Macédonien Victorien Bague 18thC Argent Antique Lapis Turquoise Jaspe Gems Sz 11

$572.63 Buy It Now, $25.17 Shipping, 30-Day Returns, eBay Money Back Guarantee

Seller: ancientgifts ✉️ (5,252) 100%, Location: Lummi Island, Washington, US, Ships to: WORLDWIDE, Item: 384792544411 Macédonien Victorien Bague 18thC Argent Antique Lapis Turquoise Jaspe Gems Sz 11. Bague élaborée et complexe en argent sterling de l'ère de la Macédoine slave de taille 11 avec sept pierres précieuses : deux turquoises ; Quatre Lapis Lazuli, Un Jaspe Rouge. CLASSIFICATION: Bague en alliage argent/bronze avec pierres semi-précieuses. ATTRIBUTION: Macédoine slave ottomane, XVIIIe siècle ap. TAILLE/DIMENSIONS (Toutes les mesures approximatives) : Taille : 11 (États-Unis). Diamètre intérieur : 21 1/2 mm x 20 mm. Diamètre extérieur : 26 1/2 mm x 25 mm. Lunette : Hauteur : 21 mm. Largeur : 28 mm. Flancs/Feuilles de la lunette : Hauteur : 9 1/2 mm. Largeur : 11 mm. Pierres précieuses : Diamètre : 3 mm. Bande de largeur effilée : 9 1/2 mm au niveau de la lunette ; 5 mm sur les côtés ; 4 mm à l'arrière. Poids : 9,81 grammes. CONDITION: Superbe ! Intact, intégrité intacte. Usure très légère due à un usage ancien. Pas de porosité significative (piqûres en surface causées par le contact avec la terre pendant l'enfouissement). Très belle finition. DÉTAIL: Une bague en argent sterling très audacieuse, élégante, ornée et complexe d'origine victorienne, produite dans la région de Crimée. Il a probablement été produit au XVIIIe siècle (les années 1700); la provenance est l'Europe de l'Est (Macédoine). L'anneau porte un motif très élaboré sur toute la circonférence de la bande, et vous pouvez voir que le motif complexe est entièrement intact. De toute évidence, la bague a subi une certaine usure et le design complexe présent sur les bandes a été un peu usé, mais l'étendue de l'usure est très minime. Cependant, il est clair que la bague n'est pas "comme neuve", au contraire, il est évident que la bague a été portée avec une certaine fréquence au cours de la vie de quelqu'un il y a plusieurs siècles. Cependant, gardez à l'esprit qu'un artisan a produit la bague et qu'elle a été vendue à un client ou à un mécène avec l'idée que la bague serait portée et appréciée. Et c'est exactement ce qui s'est passé. Malgré l'usure (modérément légère) et l'âge de cette bague, elle a pu être portée et appréciée au quotidien. Il est en très bon état, solidement construit et apportera au nouveau propriétaire des décennies de plaisir à porter. La bague possède une lunette très élaborée, comme vous pouvez le voir. Le point focal de la lunette est bien sûr les sept pierres précieuses. Il existe quatre pierres précieuses de lapis-lazuli, probablement d'Afghanistan. Deux pierres précieuses turquoise. Et enfin ce qui semble être du jaspe rouge, probablement d'origine nubienne. L'anneau est assez important, la lunette est également flanquée de deux feuilles complexes. Dans l'ensemble, la conception de la bague et le travail du métal détaillé mis en évidence dans les bandes sont très élaborés ! Les pierres précieuses sont toutes très importantes dans l'histoire. Les preuves suggèrent que le lapis-lazuli est utilisé comme pierre précieuse depuis au moins 10 000 ans, ce qui en fait, avec les perles, la turquoise, la cornaline et l'ambre, les pierres précieuses «les plus anciennes» utilisées par les cultures anciennes à des fins décoratives. L'ancienne ville d'Ur avait un commerce florissant de lapis-lazuli dès le quatrième millennium avant JC. Les anciennes cultures grecque, égyptienne et romaine favorisaient également fortement le lapis-lazuli. Les artistes de la Renaissance utilisaient le lapis moulu comme pigment pour le bleu fabuleux des chefs-d'œuvre de l'époque. Toujours très populaire en Europe de l'Est, les colonnes de la cathédrale Saint-Isaac sont bordées de lapis, et le palais Pouchkine (tous deux à Saint-Pétersbourg) a des lambris de lapis-lazuli ! Cette variété de turquoise a été obtenue pour la première fois dans la péninsule du Sinaï avant le 4e millennium avant notre ère dans l'une des premières exploitations minières de roche dure importantes au monde. Il a été transporté en Europe via la Turquie, ce qui explique probablement son nom, qui signifie « turc » en français. La variété bleu ciel de la turquoise, communément appelée œuf de merle, est et a toujours été la variété la plus recherchée. Cette variété est extraite exclusivement. La terre légendaire de Nubie antique était la source du jaspe rouge tenu si précieux par les pharaons de l'Égypte ancienne. Sculpté dans des bijoux et des amulettes religieuses, le jaspe rouge a été obtenu du Haut-Nil nubien, généralement sous la forme d'hommages annuels au pharaon. De plus, l'Egypte ancienne recevait un hommage annuel de son précieux jaspe rouge du "pays de Pount". Mais là où se trouve exactement Pount (et les membres de la tribu noire pygmée de la légende) reste un mystère aujourd'hui. Une amulette religieusement significative connue sous le nom de "Isis Tit" a été sculptée dans du jaspe rouge et placée à la gorge des restes momifiés des pharaons égyptiens et de la royauté. La bague elle-même est en argent sterling. Ce style de bague était populaire dans une grande partie de l'Europe byzantine orientale pendant des siècles, il est donc difficile de placer une date précise sur l'artefact. Le terme "argent sterling" était en usage au XIIe siècle. Cependant, le timbre "925" n'était pas couramment utilisé jusqu'à la fin du XVe ou au début du XVIe siècle. Cependant, il est probable qu'il ait été produit plus tard que cela, probablement à la fin du XVIIIe siècle. En tout état de cause, ce bijou victorien élaboré est dans un excellent état de conservation, sans fissures ni autres dommages susceptibles de nuire à son intégrité. L'anneau pourrait être porté et apprécié sans mettre en danger l'artefact pendant de nombreuses décennies à venir. Son intégrité est entièrement intacte et malgré son apparence délicate, il est durable et bien construit. HISTOIRE DE LA MACÉDOINE: La Macédoine (ou Macédoine) est connue pour avoir été habitée depuis le Néolithique, les premiers habitants comprenant les Thraces, les Pannoniens et les Ilyriens. Les anthropologues pensent que la population d'origine était de souche indo-européenne dorienne. Les Doriens étaient responsables de l'invasion de la Grèce mycénienne au sud vers 1150 après JC, précipitant "l'âge des ténèbres grecs". Mycènes a été saccagée et les archives archéologiques montrent que de nombreuses autres villes principales de Grèce et de Crète ont été réduites à des villages. On sait que les Grecs considéraient les Macédoniens doriques comme des « barbares », et que les Macédoniens parlaient une langue ou un dialecte distinct, et étaient considérés par les Grecs comme des locuteurs « non grecs ». Jusqu'à l'époque d'Alexandre, les Grands Macédoniens n'étaient pas autorisés à participer aux Jeux olympiques. Cependant, avec l'hellénisation de la péninsule grecque, la Macédoine a finalement été considérée comme hellénique. La région de l'ancienne Macédoine se trouvait dans la partie nord de la péninsule grecque et était bordée par l'ancienne Thrace. L'ancienne Macédoine est maintenant divisée entre la Grèce et la République de Macédoine (anciennement partie de la Yougoslavie). En raison des incursions barbares et du dépeuplement de la région après la chute de l'Empire romain, la population grecque survivante de Macédoine a fui vers le sud dans ce qui est aujourd'hui la région macédonienne de la Grèce ; tandis que finalement les régions les plus septentrionales (l'actuelle République de Macédoine) se sont repeuplées avec des peuples slaves, et même plus tard par des Arméniens. Les anciennes populations ont fusionné dans le royaume de Macédoine vers 800 av. J.