Vale De York Anglo-Saxon Viking Trésor Hoard Scandinavie Russe Bijoux Pièces

$71.63 Buy It Now, $23.90 Shipping, 30-Day Returns, eBay Money Back Guarantee

Seller: ancientgifts ✉️ (5,288) 100%, Location: Lummi Island, Washington, US, Ships to: WORLDWIDE, Item: 384792903850 Vale De York Anglo-Saxon Viking Trésor Hoard Scandinavie Russe Bijoux Pièces. Le trésor de la vallée d'York de Gareth Williams et Barry Ager. NOTE: Nous avons 75 000 livres dans notre bibliothèque, près de 10 000 titres différents. Il y a de fortes chances que nous ayons d'autres copies de ce même titre dans des conditions variables, certaines moins chères, d'autres en meilleur état. Nous pouvons également avoir différentes éditions (certaines de poche, d'autres à couverture rigide, souvent des éditions internationales). Si vous ne voyez pas ce que vous voulez, veuillez nous contacter et demander. Nous sommes heureux de vous envoyer un résumé des conditions et des prix différents que nous pouvons avoir pour le même titre.DESCRIPTION: Couverture souple. Editeur : British Museum (2010). Pages : 48. Taille : 8 x 5¾ pouces. Découvert en 2007 et acquis par le British Museum et le York Museums Trust, le trésor du Vale of York a été enterré à la fin des années 920 sous le règne du roi de l'Ouest saxon Athelstan, dans l'actuel Yorkshire du Nord. Les spectaculaires bijoux en or et en argent, les lingots et les pièces de monnaie du trésor provenaient à l'origine de régions allant de l'Irlande au Moyen-Orient. Ils représentent le christianisme, l'islam et le culte de Thor, reflétant l'étonnante diversité culturelle, les contacts et les échanges dans le monde viking, ainsi que l'étendue des raids et du commerce vikings. Ce livre décrit les éléments individuels du trésor de la vallée d'York et explore le contexte historique et politique de l'enterrement de ce trésor exceptionnel, offrant une image fascinante de l'ère viking. CONDITION: NOUVEAU. Nouvelle couverture souple surdimensionnée. British Museum (2010) 48 pages. Sans tache, sans marque, vierge à tous égards. Les pages sont vierges ; propre, net, non marqué, non mutilé, étroitement lié, non lu sans ambiguïté. Satisfaction garantie sans condition. En inventaire, prêt à livrer. Aucune déception, aucune excuse. EMBALLAGE TRÈS REMBOURRÉ ET SANS DOMMAGE ! Descriptions soignées et précises ! Vente en ligne de livres d'histoire ancienne rares et épuisés depuis 1997. Nous acceptons les retours pour quelque raison que ce soit dans les 30 jours ! #8656a. VEUILLEZ VOIR LES DESCRIPTIONS ET LES IMAGES CI-DESSOUS POUR DES AVIS DÉTAILLÉS ET POUR LES PAGES D'IMAGES DE L'INTÉRIEUR DU LIVRE. VEUILLEZ CONSULTER LES AVIS DES ÉDITEURS, DES PROFESSIONNELS ET DES LECTEURS CI-DESSOUS. AVIS DES ÉDITEURS: AVIS: Le Vale of York Hoard, découvert par des détecteurs de métaux dans le North Yorkshire en 2007, a été enterré à la fin des années 920 après JC sous le règne du roi de l'Ouest saxon Athelstan. Il comprend une rare et belle coupe cadeau en argent qui contenait des bijoux, des lingots et des pièces de monnaie en or et en argent spectaculaires, provenant de régions aussi éloignées que l'Irlande et le Moyen-Orient. Ils représentent le christianisme, l'islam et le culte de Thor, reflétant l'étonnante diversité culturelle, les contacts et les échanges dans le monde viking, ainsi que l'étendue des raids et du commerce vikings. La taille du trésor est impressionnante et la présence d'objets particulièrement précieux tels que la coupe, des pièces de monnaie non enregistrées auparavant et un brassard en or décoré indique l'extrême richesse du propriétaire du trésor, peut-être un puissant chef. Ce livre détaille les éléments individuels du trésor et explore le contexte historique et politique de son enterrement, offrant une image fascinante d'une période cruciale dans l'unification de l'Angleterre.AVIS: Ce trésor viking a été découvert en 2007 dans le North Yorkshire. Il a été enterré en 927 après J. Ce trésor a probablement été accumulé grâce à une combinaison de raids et de commerce dans toute l'Europe et au-delà. Certains bijoux sont scandinaves, d'autres russes et certaines pièces proviennent d'Asie centrale. Les Vikings sont originaires de Scandinavie mais se sont installés en Écosse, en Irlande, en Normandie et dans le nord et l'est de l'Angleterre. Vers l'an 920 après JC, la Grande-Bretagne était divisée en un royaume anglo-saxon du sud et le royaume viking de Northumbria, avec sa capitale à York. Le trésor appartenait probablement à un membre de la puissante élite viking de York. Les dates des dernières pièces montrent que le trésor a été enterré après la conquête de la Northumbrie par le roi anglo-saxon Athelstan en 927 après JC. Réunissant les deux royaumes, Athelstan fut le premier roi à pouvoir prétendre régner sur l'ensemble de ce qui allait devenir l'Angleterre. AVIS: Le Vale of York Viking Hoard est l'une des plus importantes découvertes vikings jamais réalisées en Grande-Bretagne. Notre nouvelle vitrine met en scène les objets fantastiques de l'exposition Capitale du Nord. The Hoard raconte des histoires fascinantes sur la vie dans le monde viking. Ces écrans dévoilent ces histoires complexes de voyages, de richesse et de pouvoir. Le Vale of York Hoard a été découvert dans le North Yorkshire en janvier 2007 par deux détecteurs de métaux, David et Andrew Whelan, qui ont gardé la découverte intacte et l'ont rapidement signalée à leur agent de liaison local. Il a été déclaré trésor en 2009 et a été évalué à 1 082 000 £ par le comité indépendant d'évaluation du trésor. La taille et la qualité des matériaux du trésor sont remarquables, ce qui en fait la découverte la plus importante de ce type en Grande-Bretagne depuis plus de 150 ans. Le trésor contient un mélange de différents objets en métaux précieux, notamment des pièces de monnaie, des ornements complets, des lingots (barres) et des fragments hachés appelés hack-silver (67 objets au total et 617 pièces). Il montre la diversité des contacts culturels dans le monde médiéval, avec des objets provenant d'aussi loin que l'Afghanistan à l'Est et l'Irlande à l'Ouest, ainsi que la Russie, la Scandinavie et l'Europe continentale. L'objet le plus spectaculaire est un vase en argent doré, fabriqué dans ce qui est aujourd'hui la France ou l'Allemagne occidentale vers le milieu du IXe siècle. Il était apparemment destiné à être utilisé dans les services religieux et a probablement été soit pillé dans un monastère par les Vikings, soit donné en hommage. La plupart des petits objets étaient cachés à l'intérieur de ce vaisseau, qui était lui-même protégé par une sorte de conteneur en plomb. En conséquence, le trésor était extrêmement bien conservé. Parmi les autres objets vedettes, citons un anneau de bras en or rare et 617 pièces de monnaie, dont plusieurs types nouveaux ou rares. Ceux-ci fournissent de nouvelles informations précieuses sur l'histoire de l'Angleterre au début du Xe siècle, ainsi que sur les contacts culturels plus larges du Yorkshire au cours de cette période. Fait intéressant, le trésor contient des pièces de monnaie relatives à l'islam et à la religion préchrétienne des Vikings, ainsi qu'au christianisme. AVIS: Le trésor de Vale of York a été acquis grâce à un partenariat unique entre le York Museums Trust (York) et le British Museum (Londres). Ce trésor viking majeur, une découverte importante et passionnante, est détenue en commun et sera exposée à parts égales entre les deux partenaires. Le trésor a été déclaré trésor et a été évalué à 1 082 000 £ par le comité indépendant d'évaluation du trésor. La taille et la qualité des matériaux du trésor sont remarquables, ce qui en fait la découverte la plus importante de ce type en Grande-Bretagne depuis plus de 150 ans. Il a été découvert dans la région de Harrogate en janvier 2007 par deux détecteurs de métaux, David et Andrew Whelan, qui ont gardé la découverte intacte et l'ont rapidement signalée à leur agent de liaison local.Des travaux de conservation ont récemment commencé sur le trésor pour lui redonner son lustre d'antan. Plus d'informations sur le trésor ont été révélées grâce à ce processus. Le récipient qui contenait la majeure partie du trésor est maintenant décoré de nielle (une incrustation de métal noir), ainsi que d'une vaste dorure. De nouveaux détails sont également visibles dans la décoration de certains fragments de bijoux en argent, ainsi que dans les dessins et inscriptions des pièces de monnaie. Le trésor contient un mélange de différents objets en métaux précieux, notamment des pièces de monnaie, des ornements complets, des lingots (barres) et des fragments hachés appelés hack-silver (67 objets au total et 617 pièces). Il montre la diversité des contacts culturels dans le monde médiéval, avec des objets provenant d'aussi loin que l'Afghanistan à l'Est et l'Irlande à l'Ouest, ainsi que la Russie, la Scandinavie et l'Europe continentale. L'objet le plus spectaculaire est un vase en argent doré, fabriqué dans ce qui est aujourd'hui la France ou l'Allemagne occidentale vers le milieu du IXe siècle. Il était apparemment destiné à être utilisé dans les services religieux et a probablement été soit pillé dans un monastère par les Vikings, soit donné en hommage. La plupart des petits objets étaient cachés à l'intérieur de ce vaisseau, qui était lui-même protégé par une sorte de conteneur en plomb. En conséquence, le trésor était extrêmement bien conservé. Parmi les autres objets vedettes, citons un anneau de bras en or rare et 617 pièces de monnaie, dont plusieurs types nouveaux ou rares. Ceux-ci fournissent de nouvelles informations précieuses sur l'histoire de l'Angleterre au début du Xe siècle, ainsi que sur les contacts culturels plus larges du Yorkshire au cours de cette période. Fait intéressant, le trésor contient des pièces de monnaie relatives à l'islam et à la religion préchrétienne des Vikings, ainsi qu'au christianisme. Le trésor a probablement été enterré pour des raisons de sécurité par un riche chef viking lors des troubles qui ont suivi la conquête du royaume viking de Northumbrie en 927 après JC par le roi anglo-saxon