred était le beau-frère de Burgred, il avait peut-être des sentiments anti-Ceolwulf. Jusqu'à la découverte de ce trésor, seules 13 des pièces de monnaie de Ceolwulf étaient connues, ce qui était vraiment insuffisant pour une étude complète. Cependant, comme l'a commenté Naylor, « La découverte du trésor peut nous aider à mieux comprendre certains facteurs sous-jacents liés à toute alliance politique ou économique entre les deux dirigeants. Cela peut également aider à faire la lumière sur le statut de Londres au moment où ces pièces ont été frappées. Selon les historiens, ce qui est aujourd'hui la capitale de l'Angleterre aurait dû être sous la domination viking. Cependant, sur la base des preuves des noms des monnayeurs sur les pièces, un bon nombre peut avoir été frappé à Londres, ce qui modifierait notre compréhension historique.La deuxième lettre est venue d'EC Coleman, un ancien officier de la Royal Navy qui a écrit 10 livres sur un large éventail de sujets, y compris l'histoire médiévale. Sa lettre est courte et directe : « La pièce n'a rien à voir avec Ceolwulf II et tout à voir avec le christianisme d'Alfred. La scène est encadrée sur trois côtés par des lignes perlées représentant les portes nacrées du Ciel. Les figures auréolées sont Dieu le Père et le Christ avec le Saint-Esprit descendant d'en haut pour compléter la Trinité. Le disque en bas au centre est la Terre, et les os [croisés] au-dessus signifient la mort. L'image montre les morts du monde jugés.L'interprétation de Coleman du symbolisme de la pièce est convaincante, même si je n'avais jamais rencontré de pièce commémorant le Jugement des Morts auparavant. Lorsque je lui ai parlé, je ne savais pas que le dessin était basé sur un solidus romain en or de la fin du IVe siècle. Il a expliqué que les deux figures ne pouvaient pas être des rois, mais représentaient le Christ et Dieu, le Saint-Esprit complétant la Sainte Trinité. Il a expliqué que comme dans Jean 1:32 lors du baptême de Jésus, Jésus a vu "l'Esprit comme une colombe, descendant sur lui" - la grande figure ailée au-dessus de Dieu et du Christ qu'il considérait comme une représentation d'une colombe. "Mais pourquoi les os croisés signifient-ils la mort?" J'ai demandé. Apparemment, lorsqu'un chevalier est mort lors d'une croisade, son corps a été décharné et son crâne et deux os longs ont été ramenés à la maison pour être enterrés. "Les os croisés sont le symbole de la mort", a expliqué Coleman. Bien que Naylor ait trouvé l'approche de Coleman intéressante, il a expliqué que « la colombe » était en fait la Victoire ailée symbolisant Victoria, la déesse romaine de la victoire. Les «os croisés» étaient en fait la décoration à l'arrière du trône sur lequel les deux empereurs étaient assis comme représenté sur le solidus d'or romain. Naylor a expliqué que le revers des « deux empereurs » d'Alfred et de Ceolwulf était une copie directe du solidus romain, dans le style anglo-saxon. Coleman n'était pas convaincu. "Je pense que c'est Sherlock Holmes qui a dit:" N'ignorez jamais l'évidence "", a-t-il répondu. « Alfred était un chrétien profondément religieux. Sommes-nous censés croire maintenant qu'il a accepté de faire produire une pièce de monnaie sur laquelle il porte une auréole ? Le halo a été incorporé dans l'art chrétien primitif au quatrième siècle après JC, et Alfred aurait considéré comme blasphématoire qu'il soit représenté avec un, soutient Coleman. Nonhebel m'a rappelé le rare sou en argent Agnus Dei introduit par Aethelred II en 1009, avec l'agneau pascal à l'avers et la colombe ou le Saint-Esprit au revers. On pense qu'il s'agissait d'une sollicitation adressée à Dieu pour conjurer la calamité nationale des païens qui envahissaient le pays. Il a ajouté : « Il ne serait donc pas surprenant que les pièces d'Alfred soient également basées sur des modèles romains et qu'il ait également utilisé ses pièces pour démontrer le besoin des Saxons de l'Ouest de la sagesse de Dieu en présence d'une attaque païenne.Au cours des neuf dernières décennies, il y a eu de nombreuses théories sur ce que représentent le type des deux empereurs d'Alfred et Ceolwulf. Une théorie est que pour les Anglo-Saxons, ils représentaient Dieu et le Christ, et la Trinité était complétée par la figure ailée ci-dessus. La pièce était une sollicitation à Dieu pour sauver les émetteurs d'être conquis par les païens. Cependant, le fait qu'Alfred et Ceolwulf aient émis les pièces montre une alliance entre deux dirigeants contre un ennemi commun. Les deux « empereurs » ne sont certainement pas des rois anglo-saxons.Le travail se poursuivra sur le catalogage des pièces du trésor. Les pièces supplémentaires aideront les experts à mieux comprendre le développement de la monnaie d'Alfred et de Ceolwulf et la relation entre les deux dirigeants. Ce qui est arrivé à Ceolwulf restera probablement un mystère. Abels fait simplement référence à "la mort ou la déposition de Ceolwulf II vers 879 ou 880". Si le Watlington Hoard est déclaré trésor, l'Ashmolean Museum et l'Oxfordshire Museums Service travailleront en partenariat avec d'autres et des bailleurs de fonds potentiels, pour essayer de s'assurer que cette découverte importante peut être exposée aux personnes locales à l'endroit de la découverte pour en savoir plus et profitez de la découverte. [Monde des pièces]. AVIS: Né à Wantage, Berkshire, en 849 après JC, Alfred devint roi du Wessex à l'âge de 21 ans. Couronné en 871, il régna pendant 28 ans. Suivant les souhaits de son père, Aethelwulf, il a succédé à la royauté après ses frères, pour éviter de transmettre la couronne à un roi mineur alors que le pays était constamment attaqué par les raids vikings. Alfred était déjà aguerri lorsqu'il monta sur le trône, après avoir vaincu les Danois à la bataille d'Ashdown en 871. Son armée a mis en déroute les envahisseurs dans une lutte acharnée mais a subi de lourdes pertes. En 878, le roi Guthrum prit Chippenham, dans le Wiltshire, lors d'un assaut surprise. Utilisant la ville comme base sécurisée, ils ont attaqué le Wessex et ont forcé Alfred à battre en retraite avec les restes de sa force. Copiant la tactique des Danois, Alfred créa une base fortifiée à Athelney, Somerset. De là, il a convoqué une armée du Wiltshire, du Somerset et du Hampshire et a encouragé ses hommes à utiliser des tactiques de guérilla contre les envahisseurs. En 878, Alfred remporte la bataille d'Edington, aboutissant à un traité avec les Danois. La paix a été conclue à la condition que Guthrum soit baptisé et que son armée quitte le Wessex.Une fois la paix obtenue, Alfred entreprit de réorganiser les défenses du sud de l'Angleterre. En construisant un réseau de colonies bien défendues et une nouvelle marine de navires rapides, il s'est assuré que son royaume était mieux équipé pour repousser les futurs envahisseurs. Alfred mourut en 899 à l'âge de 50 ans et fut inhumé à Winchester, le lieu de sépulture de la famille royale de Saxe occidentale. [Le télégraphe (Royaume-Uni)]. AVIS: Né à Wantage, Berkshire, en 849, Alfred était le cinquième fils d'Aethelwulf, roi des Saxons de l'Ouest. À la demande de leur père et d'un commun accord, les frères aînés d'Alfred ont succédé à la royauté à leur tour, plutôt que de mettre en danger le royaume en le transmettant à des enfants mineurs à un moment où le pays était menacé par l'aggravation des raids vikings du Danemark.Depuis les années 790, les Vikings utilisaient des armées mobiles rapides, comptant des milliers d'hommes embarqués dans des drakkars à faible tirant d'eau, pour raid les côtes et les eaux intérieures de l'Angleterre. Ces raids évoluaient en colonies danoises permanentes; en 866, les Vikings s'emparèrent de York et établirent leur propre royaume dans la partie sud de la Northumbrie. Les Vikings ont vaincu deux autres grands royaumes anglo-saxons, East Anglia et Mercia, et leurs rois ont été torturés à mort ou ont fui.Enfin, en 870, les Danois attaquèrent le seul royaume anglo-saxon indépendant restant, le Wessex, dont les forces étaient commandées par le roi Aethelred et son jeune frère Alfred. Lors de la bataille d'Ashdown en 871, Alfred mit en déroute l'armée viking dans un assaut férocement combattu. Cependant, d'autres défaites ont suivi pour Wessex et le frère d'Alfred est décédé. En tant que roi du Wessex à l'âge de 21 ans, Alfred (règne de 871 à 1999) était un vétéran de la bataille à l'esprit fort mais très nerveux à la tête de la résistance restante aux Vikings dans le sud de l'Angleterre.Au début de 878, les Danois dirigés par le roi Guthrum s'emparèrent de Chippenham dans le Wiltshire lors d'un coup de foudre et l'utilisèrent comme base sécurisée à partir de laquelle dévaster le Wessex. Les habitants de la région se sont rendus ou se sont échappés (les habitants du Hampshire ont fui vers l'île de Wight), et les Saxons de l'Ouest ont été réduits à des attaques par délit de fuite en saisissant des provisions quand ils le pouvaient. Avec seulement son garde du corps royal, une petite armée de thegns (les partisans du roi) et le comte Aethelnoth du Somerset comme allié, Alfred se retira dans les marais de marée du Somerset dans lesquels il avait probablement chassé dans sa jeunesse.C'est à cette époque qu'Alfred, dans sa préoccupation de la défense de son royaume, aurait brûlé des gâteaux dont on lui avait demandé de s'occuper ; l'incident était une légende datant des chroniqueurs du début du XIIe siècle. Combattant ingénieux, Alfred a réévalué sa stratégie et adopté la tactique des Danois en construisant une base fortifiée à Athelney dans les marais du Somerset et en convoquant une armée mobile d'hommes du Wiltshire, du Somerset et d'une partie du Hampshire pour poursuivre la guérilla contre les Danois. En mai 878, l'armée d'Alfred bat les Danois à la bataille d'Edington.Selon son biographe contemporain, l'évêque Asser, "Alfred a attaqué toute l'armée païenne en combattant férocement dans un ordre dense, et par la volonté divine a finalement remporté la victoire, a fait un grand massacre parmi eux et les a poursuivis jusqu'à leur forteresse (Chippenham) ... Au bout de quatorze jours, les païens ont été amenés aux profondeurs extrêmes du désespoir par la faim, le froid et la peur, et ils ont cherché la paix". Cette victoire inattendue s'est avérée être le tournant dans la bataille pour la survie du Wessex.Réalisant qu'il ne pouvait pas chasser les Danois du reste de l'Angleterre, Alfred conclut la paix avec eux dans le traité de Wedmore. Le roi Guthrum a été converti au christianisme avec Alfred comme parrain et de nombreux Danois sont retournés en East Anglia où ils se sont installés comme agriculteurs. En 886, Alfred négocia un traité de partage avec les Danois, dans lequel une frontière était délimitée le long de la rue Roman Watling et le nord et l'est de l'Angleterre passaient sous la juridiction des Danois - une zone connue sous le nom de «Danelaw».Alfred a donc pris le contrôle des zones de West Mercia et du Kent qui se trouvaient au-delà des limites du Wessex. Pour consolider les alliances contre les Danois, Alfred épousa l'une de ses filles, Aethelflaed, avec l'ealdorman de Mercie. Alfred lui-même avait épousé Eahlswith, une noble mercienne, et une autre fille, Aelfthryth, au comte de Flandre, une puissance navale puissante à une époque où les Vikings s'installaient dans l'est de l'Angleterre.La menace danoise est restée et Alfred a réorganisé les défenses du Wessex en reconnaissant qu'une défense efficace et la prospérité économique étaient interdépendantes. Tout d'abord, il a organisé son armée (les thegns et la milice existante connue sous le nom de fyrd) sur une base de rotation, afin qu'il puisse lever une `` force de réaction rapide '' pour faire face aux pillards tout en permettant à ses thegns et paysans de s'occuper de leurs fermes.Deuxièmement, Alfred a lancé un programme de construction de colonies bien défendues dans le sud de l'Angleterre. C'étaient des places de marché fortifiées ('borough' vient du vieil anglais burh, signifiant forteresse) ; par une planification royale délibérée, les colons ont reçu des parcelles et en retour ont occupé les défenses en temps de guerre. (Ces parcelles à Londres sous le règne d'Alfred dans les années 880 ont façonné le plan des rues qui existe encore aujourd'hui entre Cheapside et la Tamise.)Cette obligation nécessitait un enregistrement minutieux dans ce qui devint connu sous le nom de `` Burghal Hidage '', qui donnait des détails sur la construction et l'équipage des burhs Wessex et Mercian en fonction de leur taille, de la longueur de leurs remparts et du nombre d'hommes nécessaires pour les mettre en garnison. Centré autour du palais royal d'Alfred à Winchester, ce réseau de burhs avec des points forts sur les principales routes fluviales était tel qu'aucune partie du Wessex n'était à plus de 20 miles du refuge de l'une de ces colonies.Avec une marine de nouveaux navires rapides construits sur les ordres d'Alfred, le sud de l'Angleterre disposait désormais d'une défense en profondeur contre les raiders danois. Le concept d'Alfred de la royauté s'étendait au-delà de l'administration du royaume tribal du Wessex dans un contexte plus large. Homme religieusement pieux et pragmatique qui a appris le latin à la fin de la trentaine, il a reconnu que la détérioration générale de l'apprentissage et de la religion causée par la destruction des monastères par les Vikings (les centres du réseau d'éducation rudimentaire) avait de graves implications pour le pouvoir.Par exemple, les mauvaises normes en latin avaient conduit à une diminution de l'utilisation de la charte comme instrument du gouvernement royal pour diffuser les instructions et la législation du roi. Dans l'une de ses préfaces, Alfred a écrit "si général était sa décadence [latine] en Angleterre qu'il y avait très peu de ce côté du