-C. L'ancienne Macédoine est tombée aux mains des armées perses de Darius le Grand à la fin du VIe siècle av. culture dans la première moitié du Ve siècle av. J.-C. Le caractère hellénique de la Macédoine s'est développé au cours du siècle suivant. Sous le règne de Philippe II, la Macédoine étendit son pouvoir sur le reste du nord de la Grèce, y compris la Thrace, la Pannonie et l'Illyrie. Le fils de Philippe, Alexandre le Grand, a conquis non seulement le reste de la Grèce, mais aussi l'empire perse, l'Égypte et le nord de l'Inde. Après sa mort, les généraux d'Alexandre se partagèrent l'empire, fondant leurs propres États et dynasties. La Macédoine faisait partie de l'empire créé par Antigone, restant indépendant jusqu'à engager bêtement les Romains dans trois guerres successives à la fin du IIIe et au début du IIe siècle avant J. première province romaine en 146 av. J.-C. Avec la division de l'empire romain, la Macédoine est finalement devenue une partie de l'empire romain/byzantin oriental survivant. Cependant, la population de toute la région a été gravement décimée par les invasions destructrices successives des Goths, des Avars, des Wisigoths, des Huns et des Vandales. Aux cinquième et sixième siècles, un certain nombre de tribus slaves ont repeuplé les régions désolées du nord (ce qui est aujourd'hui la République de Macédoine). La majeure partie de la Macédoine intérieure (slave) a été incorporée à la Bulgarie au IXe siècle, tandis que les régions côtières ethniques grecques de la mer Égée faisaient toujours partie de l'Empire byzantin. Cependant, la période suivante (plus d'un siècle) a été ponctuée de guerres presque incessantes entre la Bulgarie et l'Empire byzantin, jusqu'à ce que finalement, en 1018 après JC, la Bulgarie tombe et que l'ensemble de la Macédoine soit incorporé à l'Empire byzantin en tant que province de Bulgarie. La Macédoine devait finalement tomber aux mains de l'Empire ottoman islamique dans la première moitié du XVe siècle. Pendant les cinq siècles suivants, la Macédoine est restée une partie de l'Empire ottoman. La période initiale de la domination ottomane a vu la désolation complète des plaines et des vallées fluviales de la Macédoine. La population chrétienne y a été massacrée, s'est enfuie dans les montagnes ou a été convertie de force à l'islam. Les villes détruites lors de la conquête ont été repeuplées avec des colons musulmans turcs. À la fin de la Première Guerre mondiale et du démembrement de l'Empire ottoman, la Macédoine a été incorporée avec le reste de la Serbie dans le Royaume des Serbes, Croates, Slovènes (plus tard le Royaume de Yougoslavie). Après la chute de l'Empire soviétique à la fin du XXe siècle, la Macédoine slave est devenue la République de Macédoine. La Macédoine grecque reste bien sûr une partie de la Grèce. HISTOIRE DE L'ARGENT: Après l'or, l'argent est le métal le plus utilisé en joaillerie et le plus malléable. Les plus anciens artefacts en argent découverts par les archéologues datent de l'ancienne Sumer vers 4 000 av. L'argent se trouve sous forme native (c'est-à-dire en pépites), en alliage avec l'or (électrum) et dans les minerais contenant du soufre, de l'arsenic, de l'antimoine ou du chlore. Une grande partie de l'argent trouvé à l'origine dans le monde antique était en fait un alliage naturel d'or et d'argent (sous forme de pépite) connu sous le nom d'"électrum". Les premières mines d'argent à grande échelle se trouvaient en Anatolie (ancienne Turquie) et en Arménie, où dès 4 000 avant JC, l'argent était extrait des minerais de plomb au moyen d'un processus compliqué appelé « fusion ». Même alors, le processus n'était pas parfait, car l'argent ancien contient des oligo-éléments, généralement du plomb, de l'or, du bismuth et d'autres métaux, et jusqu'à un tiers de l'argent a été laissé dans les scories. Cependant, mesurer les concentrations des "impuretés" dans l'argent ancien peut aider l'historien médico-légal des bijoux à déterminer l'authenticité des objets classiques. De la Turquie et de l'Arménie, la technologie de raffinage de l'argent s'est propagée au reste de l'Asie Mineure et de l'Europe. Vers 2 500 av. J.-C., les Babyloniens étaient l'un des principaux raffineurs d'argent. Les "trésors" d'argent récupérés par les archéologues des deuxième et troisième millénaires démontrent la grande valeur que la Méditerranée et le Proche-Orient antiques accordaient à l'argent. Certaines des sépultures les plus riches de l'histoire découvertes par les archéologues datent de cette époque, celle de la reine Puabi d'Ur, Sumer (26ème siècle avant JC); Tuankhamun (XIVe siècle avant J.-C.) et les riches trésors troyens (XXVe siècle avant J.-C.) et mycéniens (XVIIIe siècle avant J.-C.) découverts par Heinrich Schliemann. Les anciens Égyptiens croyaient que la peau de leurs dieux était composée d'or et que leurs os étaient en argent. Lorsque l'argent a été introduit en Égypte, il était probablement plus précieux que l'or (l'argent était également plus rare et plus précieux que l'or dans de nombreuses cultures mésoaméricaines). Dans les inventaires survivants d'objets de valeur, les objets en argent figuraient au-dessus de ceux en or pendant l'Ancien Empire. Les bijoux en argent étaient presque toujours plus fins que les pièces en or, comme l'indiquent les bracelets de la reine Hetephere I de la 4e dynastie (environ 2500 avant JC), en contraste marqué avec l'extravagance de ses lourds bijoux en or. Un trésor d'argent mis au jour par des archéologues et attribuable au règne d'Amenemhat II qui a régné pendant la 12e dynastie (environ 1900 avant JC), contenait des objets en argent fin qui étaient en fait produits en Crète, par les anciens Minoens. Lorsque le prix de l'argent a finalement chuté en raison d'approvisionnements plus facilement disponibles, pendant au moins encore mille ans (au moins jusqu'à la 19e dynastie, environ 1200 avant JC), le prix de l'argent semble avoir été fixé à la moitié de celui de l'or. Plusieurs momies royales attribuables à environ 1 000 avant JC ont même été enterrées dans des cercueils en argent massif. Vers 1 000 av. J.-C., les Athéniens grecs ont commencé à produire de l'argent à partir des mines de Laurium et fourniraient une grande partie de l'ancien monde méditerranéen avec son argent pendant près de 1 000 ans. Cette ancienne source a finalement été complétée vers 800 avant JC (puis finalement supplantée) par les immenses mines d'argent découvertes en Espagne par les Phéniciens et leur colonie (et ultimes successeurs) les Carthaginois (exploités en partie par la famille d'Hannibal). Avec la défaite de Carthage par Rome, les Romains ont pris le contrôle de ces vastes gisements et ont extrait d'énormes quantités d'argent d'Espagne, dépouillant des régions forestières entières pour le bois afin d'alimenter les opérations de fusion. En fait, ce n'est qu'au Moyen Âge que les mines d'argent d'Espagne (et ses forêts) ont finalement été épuisées. Bien que connu à l'âge du cuivre, l'argent n'a fait que de rares apparitions en joaillerie avant l'âge classique. Malgré son utilisation peu fréquente comme bijoux, l'argent était largement utilisé comme monnaie en raison de sa douceur, de sa couleur brillante et de sa résistance à l'oxydation. L'argent allié à l'or sous forme d'"électrum" a été inventé pour produire de l'argent vers 700 avant JC par les Lydiens de la Turquie actuelle. Avoir accès à des gisements d'argent et pouvoir les exploiter a joué un grand rôle dans le monde classique. De véritables pièces d'argent ont été produites pour la première fois en Lydie vers 610 avant JC, puis à Athènes vers 580 avant JC. De nombreux historiens ont soutenu que c'était la possession et l'exploitation des mines de Laurium par les Athéniens qui leur avaient permis de devenir la ville-État la plus puissante de Grèce. . Les Athéniens étaient bien conscients de l'importance des opérations minières pour la prospérité de leur ville, car chaque citoyen avait des parts dans les mines. Assez d'argent a été extrait et affiné à Laurium pour financer l'expansion d'Athènes en tant que puissance commerciale et navale. Une estimation est que Laurium a produit 160 millions d'onces d'argent, d'une valeur de six milliards de dollars aujourd'hui (lorsque l'argent est en comparaison relativement bon marché et abondant). Alors que la production d'argent des mines de Laurium a finalement diminué, la production d'argent grecque s'est déplacée vers les mines de Macédoine. La monnaie d'argent a joué un rôle important dans le monde antique. La monnaie macédonienne sous le règne de Philippe II (359-336 av. J.