Athelstan (924-39). Le trésor de la vallée d'York est le plus grand et le plus important trésor viking de Grande-Bretagne depuis le trésor découvert à Cuerdale dans le Lancashire en 1840. Des objets du trésor de Cuerdale sont maintenant exposés dans plusieurs musées du Royaume-Uni, le plus grand groupe étant hébergé au British Museum. Une armée viking a conquis le royaume anglo-saxon de Northumbrie en 869 après JC. La région est restée sous contrôle viking jusqu'à ce qu'elle soit conquise par Athelstan en 927. La région a connu une autre brève période d'indépendance après la mort d'Athelstan en 939, qui a duré jusqu'à la mort du souverain viking Eric Bloodaxe en 954. Les Vikings ont eu un impact durable en Grande-Bretagne, y compris les noms de lieux, la sculpture et l'influence sur la langue anglaise, ainsi que les vestiges archéologiques. Le Yorkshire est l'une des régions qui montre la plus forte influence viking. Mary Kershaw, directrice des collections chez York, a déclaré : « Le trésor des Vikings de la vallée de York est une trouvaille unique. Cela contribuera grandement à la compréhension du début des années 900 dans le Yorkshire et de ses liens avec le reste du monde. » Jonathan Williams, gardien de la Grande-Bretagne, de l'Europe et de la préhistoire au British Museum, a déclaré : « Cette découverte est d'une importance mondiale, en plus d'avoir une importance considérable pour l'histoire de l'Angleterre et du Yorkshire. Le York Museum Trust et le British Museum ont collaboré pour acquérir, interpréter et exposer le trésor afin de le rendre accessible au public le plus large possible. Nous sommes extrêmement reconnaissants à tous les bailleurs de fonds dont la générosité nous a permis d'acquérir le trésor ». Le Dr Robert Bewley, directeur des opérations du National Heritage Memorial Fund, a déclaré : « Cette découverte archéologique nous offre un instantané unique et merveilleux des temps troublés en Grande-Bretagne et en Europe, il y a plus de mille ans. Nous sommes particulièrement heureux de constater que notre financement contribue à faciliter un travail conjoint important entre le British Museum et le York Museums Trust. Cela devrait garantir que ces trésors peuvent être appréciés, dans une variété d'endroits, par les visiteurs de ce pays et d'ailleurs. Andrew Macdonald, directeur par intérim de The Art Fund, a déclaré : « Le rêve d'un chasseur de trésors, le trésor de la vallée de York est une extraordinaire collection d'artefacts qui donne un nouvel aperçu des vastes réseaux commerciaux - de l'Asie centrale islamique à la Scandinavie et la Baltique - de Bretagne du Xe siècle. L'Art Fund est ravi d'avoir aidé le York Museums Trust et le British Museum à acquérir cette découverte rare et passionnante. David et Andrew Whelan, les découvreurs du trésor, ont déclaré : « En tant que détecteurs de métaux passionnés, nous avons toujours rêvé de trouver un trésor, mais en trouver un d'une période de l'histoire aussi fantastique, est tout simplement incroyable. Le contenu du trésor que nous avons trouvé allait bien au-delà de nos rêves les plus fous et j'espère que les gens adoreront voir les objets exposés à York et à Londres pendant de nombreuses années à venir ». AVIS: En 2007, dans un champ du Yorkshire, deux hommes munis de détecteurs de métaux ont creusé un trou et ont trouvé des morceaux de plomb et une tasse en argent remplie de terre. Ils ont contacté des archéologues locaux, qui ont emmené la coupe dans un laboratoire de conservation, où le contenu a pu être fouillé avec soin. Les restaurateurs ont découvert que la coupe contenait plus de 600 pièces d'argent. Il contenait également des bijoux et des fragments d'argent hachés appelés hacksilver, qui sont spécifiquement identifiés aux Vikings.La monnaie viking était basée sur l'argent; ils commerçaient avec des pièces d'argent, des lingots et du hacksilver. Le statut a été acquis et affiché grâce à la richesse portable. Les chefs vikings ont affiché leur richesse en portant des bijoux en argent et ont obtenu soutien et statut en offrant des cadeaux en argent. La recherche de richesses portables a peut-être été l'un des motifs de l'expansion des Vikings au-delà de la Scandinavie.La coupe en argent provenait de l'empire franc - ce qui est maintenant la France, l'Allemagne et le nord de l'Italie - et était probablement destinée à être utilisée dans les services religieux. Il a peut-être été pillé dans un monastère par les Vikings, ou leur a été donné en hommage. Des bandes de Vikings avaient attaqué des monastères en Grande-Bretagne dans les années 790 et au début des années 800, et avaient attaqué l'empire franc en 799. Les drakkars des Vikings leur permettaient de traverser les mers, d'atteindre même l'Amérique du Nord, et aussi de pénétrer à l'intérieur des terres par voie fluviale. Ils ont attaqué des colonies côtières, telles que Byzance (Istanbul moderne) et Lindisfarne, un monastère au large des côtes du nord-est de l'Angleterre, et des villes plus à l'intérieur des terres, telles que Rouen en France et York. Toutes leurs attaques n'ont pas été couronnées de succès, comme l'indique une fosse commune de squelettes d'hommes fouillés à Weymouth. Des études sur les ossements ont révélé qu'ils provenaient de personnes d'origine scandinave, violemment tuées et enterrées dans une carrière, peut-être à la suite d'une mission de raid ratée. Les Vikings ont utilisé leur expertise dans la navigation et la guerre pour capturer des esclaves et s'emparer de trésors, mais ils ont également établi des relations commerciales. Les commerçants vikings ont ouvert de nouvelles routes commerciales à travers la Baltique et la Russie vers les riches marchés de l'Asie centrale et occidentale byzantine et musulmane. Le trésor de la vallée d'York est la preuve des contacts des Vikings à travers l'Europe occidentale et au-delà. La plupart des pièces du trésor sont anglo-saxonnes, certaines sont vikings et d'autres sont des pièces islamiques d'Asie centrale. D'autres objets en métal précieux ont été fabriqués en Irlande, en Russie et en Europe continentale. Un autre motif de l'expansion des Vikings était le besoin de terres à cultiver, et à partir des années 850, ils avaient commencé à coloniser de vastes régions du nord et de l'est de l'Angleterre. Des villes aussi, comme Dublin et Cork en Irlande, se sont développées à partir de colonies établies par les Vikings. En 867, les Vikings prirent le contrôle du royaume de Northumbrie au nord-est de l'Angleterre. L'année précédente en 866, ils s'étaient emparés de la ville qui allait devenir York - Jorvik en danois - et avaient établi la communauté viking qui y dura une soixantaine d'années. Puis, en 927, le roi anglo-saxon Athelstan conquit le Viking York et prit également le contrôle de la Northumbrie, l'unissant au sud de la Grande-Bretagne, déjà sous son règne. C'est la première fois que le nord et le sud de l'Angleterre étaient unis et ils le sont restés à ce jour. En 928, Athelstan a émis des pièces portant l'inscription Athelstan rex totius Britanniae, Athelstan, roi de toute la Grande-Bretagne, le premier roi à revendiquer cela. Certaines des pièces du trésor de Vale of York ont été émises par Athelstan en 927 et il y avait aussi une de ses pièces de 928. Cela suggère qu'il a probablement été enterré en 928 et que son propriétaire viking était donc resté dans le Yorkshire après la prise de contrôle par les Anglo-Saxons. Comme l'argent était à la base de la richesse et du statut des Vikings, il était souvent enterré en période de troubles. Peut-être que le trésor a été caché par sécurité lors des troubles qui ont suivi la conquête anglo-saxonne d'York et de Northumbria. Comme le trésor semble avoir été soigneusement emballé et enterré, il semble probable que son propriétaire viking avait l'intention de revenir. AVIS: Le plus fabuleux trésor viking découvert au Royaume-Uni depuis 150 ans. L'objet le plus spectaculaire du trésor est une coupe ou un bol en argent doré, fabriqué en Europe continentale vers le milieu du IXe siècle. La coupe est décorée d'animaux qui courent ; deux lions et quatre bêtes de proie, chacun semblant plutôt surpris. Il était apparemment destiné à être utilisé dans les services religieux et a probablement été soit pillé dans un monastère par les Vikings, soit donné en hommage. La plupart des petits objets étaient cachés à l'intérieur de ce vaisseau, qui était lui-même protégé par une sorte de conteneur en plomb. En conséquence, le trésor est extrêmement bien conservé. D'autres objets vedettes incluent un anneau de bras en or rare et 617 pièces de monnaie, dont plusieurs types nouveaux ou rares. L'évidence des pièces de monnaie nous permet de dater le trésor de très près de la période 927-928. Rappelez-vous que les Vikings ont conquis la Northumbrie et ont pris York comme capitale en 869 après JC. La région est restée sous contrôle viking jusqu'à ce qu'elle soit conquise par Athelstan en 927. Athelstan détruisit les fortifications d'York et distribua la richesse de la ville à ses partisans. Il a exigé des tributs en argent des autres dirigeants du Nord. Le trésor a probablement été enterré pour des raisons de sécurité pendant ces troubles. Le trésor montre l'éventail des contacts culturels dans le Yorkshire Viking, avec des objets venant d'aussi loin que l'Afghanistan à l'Est et l'Irlande à l'Ouest, ainsi que la Russie, la Scandinavie et l'Europe continentale. Il y a des pièces relatives à l'Islam et à la religion pré-chrétienne des Vikings, ainsi qu'au christianisme. Le trésor a été découvert dans le North Yorkshire en janvier 2007 par deux détecteurs de métaux, qui ont heureusement gardé la découverte intacte et l'ont rapidement signalée. Il a été acheté conjointement pour plus d'un million de livres sterling par le British Museum et le York Museums Trust en 2009. AVIS: Le Vale of York Hoard, également connu sous le nom de Harrogate Hoard et Vale of York Viking Hoard, est un trésor viking du Xe siècle composé de 617 pièces d'argent et de 65 autres objets. Il a été trouvé intact en 2007 près de la ville de Harrogate dans le North