Humber qui pouvaient comprendre leurs rituels en anglais ou traduire une lettre du latin en anglais ... si peu que je ne me souviens pas d'un seul au sud de la Tamise quand je suis monté sur le trône."Pour améliorer l'alphabétisation, Alfred a organisé et participé à la traduction (par des érudits de Mercie) du latin vers l'anglo-saxon d'une poignée de livres qu'il jugeait "le plus nécessaire pour les hommes de savoir et de le faire passer .. . si nous avons la paix, que tous les jeunes maintenant en Angleterre ... peut être consacrée à l'apprentissage ». Ces livres couvraient l'histoire, la géographie, la philosophie et la "Pastorale" de Grégoire le Grand (un manuel pour les évêques), et des copies de ces livres étaient envoyées à tous les évêques du royaume.Alfred était le patron de la Chronique anglo-saxonne (qui a été copiée et complétée jusqu'en 1154), une histoire patriotique des Anglais du point de vue du Wessex conçue pour inspirer ses lecteurs et célébrer Alfred et sa monarchie. Comme d'autres rois de la Saxe occidentale, Alfred a établi un code juridique; il rassembla les lois d'Offa et d'autres prédécesseurs, et des royaumes de Mercie et de Kent, ajoutant ses propres règlements administratifs pour former un corps définitif de droit anglo-saxon."JE ... je les ai rassemblés et j'ai ordonné d'en écrire plusieurs que nos ancêtres ont observés, ceux que j'aimais; et beaucoup de ceux que je n'aimais pas j'ai rejeté avec l'avis de mes conseillers... Car je n'osais pas du tout mettre par écrit beaucoup des miens, car je ne savais pas ce qui plairait à ceux qui viendraient après nous... Alors je ... les montrèrent à tous mes conseillers, et ils dirent alors qu'ils étaient tous contents de les observer" (Lois d'Alfred, vers 885-899).Dans les années 890, les chartes et la monnaie d'Alfred (qu'il avait également réformées, étendant sa frappe aux burhs qu'il avait fondés) le désignaient comme «roi des Anglais», et les rois gallois cherchaient des alliances avec lui. Alfred est décédé en 899, à l'âge de 50 ans, et a été enterré à Winchester, le lieu de sépulture de la famille royale de Saxe occidentale. En arrêtant l'avancée des Vikings et en consolidant ses gains territoriaux, Alfred avait entamé le processus par lequel ses successeurs finirent par étendre leur pouvoir sur les autres rois anglo-saxons ; l'unification ultime de l'Angleterre anglo-saxonne devait être dirigée par le Wessex. C'est pour sa valiant défense de son royaume contre un ennemi plus fort, pour assurer la paix avec les Vikings et pour ses réformes clairvoyantes dans la reconstruction du Wessex et au-delà, qu'Alfred - seul de tous les rois et reines anglais - est connu comme "le Génial'. [Royal.UK.Com].AVIS: Alfred le Grand était-il juste un roi qui était grand en propagande ? "The Last Kingdom" - le drame historique de la BBC qui se déroule à l'époque de la guerre d'Alfred le Grand contre les Vikings - est de retour sur nos écrans pour une deuxième série. Alors que la plupart des attentions continueront à se concentrer sur le héros fictif Uhtred, son histoire se déroule dans un contexte politique où le protagoniste principal est le cerveau maussade et livresque Alfred le Grand, décrit de manière vivante dans la série par David Dawson.Mais Alfred le Grand était-il vraiment si génial ? Si nous le jugeons sur la base de nouvelles découvertes en archéologie du paysage qui changent radicalement notre compréhension de la guerre à l'ère viking, il semblerait que non. Il semble qu'Alfred était un bon propagandiste plutôt qu'un chef militaire visionnaire. Les grandes lignes des guerres du roi Alfred avec les Vikings sont bien connues. Souvent vaincu par la grande armée des Vikings, il se réfugie dans une partie reculée du Somerset avant de rallier l'armée anglaise en 878 et de vaincre les Vikings à Edington.Ce n'est pas cette seule victoire qui a rendu Alfred grand, selon son biographe Asser, mais les réformes militaires qu'Alfred a mises en œuvre après Edington. En créant un système de forteresses, une armée plus longue et de nouvelles forces navales, Asser soutient qu'Alfred a mis en place des systèmes qui signifiaient que les Vikings ne gagneraient plus jamais. Ce faisant, il a assuré son héritage. C'est une histoire bien connue, mais à quel point est-elle exacte? Les recherches menées par une équipe de l'UCL et une autre de l'Université de Nottingham sur l'archéologie et les preuves toponymiques de la défense civile anglo-saxonne tardive présentent une image légèrement différente.De nombreuses villes prétendent avoir été fondées par Alfred dans le cadre de son plan de défense de l'Angleterre. Cette idée repose en grande partie sur un texte connu sous le nom de Burghal Hidage, qui répertorie les noms de 33 forteresses (en vieil anglais burhs) dans le sud de l'Angleterre et les taxes attribuées à leurs garnisons, enregistrées en nombre de peaux (une unité de terre). Selon la liste, sous Alfred, une machine militaire a été créée dans laquelle pas moins de 27 000 hommes, soit environ 6% de la population totale, ont été affectés à la défense et à l'entretien de ce qui a été décrit comme la «forteresse Wessex».Au cours des 40 dernières années, de nombreuses preuves archéologiques ont été recueillies sur les bastions de Burghal Hidage, dont beaucoup étaient d'anciennes villes romaines ou des forts de colline de l'âge du fer qui ont été réutilisés ou rénovés en tant que sites militaires anglo-saxons. D'autres étaient de nouveaux burhs élevés avec un design innovant qui imitait le plan romain régulier. Il a été soutenu que ces derniers représentent une vision « alfredienne » de l'urbanisme. Mais les preuves ne le confirment pas entièrement.Par exemple, à Winchester, la datation au radiocarbone et archéomagnétique suggère que le nouveau plan d'urbanisme a probablement été construit vers 840–80, donc presque certainement avant la victoire d'Alfred en 878 et probablement avant même qu'il ne devienne roi. Les fouilles à Worcester, en revanche, montrent que le plan de rue distinctif "alfredien" n'a été utilisé qu'à la fin du Xe ou au début du XIe siècle, environ 100 ans après la mort d'Alfred.Des preuves archéologiques montrent que de nombreux bastions de Bughal Hidage ont commencé comme des sites défensifs qui ne se sont développés que plus tard en villes. Parfois, cela se produisait au même endroit, mais dans le cas des bastions des forts de colline de l'âge du fer, tels que Burpham (Sussex), Chisbury (Wiltshire) et Pilton (Devon), des emplacements plus appropriés pour les villes défendues étaient recherchés à proximité. Alors que le développement général des premières mesures d'urgence - où la politique de défense était déterminée par l'inaccessibilité et l'opportunité - témoigne de la stratégie de défense civile d'Alfred, le développement à plus long terme des villes construites à cet effet, autour desquelles l'économie et l'administration de l'Angleterre se sont organisées, n'a pris que lieu sous les règnes des successeurs d'Alfred.Les principaux bastions répertoriés dans le Burghal Hidage ont fait l'objet de beaucoup d'attention, mais la recherche sur le paysage contribue également à fournir une image plus complète, ce qui nous permet d'identifier d'importants anciens itinéraires et points de passage de rivières. Les noms de lieux contenant des composés tels que le vieil anglais here-pæð ou fyrd-weg, tous deux signifiant «route militaire», sont particulièrement importants. Mais les noms de lieux suggèrent également l'existence de systèmes élaborés de balises et de belvédères, souvent espacés à intervalles réguliers, visibles les uns des autres et des places fortes connues, et assurant le contrôle des routes importantes.Des sources écrites et des fouilles archéologiques confirment que les balises étaient utilisées au début du XIe siècle. L'analyse du paysage permet également d'identifier les sites de rassemblement importants, cruciaux pour la mobilisation, sans lesquels le système militaire n'aurait pas fonctionné. En rassemblant toutes ces preuves, il est probable que les innovations militaires d'Alfred le Grand faisaient partie d'un développement continu, qui a commencé au VIIIe siècle en Mercie et s'est poursuivi longtemps après sa mort.Alfred a construit sur des structures existantes, en utilisant d'abord ce qui était déjà en place, comme les défenses au sommet des collines et les sites de rassemblement des VIIIe et début du IXe siècles, mais bon nombre des développements les plus innovants en matière d'organisation défensive se sont clairement produits sous le règne de son fils, Edward. l'Ancien (899-924). En effet, le peu de preuves étroitement datables qui peuvent être glanées dans les principaux burhs indiquent toutes une longue chronologie de construction de forteresses.Le génie défensif d'Alfred ne réside donc pas dans la création de burhs, mais dans la façon dont il a adapté les stratégies antérieures pour répondre aux exigences militaires radicalement modifiées de l'ère viking. Ses premiers pas vers un système de service militaire fiable et plus constant ont assuré la disponibilité continue des troupes. Mais les gloires qui lui ont été accordées dans l'imagination populaire en tant qu'architecte de la «forteresse Wessex» ne tiennent plus, semble-t-il. [AncientOrigins.Net].AVIS: Alfred le Grand était-il juste un roi qui était grand en propagande ? "The Last Kingdom" - le drame historique de la BBC qui se déroule à l'époque de la guerre d'Alfred le Grand contre les Vikings - est de retour sur nos écrans pour une deuxième série. Alors que la plupart des attentions continueront à se concentrer sur le héros fictif Uhtred, son histoire se déroule dans un contexte politique où le protagoniste principal est le cerveau maussade et livresque Alfred le Grand, décrit de manière vivante dans la série par David Dawson.Mais Alfred le Grand était-il vraiment si génial ? Si nous le jugeons sur la base de nouvelles découvertes en archéologie du paysage qui changent radicalement notre compréhension de la guerre à l'ère viking, il semblerait que non. Il semble qu'Alfred était un bon propagandiste plutôt qu'un chef militaire visionnaire. Les grandes lignes des guerres du roi Alfred avec les Vikings sont bien connues. Souvent vaincu par la grande armée des Vikings, il se réfugie dans une partie reculée du Somerset avant de rallier l'armée anglaise en 878 et de vaincre les Vikings à Edington.Ce n'est pas cette seule victoire qui a rendu Alfred grand, selon son biographe Asser, mais les réformes militaires qu'Alfred a mises en œuvre après Edington. En créant un système de forteresses, une armée plus longue et de nouvelles forces navales, Asser soutient qu'Alfred a mis en place des systèmes qui signifiaient que les Vikings ne gagneraient plus jamais. Ce faisant, il a assuré son héritage. C'est une histoire bien connue, mais à quel point est-elle exacte? Les recherches menées par une équipe de l'UCL et une autre de l'Université de Nottingham sur l'archéologie et les preuves toponymiques de la défense civile anglo-saxonne tardive présentent une image légèrement différente.De nombreuses villes prétendent avoir été fondées par Alfred dans le cadre de son plan de défense de l'Angleterre. Cette idée repose en grande partie sur un texte connu sous le nom de Burghal Hidage, qui répertorie les noms de 33 forteresses (en vieil anglais burhs) dans le sud de l'Angleterre et les taxes attribuées à leurs garnisons, enregistrées en nombre de peaux (une unité de terre). Selon la liste, sous Alfred, une machine militaire a été créée dans laquelle pas moins de 27 000 hommes, soit environ 6% de la population totale, ont été affectés à la défense et à l'entretien de ce qui a été décrit comme la «forteresse Wessex».Au cours des 40 dernières années, de nombreuses preuves archéologiques ont été recueillies sur les bastions de Burghal Hidage, dont beaucoup étaient d'anciennes villes romaines ou des forts de colline de l'âge du fer qui ont été réutilisés ou rénovés en tant que sites militaires anglo-saxons. D'autres étaient de nouveaux burhs élevés avec un design innovant qui imitait le plan romain régulier. Il a été soutenu que ces derniers représentent une vision « alfredienne » de l'urbanisme. Mais les preuves ne le confirment pas entièrement.Par exemple, à Winchester, la datation au radiocarbone et archéomagnétique suggère que le nouveau plan d'urbanisme a probablement été construit vers 840–80, donc presque certainement avant la victoire d'Alfred en 878 et probablement avant même qu'il ne devienne roi. Les fouilles à Worcester, en revanche, montrent que le plan de rue distinctif "alfredien" n'a été utilisé qu'à la fin du Xe ou au début du XIe siècle, environ 100 ans après la mort d'Alfred.Des preuves archéologiques montrent que de nombreux bastions de Bughal Hidage ont commencé comme des sites défensifs qui ne se sont développés que plus tard en villes. Parfois, cela se produisait au même endroit, mais dans le cas des bastions des forts de colline de l'âge du fer, tels que Burpham (Sussex), Chisbury (Wiltshire) et Pilton (Devon), des emplacements plus appropriés pour les villes défendues étaient recherchés à proximité. Alors que le développement général des premières mesures d'urgence - où la politique de défense était déterminée par l'inaccessibilité et l'opportunité - témoigne de la stratégie de défense civile d'Alfred, le développement à plus long terme des villes construites à cet effet, autour desquelles l'économie et l'administration de l'Angleterre se sont organisées, n'a pris que lieu sous les règnes des successeurs d'Alfred.Les principaux bastions répertoriés dans le Burghal Hidage ont fait l'objet de beaucoup d'attention, mais la recherche sur le paysage contribue également à fournir une image plus complète, ce qui nous permet d'identifier d'importants anciens itinéraires et