-C.) a largement circulé dans le monde hellénique. Son célèbre fils, Alexandre le Grand (336-323 av. J.-C.), a répandu le concept de monnaie dans les terres qu'il a conquises. Pour Philippe II et Alexandre, les pièces d'argent sont devenues un moyen essentiel de payer leurs armées et de faire face à d'autres dépenses militaires. Ils ont également utilisé des pièces de monnaie pour faire un portrait réaliste du dirigeant du pays. Les Romains utilisaient également des pièces d'argent pour payer leurs légions. Ces pièces étaient utilisées pour la plupart des transactions quotidiennes par les administrateurs et les commerçants de tout l'empire. Les pièces d'argent romaines ont également servi de moyen important de propagande politique, vantant les vertus de Rome et de ses empereurs, et se sont poursuivies dans la tradition grecque du portrait réaliste. De plus, de nombreux ouvrages publics et réalisations architecturales ont également été représentés (parmi lesquels le Colisée, le Circus Maximus). De plus, de nombreux événements politiques importants ont été enregistrés sur la monnaie. Vous pouvez trouver des pièces de monnaie romaines représentant l'assassinat de Jules César, des alliances entre villes, entre empereurs, entre armées, etc. Et de nombreux prétendants au trône de Rome ne sont connus que par leur monnaie. L'argent était également largement utilisé comme travail ornemental et dans d'autres articles en métal. Dans les cultures anciennes, en particulier à Rome, l'argent était très prisé pour la fabrication de vaisselle, d'ustensiles ménagers et de travaux ornementaux. La stabilité de l'économie et de la monnaie de Rome dépendait principalement de la production des mines d'argent en Espagne qu'ils avaient arrachées aux Carthaginois. En fait, de nombreux historiens diraient que c'est le contrôle de la richesse de ces mines d'argent qui a permis à Rome de conquérir la majeure partie du monde méditerranéen. Lorsqu'en 55 av. J.-C., les Romains ont envahi la Grande-Bretagne, ils n'ont pas tardé à y découvrir et à exploiter les gisements de plomb-argent. Seulement six ans plus tard, ils avaient établi de nombreuses mines et la Grande-Bretagne est devenue une autre source majeure d'argent pour l'Empire romain. On estime qu'au IIe siècle de notre ère, 10 000 tonnes de pièces d'argent romaines étaient en circulation dans l'empire. Cela représente environ 3½ milliards de pièces d'argent (à l'apogée de l'empire, il y avait plus de 400 monnaies dans tout l'empire produisant de la monnaie). C'est dix fois la quantité totale d'argent disponible pour l'Europe médiévale et le monde islamique combinés à partir d'environ 800 après JC. L'argent a ensuite perdu sa position dominante au profit de l'or, en particulier dans le chaos qui a suivi la chute de Rome. L'exploitation minière à grande échelle en Espagne s'est éteinte, et lorsque l'extraction d'argent à grande échelle a finalement repris quatre siècles après la chute de Rome, la majeure partie de l'activité minière se déroulait en Europe centrale. À l'époque du Haut Moyen Âge européen, l'argent est redevenu le principal matériau utilisé pour les œuvres d'art en métal. D'énormes quantités d'argent du Nouveau Monde ont également encouragé les acheteurs avides en Europe et ont permis aux Espagnols de devenir des acteurs majeurs à la fin du Moyen Âge et de la Renaissance. Contrairement aux minerais en Europe qui nécessitaient des méthodes d'extraction et de raffinage laborieuses pour aboutir à de l'argent pur, l'argent massif était fréquemment trouvé sous forme de gisements de placers dans les lits des cours d'eau des colonies espagnoles du "Nouveau Monde", dans certains cas des dalles solides pesant jusqu'à 2 500 livres. Avant la découverte de gisements d'argent massifs dans le Nouveau Monde, l'argent était évalué au Moyen Âge à environ 10 à 15 % de la valeur de l'or. La découverte de gisements massifs d'argent dans le Nouveau Monde au cours des siècles suivants a entraîné une forte baisse du prix, tombant à seulement 1 à 2% de la valeur de l'or. L'art du travail de l'argent a prospéré à la Renaissance, trouvant son expression dans pratiquement toutes les formes imaginables. L'argent était souvent plaqué d'or et d'autres matériaux décoratifs. Bien que des feuilles d'argent aient été utilisées pour recouvrir le bois et d'autres métaux depuis la Grèce antique, une technique du XVIIIe siècle consistant à fusionner de fines feuilles d'argent avec du cuivre a mis à la portée de la plupart des gens des produits en argent appelés plaques de Sheffield. Dans le même temps, l'utilisation de l'argent dans la fabrication de bijoux avait également commencé à gagner en popularité au 17ème siècle. Il servait souvent de support dans les sertissages de diamants et autres pierres précieuses transparentes, afin de favoriser la réflexion de la lumière. L'argent a continué à gagner en popularité tout au long des 18e et 19e siècles et, au 20e siècle, a concurrencé l'or en tant que principal métal utilisé dans la fabrication de bijoux. L'argent a la conductivité thermique et électrique la plus élevée de tous les métaux et l'une des valeurs de réflectivité optique les plus élevées. Il a un éclat métallique brillant, est très ductile et malléable, à peine plus dur que l'or, et est facilement travaillé et poli. Lorsqu'il est utilisé dans les bijoux, l'argent est généralement allié pour inclure 7,5 % de cuivre, appelé « argent sterling », pour augmenter la dureté et réduire la température de fusion. Les bijoux en argent peuvent être plaqués avec de l'« argent fin » pur à 99,9 % pour augmenter leur brillance une fois polis. Il peut également être plaqué de rhodium pour éviter le ternissement. Pratiquement tout l'or, à l'exception de l'or 24 carats, comprend de l'argent. La plupart des alliages d'or sont principalement composés uniquement d'or et d'argent. Tout au long de l'histoire du monde antique, on croyait que les pierres précieuses étaient capables de guérir les maladies, possédaient de précieuses propriétés métaphysiques et protégeaient. Trouvé en Egypte en date de 1500 avant JC, le "Papyrus Ebers" offrait l'un des manuscrits thérapeutiques les plus complets contenant des prescriptions utilisant des pierres précieuses et des minéraux. Les pierres précieuses n'étaient pas seulement appréciées pour leurs propriétés médicinales et protectrices, mais aussi pour leur amélioration éducative et spirituelle. Les minéraux précieux étaient également considérés comme ayant des propriétés médicinales et « magiques » dans le monde antique. Dans sa forme pure, l'argent est non toxique et, lorsqu'il est mélangé à d'autres éléments, il est utilisé dans une grande variété de médicaments. Les ions d'argent et les composés d'argent ont un effet toxique sur certaines bactéries, virus, algues et champignons. L'argent était largement utilisé avant l'avènement des antibiotiques pour prévenir et traiter les infections, le nitrate d'argent étant la forme la plus répandue. L'iodure d'argent a été utilisé dans les yeux des bébés à la naissance pour prévenir la cécité à la suite d'une contamination bactérienne. L'argent est encore largement utilisé dans les gels