Yorkshire, en Angleterre. Le trésor était le plus grand Viking découvert en Grande-Bretagne depuis 1840, lorsque le trésor de Cuerdale a été trouvé dans le Lancashire, bien que le trésor anglo-saxon du Staffordshire, trouvé en 2009, soit plus grand. AVIS: Découvert en 2007 et acquis par le British Museum et le York Museums Trust, le trésor de la vallée de York a été enterré à la fin des années 920 sous le règne du roi de l'Ouest saxon Athelstan, dans l'actuel Yorkshire du Nord. Les spectaculaires bijoux en or et en argent, les lingots et les pièces de monnaie du trésor provenaient à l'origine de régions allant de l'Irlande au Moyen-Orient. AVIS: Gareth Williams est le propriétaire de l'une des plus vastes collections de souvenirs d'échecs en Europe, une collection qui comprend des jeux, des planches, des horloges, des cartes, des gravures, des photos, des céramiques et plus encore. Il est l'auteur de The Amazing Book of Chess et contribue régulièrement aux magazines Chess Monthly et The Chess Collector. AVIS: Gareth Williams et Barry Ager sont tous deux conservateurs au British Museum. Williams est responsable de la monnaie du début du Moyen Âge et Agar de la collection continentale du début du Moyen Âge. Ils décrivent la découverte en janvier 2007 du trésor viking par des amateurs de détection de métaux dans le North Yorkshire, sur la côte nord-est de l'Angleterre. Ils expliquent ses fouilles et sa préservation par des professionnels, son contenu, comment ils se rapportent à des trésors similaires et ce qu'ils révèlent sur l'unification de l'Angleterre à cette époque et en ce lieu. La coupe qui contenait le trésor enterré a clairement été prise dans une église en France lors d'un raid , mais la pièce islamique suggère que les Vikings ont fait du commerce ou ont fait un raid lorsque l'opportunité s'est présentée. AVIS: Le Vale of York Hoard s'appelait initialement le Harrowgate Hoard d'après la ville proche de l'endroit où il a été trouvé, et est considéré comme l'un des trésors les plus importants découverts au Royaume-Uni à ce jour. En effet, les artefacts reflètent une si grande diversité d'influences culturelles s'étendant jusqu'en Afghanistan à l'est, en Irlande à l'ouest et en Russie, en Scandinavie ainsi qu'en Europe continentale. La plupart des objets étaient entreposés dans un magnifique vase en argent doré, provenant soit du nord de la France, soit d'Allemagne et datant du milieu du IXe siècle. Cette coupe rare est l'une des deux seules qui ont été trouvées en Grande-Bretagne, et parmi seulement six ou sept connues dans toute l'Europe. Il semble avoir été destiné à un usage ecclésiastique et peut avoir été soit pillé dans un monastère par les Vikings, soit donné en hommage. Cette coupe avec son contenu a été récupérée du sol avec tact, grâce au comportement réfléchi de ses chercheurs, les détecteurs de métaux David Whelan et son père Andrew. Réalisant l'importance archéologique de leur découverte, ils ont immédiatement fait appel aux experts, résistant à l'envie d'examiner plus avant le contenu du pot ou d'essayer de nettoyer le pot lui-même. Ils ont également soigneusement enregistré l'emplacement exact de la découverte pour une enquête plus approfondie – qui n'a révélé aucune autre preuve – et ont collecté tous les petits morceaux de ferraille autour de la découverte. Ces débris se sont avérés être les restes du conteneur de plomb qui avait protégé le trésor dans le sol. Le contenu de la coupe, mis au jour par un conservateur du British Museum, comprend un anneau de bras en or fin, 67 pièces d'argent composées d'anneaux de bras et de hacksilver, et plus de 600 pièces de monnaie, dont plusieurs étaient rares ou antérieures. inconnue. Les pièces étaient un mélange de pièces préchrétiennes et chrétiennes et l'inclusion de pièces islamiques montre la preuve des liens commerciaux du 10ème siècle. Plusieurs pièces de monnaie auparavant rares représentent le roi anglo-saxon Aethelstan (vers 924-939) ; pourtant, il n'y a qu'un seul exemple d'une pièce de monnaie relativement courante, le type Rex Totius Britanniae, qui a été frappée pour la première fois en 928 après JC, suggérant que le trésor a été enterré à cette époque - avant que d'autres exemples de cette pièce généralement courante ne puissent être ajoutés. La spéculation est que le trésor a été enterré pour être conservé par un riche chef viking pendant une période de bouleversement après la conquête en 927 après JC par le roi anglo-saxon, Athelstan, du royaume viking de Northumbria. Ce fut un tournant dans l'histoire anglaise, la première fois que tout le pays était enfin uni sous un seul roi - et peut-être que la preuve qu'un trésor aussi riche a été enterré pour être conservé suggère que c'était une période de plus de turbulences que le record officiel à l'époque voudrait nous faire croire. AVIS: Décrit comme la découverte la plus importante de ce type depuis 150 ans, le trésor a été découvert en 2007 par deux détecteurs de métaux dans un champ entre York et Harrogate. Une coupe en argent doré, 617 pièces de monnaie, 67 objets en argent et un seul anneau de bras en or ont été retrouvés enveloppés dans une feuille de plomb. Le trésor est le plus grand datant de l'âge viking qui a été trouvé ces derniers temps et acquis dans son intégralité par un musée.De nombreux objets du trésor soulignent l'importance de la richesse et du statut à l'époque viking. Les anneaux de bras étaient des affichages visuels de la richesse du propriétaire. Les meneurs d'hommes étaient décrits comme des « donneurs d'anneau » et devaient être en mesure de distribuer la richesse à leurs partisans. L'anneau de bras en or du trésor en est un très bon exemple. C'est incroyablement inhabituel, l'or ne se trouve presque jamais à côté de l'argent, et cela aurait marqué son porteur comme un individu riche et puissant. Le trésor donne une idée du vaste réseau international dont les Vikings faisaient partie. Le récipient qui contenait une grande partie du trésor est richement décoré d'une scène de chasse et d'une vigne autour de la surface supérieure. Il a été fabriqué dans un atelier français et a probablement été pillé dans une église française. A côté des liens avec le continent, il y a la ferronnerie irlandaise et scandinave. Le plus exotique de tous les objets du trésor est une pièce d'argent, connue sous le nom de dirham, frappée à la monnaie de Samarkand dans l'Ouzbékistan moderne. Il a été échangé en amont des rivières vers la Russie, à travers la Scandinavie et a finalement atteint le Yorkshire. L'ampleur du trésor et la qualité de la plupart des matériaux qu'il contient mettent en évidence la richesse de Jorvik (le nom viking de York). La quantité d'argent contenue dans le trésor était énorme et signifiait que celui qui l'aurait enterré aurait été incroyablement riche. De nombreux objets du trésor ont été brisés, les convertissant en « hacksilver ». Certains ont également été testés, avec de petites entailles taillées pour vérifier la qualité de l'argent. Cela est dû au fait que les Vikings évaluaient souvent l'argent en fonction de sa valeur en lingots, ou poids. Le mélange de pièces de monnaie et de « hacksilver » dans le trésor signifie que celui qui l'a enterré était habitué à faire des affaires de différentes manières. Les pièces de monnaie dans le trésor mettent en évidence les troubles de l'ère viking. Athelstan, roi du sud de l'Angleterre, reconquiert progressivement les parties de l'Angleterre restées sous contrôle viking dans les années 920. Il a capturé la ville de York en 927 après JC. Pour célébrer sa capture de cette ville importante, il frappa une pièce avec son nom d'un côté et une représentation d'York de l'autre. Cette pièce a un petit bâtiment ou une église au centre (peut-être une première représentation de la cathédrale) et le lettrage EB OU AC autour, qui signifie Eboracum, le nom latin de York. Peu de temps après avoir capturé York, en juillet 927, Athelstan rencontra les rois d'Écosse et du Pays de Galles à Eamont Bridge en Cumbrie. Ils reconnaissaient son autorité sur eux. Pour célébrer ce fait, Athelstan a fait frapper des pièces avec la légende EDELSTAN REX TO BRIE, qui se traduit par Athelstan, roi de tous les Britanniques. Athelstan a été le premier roi à régner sur une Angleterre unie et a un rôle très important dans l'histoire anglaise. There is only one de ces pièces dans le trésor et il est presque neuf. Il est donc probable que le trésor a été enterré à la fin de 927 ou au début de 928. Le trésor a remodelé ce que nous savons de l'ère viking dans le Yorkshire et continuera d'offrir de nouvelles perspectives pour les années à venir. AVIS: Vers 920 après JC, l'Angleterre était divisée en deux royaumes : le royaume anglo-saxon au sud et le royaume viking de Northumbria au nord. En 927 après JC, le roi anglo-saxon, Athelstan, a conquis la Northumbrie - unissant toute l'Angleterre. Craignant le changement, un Viking exalté et décoré a rassemblé ses précieux trésors et les a enterrés. Pour des raisons inconnues, il n'est jamais revenu les récupérer, les laissant tranquilles pendant plus de 1000 ans. C'est le consensus général parmi les experts concernant l'origine du trésor de Vale of York. Puis, un jour maussade de janvier 2007, David Whelan et son fils Andrew sont partis avec leurs détecteurs de métaux dans un champ boueux près de la ville de Harrogate dans le North Yorkshire. Après environ 10 minutes de recherche, ils ont capté un gros signal et ont commencé à creuser. Ils n'ont trouvé que des déchets de plomb. Mais ils n'ont pas abandonné et ont creusé encore plus profondément. Pourtant, il n'y avait que des restes de plomb. Ils étaient sur le point d'abandonner quand soudain un grand bol tomba du mur du trou qu'ils avaient creusé. Il était complètement recouvert de terre, mais à en juger par les œuvres d'art à l'extérieur, les Whelan savaient qu'il était précieux et l'ont confié à un officier de liaison des trouvailles. Par la suite, le contenu du bol a été soigneusement fouillé et identifié par des experts et déclaré être le plus grand trésor jamais trouvé en Angleterre (il a ensuite