points de passage de rivières. Les noms de lieux contenant des composés tels que le vieil anglais here-pæð ou fyrd-weg, tous deux signifiant «route militaire», sont particulièrement importants. Mais les noms de lieux suggèrent également l'existence de systèmes élaborés de balises et de belvédères, souvent espacés à intervalles réguliers, visibles les uns des autres et des places fortes connues, et assurant le contrôle des routes importantes.Des sources écrites et des fouilles archéologiques confirment que les balises étaient utilisées au début du XIe siècle. L'analyse du paysage permet également d'identifier les sites de rassemblement importants, cruciaux pour la mobilisation, sans lesquels le système militaire n'aurait pas fonctionné. En rassemblant toutes ces preuves, il est probable que les innovations militaires d'Alfred le Grand faisaient partie d'un développement continu, qui a commencé au VIIIe siècle en Mercie et s'est poursuivi longtemps après sa mort.Alfred a construit sur des structures existantes, en utilisant d'abord ce qui était déjà en place, comme les défenses au sommet des collines et les sites de rassemblement des VIIIe et début du IXe siècles, mais bon nombre des développements les plus innovants en matière d'organisation défensive se sont clairement produits sous le règne de son fils, Edward. l'Ancien (899-924). En effet, le peu de preuves étroitement datables qui peuvent être glanées dans les principaux burhs indiquent toutes une longue chronologie de construction de forteresses.Le génie défensif d'Alfred ne réside donc pas dans la création de burhs, mais dans la façon dont il a adapté les stratégies antérieures pour répondre aux exigences militaires radicalement modifiées de l'ère viking. Ses premiers pas vers un système de service militaire fiable et plus constant ont assuré la disponibilité continue des troupes. Mais les gloires qui lui ont été accordées dans l'imagination populaire en tant qu'architecte de la «forteresse Wessex» ne tiennent plus, semble-t-il. [AncientOrigins.Net].AVIS: Une équipe d'archéologues a déclaré vendredi qu'ils pensaient avoir trouvé une partie des restes du monarque du IXe siècle, le roi Alfred le Grand, l'une des figures les plus connues et les plus importantes de l'histoire anglaise. Des tests ont montré qu'un os pelvien trouvé dans une boîte de musée était probablement celui d'Alfred - le seul roi anglais à porter le surnom de "Grand" - ou de son fils, le roi Édouard l'Ancien. L'os a été retrouvé parmi les restes déterrés d'une abbaye médiévale à Winchester, dans le sud-ouest de l'Angleterre, la capitale du royaume d'Alfred. Les restes ont été initialement découverts lors d'une fouille il y a environ 15 ans, mais n'ont pas été testés à l'époque et ont été stockés dans une boîte au musée de Winchester jusqu'à ce que les archéologues les découvrent après une tentative infructueuse de trouver Alfred ailleurs. "L'os est probablement l'un d'entre eux, je ne voudrais pas dire lequel", a déclaré à la presse Kate Tucker, chercheuse en ostéologie humaine à l'Université de Winchester. La découverte intervient moins d'un an après que des archéologues britanniques ont découvert le corps disparu du roi Richard III, le dernier roi anglais à mourir au combat en 1485, sous un parking du conseil dans la ville centrale anglaise de Leicester. En effet, c'est l'intérêt mondial pour la découverte de Richard en février dernier qui a alimenté la recherche d'Alfred, qui a gouverné le royaume anglo-saxon de Wessex, une région qui couvrait une grande partie du sud de l'Angleterre, de 871 jusqu'à sa mort en 899. Célèbre pour ses victoires militaires contre les féroces Vikings qui avaient envahi une grande partie du nord du pays, Alfred a été enterré dans la cathédrale anglo-saxonne de Winchester, mais ses restes et ceux d'autres membres de la famille royale ont été déplacés en 1100 par des moines, se retrouvant au nouveau bâtiment. Abbaye de Hyde. L'abbaye a été dissoute en 1536 et l'endroit où se trouvaient les restes d'Alfred et ceux d'autres membres de sa famille royale est devenu flou par la suite. On pense que les prisonniers qui ont construit une prison sur le site en 1788 sont tombés sur les cercueils royaux, les ont pillés, vidés les restes et jeté les os. Un mois après la découverte de Richard III, le groupe historique local Hyde900 a décidé d'exhumer une tombe anonyme à l'église Saint-Barthélemy située sur le même site que l'abbaye, où un antiquaire du XIXe siècle pensait que les ossements s'étaient retrouvés. Cependant, des tests sur les restes de six squelettes à l'intérieur de la tombe ont révélé qu'ils dataient d'une période beaucoup plus tardive. Malgré la déception, Tucker a mené d'autres recherches et est tombé sur des restes humains au musée qui avaient été découverts lors d'une fouille précédente près de l'emplacement du maître-autel à Hyde Abbey entre 1995 et 1999. Les tests ont conclu que l'os, environ un tiers d'un bassin masculin, datait de 895 à 1017 et appartenait à un homme âgé de 26 à 45 ans. Comme il n'y avait pas d'autres sépultures sur le site à l'époque anglo-saxonne, les archéologues ont conclu qu'il devait appartenir à un membre de la maison royale de Wessex, et très probablement en raison de l'âge, à Alfred ou à son fils. "Qui d'autre cela pourrait-il être", a déclaré Tucker. Rose Burns de Hyde900 a déclaré qu'ils étaient ravis de la découverte de ce que le groupe avait surnommé "le bassin de puissance", bien qu'elle ait admis que ce n'était pas aussi dramatique que celui de Richard. "C'était décevant que les restes dans le cercueil non marqué ne soient pas complets", a-t-elle déclaré à Reuters. Cependant, elle a déclaré que cela ouvrait la voie à une exploration plus approfondie du site et à la possibilité de trouver davantage d'ossements. L'ADN des restes de Richard III a été mis en correspondance avec des descendants, mais Tucker a déclaré qu'ils pourraient avoir du mal à faire de même avec Alfred. "Nous avons eu un certain nombre de personnes qui nous ont contactés. disant qu'ils sont des descendants d'Alfred », a déclaré Tucker. "Il y a un potentiel qui vaut peut-être la peine d'être poursuivi, mais il est très long d'essayer de revenir en arrière - nous parlons de 500 ans de plus qu'avec Richard III." Les enfants britanniques connaissent Alfred pour une histoire légendaire selon laquelle, préoccupé par les problèmes de son royaume à la suite d'une bataille, il a brûlé des gâteaux qu'il était censé surveiller alors qu'il était hébergé par une paysanne. Ignorant son identité, la femme l'a grondé pour sa paresse. Cependant, plus important encore, Alfred est considéré comme jetant les bases d'une Angleterre unifiée, et sa passion pour l'éducation et l'apprentissage est considérée comme cruciale dans le développement de la langue anglaise. "L'importance du roi Alfred dans l'histoire de ce pays ne peut être sous-estimée", a déclaré le professeur Joy Carter, vice-chancelière de l'Université de Winchester. [Reuters]. AVIS: Ceolwulf II (mort vers 879 après JC) fut le dernier roi de la Mercie indépendante. Il succède à Burgred de Mercie qui est déposé par les Vikings en 874. Son règne est généralement daté de 874 à 879 selon une liste royale mercienne qui lui donne un règne de cinq ans. Cependant, DP Kirby soutient qu'il a probablement régné jusqu'au début des années 880. En 883, il avait été remplacé par Æthelred, seigneur des Merciens, qui devint souverain de Mercie sous la seigneurie d'Alfred le Grand, roi du Wessex. Pour des raisons anthroponymiques, on pense que Ceolwulf appartient à la dynastie C des rois merciens, une famille qui revendiquait la descendance de Pybba de Mercie. La dynastie C, en commençant par Coenwulf, peut avoir eu des liens avec la famille régnante de Hwicce dans le sud-ouest de la Mercie. L'ascendance immédiate de Ceolwulf est inconnue, mais on pense qu'il est un descendant de Ceolwulf I par l'intermédiaire de sa fille Ælfflæd. Ælfflæd a d'abord été marié à Wigmund, fils du roi Wiglaf, puis à Beorhtfrith, fils du roi Beorhtwulf. Loin d'être "un roi imprudent", il est clair que Ceolwulf était un descendant des rois précédents. Un certain nombre de thegns qui ont été témoins de chartes sous Burgred ont été témoins de chartes sous Ceolwulf, et ses chartes ont été témoins par des évêques merciens, témoignant de son acceptation en Mercie. Cette année-là, l'armée (c'est-à-dire la "Grande Armée païenne" du royaume de Lindsey à Repton, y prit ses quartiers d'hiver, chassa le roi (c'est-à-dire de Mercie), Burgred, sur la mer, alors qu'il avait régné environ deux et vingt hivers, et soumit tout ce pays. Il se rendit ensuite à Rome, et y resta jusqu'à la fin de sa vie. Et son corps repose dans l'église de Sancta Maria, à l'école de la nation anglaise. Et la même année, ils donnèrent à Ceolwulf, thane d'un roi imprudent, le royaume de Mercie à tenir; et il leur jura, et donna des otages, qu'il serait prêt pour eux le jour où ils l'auraient ; et il serait prêt avec lui-même, et avec tous ceux qui resteraient avec lui, au service de l'armée. La Chronique a été compilée sur les ordres d'Alfred le Grand, beau-frère du roi Burgred. Ce récit est considéré comme biaisé et politiquement motivé, écrit dans le but de renforcer les revendications d'Alfred et Edward l'Ancien à la suzeraineté de Mercie, comme en témoigne une découverte de pièces de monnaie en 2015 près de Watlington, présumée avoir été enterrée par des Vikings en retraite, qui montrent Ceolwulf comme un roi et sur certaines pièces comme l'égal d'Alfred. Le royaume de Ceolwulf est présumé avoir été réduit aux parties nord et ouest de la Mercie. En 878, le roi Rhodri Mawr de Gwynedd est tué au combat contre les Anglais. Comme Alfred était alors occupé à combattre les Vikings et que Mercie revendiquait traditionnellement l'hégémonie sur le Pays de Galles, le chef anglais était probablement Ceolwulf. En 881, les fils de Rhodri ont vaincu les Merciens à la bataille de la Conwy , une victoire décrite dans les annales galloises comme "la revanche de Dieu pour Rhodri". Le chef mercien était Edryd Long-Hair, presque certainement le successeur de Ceolwulf en tant que dirigeant mercien, Æthelred. Trois types de penny ont été trouvés qui ont été émis au nom de Ceolwulf. La plupart d'entre eux ont été frappés à Londres et du type désigné sous le nom de Cross-and-Lozenge, qui était également utilisé par le roi Alfred de Wessex. La monnaie de Ceolwulf semble être étroitement liée à celle d' Alfred de Wessex , et il a été suggéré sur cette base que les deux rois ont coopéré contre les Vikings. Simon Keynes et le numismate Mark Blackburn ont d'abord suggéré que vers 875, Alfred était le seul dirigeant reconnu à Londres, tandis que l'implication de Ceolwulf n'aurait eu lieu que vers la fin de son règne, 879. Cependant, en 1998, la même année que leur discussion a été publiée, un autre penny Cross-and-Lozenge frappé au nom de Ceolwulf a été découvert, qui semble être contemporain de la première monnaie d'Alfred. En octobre 2015, le «Watlington Hoard» de pièces de monnaie, de bijoux et de lingots d'argent a été découvert près de Watlington, dans l'Oxfordshire. La découverte, datant des années 870, comprenait des pièces portant l'image de deux empereurs romains accompagnés du nom d'Alfred ou de Ceolwulf. [Wikipédia]. AVIS: Ceolwulf II (mort vers 879 après JC) fut le dernier roi de la Mercie indépendante. Il succède à Burgred de Mercie qui est déposé par les Vikings en 874. Son règne est généralement daté de 874 à 879 selon une liste royale mercienne qui lui donne un règne de cinq ans. Cependant, DP Kirby soutient qu'il a probablement régné jusqu'au début des années 880. En 883, il avait été remplacé par Æthelred, seigneur des Merciens, qui devint souverain de Mercie sous la seigneurie d'Alfred le Grand, roi du Wessex. Pour des raisons anthroponymiques, on pense que Ceolwulf appartient à la dynastie C des rois merciens, une famille qui revendiquait la descendance de Pybba de Mercie. La dynastie C, en commençant par Coenwulf, peut avoir eu des liens avec la famille régnante de Hwicce dans le sud-ouest de la Mercie. L'ascendance immédiate de Ceolwulf est inconnue, mais on pense qu'il est un descendant de Ceolwulf I par l'intermédiaire de sa fille Ælfflæd. Ælfflæd a d'abord été marié à Wigmund, fils du roi Wiglaf, puis à Beorhtfrith, fils du roi Beorhtwulf. Loin d'être "un roi imprudent", il est clair que Ceolwulf était un descendant des rois précédents. Un certain nombre de thegns qui ont été témoins de chartes sous Burgred ont été témoins de chartes sous Ceolwulf, et ses chartes ont été témoins par des évêques merciens, témoignant de son acceptation en Mercie. Cette année-là, l'armée (c'est-à-dire la "Grande Armée païenne" du royaume de Lindsey à Repton, y prit ses quartiers d'hiver, chassa le roi (c'est-à-dire de Mercie), Burgred, sur la mer, alors qu'il avait régné environ deux et vingt hivers, et soumit tout ce pays. Il se rendit ensuite à Rome, et y resta jusqu'à la fin de sa vie. Et son corps repose dans l'église de Sancta Maria, à l'école de la nation anglaise. Et la même année, ils donnèrent à Ceolwulf, thane d'un roi imprudent, le royaume de Mercie à tenir; et il leur jura, et donna des otages, qu'il serait prêt pour eux le jour où ils l'auraient ; et il serait prêt avec lui-même, et avec tous ceux qui resteraient avec lui, au service de l'armée. La Chronique a été compilée sur les ordres d'Alfred le Grand, beau-frère du roi Burgred. Ce récit est considéré comme biaisé et politiquement motivé, écrit dans le but de renforcer les revendications d'Alfred et Edward l'Ancien à la suzeraineté de Mercie, comme en témoigne une découverte de pièces de monnaie en 2015 près de Watlington, présumée avoir été enterrée par des Vikings en retraite, qui montrent Ceolwulf comme un roi et sur certaines pièces comme