topiques et imprégné dans les pansements en raison de son activité antimicrobienne à large spectre. L'utilisation enregistrée de l'argent pour prévenir l'infection remonte à la Grèce antique et à Rome. Hippocrate, l'ancien "père de la médecine" grec (5ème siècle avant JC) a écrit que l'argent avait des propriétés curatives et anti-maladies bénéfiques. Les anciens Phéniciens stockaient l'eau, le vin et le vinaigre dans des bouteilles en argent pour éviter qu'ils ne se gâtent. Ces usages ont été « redécouverts » au Moyen Âge, lorsque l'argent était utilisé à plusieurs fins ; comme pour désinfecter l'eau et les aliments pendant le stockage, et aussi pour le traitement des brûlures et des plaies comme pansement. On croyait également que l'ingestion d'argent colloïdal aidait à rétablir «l'équilibre électromagnétique» du corps à un état d'équilibre, et on croyait qu'il détoxifiait le foie et la rate. Au XIXe siècle, les marins effectuant de longs voyages océaniques mettaient des pièces d'argent dans des barils d'eau et de vin pour garder le liquide potable. La feuille d'argent (et d'or) est également utilisée dans le monde comme décoration alimentaire. Les plats indiens traditionnels incluent parfois l'utilisation de feuilles d'argent décoratives et, dans diverses cultures, des dragées en argent (boules de sucre recouvertes d'argent) sont utilisées pour décorer des gâteaux, des biscuits et d'autres desserts. HISTOIRE DE LA TURQUOISE : La turquoise a été extraite par les anciens Égyptiens dans la péninsule du Sinaï à partir d'environ 6 000 av. Des preuves archéologiques suggèrent qu'en 4000 avant JC, les mines de turquoise du Sinaï étaient déjà épuisées, si populaire était la turquoise dans le monde antique. Heureusement, le monde antique avait une deuxième source de turquoise, la Perse. La variété bleu ciel de turquoise, communément appelée œuf de rouge-gorge, est et a toujours été la variété la plus désirée. Cette variété est extraite exclusivement. Les archéologues pensent également qu'il est possible que de la turquoise soit venue de Chine au Proche-Orient et en Méditerranée orientale via la Route de la soie du Nord. Le minéral est apprécié pour ses propriétés ornementales et talismaniques depuis l'Antiquité. Dans l'ancien Tibet et la Chine, la turquoise était souvent plus appréciée que l'or et était censée attirer la prospérité. Les anciens Égyptiens connaissaient la turquoise sous le nom de "mefkat", signifiant joie ou délice, et étaient connus pour la sculpter dans des figures animales portées comme symboles de leurs dieux, croyant que la turquoise elle-même avait des pouvoirs divins. De la turquoise a été trouvée dans des cravates et des bracelets récupérés avec la momie égyptienne de la « Reine Zer », vieille de 7 500 ans. Les anciens Égyptiens utilisaient non seulement la turquoise pour les bijoux, mais la portaient également comme talisman pour éloigner le mal. Les prêtres égyptiens antiques cousaient du turquoise sur leurs gilets supérieurs. Dans l'Egypte ancienne, tout le monde, du pharaon au roturier, portait de la turquoise. Les anciens Perses eux-mêmes croyaient que la santé, la richesse et le bonheur seraient accordés au porteur de turquoise, comme le reflète un ancien dicton persan, « le porteur ne sera jamais pauvre ». Il était porté autour du cou ou autour du poignet dans la conviction que le porteur serait protégé d'une mort non naturelle. En tant que talismans, ils ornaient également les poignards, les sabres et les brides des chevaux. Les anciens Perses croyaient également que la pierre précieuse changerait de couleur pour avertir le porteur d'un danger imminent. Les tribus à cheval d'Asie centrale (Huns, Scythes, Cimmériens, Avars, Magyars, Mongols) portaient des talismans turquoise avec la conviction qu'ils protégeraient contre les chutes, en particulier celles à cheval. La turquoise était également couramment sculptée dans des pendentifs et des perles par les anciens Sumériens, "fondateurs" de la civilisation moderne, dès 5 000 av. datant du 3ème millennium avant JC, et dans la tombe du pharaon égyptien Toutankhamon. La turquoise était l'une des pierres précieuses les plus importantes trouvées dans ces tombes, y compris sur le célèbre masque de Toutankhamon. Tant les anciens Sumériens que les Égyptiens produisaient des ornements en or très sophistiqués incrustés de turquoise. Dans l'Inde ancienne, l'Afghanistan, l'Arabie et la Perse, on croyait que les variations subtiles de la couleur de la pierre pouvaient être lues comme des indications de la santé de la personne qui la portait, et il était largement admis qu'elle changeait de couleur pour exposer l'infidélité d'une femme. . Dans toute l'Asie ancienne ainsi que dans l'ancienne Perse, on croyait que la turquoise protégeait contre le "mauvais œil", lié à l'ancienne croyance universelle selon laquelle certains sorciers ou sorcières maléfiques avaient la capacité de transmettre le mal d'un simple coup d'œil. Dans l'ancienne Perse, une pierre précieuse turquoise était généralement portée sur un turban, souvent entouré de perles, afin de se protéger du «mauvais œil». Le port de turquoise comme talisman était également censé protéger des inondations. L'ancien naturaliste et historien romain du premier siècle, Pline l'Ancien, a écrit sur la turquoise, connue sous le nom de "callais" par les anciens Romains. On pense que la turquoise n'a été introduite en Europe qu'au Moyen Âge (à l'époque des premières croisades) par les commerçants vénitiens. La route commerciale qui s'est développée a vu la turquoise être transportée vers l'Europe via la Turquie, ce qui explique probablement le nom «turquoise», qui signifie «turc» en français. On croyait dans l'Europe médiévale qu'une pierre précieuse turquoise qui changeait de couleur (devenait déshydratée) était un avertissement d'un danger imminent pour le porteur. La turquoise était également censée éveiller des sentiments d'amour romantique et renforcer des vertus telles que la confiance, la gentillesse, la sagesse et la compréhension. De nombreux peuples germaniques utilisaient également la turquoise comme pierre de fiançailles, et dans toute l'Europe, on croyait que le port d'une amulette turquoise protégerait les voyageurs de la violence, des accidents et des blessures. Les Aztèques du Mexique utilisaient également couramment la turquoise pour leur art de la mosaïque raffinée et ont introduit la pierre dans les régions environnantes, où elle est devenue connue sous le nom de "chalchihuitl". Pour certaines tribus de l'ancien Mexique, les simples mortels n'étaient pas autorisés à porter la turquoise, qui était réservée exclusivement aux dieux. La turquoise était sacrée pour de nombreuses tribus amérindiennes (ainsi que dans l'ancien Tibet). Les Zuni (du Nouveau-Mexique actuel) en particulier sculptaient des fétiches et des talismans sous la forme d'animaux, d'insectes et d'autres formes vivantes. Fait intéressant, les Zuni croyaient que la turquoise bleue était « mâle » et venait du ciel ; et cette turquoise verte était "femelle", et venait de la terre. Les guérisseurs et les chamans apache considéraient la turquoise comme absolument essentielle. Suivre un arc-en-ciel n'a pas abouti à un pot d'or mais de turquoise. Aider à la précision de la visée d'un chasseur était un autre pouvoir très apprécié des Apaches. Les Apaches croyaient que la turquoise combinait l'esprit de l'eau (comme dans les lacs et les rivières) et du ciel pour protéger le porteur de toutes les calamités naturelles. La plupart des tribus amérindiennes croyaient qu'un lien profond existait entre les esprits résidant dans le ciel bleu et la pierre bleue trouvée dans la terre. Les Navaho croyaient que la turquoise, lorsqu'elle était jetée dans une rivière, apporterait de la pluie. La turquoise était également utilisée par les chamans et les guérisseurs amérindiens