été battu par le trésor du Staffordshire en 2009). Le trésor est presque entièrement constitué de pièces d'argent – 617 pièces pour être exact. Tous ont été méticuleusement entassés dans une coupe dorée, avec environ 65 autres objets, y compris des morceaux de hacksilver et des lingots d'argent. Parce qu'elles étaient si serrées, la plupart des pièces étaient très bien conservées. De plus, ils montrent l'étendue des voyages vikings, avec des pièces d'aussi loin que la Russie et l'Afghanistan. Aujourd'hui, de nombreuses pièces de monnaie contenues dans le trésor de Vale of York sont considérées comme extrêmement rares, ce qui en fait l'une des collections de pièces de monnaie les plus étonnantes de l'histoire. AVIS PROFESSIONNELS: AVIS: Ce texte décrit les éléments individuels du trésor de Vale of York et explore le contexte historique et politique de l'enterrement de ce trésor, offrant une image de l'ère viking. Bref mais très instructif. Photographie exceptionnelle. AVIS: Le Vale of York Hoard (anciennement connu sous le nom de Harrogate Hoard) a été découvert près de Harrogate en janvier 2007. C'était un trésor viking intact du Xe siècle composé de plus de 600 pièces d'argent et d'autres objets. Le trésor est le plus grand à avoir été découvert en Europe occidentale depuis 1840, lorsque le trésor de Cuerdale a été découvert près de Preston dans le Lancashire. Le trésor date d'environ 928 après JC et comprend des pièces de monnaie de Samarkand, d'Afghanistan et de Bagdad, et un fragment d'un anneau russe, ainsi qu'un anneau de bras irlandais. En tant que tel, il démontre le large éventail de contacts dans le monde viking. Fortement recommandé, en particulier pour les amateurs d'histoire de l'ère viking. AVIS DES LECTEURS: AVIS: Concis et bien écrit. Bien que destiné aux passionnés d'histoire comme les autres titres « Objects in Focus », plutôt qu'aux universitaires, ce volume mince contient une quantité surprenante de détails. Le livre détaille le contexte plus large de cet incroyable trésor d'argent viking trouvé près de Harrogate, probablement enterré pendant le règne mouvementé d'Athelstan. Les photos d'accompagnement permettent aux lecteurs un niveau de détail de musée, et il contient également des camées photo d'autres trésors célèbres du BM tels que le Cuerdale Hoard. Il explique ensuite les systèmes et l'importance de la richesse en argent à l'époque viking tout en explorant des éléments importants du trésor, où un récit se développe. Il n'est pas difficile d'imaginer un raider viking pourrissant dans la vallée de la Loire en France avec le pillage des monastères locaux, combattu à l'arrêt par les forces franques. Ils partent pour de nouveaux pâturages dans le cœur viking de la Grande-Bretagne - Northumbria. Accumulant plus de richesses, peut-être grâce aux métayers, au commerce ou aux raids, le viking consciencieux enterre son prix. Mais, il n'y revient pas - pourquoi ? Et c'est la question qui entoure tous ces trésors incroyables. Le livre souligne l'importance de ces trouvailles dans ce contexte, et dans un format facilement lisible. Un achat incontournable pour les amateurs de Viking-Age. AVIS: Il n'y a rien à ne pas aimer. C'est court, facile à lire, inspirant et les illustrations et la photographie sont excellentes. Un très bon livre pour les amateurs intéressés. AVIS: Un regard sur une découverte archéologique spécifique - à la fois en ce qui concerne les objets eux-mêmes et ce qu'ils nous permettent de conclure sur le Dark Age Yorkshire. Une analyse courte mais bien écrite avec de nombreuses excellentes photographies. AVIS: Excellent livre sur une période perdue de l'histoire britannique, une époque où l'incertitude politique a résulté en un véritable trésor enfoui qui peut nous aider à comprendre un peuple oublié depuis longtemps. AVIS: Je l'ai aimé, vue courte mais large du trésor, les fois où il a été laissé et pourquoi il est important. AVIS: Très bien photographié ! Fascinant. AVIS: Trésor de l'ère viking. Petit livre d'une rare beauté ! CONTEXTE SUPPLÉMENTAIRE: Histoire des Vikings: Les Vikings étaient divers marins scandinaves de Norvège, de Suède et du Danemark dont les raids et les colonies ultérieures ont eu un impact significatif sur les cultures européennes. Ces impacts ont été ressentis jusque dans les régions méditerranéennes et en Russie au cours de la période allant de 790 à environ 1100 après JC. Les Vikings étaient tous des Scandinaves, mais tous les Scandinaves n'étaient pas des Vikings. Le terme Viking ne s'appliquait qu'à ceux qui prenaient la mer dans le but d'acquérir de la richesse en faisant des raids dans d'autres terres. Le terme a été principalement utilisé par les écrivains anglais, pas inclusivement par d'autres cultures. La plupart des Scandinaves n'étaient pas des Vikings. Ces Scandinaves non vikings qui commerçaient avec d'autres cultures étaient connus sous le nom de Northmen, Norsemen ou d'autres termes désignant leur origine. À partir de 793 après JC et pendant les 300 années suivantes, les Vikings ont attaqué les régions côtières et intérieures de l'Europe. Ils faisaient du commerce jusqu'à l'Empire byzantin à l'est. Ils ont même servi de garde d'élite varangienne pour l'empereur byzantin. Leur influence sur les cultures avec lesquelles ils interagissaient était substantielle dans pratiquement tous les aspects de la vie. C'était surtout dans les régions d'Écosse, de Grande-Bretagne, de France et d'Irlande. Ils fondent Dublin, colonisent la Normandie (« terre des hommes du Nord ») en France, établissent la région des Danelaw en Grande-Bretagne et s'installent dans de nombreuses communautés à travers l'Écosse. Bien que généralement imaginé comme des guerriers portant des casques à cornes, cela est inexact. Les casques à cornes auraient été peu pratiques au combat et n'étaient probablement portés qu'à des fins cérémonielles. De plus, bien que les Vikings aient été de grands guerriers, le fait que leur nom de nos jours soit presque synonyme de guerre, de massacre et de destruction est une association encouragée par les représentations médiatiques populaires. La culture scandinave était en fait très développée et les raids vikings sur d'autres nations n'étaient qu'un aspect de la civilisation. Leurs implantations en Islande et au Groenland ont répandu la culture scandinave au-delà de l'Atlantique Nord. Ces colonies les ont placés dans une position idéale pour une exploration et une colonisation plus poussées. Les Vikings ont été les premiers Européens à visiter l'Amérique du Nord et à établir des communautés. Le site terre-neuvien de L'Anse Aux Meadows a été identifié avec certitude comme l'un des premiers établissements vikings. Le débat se poursuit quant à savoir si d'autres sites du Maine au Rhode Island - et même plus au sud - sont des preuves d'une ancienne habitation viking ou du moins de visites en Amérique du Nord. L'origine du mot « Viking » est encore débattue par les chercheurs. L'opinion traditionnelle est que Viking vient du Nord "vik". Le terme désignait une crique ou un petit fjord, c'est-à-dire un endroit où les pirates pouvaient se cacher et s'attaquer aux navires marchands. Certains philologues soutiennent cependant que le mot dérive du vieux norrois pour « pirate ». Pourtant, d'autres chercheurs postulent que le terme doit provenir de la région de Viken, qui flanquait le fjord d'Oslo. Cette région était d'une grande valeur car c'est là que les Danois obtenaient le fer qui était produit en Norvège. Ils insistent sur le fait que le mot Viking désignait à l'origine les habitants de Viken. Les cultures autres que les Anglais faisaient toutes référence à ces mêmes personnes par des noms différents - mais aucune ne les appelait Vikings. Les archives irlandaises les appellent païens ou simplement étrangers. Les Français les appelaient Northmen. Les Slaves les appelaient les Rus (ce qui a donné son nom à la Russie). Les Allemands les appelaient Ashmen en référence à leur utilisation du bois de frêne pour leurs bateaux. Les Vikings utilisaient le mot eux-mêmes pour désigner l'activité de raids armés sur d'autres terres à des fins de pillage. L'expression en vieux norrois fara je viking (« partir en expédition ») avait un sens très différent de celui de faire un voyage en mer à des fins de simple commerce. Quand on décidait de « devenir viking », on annonçait son intention de se joindre à des raids sur des cibles rentables dans d'autres pays. La culture viking était scandinave, avec une société divisée en trois classes. Les trois classes étaient les Jarls (aristocratie), les Karls (classe inférieure) et les Thralls (esclaves). La mobilité ascendante était possible pour les classes inférieures mais pas pour les esclaves. L'esclavage était largement pratiqué dans toute la Scandinavie et était considéré comme l'un des principaux facteurs de motivation des raids vikings sur d'autres terres. Les femmes avaient plus de libertés dans la culture scandinave/viking que dans de nombreuses autres cultures de l'époque. Les femmes pouvaient hériter de la propriété, choisir où et comment vivre si elles n'étaient pas mariées, se représenter elles-mêmes devant les tribunaux et posséder leurs propres entreprises (telles que des brasseries, des tavernes, des magasins et des fermes). Les femmes étaient les prophétesses de la déesse Freyja ou du dieu Odin et interprétaient les messages des dieux pour le peuple. Il n'y avait pas de chefs religieux masculins. Les mariages étaient arrangés par les hommes du clan. Une femme ne pouvait pas choisir son propre compagnon, mais un homme non plus. Les vêtements et les bijoux des femmes étaient similaires à ceux des hommes de leur classe sociale, et aucun des deux sexes ne portait de boucles d'oreilles qui étaient considérées comme des affectations de races inférieures. Les femmes étaient chargées d'élever les enfants et de tenir la maison, mais les hommes et les femmes préparaient les repas pour la famille. La plupart des Scandinaves étaient des agriculteurs. Mais il y avait aussi des forgerons, des armuriers, des brasseurs, des marchands, des tisserands, des luthiers (ceux