l'égal d'Alfred. Le royaume de Ceolwulf est présumé avoir été réduit aux parties nord et ouest de la Mercie. En 878, le roi Rhodri Mawr de Gwynedd est tué au combat contre les Anglais. Comme Alfred était alors occupé à combattre les Vikings et que Mercie revendiquait traditionnellement l'hégémonie sur le Pays de Galles, le chef anglais était probablement Ceolwulf. En 881, les fils de Rhodri ont vaincu les Merciens à la bataille de la Conwy , une victoire décrite dans les annales galloises comme "la revanche de Dieu pour Rhodri". Le chef mercien était Edryd Long-Hair, presque certainement le successeur de Ceolwulf en tant que dirigeant mercien, Æthelred. Trois types de penny ont été trouvés qui ont été émis au nom de Ceolwulf. La plupart d'entre eux ont été frappés à Londres et du type désigné sous le nom de Cross-and-Lozenge, qui était également utilisé par le roi Alfred de Wessex. La monnaie de Ceolwulf semble être étroitement liée à celle d' Alfred de Wessex , et il a été suggéré sur cette base que les deux rois ont coopéré contre les Vikings. Simon Keynes et le numismate Mark Blackburn ont d'abord suggéré que vers 875, Alfred était le seul dirigeant reconnu à Londres, tandis que l'implication de Ceolwulf n'aurait eu lieu que vers la fin de son règne, 879. Cependant, en 1998, la même année que leur discussion a été publiée, un autre penny Cross-and-Lozenge frappé au nom de Ceolwulf a été découvert, qui semble être contemporain de la première monnaie d'Alfred. En octobre 2015, le «Watlington Hoard» de pièces de monnaie, de bijoux et de lingots d'argent a été découvert près de Watlington, dans l'Oxfordshire. La découverte, datant des années 870, comprenait des pièces portant l'image de deux empereurs romains accompagnés du nom d'Alfred ou de Ceolwulf. [Wikipédia]. AVIS: AVIS: La monnaie en Angleterre anglo-saxonne fait référence à l'utilisation de pièces de monnaie, soit pour une valeur monétaire, soit à d'autres fins, dans l'Angleterre anglo-saxonne au début de la période médiévale. Les archéologues ont découvert de grandes quantités de pièces de monnaie datant de la période anglo-saxonne, provenant soit de trésors, soit de découvertes errantes, ce qui en fait l'un des types d'artefacts les plus abondants qui survivent à cette période. L'anglo-saxoniste MAS Blackburn a noté qu'ils fournissent "une source précieuse de preuves pour l'histoire économique, administrative et politique". Au début du 5ème siècle de notre ère, lorsque la Bretagne, comprenant largement ce qui est aujourd'hui l'Angleterre et le Pays de Galles, a cessé d'être une province de l'Empire romain, la production de monnaie a effectivement pris fin et une économie non monétaire s'est développée. Au 5ème siècle, des groupes tribaux anglo-saxons d'Europe continentale ont migré vers le centre et le sud de la Grande-Bretagne, introduisant leur propre langue, religion et culture polythéistes. Bien que les pièces d'or d'Europe continentale aient été échangées vers l'Angleterre anglo-saxonne, elles ont d'abord été utilisées à des fins décoratives, ne commençant à être utilisées comme monnaie que dans la dernière partie du VIe siècle. C'est à cette époque que les premières pièces anglo-saxonnes ont été produites, même si une production soutenue n'apparaîtra que dans les années 630. Il s'agissait de petites pièces d'or, appelées scillingas (shillings) dans les codes juridiques anglo-saxons survivants, bien qu'elles aient depuis été appelées thrymsas par les numismates. Inspirés des pièces de monnaie produites à la même époque en Francie mérovingienne - géographiquement l'équivalent approximatif de la France moderne - ces premiers shillings d'or anglo-saxons étaient souvent inscrits avec des mots empruntés à la monnaie mérovingienne ou romaine, bien que des exemples aient été trouvés qui portent à la place de tels noms. comme ceux du roi Eadbald de Kent, les monnayeurs Witmen et Pada, ou les noms des monnaies de Londres et de Cantorbéry. De petites pièces épaisses en argent connues sous le nom de sceattas ont également été produites en Angleterre, ainsi que dans les zones continentales germaniques de la côte de la mer du Nord, d'environ 680 à 750, portant des motifs qui présentaient un large éventail d'iconographies. Vers 675, le shilling d'or a été remplacé par le pening d'argent, ou penny, chez les Anglo-Saxons, et cela restera la principale dénomination monétaire anglaise jusqu'au milieu du XIVe siècle, à la fin de la période médiévale. Les premiers sous en argent étaient généralement décorés de motifs géométriques ou picturaux, portant parfois le nom de l'argentier inscrit dessus. Plus rarement, les monnaies produites dans les royaumes de Northumbrie et d'East Anglia portaient les noms de monarques. Dans la dernière partie du 8ème siècle, un nouveau style de penny en argent est apparu dans l'Angleterre anglo-saxonne, plus fin et portant généralement les noms du roi et de l'argentier qui l'avait frappé. Ce nouveau type de penny a apparemment été introduit pour la première fois sous le règne du roi mercien Offa vers 760. À partir du IXe siècle, les monarques et leurs gouvernements ont acquis un plus grand pouvoir sur le contrôle de la production de pièces de monnaie, et les dessins utilisés par les différents monnayeurs se sont normalisés. Dans les années 860, les royaumes anglo-saxons de Mercie et de Wessex ont formé une alliance monétaire par laquelle la monnaie d'un dessin commun pouvait circuler à travers leurs deux terres. AVIS: AVIS: AVIS: AVIS: Peut-être avez-vous imaginé des raiders vikings au nombre de dizaines ou de centaines, faisant une tête de pont au milieu de la nuit pour effectuer des frappes ultra-rapides sur le sol anglais, emportant richesses et femmes, puis s'enfuyant en Scandinavie. Alors que c'était le cas de nombreux Vikings, les archéologues ont découvert des preuves d'un immense campement militaire sur le sol anglais du Lincolnshire au 9ème siècle qui a été établi pour conquérir l'Angleterre. Le camp, mis en place pour l'hiver de 872 à 873 après JC, abritait des milliers de Vikings, indique un communiqué de presse sur le site Web de l'Université de Sheffield. Cette armée était connue sous le nom de Grande Armée païenne dans la Chronique anglo-saxonne de 865 après JC. Cette armée est restée en Angleterre pendant 10 ans, conquérant tous les royaumes sauf le Wessex. En 871, Alfred le Grand d'Essex paya les Vikings pour qu'ils partent. En 875, les Vikings ont attaqué le Wessex, mais le roi Alfred a vaincu la Grande Armée païenne. Le camp viking se trouvait sur les rives de la rivière Trent à Torksey et était un avant-poste stratégique et défensif en hiver pour une partie de la campagne militaire. Des chercheurs des universités de Sheffield et de York ont mené des études qui ont déterminé que des guerriers, des femmes et des enfants vikings vivaient par milliers dans des tentes sur le site. Les chercheurs ont déterminé que les Vikings réparaient les navires, jouaient à des jeux, faisaient fondre du butin d'or et d'argent pour les utiliser dans le commerce et fabriquaient les choses dont ils avaient besoin. La taille et l'emplacement du camp avaient été débattus pendant des années, mais la nouvelle recherche l'a localisé avec précision et a révélé qu'il faisait au moins 55 hectares (135 acres). C'est même plus que certaines villes de l'époque, y compris York, indique le communiqué de presse. Le communiqué de presse cite la chercheuse en chef, la professeure Dawn Hadley du département d'archéologie de l'Université de Sheffield, disant : "Le camp des Vikings à Torksey était bien plus qu'une poignée de guerriers robustes - c'était une base énorme, plus grande que la plupart des villes contemporaines. , avec des commerçants, des familles, des festins et des divertissements. D'après ce qui a été trouvé sur le site, nous savons qu'ils y réparaient leurs bateaux et fondaient de l'or et de l'argent pillés pour fabriquer des lingots - ou des barres de métal qu'ils avaient l'habitude d'échanger. Les détecteurs de métaux ont également trouvé plus de 300 pièces de jeu en plomb, suggérant que les Vikings, y compris des femmes et des enfants, passaient beaucoup de temps à jouer à des jeux pour passer le temps, attendant le printemps et le début de leur prochaine offensive." Les détecteurs de métaux et les archéologues ont trouvé plus de 300 pièces de monnaie et plus de 50 pièces d'argent hachées, y compris des fragments de broches et des lingots. Ils ont également trouvé du hack-gold rare ou de l'or haché. Parmi les pièces se trouvent 100 pièces d'argent arabes qui, selon les chercheurs, sont venues sur le site à partir des routes commerciales vikings. D'autres artefacts comprennent 300 pièces de jeu, des fusaïoles, des poids de pêche, des aiguilles et des outils en fer. Des chercheurs de l'Université de York ont développé une émission de réalité virtuelle pour donner un aperçu de la vie dans le camp militaire viking. Les scènes du spectacle sont basées sur des objets réels que les archéologues et les détecteurs de métaux ont trouvés au camp de Torksey. Les spectacles ouvrent aujourd'hui (19 mai 2017) au Yorkshire Museum. Le professeur Julian Richards du Département d'archéologie de l'Université de York a déclaré : « Ces images extraordinaires offrent un instantané fascinant de la vie à une époque de grands bouleversements en Grande-Bretagne. Les Vikings avaient auparavant souvent attaqué des monastères côtiers exposés et étaient retournés en Scandinavie en hiver, mais à la fin du IXe siècle, ils sont venus en plus grand nombre et ont décidé de rester. Cela a envoyé un message très clair qu'ils prévoyaient désormais non seulement de piller et de raid , mais de contrôler et de conquérir. [AncientOrigins.Net]. AVIS: Les Vikings dans l'histoire et la culture populaire sont connus comme des tueurs, des pillards, des pillards forts et dangereux, assoiffés de sang - des pirates de la terre et de la mer. Mais qui étaient les Vikings et quelles étaient les causes de leurs raids à travers l'Europe du Nord à l'époque viking ? Raids vikings d'Angleterre En 835 après JC, les Vikings danois ont commencé leurs raids le long des côtes anglaises. Au fil des années, les raids ont pris de l'ampleur. En 838 , un grand corps de Vikings débarqua à Cornwall et fut rejoint par des rebelles de Cornouailles, mais ils furent bientôt vaincus par le roi Egbert de Wessex à Hingston Down, près de la rivière Tamar. Les Vikings ont poursuivi leurs raids sur l'Angleterre en 841 et 844. Cependant, en 851, les Vikings sont venus en nombre encore plus grand. Trois cent cinquante navires vikings ont jeté l'ancre dans la Tamise et, lorsqu'ils ont débarqué, ils ont brûlé Cantorbéry et Londres. Le roi Beorhtwulf de Mercie a tenté de repousser les Vikings mais a été vaincu et a fui le champ de bataille. La victoire des Vikings sur Beorthtwulf a donné au roi Aethelwulf de Wessex suffisamment de temps pour rassembler ses forces. Une fois que les Vikings ont retraversé la Tamise, Arthelwulf "s'est battu contre eux à Acleah, et là a fait le plus grand massacre d'hôtes païens". Bien qu'une grande victoire ait été remportée et que les raids se soient terminés temporairement, ce n'était que le début d'autres à venir. En 865 après JC, sept ans après la mort d'Arthelwulf, les Danois avaient attaqué les côtes et se préparaient à une grande invasion dirigée par Ragnar Lothbrok, Ivar le Désossé, Halfdan et peut-être Ubbi, ainsi que des rois et des Jarls inférieurs. La grande armée viking débarqua en East Anglia. Leur mission était de précéder vers le nord avec l'intention de renverser les rois de Northumbrie et d'occuper la vallée d'York, ce qu'ils accomplirent en 866. Northumbria a été dévastée, mais pas vaincue, puisque certains dirigeants indigènes ont résisté à Bernicia. Les Vikings, à la recherche de plus de richesse, se dirigèrent vers le sud, exerçant une pression incessante sur Merica ; ils ont rapidement succombé à la pression viking et ont payé une rançon (Danegeld), et l'ont fait à nouveau en 869. Cherchant à étendre leur sphère d'influence, les Vikings se sont ensuite dirigés vers l'East Anglia, alors dirigée par le roi Edmund, où ils l'ont vaincu et tué en novembre 869, tout en écrasant facilement la résistance anglo-saxonne à Hoxne et Suffolk. Avec East Mercia et Anglia sous contrôle danois, ils se sont déplacés plus loin dans les régions riches et intactes de l'Angleterre. Fin 870, les Vikings, menés par Halfdan, s'installent à Reading, où ils installent rapidement un camp fortifié pour piller la région. Même si les Vikings ont remporté de nombreuses victoires, ils ont été battus par le roi Aethelred I et son frère Alfred en 871. Cependant, la victoire a été de courte durée; les Vikings ont continué à faire pression sur le Wessex, amenant Alfred, qui a succédé à son frère, à décider de payer le Danegeld. Même si Alfred a accepté de payer la rançon, les nombreuses batailles acharnées entre les deux forces ont sauvé le Wessex de nouveaux empiètements. Alors que le Wessex était en sécurité pour le moment, Mercia est tombée durement. L'armée viking s'est déplacée de base en base à Mercie depuis Reading, Londres, Torkey, Repton et Cambridge. Cependant, c'est à Repton vers 874 que le roi Burgred a fui son royaume et l'a laissé entre les mains du Viking Ceolwulf. Au cours des quelques années écoulées depuis l'arrivée des Vikings en Angleterre, ils avaient presque pris tout le pays. Avec Northumbria, East Anglia et Mercia sous leur contrôle, Ceolwulf en voulait plus. Il voulait toute l'île ! AVIS: Alors que son nom est une bouchée, et assez compliqué à cela, le rôle d'Æthelflæd de Mercie au début de l'Angleterre médiévale est plutôt simple. Plus important encore, le rôle qu'elle a joué dans la conquête du Danelaw (la région d'Angleterre dominée par les Vikings) est impératif pour le récit