dans les rituels et les cérémonies. On croyait qu'il augmentait la clarté mentale et spirituelle. Il existe également des récits de certaines tribus amérindiennes utilisant la turquoise pour décorer leurs dents. La couleur de la turquoise varie du bleu et du bleu-vert au gris verdâtre, selon les différentes quantités de cuivre habituellement présentes. Comme l'opale, la turquoise est opaque, réfléchissant la lumière des petites couches transparentes à l'intérieur de la pierre. La turquoise est parfois "matrice" connue sous le nom de ("matrice de toile d'araignée") avec différentes nuances de veines grises, brunes ou noires en raison de l'inclusion de divers oxydes et impuretés (souvent de l'argent), et est très recherchée par de nombreux collectionneurs. Cependant, la turquoise la plus précieuse est toujours extraite et est connue sous le nom de "bleu œuf de merle", bien que, comme on le voit souvent avec d'anciens spécimens de turquoise, lorsqu'elle est exposée au soleil ou à la chaleur, cette variété se déshydrate et devient verte "turquoise". D'autres gisements de turquoise moins recherchés se trouvent dans le sud-ouest des États-Unis, dans la péninsule du Sinaï, en Afrique, en Australie, en Sibérie et en Europe. La turquoise est généralement associée à et considérée comme un sous-produit de l'extraction du cuivre. Il se forme lorsqu'une réaction chimique se produit après que l'eau pénètre lentement dans les roches contenant du cuivre, de l'aluminium, du zinc et d'autres phosphates. La turquoise plus bleue est due à la présence de cuivre dans la gemme, la turquoise plus verte due à des concentrations plus élevées de fer ou d'aluminium, et la couleur vert jaunâtre due à des traces de zinc. Étant relativement douces, les pierres précieuses turquoises sont sensibles, facilement décolorées par les produits chimiques, ou même les huiles et la transpiration de la peau du porteur. Comme la couleur peut pâlir lorsque la pierre a été portée pendant longtemps, même les pierres de haute qualité sont aujourd'hui traitées avec de la cire ou de la résine et ensuite durcies. Ce traitement rend la pierre précieuse sensible plus résistante. La turquoise qui a une bonne couleur naturelle et est simplement durcie avec de la cire ou de la résine incolore a une valeur beaucoup plus élevée que les pierres dont la couleur a été « améliorée » avec l'utilisation de colorant. Tout au long de l'histoire du monde antique, on croyait que les pierres précieuses étaient capables de guérir les maladies, possédaient de précieuses propriétés métaphysiques et offraient une protection. Trouvé en Egypte en 1500 avant JC, le "Papyrus Ebers" offrait l'un des manuscrits thérapeutiques les plus complets contenant des prescriptions utilisant des pierres précieuses et des minéraux. Les pierres précieuses n'étaient pas seulement appréciées pour leurs propriétés médicinales et protectrices, mais aussi pour leur amélioration éducative et spirituelle. Dans le monde antique, on pensait que la turquoise protégeait contre les piqûres de reptiles et d'insectes (et était même utilisée comme antidote), les poisons, les maladies oculaires, les accidents et la violence. Il a été utilisé pour traiter les douleurs musculaires, les douleurs et les douleurs, l'arthrite de la hanche, les infections, les troubles de l'estomac et les saignements. Il était souvent utilisé pour traiter les troubles respiratoires, notamment l'asthme, les maux de gorge et pour traiter les problèmes dentaires. On croyait également que c'était un remède contre la cécité et qu'on l'utilisait parfois pour prédire le temps en fonction des changements de couleur perçus de la pierre précieuse. Sur le plan métaphysique, on pensait que la turquoise facilitait l'harmonisation entre le plan physique et les plans d'existence supérieurs, et favorisait la croissance et la conscience spirituelles. Elle était considérée comme une pierre protectrice, un guérisseur de l'esprit, procurant une énergie apaisante et une tranquillité d'esprit, au profit des personnes souffrant de dépression ou de dépression. La turquoise était censée protéger contre les malédictions, les attaques psychiques ou magiques (sorcellerie), et était censée protéger les bébés et les jeunes enfants. Du côté plus profane, on croyait également que la turquoise apportait du butin aux guerriers et de nombreuses tueries au chasseur. Les guérisseurs New Age considèrent la turquoise comme la pierre de guérison principale, qu'elle attire les esprits guérisseurs et qu'elle est utile dans le traitement des maladies respiratoires, squelettiques et immunitaires ; ainsi qu'une aide à la régénération des tissus. HISTOIRE DU LAPIS LAZULI : La plupart des lapis-lazuli contiennent de la pyrite de fer sous forme de taches dorées parsemées dans la pierre précieuse, la caractéristique caractéristique du lapis-lazuli, souvent comparée par les anciens aux stars dans le ciel. Le lapis-lazuli faisait partie des trésors de l'ancienne Mésopotamie, de Byzance, de l'Égypte, de la Perse, de la Grèce et de Rome. Le Lapis Lazuli tire son nom du mot arabe « allazward », qui signifie « bleu ciel ». Avec la turquoise et la cornaline, les trois sont sans aucun doute parmi les pierres précieuses les plus anciennes. Depuis plus de 7 000 ans, le lapis-lazuli est extrait comme pierre précieuse en Afghanistan, près de l'ancienne Mésopotamie, et commercialisé dans tout le monde méditerranéen antique. L'ancienne source de lapis-lazuli était ces mêmes mines à Badakhshan (également connues sous le nom de montagnes "Hindu-Kush"), dans les hautes terres perses au-dessus des basses terres fertiles de la Mésopotamie. Les hautes terres et le plateau persans ont fourni bon nombre des matières premières qui manquaient aux anciennes civilisations qui abondaient dans les basses terres mésopotamiennes (le " crescent fertile"). Les archives indiquent que la ville sumérienne d'Ur a importé du lapis-lazuli des mines de Badakhshan dès 4 000 av. d'oiseaux, de cerfs et de rongeurs ainsi que des plats, des perles et des sceaux cylindriques. Les bijoux les plus anciens utilisaient généralement une ou plusieurs des trois pierres précieuses (cornaline, turquoise), et le lapis-lazuli était certainement très populaire. Comment populaire? L'un des exemples les plus riches de bijoux anciens est la tombe de la reine Pu-abi à Ur à Sumer datant du 3ème millennium avant JC. Dans la crypte, la reine était recouverte d'une robe d'or, d'argent, de lapis-lazuli, de cornaline, d'agate et de perles de calcédoine. Le bord inférieur de la robe était orné d'une bordure frangée de petits cylindres d'or, de cornaline et de lapis-lazuli. Près de son bras droit se trouvaient trois longues épingles en or avec des têtes de lapis-lazuli et trois amulettes en forme de poisson. Deux des amulettes de poisson étaient en or et la troisième, vous l'avez deviné, en lapis-lazuli. Sur la tête de la reine se trouvaient trois diadèmes ornés chacun de lapis-lazuli. À peu près au même moment que le règne de la reine Pu-abi à Ur, le lapis-lazuli était aussi certainement populaire en 3 100 avant JC auprès des Égyptiens qui l'utilisaient dans les médicaments, les pigments (outremer), les cosmétiques (ombre à paupières), sculptés dans les sceaux, et bien sûr, dans les bijoux. Le célèbre masque recouvrant la tête de la momie de Toutankhamon est incrusté principalement de lapis-lazuli, avec des accents de turquoise et de cornaline. Dans les tombes de Toutankhamon et de la reine Pu-abi, deux des tombes les plus riches de toute l'histoire, le lapis-lazuli figurait en bonne place dans les deux. Appelée la "pierre des dirigeants", dans les anciens royaumes comme Sumer et l'Égypte, le lapis était interdit aux roturiers, porté uniquement par la royauté. Les anciens Égyptiens croyaient que le lapis-lazuli était sacré et l'utilisaient dans les tombes et les cercueils