qui fabriquaient des instruments à cordes), des fabricants de tambours, des poètes, des musiciens, des artisans, des charpentiers, des bijoutiers et bien d'autres professions. Une source importante de revenus était le commerce de l'ambre qu'ils possédaient en abondance. L'ambre (la résine fossilisée des pins) s'échouait fréquemment sur les côtes scandinaves. Il a été travaillé en bijoux ou vendu sous forme semi-transformée, en particulier aux empires romain et byzantin. Les Scandinaves appréciaient les loisirs autant que toute autre culture et pratiquaient des sports , des jeux de société et organisaient des festivals. Sports comprenait des simulations de combat, de la lutte, de l'escalade, de la natation, du lancer de javelot, de la chasse, un spectacle connu sous le nom de combat de chevaux (dont les détails ne sont pas clairs) et un jeu de terrain connu sous le nom de Knattleik. Knattleik ressemblait au hockey. Leurs jeux de société comprenaient des dés, des jeux de stratégie comme les échecs et les échecs eux-mêmes. Contrairement à l'image populaire des Vikings comme sales et sauvages, ils étaient en fait assez raffinés et accordaient une grande attention à l'hygiène et à l'apparence. Une fois le commerce établi avec l'Est, les Jarls vikings portaient souvent de la soie et des bijoux coûteux. Ils ont tressé leurs cheveux et ont été bien coiffés. Leurs vêtements comprenaient de fines capes et des bijoux de fabrication complexe sous forme de colliers, de brassards et de bracelets. La propreté n'était pas seulement un signe de richesse et de statut social, mais avait également une signification religieuse. Les Vikings se sont assurés de toujours garder leurs doigts et leurs ongles courts en raison de leur croyance en Ragnarok. Ragnarok est une série d'événements, dont une grande bataille, prédisant la mort d'un certain nombre de grandes figures (dont les dieux Odin, Thor, Týr, Freyr, Heimdallr et Loki). Cette éclipse des dieux a été suivie de catastrophes naturelles et de la submersion du monde dans l'eau. À ce moment-là, on croyait que le navire Naglfar apparaîtrait flottant sur les eaux déchaînées par le grand serpent Jormungand. Naglfar a été construit à partir des clous des morts. Ainsi, quiconque mourait avec des clous non taillés fournissait du matériel de construction navale et hâtait la fin inévitable. Ragnarok, la fin du monde, était prédestiné. Cependant on pouvait encore lutter contre elle. Les dieux des Nordiques donnaient au peuple un souffle de vie. Il appartenait alors à chacun de se montrer digne du cadeau. Les dieux nordiques sont venus en Scandinavie avec les migrations germaniques vers le début de l'âge du bronze (environ 2300 - 1200 avant JC). C'étaient des dieux féroces qui comprenaient que leur temps était limité et vivaient pleinement pour en tirer le meilleur parti. Les dieux ont encouragé leurs disciples à faire de même. Les principales sources des croyances religieuses nordiques sont l'Edda poétique et l'Edda en prose. L'Edda est datée des traditions orales des IXe et Xe siècles de notre ère. L'origine de l'Edda en prose remonte à environ 1220 après JC. C'est un recueil de contes inspirés d'histoires plus anciennes. Dans l'histoire de la création nordique, avant la création du monde, il n'y avait que de la glace et un géant nommé Ymir. Ymir a vécu par la grâce de la grande vache Audhumla. Audhumla a nourri le lait d'Ymir qui coulait continuellement de ses quatre mamelles. En même temps, Audhumla léchait la glace pour sa propre subsistance. Son léchage a libéré le dieu piégé Buri qui a ensuite produit un fils, Borr. Borr a épousé Bestla, fille de Bolthorn le géant du givre. Elle a donné naissance aux dieux Odin, Vili et Vé. Ces dieux se sont unis, ont tué Ymir et ont utilisé son corps pour créer le monde. Les premiers êtres humains étaient Ask et Embla. Ni l'un ni l'autre n'avaient d'esprit ou de forme jusqu'à ce que la vie leur soit insufflée par Odin. Les autres dieux étaient chargés d'installer la raison et la passion dans les nouveaux êtres humains. Le monde créé par les dieux était compris comme un arbre énorme, connu sous le nom d'Yggdrasil. Il comprenait neuf plans d'existence. Les plus célèbres d'entre eux sont Midgard (la demeure des mortels), Asgard (la demeure des dieux) et Alfheim (la demeure des elfes). Un autre royaume, Niflheim était situé sous Midgard où allaient ceux qui mouraient mal. Les femmes héroïques, en particulier celles qui sont mortes en couches, se sont rendues à la salle de Frigg à Asgard. Là, ils passèrent l'éternité en compagnie de la femme d'Odin. Les hommes qui sont morts héroïquement au combat se sont rendus dans la salle du Valhalla d'Odin. L'univers entier a été établi sur les principes de l'ordre par Odin et les autres dieux après avoir vaincu les géants du givre. Les géants du givre vivaient dans leur propre royaume, Jotunheim, mais étaient une menace constante pour Asgard et Midgard. À un moment donné dans le futur, un grand jour de destruction viendrait et le chaos se déchaînerait. Ce futur jour était connu sous le nom de Ragnarök, le crépuscule des dieux. À l'arrivée de Ragnarök, le soleil serait avalé par le loup Skoll et la lune par son frère Hati. Le monde serait plongé dans les ténèbres. Au même moment, le grand loup Fenrir ravagerait tous les plans d'Yggdrasil. Le dieu Heimdall sonnait de son grand cor, appelant les dieux à se battre. Odin appellerait tous les héros des salles du Valhalla à se joindre aux dieux pour défendre la création. Les dieux combattent vaillamment. Cependant, à la fin, ils tombent au combat alors que l'univers entier est consumé par les flammes et s'enfonce dans les eaux primordiales. Bien que ce soit la fin du monde, ce n'est pas la fin de l'existence. Une fois le monde actuel détruit, un nouveau serait créé et sortirait des eaux. Le cycle entier se répète alors. Les dieux nordiques étaient honorés par les actions des gens qui croyaient en eux. Aucune preuve d'une hiérarchie religieuse n'a été trouvée en Scandinavie avant l'avènement du christianisme. Les femmes qui ont été touchées par les dieux étaient connues sous le nom de Volva. On croyait qu'ils étaient capables d'entendre les paroles divines et de les traduire pour d'autres mortels. Bien qu'il y ait eu quelques temples érigés aux dieux, la plupart des cultes semblent avoir eu lieu dans des cadres naturels qui avaient un lien avec une certaine divinité. Les histoires des dieux, de la création et du Ragnarök étaient transmises oralement. Ils n'ont été écrits que bien plus tard, en Islande, par l'historien/poète du XIIIe siècle Snorri Sturluson. La mythologie nordique allait profondément influencer la culture viking et encourager leurs raids. C'est parce que la vie viking imitait celle des dieux. De braves guerriers se sont rendus à l'étranger pour combattre des forces qu'ils considéraient comme chaotiques et dangereuses. La croyance religieuse méditerranéenne et européenne en un dieu unique et son fils sauveur qui avaient besoin de prêtres, d'églises, de religieuses, de livres et de règles à adorer aurait semblé absurde et menaçante pour les Vikings. Il n'y avait rien dans l'enseignement chrétien qui résonnait avec l'idéologie nordique. Une fois que les Scandinaves ont parfaitement maîtrisé la construction navale et ont commencé à « devenir vikings », ils n'ont montré aucune pitié envers les communautés chrétiennes qu'ils ont rencontrées. Cependant, les premiers colons scandinaves à l'étranger ont fréquemment adopté le christianisme. Des gravures de Scandinavie datées entre 4000 et 2300 avant JC montrent que les gens savaient déjà comment construire des bateaux. Ces petits navires étaient propulsés par des pagaies, n'avaient pas de quille et auraient rendu les voyages au long cours périlleux. Pourtant, il existe de nombreuses preuves que de tels voyages ont été effectués. La construction navale s'est développée au-delà de ce stade de petits ferry-boats seulement vers 300-200 av. Ils ne se développeraient plus avant les interactions avec les commerçants romains et les marchands celtes et germaniques utilisant la technologie maritime romaine. Cela s'est produit quelque part entre 200 et 400 après JC. Bien qu'il n'ait pas de voile, le premier navire capable de naviguer facilement sur la mer est connu sous le nom de navire Nydam. Il a été construit au Danemark vers 350 à 400 après JC. Un certain nombre de commerçants scandinaves ont établi des communautés permanentes en Europe bien avant le développement de la quille ou de la voile. Ils s'étaient assimilés à la culture chrétienne, abandonnant leurs anciennes pratiques religieuses, oubliant les histoires des dieux nordiques. En 625 après JC, les parents germaniques occidentaux des Scandinaves s'étaient convertis au christianisme. Entre 650 et 700 nouvelles cultures chrétiennes ont émergé en Angleterre, dans le monde franc et en Frise (Pays-Bas actuels). Cela a conduit à une séparation des chemins entre le cœur scandinave et les nouveaux États de l'ancien Empire romain. Cette « séparation des chemins » était en grande partie due à des différences de compréhension et de comportement religieux. Le dieu chrétien était censé être omnipotent, omniscient et omniprésent. C'était un écart important par rapport aux dieux nordiques qui. Comme les autres religions païennes, chaque dieu nordique avait son propre domaine d'expertise, sa propre vie et ses propres préoccupations. Les actions de chaque dieu expliquaient le monde observable d'une manière que le dieu chrétien n'avait pas. Pour les Vikings, l'univers était plein de dieux, d'esprits et d'énergies surnaturelles. Ces entités ont infusé un monde d'aventure stimulant. Alors que, pour les chrétiens, le monde était gouverné par une divinité qui présidait à un monde de péché déchu. Cette différence de vision du monde a influencé la façon dont les Vikings ont traité les chrétiens qu'ils ont rencontrés lors de leurs raids. Il aurait été considéré comme déshonorant pour un guerrier nordique de tuer des civils non armés et de prendre leurs biens. Mais c'est précisément ce que les Vikings ont fait entre 793 et environ 