historique de la Grande-Bretagne. La fille aînée d'Alfred le Grand - l'un des trois seuls dirigeants britanniques à recevoir une épithète aussi profonde - Æthelflæd n'était pas simplement la fille et l'épouse de deux rois étonnamment capables; elle était aussi appréciée et considérée que la reine légitime après la mort de son père et de son mari. C'est le seul exemple d'ascension féminine dans l'histoire de la famille royale en Angleterre anglo-saxonne. Æthelflæd a grandi dans un monde divisé. Née d'un roi anglo-saxon, les Vikings étaient à l'apogée de leur frénésie conquérante en Angleterre et elle s'est mariée dans une famille luttant constamment contre les Vikings qui voulaient leur territoire. Au moment de sa naissance, la Grande Armée païenne était déjà venue en East Anglia et les avait conquises, ainsi que la Northumbrie. Son père s'est battu contre les Vikings quand Ivar le Désossé a conduit les habitants du Nord en Mercie, aidant le futur mari d'Æthelflæd, Æthelred. Au cours de ces nombreuses escarmouches, son père, Alfred le Grand, est devenu roi du Wessex. En 883, Æthelred dirigeait la Mercie sous le commandement d'Alfred le Grand. Son mariage était en fait une décision politique stratégique de son père pour s'assurer que les royaumes anglais qui ont survécu aux invasions vikings restent fidèles les uns aux autres, dans l'espoir de débarrasser éventuellement leurs terres de la présence du nord. Bien qu'elle soit une femme, Æthelflæd a joué un rôle important dans la protection des Anglais contre les Vikings. Aux IXe et Xe siècles, lorsque Æthelflæd vivait et régnait, l'Angleterre moderne était divisée en plusieurs royaumes plus petits et indépendants qui, eux-mêmes, étaient divisés en tribus. Parmi les plus appréciés par les historiens figurent East Anglia, Mercie, Northumbria, Wessex et Gwynedd, entre autres. Cette période fut aussi une période de furieuses invasions vikings, la période viking ayant commencé avec le pillage de Lindisfarne en 793 et se poursuivant tout au long du XIe siècle. Ainsi, Æthelflæd a vécu à mi-parcours de ces invasions vikings. Elle et son frère ont été chargés par Alfred le Grand d'assurer la construction continue de structures fortifiées appelées «burhs». L'idée derrière ces burhs était de créer un réseau stratégique de défenses contre les Vikings que les Anglais pourraient facilement atteindre et se déplacer entre eux. Ces burhs étaient à la fois des fortifications de l'âge du fer ou romaines réutilisées et de toutes nouvelles structures commandées par Alfred ou ses enfants. Æthelflæd elle-même est attribuée à l'instigation directe des burhs à des endroits tels que Tamworth et Stafford, le premier important à partir de l'époque romaine, tandis que le second a été fondé par un prince mercien au 8ème siècle. Stafford en particulier intéresse les érudits d'Æthelflæd, "Dame des Merciens", car elle l'a réquisitionné après la mort de son père et de son mari, sécurisant la ville en tant que base militaire de choix. Ce nouveau rôle de "Dame des Merciens" était essentiellement une reconnaissance de sa royauté après la mort de son mari, autorisée en raison des traditions merciennes, et non de celles du Wessex. Non seulement la Dame gagnait du territoire en son propre nom plutôt qu'en son nom et celui de son mari, Æthelflæd menait également plusieurs de ses armées merciennes au combat, aidant les tentatives de son frère de déplacer les Danois du sud en divisant le centre d'intérêt des armées vikings. Qu'Æthelflæd ait réussi à vaincre diverses armées vikings est un exploit en soi pour une femme médiévale. Qu'elle l'ait fait sans mari, sans l'aide de son père ou de son frère, et avec le plein soutien de son peuple mercien en dit long sur l'impact qu'Æthelflæd a eu sur la vie et les événements de la Mercie et du Wessex au Xe siècle. C'est un témoignage à la fois de son éducation et de son intellect et de sa fierté individuels. Tamworth et Stafford restent deux endroits appréciés dans l'Angleterre moderne et sont donc des monuments à la femme qui les a procurés en tant que puissants centres de commandement militaire contre les envahisseurs vikings. Bien qu'Æthelflæd n'ait honoré aucune monnaie à son époque, ses actions ont honoré ses royaumes natals et mariés en aidant à la sécurité de son peuple. [Ancient Origins.Net] . AVIS: Des membres d'un club de détection de métaux ont découvert un seau en plomb rempli de plus de 5 000 pièces anglo-saxonnes en argent en décembre 2014. Les pièces de monnaie, qui présentent les visages des rois anglo-saxons, dont Ethelred the Unready et Canute, avaient été recouvertes de deux pieds de terre. «Ils sont comme des miroirs, sans rayures, et enterrés très soigneusement dans un conteneur en plomb, au plus profond. Il semble que seules deux personnes aient manipulé ces pièces. La personne qui les a fabriqués et la personne qui les a enterrés », a déclaré le chef du club Pete Welch au Daily Record. L'archéologue Ros Tyrrell a été appelée pour aider à fouiller les pièces de monnaie vieilles de 1 000 ans. "Lorsque les pièces auront été correctement identifiées et datées, nous pourrons peut-être deviner pourquoi un si grand trésor a été enterré", a ajouté un porte-parole du Bucks County Museum. AVIS: Le British Museum a dévoilé un trésor de pièces de monnaie trouvées par un détecteur de métaux qui a alerté un officier du Portable Antiquities Scheme et a participé aux fouilles archéologiques. Le trésor contient 186 pièces de monnaie, sept bijoux vikings et 15 lingots. Certaines des pièces représentent des personnages censés représenter le roi Alfred le Grand de Wessex, qui a régné de 871 à 899 après JC, et le roi Ceolwulf II de Mercie, qui a régné de 874 à 879. Ceolwulf II a été largement oublié par l'histoire, mais les pièces suggèrent que les deux rois partageaient une puissante alliance sur un pied d'égalité. "Voici une image politique plus complexe dans les années 870 qui a été délibérément déformée dans les années 890 après qu'Alfred ait pris le contrôle de l'ensemble du royaume de Ceolwulf", a déclaré Gareth Williams, conservateur de la monnaie médiévale au British Museum, au Telegraph. Les pièces ont été produites au nom des deux rois et dans un certain nombre de monnaies différentes. "Cela jette un nouvel éclairage sur une période très mal comprise de l'histoire anglaise", a déclaré Williams. AVIS: En l'an 410 après JC, l'empereur romain d'Occident Honorius répondit aux magistrats de la ville de Britannia, qui avaient demandé de toute urgence de l'aide contre les envahisseurs. Rome n'avait pas de légions à revendre ; ils devraient se tourner vers leur propre défense. Les envahisseurs comprenaient des tribus germaniques de l'autre côté de la mer du Nord, un peuple que nous connaissons sous le nom d'Anglo-Saxons. Leur langue est l'ancêtre de l'anglais moderne. Les anglo-saxons païens sont venus faire des raid et piller mais sont restés pour s'installer et régner. Ils ont établi une constellation changeante de royaumes mineurs qui ont poussé les chrétiens romano-britanniques vers le nord et l'ouest. Pendant les deux premiers siècles, les Anglo-Saxons n'ont émis aucune monnaie, leurs modestes besoins fiscaux étant satisfaits par des pièces franques importées. À Sutton Hoo dans le Suffolk sur la côte est, un roi (peut-être Rædwald, qui a gouverné l'East Anglia vers 599 - vers 624) a été enterré avec un riche trésor [2] - y compris une bourse avec 37 tremisses d'or des Mérovingiens francs , chacun d'un atelier différent. C'était peut-être une collection de pièces de monnaie. En 595, le pape Grégoire Ier envoya des moines dirigés par Augustin[3] dans le royaume anglo-saxon du Kent, où le roi païen Æthelberht avait épousé une princesse chrétienne franque. Au cours des décennies suivantes, les Anglo-Saxons se sont convertis au christianisme et Augustin est devenu le premier archevêque de Cantorbéry et plus tard un saint. Les premières pièces de monnaie anglo-saxonnes étaient des imitations ou des copies proches des tremisses en or qui circulaient à travers la Manche en France. Depuis le XVIIe siècle, les numismates appellent ces pièces rares « thrymsas »[4] mais elles étaient probablement connues sous le nom de « shillings » (ou scillingas) et représentaient le prix d'une vache ou d'un mouton. Une poignée de pièces de monnaie plus grandes, copiées des solidi romains tardifs, ont probablement été frappées comme cadeaux royaux pour des occasions spéciales. Un trésor enterré avant 650 et découvert en 1828 à Crondall dans le Hampshire contenait 73 thrymsas divers, maintenant au musée Ashmolean de l'université d'Oxford. Beaucoup ont un buste grossier à l'avers et une croix, entourée du nom d'un monnayeur (comme WITMEN) au revers. Les « monnayeurs » étaient des entrepreneurs privés, peut-être des orfèvres, qui produisaient des pièces sur commande pour un roi ou un évêque. Des thrymsas ont été frappés à Cantorbéry, d'autres à Londres. Quelques-uns sont connus de York. Les thrymsas « post-Crondall » datent d'après 650 ; un type commun est le revers des «deux empereurs», dérivé de l'imagerie sur un solidus en or du quatrième siècle de Magnus Maximus, la dernière pièce de monnaie romaine frappée en Grande-Bretagne. Le type rare "Crispus" imite le portrait de pièce de monnaie d'un des fils de Constantin le Grand, mais dans un style local abstrait où les détails du casque et de la crest sont transformés en une coiffure élaborée. Thrymsas est devenu de plus en plus dégradé au fil du temps, jusqu'à ce qu'ils ne soient plus que des pièces d'argent avec une trace d'or. Vers l'an 680 l'or disparaît du monnayage. Les pièces d'argent qui continuaient à être frappées étaient probablement appelées "penningas", mais grâce à un de ces malentendus historiques si fréquents en numismatique, elles sont connues aujourd'hui par un autre mot anglo-saxon : sceat, ou sceatta, qui signifie "richesse". ou "trésor". Les soi-disant «sceattas primaires» ont été frappées pendant une période d'environ 25 ans (vers 675-700). Pièces épaisses, de 12 à 13 mm de diamètre, elles pèsent de 1,0 à 1,3 gramme et sont en argent presque pur (90-95%). Vingt grains d'orge du milieu de l'épi pèsent presque exactement 1,3 gramme, et c'est peut-être la norme théorique. Le dessin de l'avers est généralement un buste grossier, avec quelques lettres ou runes d'une pseudo-inscription fragmentaire ou brouillée. Un revers commun est dérivé d'un « vexillum » - un étendard militaire romain ou un drapeau couramment représenté sur les pièces de monnaie du IVe siècle. Un autre type de revers montre un oiseau au sommet d'une croix. L'un des types les plus courants est le "porc-épic" - une description fantaisiste de la conception abstraite simple de l'avers, qui peut avoir commencé comme un buste (avec les "piquants" représentant les cheveux brossés en arrière) ou comme une représentation d'un loup (avec les "piquants" représentant les poils hérissés sur le dos arqué de la bête.) Des preuves accumulées suggèrent que bon nombre de ces pièces ont été frappées à travers la mer du Nord en Frise (qui fait maintenant partie des Pays-Bas et du nord de l'Allemagne), où les Frisons parlaient une langue étroitement liée à l'anglo-saxon. Il y avait un commerce important entre la Grande-Bretagne et le continent, et l'argent utilisé dans les pièces anglo-saxonnes provenait probablement des riches mines de Melle[5] (à environ 400 km au sud-ouest de Paris, France). À partir de 710 environ, les sceattas montrent une prolifération extraordinaire de dessins originaux créatifs (par opposition aux imitations d'anciennes pièces de monnaie romaines). Certaines d'entre elles rappellent le style de la monnaie celtique pré-romaine britannique et pourraient avoir été inspirées par des découvertes accidentelles de telles pièces. Plus de 150 modèles différents sont connus, identifiés par un système assez complexe de « séries » lettrées et de « types » numérotés[6]. Nous voyons des têtes humaines et des figures debout, des animaux et des oiseaux stylisés et des motifs géométriques, en particulier des variations de la croix chrétienne. Ce que nous ne voyons généralement pas, ce sont des inscriptions qui pourraient identifier le souverain, la date, le royaume ou l'atelier d'origine ; ceux-ci doivent être déduits par un travail de détective numismatique : analyse du style, composition du trésor et répartition des lieux de trouvailles. Le poids de ces « sceattas secondaires » diminue à un gramme ou moins et l'alliage est progressivement dégradé de 60 à 80 % d'argent à seulement environ 20 %. Dans la géopolitique complexe des royaumes anglo-saxons, Mercie[7], occupant une position centrale dans les Midlands anglais, a atteint une position dominante sous le roi Offa (gouverné 757-796). Fortement influencée par les prototypes classiques, la monnaie d'Offa a connu de nombreux changements au cours de son long règne. Ses monnaies à portrait, frappées après 780, le montrent coiffé d'un diadème antique et donnent son titre en latin : « Rex » (roi). Il a également frappé de rares pièces de monnaie de portrait honorant sa reine, Cynethryth - l'une des rares femmes à apparaître sur une pièce de monnaie au Moyen Âge. L'une des pièces les plus remarquables de la vaste collection du British Museum est un « dinar » en or unique frappé au nom d'Offa. Il imite la monnaie du calife abbasside al-Mansur, qui a régné à Bagdad de 754 à 775. Il pèse 4,28 grammes et mesure 20 mm de diamètre. Au milieu du texte arabe légèrement maladroit sur l'avers, "OFFA REX" est inscrit à l'envers, probablement parce que le graveur ne connaissait pas l'arabe. "Le but de la pièce est incertain. Il a été suggéré qu'il a été fait comme un cadeau pour le pape (il a été enregistré pour la première fois à Rome), mais il est peu probable qu'un roi chrétien ait envoyé au pape une pièce avec une inscription