des pharaons. Une grande partie du lapis-lazuli qui traversait l'ancienne terre de Bactriane et se rendait à Ur était exportée vers l'Égypte, où elle était connue sous le nom de «khesbed», qui se traduit par «joie et délice». Dans l'Égypte ancienne, le lapis-lazuli était largement utilisé comme talisman censé apporter chance à ses porteurs et éloigner les mauvais esprits et les blessures. On pensait également que le lapis-lazuli possédait des pouvoirs vivifiants dans l'Égypte ancienne. Le lapis était utilisé pour produire des amulettes pour protéger les restes momifiés du pharaon et des roturiers. C'était une pratique courante de placer une amulette en lapis, gravée d'un chapitre du Livre des Morts, sur la zone où le cœur avait été retiré des restes momifiés (le cœur était censé être le dépositaire de l'âme), avant au scellement du sarcophage. Et il est également clair que couplé à l'or, le lapis-lazuli était apprécié simplement pour sa beauté en tant que bijou. Le lapis-lazuli était également associé à l'ancienne déesse égyptienne "Hathor", déesse de l'amour, de la musique et de la beauté, souvent appelée "la dame du lapis-lazuli". Le lapis était également associé à la fois au ciel nocturne et à la course montante, parfois appelée «l'enfant du lapis-lazuli». La pierre était également associée aux eaux primordiales du mythe de la création égyptienne antique. Le Nil était rendu en bleu sur les peintures funéraires, le bleu étant censé représenter la fertilité. Les hippopotames en lapis-lazuli produits par les anciens artisans égyptiens étaient populaires comme symboles de la rivière vivifiante. Il existe également des preuves que les anciens juges égyptiens portaient des amulettes en lapis sculpté de Maât, la déesse de la vérité, de l'équilibre et de l'ordre. Ces concepts étaient fondamentaux pour la vie égyptienne et le règne des pharaons, qui se présentaient constamment comme "bien-aimés de Maât" et "défenseurs de l'ordre universel". Les hiéroglyphes égyptiens antiques décrivaient également les utilisations médicinales du lapis-lazuli, y compris son utilisation en poudre, mélangée avec du lait et de la boue du Nil comme traitement des cataractes ainsi que des maux de tête. Et bien sûr, les anciens Égyptiens utilisaient largement le lapis-lazuli comme fard à paupières. En fait, les historiens documentent son utilisation comme ombre à paupières par Cléopâtre, la dernière des souveraines ptolémaïques de l'Égypte ancienne. Populaire auprès d'un autre peuple du Moyen-Orient, les Israélites, le lapis est généralement reconnu par les érudits bibliques comme l'une des pierres de la cuirasse du Grand Prêtre. Pour les anciens Hébreux, le lapis-lazuli était le symbole du succès, capturant le bleu des cieux et le combinant avec le scintillement de l'or au soleil. Les anciens Hébreux croyaient également que les tablettes sur lesquelles Moïse recevait les Dix Commandements étaient en lapis-lazuli. Le lapis-lazuli était également utilisé par les anciens Assyriens et Babyloniens pour les sceaux cylindriques. Selon une ancienne légende persane, les cieux reflétaient leur couleur bleue à partir d'une dalle massive de lapis sur laquelle reposait la terre. Tout au long de l'histoire de l'ancien Moyen-Orient, le lapis-lazuli a souvent été considéré comme une pierre sacrée et possédant des pouvoirs magiques. L'historien et naturaliste romain du premier siècle, Pline l'Ancien, a décrit avec précision le lapis-lazuli, bien que les anciens Romains l'appelaient "saphir". Les Romains utilisaient également le lapis-lazuli comme aphrodisiaque et associaient le lapis-lazuli au seigneur des dieux du panthéon romain, "Jupiter" ("Zeus" pour les anciens Grecs). Le lapis-lazuli a également été décrit avec précision par Théophraste, philosophe et naturaliste grec du IVe siècle av. Outre son utilisation dans les bijoux, le lapis-lazuli est également utilisé depuis l'Antiquité pour les mosaïques et autres incrustations, les amulettes sculptées, les vases et autres objets. Dans l'Antiquité, ainsi qu'au Moyen Âge, on croyait que le cosmos se reflétait dans les pierres précieuses. Le lapis-lazuli était associé à la planète Jupiter. Dans le monde médiéval, le lapis était broyé et utilisé comme pigment ainsi qu'à des fins médicinales. Pour des applications médicinales, le lapis-lazuli en poudre était mélangé à du lait et utilisé comme compresse pour soulager les ulcères et les furoncles. Le lapis-lazuli et les mines de Badakhshan ont été décrits par Marco Polo en 1271 après JC, bien que les premiers récits écrits des mines aient été produits trois siècles plus tôt, au Xe siècle après JC, par l'historien arabe Istakhri. Lorsque le lapis a été introduit pour la première fois en Europe, il s'appelait "ultramarinum", ce qui signifie "au-delà de la mer". Il a été identifié comme un emblème de chasteté et était censé conférer la capacité, le succès, la faveur divine et la sagesse ancienne. Selon le «Dispensatoire chimique complet» du XVIIe siècle, le lapis-lazuli était également efficace comme remède contre les maux de gorge, utilisé pour combattre la mélancolie et comme remède contre «les apoplexies, les épilepsies, les maladies de la rate et de nombreuses formes de démence». Le texte indiquait également qu'il pouvait être porté autour du cou comme une amulette pour chasser les frayeurs des enfants (les enfants timides recevaient des colliers de perles de lapis dans la conviction qu'ils développeraient le courage et l'intrépidité) pour renforcer la vue, prévenir les évanouissements, et aussi pour éviter les fausses couches. On pensait également que le port d'une amulette en lapis libérait l'âme de l'erreur, de l'envie et de la peur et protégeait le porteur du mal. Le lapis moulu était le secret du bleu de l'outremer, le pigment que les peintres utilisaient pour peindre la mer et le ciel jusqu'au XIXe siècle. Utilisé comme pigment le plus largement aux XIVe et XVe siècles, le secret de certaines des plus belles peintures inspirées de la Renaissance était le lapis-lazuli broyé. En grande partie en raison de l'énorme demande de lapis pour produire de l'outremer, le coût du lapis était exorbitant dans l'Europe de la Renaissance. Une liste de prix des pierres précieuses au XVIIIe siècle, utilisant l'émeraude comme unité de valeur, classait le saphir comme deux fois la valeur de l'émeraude, le rubis comme trois fois la valeur et le lapis comme quinze fois le coût de l'émeraude. Lapis était également populaire dans les incrustations. Dans ce qui était autrefois l'une des capitales culturelles de l'Europe, les colonnes de la cathédrale Saint-Isaac à Saint-Pétersbourg, en Russie, sont bordées de lapis, et le palais Pouchkine a des panneaux de lapis-lazuli de quarante pieds de haut ! Bien que la plupart des lapis utilisés dans l'architecture historique de la Russie proviennent à nouveau d'Afghanistan, le lapis-lazuli a finalement été découvert sur le lac Baïkal en Russie, ainsi que dans les montagnes du Pamir en Asie centrale. Dans l'histoire ancienne de la Méso-Amérique, une qualité inférieure de lapis-lazuli a été extraite dans le nord du Chili pendant plus de 1 000 ans par les Moche, une culture de la côte du nord du Pérou (200 avant JC à 800 après JC), qui étaient des métallurgistes qualifiés, produisant des ornements fabriqués d'or, d'argent et de lapis-lazuli. Leurs traditions ont été transmises par leurs successeurs les Chimu pendant encore 600 ans, les Chimu à leur tour finalement absorbés par les Incas. Tout au long de l'histoire du monde antique, on croyait que les pierres précieuses étaient capables de guérir les maladies, possédaient de précieuses propriétés métaphysiques et protégeaient. Trouvé en Egypte en date de 1500 avant JC, le "Papyrus Ebers" offrait l'un des manuscrits thérapeutiques les plus complets contenant des prescriptions utilisant des pierres précieuses et des