1100 après JC. Ils se sentaient libres de le faire parce que ceux qu'ils pillaient n'étaient pas nordiques. Ceux qu'ils ont pillés et assassinés n'appartenaient pas au même système de croyances. Ainsi, les règles qui maintenaient la société viking ne s'appliquaient pas à leurs victimes. Lorsque les Vikings sont arrivés pour la première fois en Grande-Bretagne et ont saccagé le prieuré de Lindisfarne en 793 après JC, ils ont assassiné tous les moines qu'ils ont trouvés et ont emporté tout ce qui avait de la valeur. Cela aurait été considéré comme un crime grave si le tué avait été nordique. Cependant dans les circonstances les moines aux Vikings étaient simplement des obstacles à l'acquisition de richesses. De plus, il était tout à fait clair que le dieu chrétien n'avait aucun pouvoir pour défendre son peuple s'il pouvait si facilement être tué dans les murs de son propre lieu de culte. Comme ceux des Huns sur l'Empire romain des siècles plus tôt, les raids vikings sur les communautés chrétiennes ont été interprétés par les chrétiens européens comme la colère de Dieu sur son peuple pour ses péchés. En Grande-Bretagne à la fin du 9ème siècle, le roi Alfred le Grand instituerait ses réformes dans l'éducation pour améliorer son peuple et apaiser son Dieu. Il a également fait du baptême dans la foi chrétienne une stipulation des traités avec les Vikings. Quand Alfred a vaincu l'armée viking sous Guthrum à la bataille d'Eddington en 878 après JC, Guthrum et 30 de ses chefs ont dû se soumettre au baptême et à la conversion. Au début du IXe siècle, Charlemagne en France poursuivit une démarche beaucoup plus active en tentant de christianiser avec force les Scandinaves par le biais de campagnes militaires. Ses campagnes ont détruit des sites sacrés pour la croyance nordique et ont établi le christianisme comme la foi ennemie d'un peuple hostile. Les efforts de Charlemagne ont été cités par un certain nombre d'historiens comme la principale motivation de la sauvagerie des raids vikings. Cependant, cette affirmation ne prend pas en compte les raids contre la Grande-Bretagne et l'Irlande des décennies plus tôt entre 793 et 800 après JC. Il ne fait cependant aucun doute que les guerres saintes évangéliques de Charlemagne n'ont guère encouragé les Scandinaves à accepter le christianisme. Ils n'ont conduit qu'à l'animosité et à une plus grande division. Dans les premières années de l'ère viking en Europe, les raiders marins n'étaient guère plus que des pirates. Cependant, les Vikings finiraient par arriver en tant que grandes armées sous la direction de chefs militaires charismatiques et qualifiés. Ils allaient conquérir de vastes territoires et établir des communautés. Et enfin, ces hordes vikings s'assimileraient à la population locale. L'ère viking est connue pour les chefs nordiques légendaires tels que Halfdan Ragnarsson (également connu sous le nom de Halfdane) au IXe siècle, son frère Ivar le Désossé et Guthrum. Le Xe siècle a été marqué par des dirigeants nordiques tels que Harold Bluetooth et son fils Sven Forkbeard. Parmi les principaux dirigeants nordiques du XIe siècle figuraient Cnut le Grand et Harald Hardrada (1046-1066). D'autres explorateurs scandinaves notables de l'époque étaient Eric le Rouge et Leif Erikson au début du XIe siècle, qui ont tous deux exploré et colonisé le Groenland et l'Amérique du Nord. Les Vikings n'ont jamais été vaincus en masse au combat et aucun engagement n'a mis fin à l'ère viking. La date convenue par la plupart des érudits comme la fin de l'ère viking est 1066 après JC lorsque Harald Hardrada a été tué à la bataille de Stamford Bridge. Cependant, les raids vikings se sont poursuivis après cette date. De nombreux facteurs ont contribué à la fin de l'ère viking. La christianisation de la Scandinavie au cours des Xe et XIe siècles fut certainement l'une des plus importantes. La religion nordique a été le dernier des grands systèmes de croyances païens à tomber dans le christianisme. Une fois cela fait, il n'y avait plus d'inspiration dans la nouvelle foi pour « devenir viking ». Les Vikings ont influencé la culture de chaque nation avec laquelle ils sont entrés en contact et de toutes les manières imaginables, de l'architecture à la langue, des infrastructures à la poésie et aux noms de lieux, des réformes militaires à la nourriture et aux vêtements, et certainement dans les domaines de la guerre et de la construction navale. Régulièrement représentés par les écrivains médiévaux comme des bandes de païens meurtriers en maraude, les Vikings seraient réimaginés comme de nobles sauvages au début du XXe siècle de notre ère, et c'est souvent ainsi qu'ils sont encore représentés de nos jours. Les Vikings n'étaient en fait ni l'un ni l'autre; ils étaient une classe de guerriers cultivés et sophistiqués qui comprenaient, sur la base de leur croyance religieuse, qu'en pillant d'autres terres pour leur gain personnel, ils avaient tout à gagner et rien à perdre [Ancient History Encyclopedia]. Femmes Vikings: Bien que les femmes de l'ère viking (790 à environ 1100 après JC) vivaient dans une société dominée par les hommes, elles étaient loin d'être impuissantes. Les femmes vikings dirigeaient des fermes et des ménages. Ils étaient responsables de la production textile. Ils se sont éloignés de la Scandinavie pour aider à coloniser les territoires vikings à l'étranger s'étendant du Groenland, de l'Islande et des îles britanniques à la Russie. Il est possible qu'ils aient même été impliqués dans le commerce dans les centres urbains clairsemés. Certains faisaient partie d'une riche classe supérieure, comme la femme, peut-être une reine, qui a été enterrée dans l'enterrement ostentatoire du navire d'Oseberg en 834 après JC. À l'autre extrémité du spectre, les esclaves ont été enlevés des territoires conquis pendant l'expansion viking. Parmi eux se trouvaient de nombreuses femmes, qui ont été intégrées dans la société de l'ère viking. L'histoire dépend en grande partie de la reconstitution de la vie des femmes vikings basée principalement sur l'archéologie des sépultures et les objets funéraires qui les accompagnent. Cela inclut une pierre runique occasionnelle qui mentionne des femmes ou a été commandée par une. À partir de ces découvertes, les chercheurs en savent beaucoup sur les vêtements, les bijoux et les objets personnels pour femmes de l'ère viking. Cependant, on en sait beaucoup moins sur leur « pouvoir » effectif ou sur le statut qu'ils détenaient. Le paysage était dominé par de petites communautés rurales ou même par des fermes isolées et autonomes. Il s'ensuit que les tâches domestiques qui étaient principalement du domaine des femmes étaient clairement loin d'être négligeables. Alors que leurs hommes étaient partis pour commercer ou piller des monastères le long des côtes de l'Europe du Nord, les épouses qui sont restées ont probablement pris le contrôle de la ferme. Au cours des dernières années, des chercheurs ont même enquêté sur l'existence possible de femmes guerrières vikings. Cependant, les preuves sont assez controversées et peu concluantes. L'un des domaines les moins obscurs en ce qui concerne la vie des femmes à l'ère viking est leurs vêtements et leurs bijoux. Grâce aux fouilles archéologiques des sépultures et des objets funéraires qui les accompagnent, nous savons que la plupart des femmes semblent avoir porté des tenues composées de deux ou trois couches. La première couche était une chemise ou une sous-robe à manches en lin ou en laine. Il était attaché au cou avec une petite broche à disque et parfois plissé là aussi. En plus de cela, une robe à bretelles ou une surrobe était portée. Il était généralement fait d'un morceau de laine rectangulaire qui était enroulé autour du corps. Elle était maintenue par des bretelles qui, sur le devant de la robe, étaient épinglées par deux broches ovales. Également connues sous le nom de broches de tortue, ces broches ovales sont typiques de la culture matérielle de l'ère viking. Lorsque les archéologues trouvent de telles broches dans des tombes, un lien scandinave est généralement présent. Les broches variaient énormément dans le style. Plus de 50 styles ont été identifiés. Comme l'a postulé un chercheur, « les différences peuvent refléter des changements de mode. Mais il est plus probable que cette énorme diversité montre un langage obscur de classe et d'affiliation régionale que nous ne pouvons plus comprendre. Les deux types de broches étaient généralement en bronze et ornés de motifs noués. Les types de textiles qu'ils maintiennent peuvent également varier considérablement. La gamme de textiles allait de la simple laine domestique à la soie orientale fine à proximité de centres commerciaux tels que Birka en Suède. Fait intéressant, les différentes qualités de tissu étaient souvent présentes dans une seule et même tombe (riche). Outre ces objets pratiques, les femmes de l'ère viking portaient également des colliers, des bagues de bras, des boucles trèfles et des broches trèfles. Ces derniers étaient très distincts, constitués de trois « bras » dépassant, agrémentés de nœuds et/ou de filigranes. Les perles sont également couramment trouvées dans les tombes vikings. Bien qu'il existait quelques centres commerciaux, les maisons de l'ère viking étaient principalement situées dans des centres ruraux plus petits et dans des fermes isolées. Une grande autonomie aurait été nécessaire pour survivre. Une maison typique de l'ère viking était composée d'une longue pièce avec un foyer central. Elle pourrait être accompagnée d'une laiterie, de hangars, de granges, et d'autres dépendances. La plupart du temps résignées à cette sphère domestique, a commenté un historien, « les femmes vivant dans les zones rurales à l'époque viking passaient la plupart de leur temps dans le triangle étable, laiterie et logement, fournissant à leurs familles nourriture et vêtements ». La nourriture devait être préparée à partir de n'importe quel état brut dans laquelle elle arrivait, contrairement à courir au supermarché. La production de textile et la fabrication de vêtements qui s'ensuit étaient des