indiquant qu'il n'y a de Dieu qu'Allah seule'... Il est plus probable qu'il ait été conçu pour être utilisé dans le commerce; Les dinars islamiques en or étaient à l'époque la monnaie la plus importante de la Méditerranée. La pièce d'Offa ressemblait suffisamment à l'original pour être facilement acceptée dans le sud de l'Europe, tandis qu'en même temps son propre nom était clairement visible. En 796, Offa fut remplacé par son fils Ecgfrith, qui mourut bientôt, et Coenwulf monta sur le trône de Mercie. En 2001, un amateur de détection de métaux se promenant avec son chien a trouvé une pièce d'or de Coenwulf à quelques centimètres sous un sentier dans le Bedfordshire. Etat quasi neuf, le type était jusqu'alors inconnu. En fait, seules sept pièces d'or anglaises étaient connues auparavant de cette période, celle-ci étant la huitième. Cinq ans plus tard, la pièce a été achetée par le British Museum pour 357 832 £ (en 2015, ce serait environ 544 513 $ US). L'image de l'avers suit de près le portrait des pièces de monnaie impériales romaines tardives. L'inscription latine au revers, DE VICO LUNDONIAE, entourant une fleur à huit pétales, se traduit par "du comptoir de Londres". Pesant 4,33 grammes, 20 mm de diamètre et environ 85% d'or, la dénomination de la pièce est un mancus, de l'arabe manqush, une unité fractionnaire de poids. Il s'agissait probablement d'une pièce de présentation, destinée à rivaliser avec une émission similaire du souverain franc contemporain, Charlemagne. La monnaie anglo-saxonne a continué en Angleterre jusqu'à ce que le dernier roi saxon, Harold Godwinson, soit tué au combat à Hastings en 1066. Comme vous vous en doutez, les pièces anglo-saxonnes se trouvent principalement en Angleterre, bien que des trésors aient été trouvés en Scandinavie, en Russie et même en Italie (portés par des pèlerins chrétiens à Rome). Ils apparaissent généralement en premier dans l'inventaire des principaux marchands et maisons de vente aux enchères britanniques. La popularité croissante de la détection de métaux en tant que passe-temps légal au Royaume-Uni signifie que de nouvelles découvertes sont continuellement faites, comme un spectaculaire trésor récent de cinq mille cents en argent des dixième et onzième siècles. Les thrymsas en or sont assez rares et se vendent pour des milliers de dollars américains lorsqu'ils apparaissent sur le marché. Une vente moderne importante a été la collection Subjack (121 lots) vendue par Italo Vecchi à Londres en 1998. Les sceattas et les sous en argent vont du commun au rare, et à l'exception des plus grandes raretés ou des spécimens les plus superbes, ils coûtent généralement quelques centaines de dollars. AVIS: Une pièce anglo-saxonne en or perdue il y a 1 200 ans au bord d'une rivière dans le Bedfordshire est devenue la pièce britannique la plus chère lorsqu'elle a été achetée par le British Museum pour 357 832 £ (plus d'un demi-million de dollars). Un peu plus petit qu'une pièce de monnaie d'une livre de diamètre et beaucoup plus mince, le mancus scintillant, la valeur de 30 jours de salaire pour un ouvrier qualifié anglo-saxon, se classe désormais parmi les objets les plus précieux du musée. Les experts ont décrit la pièce comme "la trouvaille des 100 dernières années". Fabriquée à plus de 85 % d'or, pesant 4,33 g et ne montrant presque aucun signe d'usure, la pièce a été frappée en 805-810 sous le règne de Coenwulf, le roi de Mercie, d'East Anglia et du Kent, le souverain le plus puissant de Grande-Bretagne. à l'époque et une figure significative dans l'unification progressive de l'Angleterre. La pièce porte son nom, son titre et une image de lui et, au revers, l'inscription intrigante DE VICO LVNDONIAE (De la place de commerce de Londres). En plus d'être dans un état presque parfait, sa signification, selon le musée, est qu'il s'agit de la première pièce d'or au nom d'un souverain anglais destinée à faire partie d'une monnaie en circulation. Plusieurs dizaines de pièces anglo-saxonnes en argent ont été déterrées, mais le mancus de Coenwulf n'est que la huitième pièce d'or britannique - le musée en possède maintenant sept - coulée entre 670 et 1257 à être trouvée. Les exemples antérieurs en or, dont un datant du règne d'Offa, le prédécesseur de Coenwulf à la tête de la Mercie, étaient des pièces de monnaie de cérémonie. On sait peu de choses sur la monnaie anglo-saxonne - et encore moins sur Coenwulf qui régna sur la Mercie de 796 à 821. Mais malgré l'énorme valeur de la pièce, Gareth Williams, le conservateur anglo-saxon du musée, a déclaré hier qu'il était convaincu qu'elle était utilisée comme monnaie en raison de l'inscription inattendue. Coenwulf était, comme les dirigeants avant et après lui, sous l'emprise de la langue et de la culture des Romains qui avaient quitté la Grande-Bretagne trois siècles plus tôt. Sa décision d'utiliser le mot vicus, signifiant un centre commercial, sur la pièce plutôt que civitas, le siège de l'autorité de la ville, est une forte indication que la pièce était destinée au commerce. Le mancus a été trouvé à plusieurs centimètres sous un sentier sur la rive de l'Ivel près de Biggleswade en 2001 par un amateur de détecteurs de métaux se promenant avec son chien. Mais comment la pièce est arrivée là-bas, personne ne peut le deviner. "Cela aurait été une perte grave", a déclaré M. Williams. Une fouille récente près de la rivière - non encore documentée par les archéologues - a mis au jour les vestiges d'une place de marché anglo-saxonne qui aurait pu être la destination de celui qui a perdu la pièce. L'image de Coenwulf, un personnage assoiffé de sang qui a volé le trône au fils d'Offa, puis a envahi l'East Anglia et le Kent pour créer un empire s'étendant de la côte sud aux frontières galloises et au Humber, n'est probablement pas une bonne ressemblance, a déclaré M. Williams. "Les souverains de l'époque ont choisi de se faire passer pour des empereurs romains." Il a poursuivi : « C'est peut-être très cher mais c'est une découverte absolument top. Il est magnifiquement conservé. Il n'a aucune usure et doit avoir été fraîchement frappé lors de sa perte. Son état est tellement exceptionnel qu'on s'en doutait au départ. Nous avons dû le tester assez minutieusement avant d'être convaincus." AVIS: "The Cuerdale Hoard", écrit par Gareth Williams. Le Cuerdale Hoard est le plus grand trésor d'argent viking jamais trouvé, en dehors de la Russie, dépassant de loin en échelle et en portée tout trésor trouvé dans les terres scandinaves ou dans les régions occidentales de la colonie viking. Contenant environ 8 600 pièces de monnaie et lingots d'argent lorsqu'ils ont été trouvés, et pesant environ 40 kg, c'est un assemblage étonnant, aussi impressionnant même dans sa forme légèrement appauvrie aujourd'hui qu'il devait l'être lors de sa création au début du Xe siècle. Il a été trouvé le 15 mai 1840 par des ouvriers engagés dans la réparation du remblai du côté sud de la rivière Ribble à Cuerdale, près de Preston, Lancashire. Le trésor avait été enterré dans un coffre en plomb, dont des fragments subsistent, et la présence de petites épingles en os suggère que certaines des pièces ou des lingots avaient été emballés dans des sacs ou des colis séparés, sécurisés par ces épingles. Une action rapide de l'huissier du propriétaire foncier a permis de récupérer la quasi-totalité du trésor; les ouvriers étaient autorisés à conserver une pièce chacun pour eux-mêmes. Il a été déclaré trésor lors d'une enquête le 15 août 1840, propriété de la reine Victoria du chef de son duché de Lancaster ; le duché l'a ensuite transmis au British Museum pour examen avant sa distribution à plus de 170 destinataires. La part du lion, cependant, a été attribuée au British Museum. Les pièces trouvées avec le trésor révèlent qu'il a dû être enterré entre 905 et 910, peu après l'expulsion des Vikings de Dublin en 902. La vallée de Ribble, un marigot paisible aujourd'hui, était alors la route principale entre Viking York et la mer d'Irlande ; ce fait, ainsi que les origines nordiques irlandaises d'une grande partie des lingots et la présence de pièces de monnaie nouvellement frappées fabriquées par les Vikings de York, ont conduit les chercheurs à suggérer que cet énorme trésor aurait pu être un trésor de guerre, assemblé par des exilés nordiques irlandais ayant l'intention monter un corps expéditionnaire pour réoccuper Dublin à partir d'une base sur l'estuaire de Ribble. On suppose souvent que les trésors de l'ère viking ont été enterrés en cas de danger et n'ont pas été récupérés parce que la personne qui avait caché le trésor a été tuée, capturée ou forcée de fuir. C'est probablement une bonne explication pour de nombreux trésors, et la menace des raids vikings était en elle-même suffisante pour que de nombreuses personnes cachent leurs trésors. Cependant, il existe d'autres raisons possibles pour lesquelles un trésor peut être caché et non récupéré. La première est que le trésor a été enterré pour des raisons religieuses. On dit que les païens de l'ère viking croyaient qu'un homme aurait l'usage dans l'au-delà de tout trésor qu'il aurait enterré de son vivant. Cependant, cette histoire a été écrite longtemps après la christianisation de la Scandinavie, et on ne sait pas si elle est vraie. Une autre possibilité est que la thésaurisation soit liée à l'étalage de richesse et de pouvoir. Si un dirigeant souhaitait paraître généreux et prospère, il devait être en mesure de distribuer de l'argent à ses partisans. Cela signifierait stocker de l'argent prêt à être distribué, et même sans menace spécifique, il serait important de garder l'argent en sécurité jusqu'à ce qu'il soit distribué. Si un dirigeant souhaitait paraître généreux et prospère, il devait être en mesure de distribuer de l'argent à ses partisans. Une démonstration de richesse encore plus spectaculaire consisterait à retirer définitivement l'argent de la circulation en l'enterrant. Dans la saga d'Egil, le héros Egil Skallagrimsson fait précisément cela, cachant son trésor pour fournir un sujet de discussion permanent aux autres. Ce type de destruction ostentatoire de la richesse trouve des parallèles dans de nombreuses cultures. Certaines de ces possibilités peuvent probablement être exclues dans le cas de Cuerdale. Le trésor contient à la fois des pièces chrétiennes assez fraîchement frappées du Danelaw et des lingots marqués d'une croix. Cela suggère qu'il est peu probable que le trésor ait été enterré pour des raisons religieuses, tandis que sa taille énorme rend peu probable qu'il ait été symboliquement retiré de la circulation. Cependant, le fait que le trésor contienne des parcelles identifiables, acquises à des moments et à des endroits différents, serait cohérent avec un stock soigneusement caché qui s'est étoffé progressivement, ainsi qu'avec un seul trésor enfoui à cause d'une crise soudaine. Le trésor de Cuerdale contient plus de 7 000 pièces. Ensemble, ils démontrent très clairement l'échelle internationale de l'activité viking, ainsi que la preuve de la datation du trésor. Sans surprise, la plupart des pièces proviennent d'Angleterre, qu'il s'agisse d'émissions officielles anglo-saxonnes (environ 1 000) ou de pièces du Danelaw (environ 5 000). Cependant, le trésor contenait également environ 1 000 pièces franques, une poignée de premières pièces scandinaves, environ 50 dirhams coufiques de tout le monde islamique, quelques imitations de pièces coufiques d'Europe de l'Est et une seule pièce byzantine. Il est probable que les pièces scandinaves, byzantines, coufiques et d'imitation coufique soient toutes venues de Scandinavie en Grande-Bretagne, reflétant les liens des Vikings avec l'est à travers les systèmes fluviaux russes. Les monnaies franques témoignent de multiples raids sur le continent. Un groupe contient des pièces de monnaie du soi-disant Empire du Milieu, qui s'étendait des Pays-Bas modernes jusqu'au nord de l'Italie. Ces pièces ont probablement été acquises lors de raids aux Pays-Bas, où le port de Dorestad était une cible répétée. La date et l'état de ces pièces suggèrent qu'elles ont été acquises à au moins deux reprises. Il en va de même pour le groupe beaucoup plus important de pièces acquises lors de raids sur ce qui est aujourd'hui l'ouest de la France. Le matériel en anglais suggère également une variété de sources. L'état des pièces anglo-saxonnes suggère qu'elles sont arrivées au compte-gouttes plutôt que toutes acquises en même temps, et cela reflète probablement autant le commerce en cours que les raids. En revanche, la monnaie du sud de Danelaw semble être venue vers le nord en groupes distincts, dont l'un n'avait été frappé que récemment lorsque le trésor a été déposé. Enfin, la monnaie locale de Viking Northumbria, le plus grand groupe unique du trésor, montre une certaine variation d'usure, mais toutes les pièces étaient relativement nouvelles. Cela suggère que ces problèmes circulaient localement et que le trésor n'a été enterré que quelques années après l'introduction de cette monnaie. Notre connaissance de la datation des émissions de Danelaw provient en grande partie du trésor, plutôt que l'inverse, mais les pièces anglo-saxonnes, franques et coufiques indiquent toutes systématiquement une date entre 905 et 910 après JC. La majeure partie du trésor, en termes de poids, était constituée de lingots - pesant plus de 36 kg (80 lb). Une partie avait été fondue en lingots de formes et de poids variés ; une grande partie du reste se compose de bijoux en argent et d'autres articles qui avaient été découpés en petits morceaux destinés au creuset ou à partager en guise de paiements. La nature très variée de ce soi-disant hack-silver témoigne de la mobilité et des contacts lointains des Vikings. Une grande partie est d'origine irlandaise nordique, y compris des types d'anneaux de bras estampés distinctifs, entiers et hachés, et des fragments de broches penannular à bossage spectaculaires et de broches en chardon; ces bijoux personnels volumineux et imposants étaient une richesse portable ainsi que des pièces jointes fonctionnelles et décoratives.