minéraux. Les pierres précieuses n'étaient pas seulement appréciées pour leurs propriétés médicinales et protectrices, mais aussi pour leur amélioration éducative et spirituelle. Dans le monde antique, on croyait que le lapis-lazuli moulu consommé comme supplément renforçait la force du squelette et la fonction thyroïdienne. On croyait également qu'il améliorait le sommeil, guérissait l'insomnie et était utilisé pour traiter les varices. Sur le plan métaphysique, on croyait que le lapis-lazuli augmentait la conscience, la créativité, la perception extra-sensorielle et élargissait le point de vue, tout en gardant l'esprit libre des émotions négatives de la peur et de la jalousie. Aujourd'hui encore, le lapis-lazuli est considéré par de nombreuses cultures à travers le monde comme la pierre de l'amitié et de la vérité. On dit que la pierre bleue encourage l'harmonie dans les relations et aide son porteur à être authentique et à donner son opinion ouvertement. HISTOIRE DE L'AGATE : L'agate doit son nom à sa source ancienne, la rivière Achates en Sicile, maintenant connue sous le nom de rivière Drillo, qui reste une source majeure de cette pierre précieuse. La pierre précieuse a été ainsi nommée par l'ancien philosophe grec / naturaliste Théophraste du IVe siècle av. content). Les Grecs utilisaient l'agate pour fabriquer des bijoux et des perles. Les marins de la Grèce antique portaient des amulettes d'agate pour se protéger des dangers de la mer. Les Grecs de l'Antiquité utilisaient également l'agate pour soulager les maux d'estomac et la diarrhée. Cependant, l'agate avait déjà été utilisée par l'homme à des fins décoratives et amulétiques pendant des milliers d'années avant les Grecs anciens, d'abord par l'homme de l'âge de pierre en France vers 25 000 av. , amulettes, sceaux, bagues et récipients. Dans la période ptolémaïque (IVe siècle avant JC au premier siècle après JC), les anciens Égyptiens sculptaient de l'agate sculptée dans des scarabées. Les anciens Égyptiens croyaient que l'agate grise, portée autour du cou, protégerait et guérirait la raideur du cou. L'agate était également extrêmement populaire pour une utilisation dans les bijoux dans l'ancienne Sumer, et l'agate faisait partie des artefacts archéologiques mis au jour sur le site de Knossos en Crète attestant son utilisation par la culture minoenne de l'âge du bronze (environ 1 800 avant JC). On croyait que les magiciens perses possédaient le pouvoir de détourner les tempêtes grâce à l'utilisation de talismans en agate. Les anciens Perses croyaient également que l'agate conférerait de l'éloquence au porteur. Les anciens Perses (ainsi que d'autres anciennes cultures du Proche-Orient) utilisaient également l'agate comme antidote aux fièvres en plaçant l'agate dans la bouche. On disait qu'il soulageait la soif et réduisait la température corporelle. Les anciens Babyloniens utilisaient l'agate rouge pour traiter les piqûres et les piqûres d'insectes, l'agate verte pour traiter les infections oculaires et l'agate noire (onyx) pour protéger les femmes des maladies. Les talismans en agate étaient portés dans l'ancien Moyen-Orient pour maintenir le sang en bonne santé. Dans l'Asie ancienne, les agates étaient utilisées par les voyants et les magiciens pour voir dans l'avenir. L'agate était très appréciée comme talisman ou amulette dans de nombreuses autres cultures anciennes. On disait qu'il désaltère et protège des fièvres. Une autre croyance répandue dans le monde antique était que le port d'agate comme talisman rendrait le porteur invisible, protégeant ainsi le porteur du danger. Les athlètes du monde antique portaient des amulettes en agate avec la conviction que l'agate leur donnerait de l'énergie supplémentaire pendant la compétition et les aiderait à récupérer leurs forces par la suite. L'agate était également portée par diverses cultures anciennes comme protection contre la noyade, les chutes, les fées espiègles et le poison, et était également considérée comme un talisman efficace pour protéger les jeunes enfants du mal. Les agriculteurs de nombreuses civilisations anciennes (y compris les Romains) portaient des talismans en agate pour assurer une bonne récolte. Les Romains, ainsi que les anciens Grecs, ont largement utilisé l'agate dans leur production de camées et de sceaux en creux (comme dans les chevalières). L'agate mousse, selon les Romains, avait un pouvoir divin et une pierre d'agate était utilisée pour broyer les ingrédients des lotions et autres onguents, croyant que cela améliorerait la vue et/ou la disposition. Une célèbre collection de quatre mille bols en agate accumulée par Mithradate, roi du Pont (Turquie hellénique) Turquie hellénique) illustre la grande valeur que le monde antique avait pour l'agate. Les bols en agate étaient également populaires dans l'empire byzantin. La collection de bols en agate est devenue courante parmi la royauté européenne à la Renaissance et de nombreux musées en Europe, dont le Louvre, en possèdent des exemples spectaculaires. Les premiers Celtes de Grande-Bretagne utilisaient la gemme pour prévenir les maladies de la peau, et dans la mythologie celtique, l'agate orange était considérée comme une puissante protection contre les dragons. Les Vikings et les Saxons utilisaient l'agate pour retrouver des objets perdus à la hache et à la pierre, une méthode de divination connue sous le nom d'« axiomanie ». Une hache à deux pointes serait chauffée au rouge, puis le manche était enfoncé dans un trou. Un galet d'agate rond serait alors placé sur la tête de hache verticale. Si le caillou restait sur la hache, le questionneur devait chercher ailleurs l'objet perdu. Si le caillou tombait au sol, le questionneur devait suivre la direction de la pierre roulante pour trouver l'objet manquant. Pendant les guerres romaines avec les Gaules (au Ier siècle avant JC), des gisements d'agate ont été découverts le long de la rivière Nahe (affluent du Rhin) en Allemagne. Les installations de taille de pierres précieuses installées là-bas par les Romains ont survécu jusqu'à nos jours et, bien que les gisements soient maintenant épuisés, la ville d'Idar-Oberstein sur la rivière Nahe est toujours le principal centre lapidaire d'Europe. À partir du XVIe siècle en particulier, d'énormes quantités de camées ont été découpées dans l'agate où des couches de différentes couleurs se sont produites à l'intérieur de la pierre. Le matériel de fond a été découpé, laissant le dessin du camée en relief. Au Moyen Âge et jusqu'à la Renaissance, l'agate était portée comme talisman dans la croyance qu'elle pouvait empêcher les dommages causés par le tonnerre et la foudre, la sorcellerie, le poison, l'ivresse et la possession démoniaque. Les chamans et sorciers médiévaux croyaient que l'agate leur permettait de deviner la vérité. On croyait également que l'agate supprimait les malédictions et les sorts et aidait à éliminer la malchance. Dans l'Europe de la Renaissance, on croyait que l'agate avait un effet calmant pendant les périodes de stress et donnait force et courage à celui qui la portait. Les artistes et les écrivains de la Renaissance portaient de l'agate dans la conviction qu'elle améliorerait la créativité. Le port d'agate était également censé améliorer la vitalité et la force physique, soulager les maux de tête, assurer la fidélité conjugale et romantique, stimuler l'intellect et supprimer la colère. L'agate était appréciée dans la Russie tsariste comme une pierre de longue vie, de bonne santé et de prospérité. L'agate est une variété de quartz calcédoine composée de cristaux microscopiques colorés de quartz se produisant en bandes de couleur et de transparence variables. La plupart des agates commencent comme des cavités de bulles de gaz dans des roches éruptives ou de la lave ancienne. L'eau chargée de silice s'infiltre dans les bulles et coagule en