processus élaborés auxquels presque toutes les femmes de l'ère viking étaient impliquées d'une manière ou d'une autre. Les objets funéraires les plus courants trouvés dans les tombes féminines de cette période sont les verticilles de fuseau, les peignes en laine et les lattes de tissage. Cela est particulièrement vrai pour les objets funéraires provenant de zones rurales. D'autres tâches qui n'apparaissent pas de manière aussi directe dans les archives archéologiques mais qui sont traditionnellement associées aux femmes sont l'éducation des enfants et les soins aux malades ou aux personnes âgées. Les historiens envisagent également des femmes effectuant des tâches ménagères et des petits travaux autour de la ferme, peut-être même de la menuiserie ou du travail du cuir. On ne sait pas exactement comment les enfants ont été élevés et si les filles ont été traitées différemment des garçons, même si les filles ont peut-être été données en mariage à un âge approprié. Les femmes peuvent avoir eu un bon degré de contrôle sur la gestion du ménage et ont probablement été laissées en charge des affaires pendant que leurs maris étaient absents (ou décédés). Comme leurs contemporains, bien que subordonnées à leurs maris, les femmes avaient probablement un haut degré de responsabilité. Peut-être même contrôlaient-ils la gestion de la maison. Cela était symbolisé par le fait qu'ils étaient souvent enterrés avec des clés. Certains historiens ont suggéré que les fermes étaient comme des entreprises, « gérées par le mari et la femme ensemble. Le travail des deux partenaires était d'égale importance bien que différent et complémentaire. Ils auraient probablement appartenu aux classes supérieures de la société. En tant que tels, ils ne reflétaient pas automatiquement l'ensemble de la société de l'ère viking. Tout au long de la société de l'ère viking, le mariage était une institution essentielle utilisée pour créer de nouveaux liens de parenté. Cela comprenait le mariage avec des Scandinaves (non vikings) ainsi qu'avec des habitants des régions conquises ou colonisées. À la mesure de l'influence que les femmes pouvaient exercer par l'intermédiaire de leur mari, il semble que les femmes célibataires aient des perspectives très limitées. Avant l'avènement du christianisme dans toute la Scandinavie et les territoires vikings vers 1000 après JC, la possession de concubines (souvent liées à l'esclavage) ainsi que des mariages multiples ont eu lieu au moins parmi les membres de la famille royale. En général, cependant, il est difficile de commenter le statut exact des femmes au foyer de l'ère viking. Leur rôle domestique était très central. Il semble probable que cela ne serait généralement pas passé inaperçu. L'inscription trouvée sur une pierre comme Hassmyra est le seul verset trouvé sur une pierre gravée suédoise qui commémore une femme. Cela semble certainement le confirmer. « Le bon fermier Holmgaut a fait élever cela en mémoire de sa femme Odindis. Une meilleure femme au foyer ne viendra jamais à Hassmyra pour gérer la ferme. Red Balli a sculpté ces runes. C'était une bonne sœur de Sigmund. Il y avait quelques centres commerciaux dans la Scandinavie de l'ère viking où beaucoup plus d'agitation devait être la norme. Les familles y auraient vécu des vies légèrement différentes de celles de leurs homologues plus isolées et rurales. Les plus grands de ces centres étaient Birka en Suède, Ribe au Danemark, Kaupang en Norvège et Hedeby dans le nord de l'Allemagne actuelle (à la limite sud de l'ère viking au Danemark). Alors qu'à la campagne les femmes étaient souvent enterrées avec des verticilles de fuseau, les tombes de femmes exhumées à Birka, par exemple, contiennent des aiguilles, des ciseaux et des pincettes. Même les poids, les balances et les pièces de monnaie des marchands ne sont pas rares dans les enterrements féminins. Ces artefacts font allusion à la couture fine et aux efforts commerciaux en tant que professions féminines. Ces objets funéraires féminins ont été trouvés non seulement autour d'autres centres urbains de Scandinavie, mais aussi dans les territoires vikings de ce qui est aujourd'hui la Russie. Ces découvertes archéologiques impliquent fortement que la femme viking avait également été commerçante. Cependant, le lien direct entre les objets funéraires et les activités réelles de la vie est toujours un peu incertain. Il est impossible d'être absolument certain des intentions avec lesquelles les objets funéraires ont été inclus dans une sépulture. Un historien met en garde : « … nous devons nous demander si les objets funéraires représentent vraiment l'ancienne vie des morts, ou si certains d'entre eux ne pourraient en fait avoir une fonction plus symbolique. La présence de poids dans les tombes des enfants ne signifie pas nécessairement qu'ils se livrent également à des activités commerciales… » Une femme enterrée avec des poids et des balances peut simplement avoir appartenu à une famille de marchands. Comme cela a été proposé par d'autres historiens, ce n'est pas nécessairement une indication qu'elle était elle-même une marchande active. Comme pour beaucoup de choses concernant les femmes à l'ère viking, il n'y a tout simplement pas assez d'informations pour fournir un degré de certitude concernant précisément à quoi aurait ressemblé la vie d'une femme urbaine de l'ère viking. Cependant, les femmes dans les centres commerciaux auraient certainement été plus directement connectées au reste du monde. Ces connexions ne se seraient pas seulement produites par l'afflux de marchandises commerciales « exotiques », mais également par l'intermédiaire de visiteurs. Pour illustrer cela, un ancien récit qui a survécu raconte comment, au IXe siècle, une mission chrétienne a été envoyée à Birka et a réussi à convertir la riche veuve Frideburg et sa fille Catla. Les deux ont ensuite décidé de se rendre dans la ville de marché frisonne de Dorestad. Si certaines femmes étaient effectivement impliquées dans le commerce, cela les a peut-être placées dans les échelons supérieurs de la société, ou au moins leur a donné des moyens et un statut. Les preuves du mode de vie riche et puissant de l'ère viking atteignent le monde moderne de plusieurs manières. Les illuminations de leur mode de vie comprennent de grandes pierres runiques qui ont été érigées à travers la Scandinavie. Des fouilles de sépultures allant de « riches » à des sépultures, de sorte qu'elles ne nous laissent aucun doute quant à l'importance de la personne enterrée. Les fouilles archéologiques établissent également que les riches et célèbres n'étaient pas exclusivement des hommes. Dans l'enterrement manifestement royal du bateau Oseberg datant d'environ 834 après JC, deux femmes ont été enterrées dans un navire richement décoré et meublé. Ils étaient également accompagnés de nombreux objets funéraires de haute qualité. Les grosses pierres couvertes de runes et d'ornements habituellement érigés pour commémorer les morts étaient normalement commandées par des familles riches. Ils étaient connus sous le nom de « pierres runiques », les runes évoquant leurs efforts dans la vie. Non seulement on peut imaginer que les femmes sont importantes au sein de ces familles, certaines pierres ont en fait été commandées par les femmes elles-mêmes. Les preuves suggèrent au moins que (peut-être très peu) de femmes ont atteint un statut social très élevé. Les pierres runiques illustrent également à quel point l'héritage d'une femme était important pour faciliter le transfert de richesse d'une famille à l'autre. En outre, certaines tombes de femmes richement meublées (et même des tombes de bateaux) trouvées dans des zones rurales suggèrent que les femmes y accèdent peut-être également à des positions sociales élevées. Comme décrit précédemment, il existe des preuves solides que les femmes pourraient avoir fini par diriger la ferme en l'absence de leurs maris. Quelque 40 tombes de Scandinavie et au-delà ont fourni des preuves à l'appui de cette supposition. Des textes et des sagas liés à l'ère viking parlent également de l'existence de « sorcières » féminines. Ces sources décrivent Seïr, un type de magie chamanique principalement lié aux femmes vikings. Ces femmes étaient souvent décrites comme volva, de puissantes sorcières possédant un bâton de sorcellerie et le pouvoir de voir dans l'avenir. Des objets similaires aux bâtons de sorcellerie décrits ont été découverts dans des sépultures de l'ère viking. Ils possèdent des connotations symboliques claires. Selon l'interprétation d'un historien, ces objets peuvent avoir une fonction de bâtons métaphoriques utilisés pour « tirer » l'âme de l'utilisateur. Les tombes dans lesquelles ces objets symboliques ont été retrouvés sont souvent riches en vêtements et objets funéraires. On a souvent trouvé qu'ils incluaient des amulettes et des breloques, des bijoux exotiques, des bagues d'orteil, et les restes montraient clairement que les femmes avaient des piercings faciaux. Dans une poignée de ces tombes, même des drogues psychoactives telles que le cannabis et la jusquiame ont été trouvées. Peu importe combien les scientifiques spéculent et postulent, le rôle de ces femmes dans la société viking reste un mystère. Les archéologues ont fouillé un certain nombre de sépultures royales de femmes. L'enterrement du bateau d'Oseberg est parmi les plus importants. Les quelques sépultures manifestement royales découvertes par les archéologues ne peuvent être confondues avec autre chose que les monuments de personnes dotées d'un statut, d'une richesse et d'un pouvoir énormes. Bien qu'elles partagent des caractéristiques avec d'autres sépultures de l'ère viking, elles sont vraiment dans une classe à part. La relation que ces deux femmes ont pu partager en prison à perpétuité est indéterminable. Elles auraient pu être reine et servante, deux femmes aristocratiques liées l'une à l'autre, ou autrement. Leur relation restera probablement toujours un casse-tête. Mais le fait qu'au moins l'un d'entre eux ait un statut élevé est indéniable. Une autre femme aux moyens abondants était l'Aud de la fin du