À côté de ces produits relativement locaux, cependant, se trouvaient des articles plus exotiques, correspondant aux pièces du trésor dans leur gamme et leur diversité. Des anneaux de bras et des anneaux de cou de différents types de Scandinavie sont présents en certaine quantité, comme on pourrait s'y attendre ; mais il y a aussi des fragments d'anneaux dits permiens, de la Baltique orientale, ainsi que quelques perles slaves. D'Europe occidentale provient une très belle boucle carolingienne dorée, ainsi que des fragments de broche et une monture décorative - témoignage sans doute des raids vikings bien attestés sur la France. La portée nord de l'entreprise viking est visible dans une feuille d'argent décorée et un fragment de peigne en argent, tous deux apparemment d'origine picte.La plus grande surprise, cependant, est peut-être que parmi tout ce vaste assemblage, il n'y a que deux pièces d'origine anglo-saxonne - un fin bracelet et une petite monture - à comparer au total de plus de 1 000 pièces anglo-saxonnes dans le trésor. . Ces différents éléments se sont réunis dans le trésor à partir de nombreuses parcelles distinctes, accumulées au fil du temps et à travers les distances ; mais ils sont un témoin graphique à la fois de la portée audacieuse de l'activité viking et de l'énorme richesse qu'elle a générée. AVIS: Les Britanniques ont commencé à fabriquer des pièces de monnaie à partir d'environ 100 avant JC, à l'imitation de la pratique romaine. Ils ont été fabriqués principalement dans le West Country ou la vallée de la Tamise. Cette pratique a été arrêtée par les Romains lorsque la Grande-Bretagne est devenue une partie de l'Empire, et seules les pièces de monnaie romaines importées étaient autorisées. Les pièces de monnaie romaines n'ont pas été frappées à nouveau en Grande-Bretagne avant 155 après JC, mais une fois commencées, ce processus s'est poursuivi jusqu'à la fin des années 300, lorsque l'Empire romain a commencé à se désintégrer. Au début de la période anglo-saxonne, où les pièces de monnaie étaient utilisées, il s'agissait de pièces d'or du continent - le «solidus» pesant 4 grammes, ou une pièce d'un tiers de sa valeur, appelée «tremissis». En raison de leur valeur élevée, ils étaient assez inutiles pour les transactions quotidiennes et étaient de toute façon plus prisés comme bijoux ou comme cadeaux que comme monnaie.Il fallut plus de deux siècles plus tard, vers les années 620, avant que les Anglo-Saxons ne commencent à frapper leurs propres pièces d'or, appelées « thrymsas », qui faisaient écho au latin « tremissis ». Ce sont probablement les ancêtres des « shillings ». Les dessins étaient souvent des imitations de ceux romains, avec des lettrages parfois mal formés ou n'ayant même pas de sens ! Vers la fin des années 600, la monnaie d'or a disparu, pour être remplacée par une monnaie d'argent pur. Les nouvelles pièces étaient appelées "sceattas", mais ce n'est que dans les années 760 qu'une nouvelle monnaie "penny" a commencé, d'abord en Mercie, puis dans le Kent, avec douze pour un shilling. Ils représentaient probablement environ une journée de salaire pour un ouvrier qualifié, de sorte que la plupart des transactions courantes se faisaient sans doute encore par troc, paiement en nature ou par échange de faveurs.Les « Sceattas » disparaissent peu à peu de la scène, sauf en Northumbrie, où elles continuent à être fabriquées en argent de plus en plus dégradé. Finalement, ils ont été frappés en bronze ou en laiton, avant de disparaître complètement. Ces pièces étaient appelées « stycas ». Les pièces étaient toutes généralement minuscules - pas plus grosses qu'un ongle - mais dans la période ultérieure, leur taille a presque doublé. Les premiers demi-centimes ont été fabriqués dans les années 880, mais après 973, lorsque le roi Edgar a réformé la monnaie, des unités plus petites qu'un centime ont été fabriquées simplement en coupant une pièce en deux ou même quatre ("farthings").Les pièces étaient frappées au coin des monnaies royales par des « monnayeurs », qui pouvaient tamponner plus de 2 000 flans par jour dans un atelier. Les matrices ont d'abord été fabriquées localement, plus tard uniquement sous la supervision du roi, et plus tard encore dans cinq centres régionaux seulement. Les monnaies les plus importantes se trouvaient dans le sud-est, où affluaient les lingots étrangers et l'argent monnayé. était le plus grand. À la fin de la période anglo-saxonne, cependant, le nombre de menthes était de nouveau passé à plus de quatre-vingt-dix, dont beaucoup se trouvaient maintenant dans le nord. La tradition de montrer la tête du roi d'un côté («l'avers») s'est développée vers la fin de la période.Le magistrat était assis à une souche d'arbre avec la partie inférieure de la matrice en acier fixée dessus. Le flan de pièce, encore chaud, a été placé sur le poinçon inférieur et le poinçon supérieur placé sur le flan. Il a ensuite frappé le coin supérieur avec un marteau et a fabriqué la pièce. Les ébauches peuvent avoir été fabriquées à partir de moules en argile, découpées dans une fine feuille d'argent ou, plus probablement, découpées à l'emporte-pièce. De temps en temps, de précieuses pièces d'or appelées «mancus» étaient frappées, d'une valeur de trente pence. Cela représentait un penny du mois d'aethelstan, les salaires des deux côtés, donc ils ne pouvaient pas avoir été en circulation très courante ! Des dizaines de millions de pièces de monnaie en argent ont cependant été frappées pendant la période anglo-saxonne. Après les réformes du roi Edgar, les pièces étrangères devaient par la loi être fondues et refrappées, et même les pièces anglaises devaient être échangées pour être refrappées tous les six ans environ. La circulation de l'argent devenait de plus en plus contrôlée et sophistiquée.Après les années 90, des millions de pennies anglais ont été envoyés en tant que "Danegeld" en Scandinavie - le prix payé pour les promesses maintes fois répétées des Vikings de ne pas poursuivre leurs raids. Une « livre » en monnaie était simplement un poids d'une livre (Troy) d'argent – et les Vikings exigeaient plusieurs milliers de livres à chaque fois qu'un accord était conclu. En 1066, le système monétaire anglo-saxon était si efficace et si bien établi que, bien que les Normands aient opéré de nombreux changements profonds dans le pays qu'ils ont conquis, ils ne voyaient aucun besoin de changer quoi que ce soit en matière d'argent. Un anglo-saxon pourrait être très intrigué par le papier-monnaie moderne ou les cartes en plastique, mais il reconnaîtrait les sous dans votre poche sans aucun problème ! AVIS: Lorsque les Romains sont partis, juste après AD400, les pièces de monnaie ont cessé d'être fabriquées. Les premiers Anglo-Saxons n'utilisaient pas de pièces de monnaie, mais ils réutilisaient certaines pièces de monnaie romaines. Certaines pièces de monnaie ont été importées du continent, d'endroits comme la France. Des pièces comme celle-ci ont été trouvées dans l'enterrement de Sutton Hoo. Au VIIe siècle (AD600-699), les Anglo-Saxons ont commencé à fabriquer leurs propres pièces. Les rois voulaient des pièces de monnaie pour montrer leur importance et leur richesse, pour les utiliser dans le commerce et parce que les menthes étaient rentables.Au début de cette période, les pièces de monnaie étaient en or et étaient très précieuses, elles n'étaient donc pas utilisées pour les transactions quotidiennes. La plupart des gens utilisaient le troc, qui consistait à échanger des biens plutôt que des pièces. Les pièces de monnaie ont commencé à être plus largement utilisées au cours du VIIIe siècle (700-799 après JC), en particulier dans le sud et l'est de l'Angleterre. Chaque royaume avait ses propres pièces de monnaie avec la tête de leur propre roi sur ces pièces. Un commerçant qui voyageait entre les royaumes aurait besoin de changer ses pièces dans la monnaie locale - tout comme les gens le font aujourd'hui lorsqu'ils voyagent à bord.Au fil du temps, comme il y avait de moins en moins de royaumes, il y avait moins de types de pièces mais plus de monnaies produisant des pièces. Il y avait donc plus de pièces en circulation. Les pièces ont commencé à être faites d'argent au lieu d'or. Les premières pièces de monnaie anglo-saxonnes étaient utilisées par des personnes riches et importantes comme cadeaux, pour acheter des terres, pour payer des amendes et des impôts et pour le commerce à longue distance. Au cours de la fin du IXe au XIe siècle (AD850-AD1066), les pièces de monnaie sont devenues plus courantes. Par conséquent, plus de gens pourraient les utiliser pour acheter des objets. Aujourd'hui nous avons des pièces avec beaucoup de valeurs différentes mais les anglo-saxons n'avaient pas autant de types de pièces avec des valeurs différentes. Donc, pour réduire la valeur d'une pièce, ils la coupaient en deux ou en quatre. Par exemple, si une pièce valait un centime mais qu'ils voulaient acheter quelque chose qui valait un demi-centime, ils coupaient une pièce d'un centime en deux et utilisaient la moitié de la pièce. Les archéologues trouvent souvent ces pièces coupées. AVIS: Le British Museum dévoile aujourd'hui la pièce la plus chère de l'histoire. La pièce du IXe siècle représente Coenwulf, le souverain du royaume anglo-saxon de Mercie de 796 à 821, et on pense qu'il s'agit du plus ancien exemple de monnaie en or commémorant un souverain britannique - ce qui aide à expliquer pourquoi le musée a payé 357 832 £. à l'anonyme qui l'a trouvé près de Bedford en 2001. "C'est complètement sans précédent", déclare Gareth Williams, conservateur du musée de la monnaie du début du Moyen Âge. "La pièce britannique la plus chère avant cela était un sou en or d'Henri III, qui valait quelque chose comme 145 000 £."Pour mettre la découverte en contexte, il n'y a que huit pièces anglaises connues datées entre 700 et 1250. C'est la première découverte depuis plus de 50 ans. Williams est particulièrement enthousiasmé par le libellé au dos de la pièce, "De Vico Lvondoniae", qui signifie "De la place commerciale de Londres". "Londres est considérée comme un vicus, une partie de Ludenwic et un centre d'autorité et il est frappant que Coenwulf choisisse de le décrire de cette manière", déclare Williams. "Je pense qu'il imite une pièce de monnaie de son contemporain, l'empereur franc Charlemagne, qui était le souverain le plus puissant d'Europe. Coenwulf dit en gros : "Je suis aussi bon que Charlemagne et Londres est aussi bon que Dorestadt." Il fait la promotion de Londres sur une monnaie commerciale internationale en tant que centre commercial majeur."De nombreuses pièces de monnaie anciennes portent des messages. Parmi la sélection de découvertes britanniques notables illustrées, il y en a une trouvée dans l'Oxfordshire en 2003 qui représente Domitanius, un empereur romain négligé par l'histoire. Sa pièce nous informe qu'il a gouverné la Gaule et la Grande-Bretagne en 271, en tant que chef de l'empire « gaulois » dissident. Un autre, un penny en argent du roi Alfred datant d'environ 880, est, comme la pièce Coenwulf, une pièce de Londoncentrisme, destinée à marquer la reprise de la ville par les Anglo-Saxons aux Vikings. L'étrange monogramme d'un côté constitue les lettres "Lvndonia". Le musée possède également le premier halfpenny anglais encore en vie, mais il ne coûte que quelques milliers de livres. Pourquoi la pièce Coenwulf était-elle tellement plus chère ? "C'est l'une des plus belles pièces anglo-saxonnes que l'on ait jamais vues. Le demi-penny était historiquement intéressant, mais il est petit, minable et argenté. Celle-ci est en or et est entrée dans le sol dans un état proche de l'état neuf, c'est donc une pièce très collectionnable."AVIS: Un trésor d'argent viking, de bijoux et de pièces saxonnes a été découvert par un détecteur de métaux dans un champ de l'Oxfordshire. Le trésor "important" de 186 pièces de monnaie, lingots et bijoux a été découvert par le chasseur de trésors amateur James Mather, dans le champ d'un fermier près de Watlington en octobre. La découverte devrait éclairer la période de l'histoire anglo-saxonne qui a vu le roi Alfred le Grand de Wessex vaincre les Danois vikings, puis bannir de l'histoire son ancien allié, le roi Ceolwulf II de Mercie.Le Daily Mail rapporte :Plus de 200 pièces d'argent, dont des pièces de monnaie, des lingots et des bijoux vikings datant des années 870, ont été dévoilées au British Museum de Londres. On pense que le trésor a été enterré à la fin du siècle, dans la période qui a suivi la défaite des Vikings par Alfred le Grand de Wessex à Edington dans le Wiltshire. Les artefacts «d'importance nationale» ont été découverts par un détecteur de métaux près de Watlington, dans l'Oxfordshire, en octobre de l'année dernière et révèlent des indices sur la manière dont Alfred le Grand de Wessex et le roi Ceolwulf II de Mercie ont pu coopérer pour combattre les envahisseurs.James Mather, 60 ans, cherchait un trésor depuis cinq heures et était sur le point de rentrer chez lui lorsqu'il est tombé sur la cache d'objets vikings de valeur. Certaines des pièces ont été frappées sous le règne d'Alfred le Grand, dirigeant du royaume anglo-saxon de Wessex de 871 à 899 après JC et d'autres auraient été frappées pour le roi Ceolwulf II de Mercie, qui a régné entre 874 et 879 après JC. . A cette époque, l'Angleterre était divisée en royaumes. Alfred le Grand gouvernait le Wessex qui couvrait l'ouest et la majorité du sud de l'Angleterre, à l'exclusion de Cornwall, tandis que Mercie était gouvernée par le roi