un gel de silice, finissant par cristalliser sous forme de quartz. L'agate se trouve dans une grande variété de motifs et de belles couleurs, et peut être transparente à opaque. De nombreux fossiles (tels que le bois pétrifié, le corail pétrifié et même les os de dinosaures) sont des matériaux agatisés où la substance organique d'origine a été remplacée par de l'agate tout en conservant la structure d'origine. Les principales sources d'agate aujourd'hui sont le Brésil, l'Uruguay, la Chine, l'Inde, Madagascar, le Mexique, les montagnes de l'Oural en Russie et les États-Unis. Tout au long de l'histoire du monde antique, on croyait que les pierres précieuses étaient capables de guérir les maladies, possédaient de précieuses propriétés métaphysiques et protégeaient. Trouvé en Egypte en date de 1500 avant JC, le "Papyrus Ebers" offrait l'un des manuscrits thérapeutiques les plus complets contenant des prescriptions utilisant des pierres précieuses et des minéraux. Les pierres précieuses n'étaient pas seulement appréciées pour leurs propriétés médicinales et protectrices, mais aussi pour leur amélioration éducative et spirituelle. Dans le monde antique, on croyait que porter de l'agate rendait une personne agréable, heureuse et prudente mais courageuse. Les cultures anciennes l'utilisaient comme talisman car on croyait qu'il conféra au porteur une protection contre tous les dangers. L'agate blanche était utilisée comme remède contre l'insomnie et garantissait des rêves agréables. On croyait également que l'agate améliore la mémoire et la concentration, augmente l'endurance et encourage l'honnêteté, tout en aidant les porteurs à rester calmes et concentrés. Les praticiens contemporains attribuent à l'agate le fait de favoriser la capacité de découvrir ses talents naturels, d'améliorer la capacité d'analyse et d'améliorer la perception. On pense qu'il crée un équilibre sain entre l'état physique, émotionnel et spirituel du porteur. L'agate serait une aide pour surmonter les peurs et la solitude. Cela aide à se voir avec plus de clarté et à voir le monde avec une perspective plus large. On prétend qu'il élimine et nettoie les « énergies négatives » du corps, qu'il stimule la fertilité et qu'il est efficace dans le traitement des affections de la moelle osseuse et des allergies. En raison de l'association avec la précision, les agates sont présentées comme des talismans utiles pour les comptables et les banquiers. Et comme dans un passé lointain, l'agate est toujours considérée comme un talisman efficace qui augmentera la richesse, la chance, la longue vie, le courage et la force ; et pour aider à protéger et à guérir le porteur. : Votre achat sera normalement expédié dans les 48 heures suivant le paiement. Nous emballons aussi bien que n'importe qui dans l'entreprise, avec beaucoup de rembourrages et de conteneurs de protection. Le suivi international est fourni gratuitement par l'USPS pour certains pays, d'autres pays sont à un coût supplémentaire. ACHATS SUPPLÉMENTAIRES recevez un TRÈS GRAND Nous proposons le courrier prioritaire du service postal américain, le courrier recommandé et le courrier express pour les envois internationaux et nationaux, ainsi que United Parcel Service (UPS) et Federal Express (Fed-Ex). Veuillez demander un devis. Nous accepterons le mode de paiement avec lequel vous êtes le plus à l'aise. Si à la réception de l'article vous êtes déçu pour quelque raison que ce soit, je vous propose une politique de retour de 30 jours sans poser de questions. Veuillez noter que PayPal ne rembourse PAS les frais. Même si vous achetez « accidentellement » quelque chose, puis annulez l'achat avant qu'il ne soit expédié, PayPal ne remboursera pas ses frais. Si vous n'êtes pas satisfait de la politique de « remboursement sans frais » de PayPal et d'eBay, et que nous sommes EXTRÊMEMENT mécontents, veuillez exprimer votre mécontentement en contactant PayPal et/ou eBay. Nous ne sommes pas en mesure d'influencer, de modifier ou de renoncer aux politiques de PayPal ou d'eBay. À PROPOS: La plupart des objets que je propose proviennent de la collection d'un ami de la famille qui a été actif dans le domaine de l'archéologie pendant plus de quarante ans. Cependant, de nombreux articles proviennent également d'achats que je fais en Europe de l'Est, en Inde et au Levant (Méditerranée orientale / Proche-Orient) auprès de diverses institutions et revendeurs. Bien que j'aie toujours eu un intérêt pour l'archéologie, ma propre formation universitaire était en sociologie et en anthropologie culturelle. Cependant, après ma retraite, je me suis également retrouvé attiré par l'archéologie. En dehors de ma propre collection personnelle, j'ai fait des ajouts importants et fréquents de la mienne via des achats sur Ebay (bien sûr), ainsi que de nombreux achats auprès de revendeurs et d'institutions à travers le monde - mais surtout au Proche-Orient et en Europe de l'Est . Je passe plus de la moitié de mon année hors des États-Unis et j'ai passé une grande partie de ma vie en Inde ou en Europe de l'Est. En fait, une grande partie de ce que nous générons sur Yahoo, Amazon et Ebay sert à soutenir le musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg, ainsi que d'autres institutions dignes d'Europe liées à l'anthropologie et à l'archéologie. J'achète de temps en temps des collections petites mais intéressantes à l'étranger, et j'ai également des articles en double dans ma propre collection dont je décide parfois de me séparer. Bien que j'aie une collection de pièces de monnaie anciennes qui se comptent par dizaines de milliers, mon intérêt principal se porte sur les bijoux anciens. Ma femme participe également activement au «commerce» des bijoux anciens et anciens et vient de Russie. Je serais heureux de vous fournir un certificat/garantie d'authenticité pour tout article que vous achetez chez moi. Chaque fois que je suis à l'étranger, j'ai pris des dispositions pour que les achats soient expédiés par courrier domestique. Si je suis sur le terrain, vous devrez peut-être attendre une semaine ou deux pour qu'un COA arrive par courrier aérien international. Mais vous pouvez être sûr que votre achat arrivera correctement emballé et rapidement - même si je suis absent. Et lorsque je suis dans un endroit éloigné avec simplement un ordinateur portable, je ne suis parfois pas en mesure d'accéder à mon courrier électronique pendant un jour ou deux, alors soyez patient, je répondrai toujours à chaque courrier électronique. Veuillez consulter notre "CONDITIONS DE VENTE SUPPLÉMENTAIRES." Outre son utilisation dans les bijoux, le lapis-lazuli est également utilisé depuis l'Antiquité pour les mosaïques et autres incrustations, les amulettes sculptées, les vases et autres objets. Dans l'Antiquité, ainsi qu'au Moyen Âge, on croyait que le cosmos se reflétait dans les pierres précieuses. Le lapis-lazuli était associé à la planète Jupiter. Dans le monde médiéval, le lapis était broyé et utilisé comme pigment ainsi qu'à des fins médicinales. Pour des applications médicinales, le lapis-lazuli en poudre était mélangé à du lait et utilisé comme compresse pour soulager les ulcères et les furoncles. Le lapis-lazuli et les mines de Badakhshan ont été décrits par Marco Polo en 1271 après JC, bien que les premiers récits écrits des mines aient été produits trois siècles plus tôt, au X Couleur: Argent, Ancien: Oui, Matériau: gemstone, Bijoux: Anneau, Brand: - Sans marque/Générique -

PicClick Insights - Macédonien Victorien Bague 18thC Argent Antique Lapis Turquoise Jaspe Gems Sz 11 PicClick Exclusive

  •  Popularity - 0 watchers, 0.0 new watchers per day, 142 days for sale on eBay. 0 sold, 1 available.
  •  Best Price -
  •  Seller - 5,252+ items sold. 0% negative feedback. Great seller with very good positive feedback and over 50 ratings.

People Also Loved PicClick Exclusive