Ceolwulf II et couvrait la rivière Trent et les Midlands.Trois types de penny ont été trouvés qui ont été émis au nom de Ceolwulf et ont été conçus dans le style «Croix et losange», également utilisé par le roi Alfred. En raison du fait que les règnes de ces dirigeants se chevauchaient et que la monnaie du roi Ceolwulf est similaire dans le style et la conception à celle d'Alfred de Wessex, il a été suggéré que les deux se soient associés pour lutter contre les Vikings.viking silver Ailleurs, sept pièces de Des bijoux vikings dont 15 lingots ont également été retrouvés. Des universitaires du British Museum et de l'Ashmolean d'Oxford pensent que le trésor a été enterré vers la fin des années 870, dans la période qui a suivi la défaite décisive d'Alfred contre les Vikings à Edington en 878.Lors de la bataille d'Edington, l'armée du roi Alfred aurait vaincu ce qu'on appelait la «grande armée païenne», dirigée par Guthrum en mai 878 après JC. Quatre ans auparavant, des rapports historiques affirmaient que la Mercie et son armée s'étaient effondrées. Guthrum a lancé plusieurs attaques contre le Wessex à partir de 875 et, au début de 878, son armée occupait des parties de l'est et du nord-est de l'Angleterre. Au printemps 878 après JC, le roi Alfred marcha vers Edginton avec des soldats saxons occidentaux pour affronter Guthrum. Les troupes de la Saxe occidentale gagnèrent la bataille et le roi Alfred coupa l'approvisionnement de l'armée de Guthrum qui s'était réfugiée à Chippenham.Les Vikings ont demandé au roi Alfred une trêve, qui a été accordée tant qu'ils quittaient son royaume immédiatement, et est devenue plus tard connue sous le nom de paix de Wedmore. En particulier, les experts pensent que le trésor viking a été enterré lorsque les Vikings se sont déplacés au nord de la Tamise et que Guthrum est retourné en East Anglia où il a été converti au christianisme avec Alfred comme parrain. Presque tous les objets proviennent de l'époque du "Dernier Royaume" lorsque les royaumes anglo-saxons de Mercie et de Wessex se battaient pour leur survie face à la menace de la Grande Armée païenne. La lutte a finalement conduit à l'unification de l'Angleterre et de ses royaumes.L'argent viking met en lumière l'ère du roi Alfred le Grand, selon le Guardian :Alfred le brûleur de gâteau et batteur viking est l'un des rois les plus célèbres de l'histoire britannique, mais le pauvre Ceolwulf n'est connu que d'après une liste qui dit qu'il a régné pendant cinq ans. Son sort est inconnu, et les seuls récits de son personnage viennent du côté d'Alfred - après qu'Alfred victorieux ait également annexé Mercie - le décrivant comme un idiot et une marionnette des Vikings. Les pièces nouvellement découvertes couvrent plusieurs années et ont été frappées dans différentes monnaies, démolissant la croyance antérieure selon laquelle les deux rois ont émis des pièces en seulement un an, marquant une alliance de très courte durée.Gareth Williams, conservateur de la monnaie du début du Moyen Âge au British Museum, a déclaré: "Ce n'est pas simplement un autre grand trésor brillant." Il a dit que c'était la preuve d'une époque mal comprise du développement de l'Angleterre. Même le morceau d'or, haché pour être utilisé comme monnaie au poids, montre l'émergence d'un étalon-or. Les pièces, a-t-il dit, donnaient un aperçu d'une coalition qui s'est rompue acrimonieusement après quelques années, entraînant la disparition sans laisser de trace d'un partenaire. "Ils donnent une image politique plus complexe d'une période qui a été délibérément déformée par le victor ." Il a ajouté, diplomatiquement, que la relation entre Staline et Trotsky lui venait à l'esprit.Mather, un détecteur de métaux amateur depuis plus de 20 ans, avait passé une longue journée ennuyeuse à découvrir des bagues métalliques et des douilles et était prêt à rentrer chez lui lorsqu'il a trouvé ce qu'il pensait être un lingot d'argent viking, semblable à celui qu'il avait. vu au British Museum. Il a creusé un trou de neuf pouces révélant une grande masse de pièces de monnaie, se souvient-il. Il a téléphoné à l'officier local qui enregistre les découvertes dans le cadre du programme d'antiquités portables, qui suit la découverte de petits objets archéologiques, beaucoup moins commercialement mais tout aussi historiquement précieux. Puis, obéissant héroïquement aux ordres, il reboucha le trou. Il a admis avoir effectué de nombreuses visites de retour anxieuses au cours du week-end pour vérifier que le terrain n'était toujours pas dérangé.Le mardi suivant, l'officier des découvertes, David Williams, a envoyé le fermier acheter du film alimentaire - "le film alimentaire de la meilleure qualité", a-t-il précisé - et a soigneusement creusé pour exposer le trésor, et a soulevé tout le bloc d'argile contenant l'argent. Il était soutenu sur un plateau de four, également emprunté au fermier, et apporté à Londres dans une valise. "C'est alors que j'ai découvert qu'ils n'aimaient pas qu'au British Museum on fasse rouler un bagage dans les galeries - même si on leur assure qu'il contient un trésor viking", a déclaré Williams.AVIS: Les pièces ont été introduites comme moyen de paiement vers le 6e ou 5e siècle avant J. ont été frappées par Demodike de Kyrme, l'épouse du roi Midas de Phrygie. Les numismates considèrent que les premières pièces de monnaie ont été frappées sur l'île grecque d'Égine, soit par les dirigeants locaux, soit par le roi Pheidon d'Argos.Égine, Samos et Milet ont toutes frappé des pièces de monnaie pour les Égyptiens, par l'intermédiaire du poste de traite grec de Naucratis dans le delta du Nil. Il est certain que lorsque la Lydie a été conquise par les Perses en 546 avant JC, des pièces de monnaie ont été introduites en Perse. Les Phéniciens n'ont frappé aucune pièce de monnaie jusqu'au milieu du Ve siècle avant JC, ce qui s'est rapidement propagé aux Carthaginois qui frappaient des pièces en Sicile. Les Romains n'ont commencé à frapper des pièces qu'à partir de 326 av.Les pièces de monnaie ont été apportées en Inde par l'empire achéménide, ainsi que par les royaumes successeurs d'Alexandre le Grand. En particulier, les royaumes indo-grecs ont frappé des pièces de monnaie (souvent bilingues) au IIe siècle avant JC. Les plus belles pièces de monnaie de l'âge classique auraient été frappées par Samudragupta (335-376 CE), qui se présentait à la fois comme conquérant et musicien.Les premières pièces étaient en électrum, un alliage d'argent et d'or. Il semble que de nombreuses premières pièces de monnaie lydiennes aient été frappées par des marchands comme jetons à utiliser dans les transactions commerciales. L'État lydien a également frappé des pièces de monnaie, la plupart des pièces mentionnant le roi Alyattes de Lydie. Certaines monnaies lydiennes portent une soi-disant légende, une sorte de dédicace. Un exemple célèbre trouvé dans Caria se lit "Je suis l'insigne de Phanes" - on ne sait toujours pas qui était Phanes.En Chine, les pièces d'or ont été standardisées pour la première fois sous la dynastie Qin (221-207 av. J.-C.). Après la chute de la dynastie Qin, les empereurs Han ont ajouté deux autres monnaies légales : les pièces d'argent et les « billets en peau de daim », un prédécesseur du papier-monnaie qui était une invention chinoise. [Encyclopédie de l'histoire ancienne]. : Nous expédions toujours les livres dans le pays (aux États-Unis) via USPS ASSURÉ courrier des médias (« tarif du livre »). Il existe également un programme de réduction qui peut réduire les frais de port de 50% à 75% si vous achetez environ une demi-douzaine de livres ou plus (5 kilos +). Nos frais de port sont aussi raisonnables que le permettent les tarifs USPS. ACHATS SUPPLÉMENTAIRES recevez un TRÈS GRAND Votre achat sera généralement expédié dans les 48 heures suivant le paiement. Nous emballons aussi bien que n'importe qui dans l'entreprise, avec beaucoup de rembourrages et de conteneurs de protection. Le suivi international est fourni gratuitement par l'USPS pour certains pays, d'autres pays sont à un coût supplémentaire. Nous proposons le courrier prioritaire du service postal américain, le courrier recommandé et le courrier express pour les envois internationaux et nationaux, ainsi que United Parcel Service (UPS) et Federal Express (Fed-Ex). Veuillez demander un devis. Veuillez noter que pour les acheteurs internationaux, nous ferons tout notre possible pour minimiser votre responsabilité en matière de TVA et/ou de droits. Mais nous ne pouvons assumer aucune responsabilité ou obligation pour les taxes ou droits pouvant être prélevés sur votre achat par le pays de votre résidence. Si vous n'aimez pas les régimes fiscaux et douaniers imposés par votre gouvernement, veuillez vous plaindre auprès d'eux. Nous ne sommes pas en mesure d'influencer ou de modérer les régimes fiscaux/droits de votre pays. Si à la réception de l'article vous êtes déçu pour quelque raison que ce soit, je vous propose une politique de retour de 30 jours sans poser de questions. Veuillez noter qu'eBay ne rembourse PAS les frais de traitement des paiements. Même si vous achetez « accidentellement » quelque chose, puis annulez l'achat avant qu'il ne soit expédié, eBay ne remboursera pas ses frais de traitement. Si vous n'êtes pas satisfait de la politique de « remboursement sans frais » d'eBay et que nous sommes EXTRÊMEMENT mécontents, veuillez exprimer votre mécontentement en contactant eBay. Nous n'avons pas la capacité d'influencer, de modifier ou d'annuler les politiques d'eBay. À PROPOS: Avant notre retraite, nous avions l'habitude de voyager plusieurs fois par an en Europe de l'Est et en Asie centrale à la recherche de pierres précieuses et de bijoux anciens dans les centres de production et de taille de pierres précieuses les plus prolifiques du monde. La plupart des articles que nous proposons proviennent d'acquisitions que nous avons faites en Europe de l'Est, en Inde et au Levant (Méditerranée orientale/Proche-Orient) au cours de ces années auprès de diverses institutions et revendeurs. Une grande partie de ce que nous générons sur Etsy, Amazon et Ebay est destinée à soutenir des institutions dignes d'Europe et d'Asie liées à l'anthropologie et à l'archéologie. Bien que nous ayons une collection de pièces de monnaie anciennes qui se comptent par dizaines de milliers, nos principaux intérêts sont les bijoux et les pierres précieuses anciens/antiques, reflet de nos antécédents académiques. Bien qu'elles soient peut-être difficiles à trouver aux États-Unis, en Europe de l'Est et en Asie centrale, les pierres précieuses antiques sont généralement démontées d'anciens sertis cassés - l'or réutilisé - les pierres précieuses sont recoupées et réinitialisées. Avant que ces magnifiques pierres précieuses antiques ne soient retaillées, nous essayons d'acquérir les meilleures d'entre elles dans leur état original, antique et fini à la main - la plupart d'entre elles ont été fabriquées à l'origine il y a un siècle ou plus. Nous croyons que le travail créé par ces maîtres artisans disparus depuis longtemps vaut la peine d'être protégé et préservé plutôt que de détruire cet héritage de pierres précieuses antiques en recoupant l'œuvre originale. Qu'en préservant leur travail, en un sens, nous préservons leur vie et l'héritage qu'ils ont laissé pour les temps modernes. Mieux vaut apprécier leur métier que de le détruire avec une coupe moderne. Tout le monde n'est pas d'accord - 95% ou plus des pierres précieuses antiques qui arrivent sur ces marchés sont retaillées et l'héritage du passé est perdu. Mais si vous êtes d'accord avec nous pour dire que le passé vaut la peine d'être protégé et que les vies passées et les produits de ces vies comptent encore aujourd'hui, envisagez d'acheter une pierre précieuse naturelle antique taillée à la main plutôt qu'une pierre taillée à la machine produite en série (souvent synthétique). ou "produites en laboratoire") les pierres précieuses qui dominent le marché aujourd'hui. Nous pouvons définir la plupart des pierres précieuses antiques que vous achetez chez nous dans votre choix de styles et de métaux allant des bagues aux pendentifs en passant par les boucles d'oreilles et les bracelets ; en argent sterling, or massif 14 carats et remplissage en or 14 carats. Nous serions heureux de vous fournir un certificat/garantie d'authenticité pour tout article que vous achetez chez nous. Je répondrai toujours à chaque demande, que ce soit par e-mail ou par message eBay, alors n'hésitez pas à écrire. À partir de 710 environ, les sceattas montrent une prolifération extraordinaire de dessins originaux créatifs (par opposition aux imitations d'anciennes pièces de monnaie romaines). Certaines d'entre elles rappellent le style de la monnaie celtique pré-romaine britannique et pourraient avoir été inspirées par des découvertes accidentelles de telles pièces. Plus de 150 modèles différents sont connus, identifiés par un système assez complexe de « séries » lettrées et de « types » numérotés[6]. Nous voyons des têtes humaines et des figures debout, des animaux et des oiseaux stylisés et des motifs géométriques, en particulier des variations de la croix chrétienne. Ce que nous ne voyons généralement pas, ce sont des inscriptions qui pourraient identifier le souverain, la date, le royaume ou Éditeur: Musée Ashmoléen (2017), Longueur: 32 pages, Dimensions: 204x204cm; 0.2kg, Format: Ample broché, Brand: - Sans marque/Générique -

PicClick Insights - King Alfred Pièce de Monnaie Viking Argent Hoard Anglo-Saxon Britannique PicClick Exclusive

  •  Popularity - 0 watchers, 0.0 new watchers per day, 141 days for sale on eBay. 0 sold, 1 available.
  •  Best Price -
  •  Seller - 5,252+ items sold. 0% negative feedback. Great seller with very good positive feedback and over 50 ratings.

People Also Loved PicClick Exclusive