IXe siècle, la « à l'esprit profond ». Les récits historiques indiquent qu'elle est née d'un chef norvégien résidant dans les Hébrides et a épousé un Viking qui vivait à Dublin. Après la mort de son mari et de son fils, elle a repris le contrôle de la fortune familiale. Elle s'est arrangée pour qu'un navire l'emmène, elle et ses petites-filles, d'abord aux Orcades et aux îles Féroé. Puis finalement ils ont voyagé en Islande où ils se sont installés. En Islande, elle distribua des terres à sa suite. Elle est devenue une chrétienne primitive. Aujourd'hui, on se souvient d'elle comme l'un des quatre colons les plus importants d'Islande. Au sommet de la catégorie élite se trouvaient les reines de l'âge viking. Certains étaient à une plus petite échelle locale, car les grands royaumes scandinaves unifiés ne se sont pas complètement cristallisés avant la fin de l'ère viking. Certains d'entre eux étaient probablement très bien connectés. Toutes les femmes de l'ère viking ont probablement exercé une influence par l'intermédiaire de leurs maris ou de leurs fils. Plus leurs maris étaient importants, plus cela pouvait présenter d'opportunités pour les femmes à leurs côtés. À la suite des raids vikings qui se sont répandus dans le nord de l'Europe et au-delà, des territoires vikings ont surgi aussi loin que le Groenland, Terre-Neuve en Amérique du Nord et la Russie. Il est évident qu'un règlement convenable est une chose difficile à réaliser sans les femmes. Avec leurs célèbres broches ovales « de marque », les sépultures de femmes de l'âge viking ont été fouillées dans toutes ces zones et confirment leur présence. Il est à la fois difficile de concevoir que des femmes participent activement aux premières vagues de raids et aux expéditions militaires des Vikings. Il est également difficile de trouver des preuves tangibles que cela s'est produit. Cependant, des sources anglo-saxonnes et franques de la fin du IXe siècle racontent comment les forces vikings ont voyagé avec leurs femmes et leurs enfants. Des découvertes archéologiques dans des camps d'hiver comme celui de Torksey (Angleterre) révèlent des preuves de fabrication de textile. Bien entendu, ces familles ou adeptes du camp ne doivent pas nécessairement être des femmes scandinaves. Les armées vikings ont attaqué à la fois le continent et les îles britanniques. Ils auraient probablement ramassé au moins certaines des femmes de là-bas. Cependant, on ne sait pas non plus si ce scénario était courant. D'autre part, plus de clarté arrive avec les premières vagues de règlement appropriées. Les dates de colonisation variaient selon les différents territoires vikings. Cependant, les familles d'immigrants scandinaves sont arrivées dans les îles britanniques par phases au cours des 9e et 10e siècles. Vers la fin du IXe siècle, l'Islande a été colonisée, suivie peu après par le Groenland et au-delà. Ces dernières régions étaient entièrement scandinaves, à l'exception d'un certain afflux d'esclaves souvent féminines, par exemple, prises d'Irlande. En revanche, dans les îles britanniques comme dans toute la Russie, il y avait plus de mélange avec les populations préexistantes. Par exemple, dans les Orcades, l'enterrement du 9e ou du début du 10e siècle de la soi-disant « Westness Woman » est celui d'une femme nordique dans la vingtaine avec son nouveau-né. Elle a été enterrée avec des objets funéraires qui comprenaient une paire de broches ovales en bronze ainsi qu'une épingle celtique. Une riche tombe féminine scandinave sur l'île de Man (la « Dame païenne de Peel ») montre une image encore plus forte d'une communauté mixte. La tombe est mêlée à une trentaine de monuments runiques chrétiens. Ces monuments sont essentiellement des croix celtiques avec des inscriptions runiques, comprenant à la fois des noms de personnes nordiques et celtiques. Les croix celtiques présentent une ornementation de style scandinave. Les célèbres sagas islandaises du XIIIe siècle racontent des histoires se déroulant à l'époque viking. Ils ajoutent une autre couche de profondeur possible au rôle des femmes. Les sagas décrivent des femmes fortes passant à l'action, attisant la vengeance, tenant tête à leurs maris ou même s'engageant dans des combats. Cependant, ces sagas ont été composées des siècles après l'époque sur laquelle elles ont écrit. Ils ont été écrits dans un contexte et une perspective différents. Il est donc tout simplement trop exagéré d'extrapoler directement cette imagerie des femmes et de l'imputer aux conditions réelles de l'ère viking. Néanmoins, le stéréotype d'une « femme viking forte » se déchaîne dans l'imaginaire populaire. Il infecte même les universitaires. Une étude d'une tombe de l'ère viking trouvée à l'origine à Birka, en Suède, dans les années 1800, est parvenue à la conclusion que la tombe contenait la preuve positive d'une guerrière viking. Les ossements ont été identifiés comme étant des femmes, et l'enterrement était accompagné de diverses armes et chevaux. On pourrait supposer que ce sont les attributs d'un guerrier. Cependant, le squelette n'avait aucune blessure traumatique, ce à quoi on pourrait s'attendre d'un guerrier actif. Et les restes ne montraient aucun signe d'activité physique intense ou de musculature bien développée. Encore une fois, il est difficile de lier les objets funéraires à la vie réelle d'une personne. Dans ce cas, la femme a très probablement été enterrée avec un équipement de guerrier pour une autre raison, peut-être symbolique. Pour l'instant, les preuves archéologiques et historiques ne sont pas suffisantes pour confirmer que cette femme Birka a été une guerrière active. Ici aussi, la vie des femmes à l'ère viking reste plus mystérieuse que celle de leurs homologues masculins [Ancient History Encyclopedia]. L'ancien régime nordique-viking: Dans de nombreuses représentations médiatiques des Vikings, un groupe est souvent vu rassemblé autour d'une fosse enflammée tandis qu'un animal d'un certain type, généralement un sanglier, tourne sur une broche au-dessus. Alors que les Scandinaves mangeaient certainement de la viande, ce n'était pas une partie centrale de leur alimentation. Ils semblent avoir davantage compté sur les produits laitiers, les fruits et les légumes. Le régime nordique, y compris ceux connus sous le nom de Vikings, était bien plus diversifié que la façon dont il est représenté dans les médias modernes. Les preuves historiques et archéologiques indiquent que leur régime alimentaire comprenait un large éventail de types d'aliments. Les aliments les plus courants étaient :---Produits laitiers (lait, fromage, caillé, lactosérum). ---Céréales (blé, seigle, orge, avoine). ---Fruits (fraises, framboises, mûres, pommettes, pommes). ---Noix (noisettes et noix importées). ---Légumes (pois, haricots, oignons, choux, poireaux, navets). ---Poissons (ainsi que les anguilles, les calmars, les phoques et les baleines). ---Viande (vaches, moutons, chèvres, porcs, chevaux, poulets, canards, oiseaux marins). Le sel était coûteux à fabriquer car la méthode habituelle consistait à faire bouillir de l'eau salée. Cela a nécessité une quantité importante de bois pour le feu. Il a également fallu beaucoup de temps et d'efforts pour terminer le processus. Le sel était plus souvent importé, ce qui en faisait un luxe que tout le monde ne pouvait se permettre. La viande devait ensuite être consommée peu de temps après l'abattage de l'animal, car pour la plupart, il n'y avait aucun moyen de la conserver. Les aliments les plus couramment stockés étaient les produits laitiers scellés dans des barils ou des pots en céramique (en particulier le skyr, une sorte de yaourt), les fruits et légumes secs et les céréales. La boisson la plus courante était la bière, tant pour les hommes que pour les femmes, ainsi que pour les enfants. Une boisson alcoolisée à base de produits laitiers connue sous le nom de syra était également populaire. Syra était un sous-produit de la fabrication du skyr (yaourt). L'hydromel (une boisson à base de miel) et le vin de raisin (importé d'endroits comme Germania ou Francia) étaient tous deux chers. Le coût de l'un ou l'autre était hors de portée pour la plupart. Les vins scandinaves étaient à base de fruits (vin de pomme, vin de fraise). Comme la bière, la syra et l'hydromel, les vins étaient initialement élaborés par des femmes. Les Scandinaves et les raiders vikings qui effectuaient des raids à l'étranger nécessitaient une quantité importante d'énergie au quotidien. Le régime alimentaire décrit ci-dessus semble avoir été suffisant pour maintenir ces activités. Il existe peu de preuves suggérant que les Vikings étaient sous-alimentés ou souffraient de carences nutritionnelles. Les historiens en déduisent qu'un approvisionnement adéquat en nourriture doit avoir été disponible toute l'année, au moins la plupart du temps. Lorsque les Scandinaves effectuaient des raids à l'étranger, ils emportaient suffisamment de provisions pour le voyage et pour au moins quelques repas une fois arrivés à destination. Ensuite, les pillards auraient vécu de la terre. Pendant qu'ils étaient à la maison, les preuves suggèrent qu'un approvisionnement abondant en nourriture était fourni par la ferme de chaque personne et l'environnement environnant. La technologie agricole en Scandinavie était assez primitive à l'époque viking. La charrue en métal était inconnue en Scandinavie. Les champs ont été cultivés à l'aide d'une charrue à ardoise. L'ard était une charrue légère avec un soc à pointes en bois qui coupait le sol. Il était tiré par un bœuf et dirigé par le fermier. La faux était également inconnue et les champs étaient récoltés à l'aide de petites faux à main. Le plat scandinave le plus courant était le skyr. Skyr est une variante du yaourt. Il est encore produit et consommé de nos jours, notamment en Islande. Skyr serait aromatisé avec des baies, des pommes ou d'autres fruits ainsi qu'avec des céréales qui se conservaient également facilement. Ce n'était pas seulement le manque d'innovations technologiques qui rendait l'agriculture si difficile. Il y avait aussi une courte saison de croissance, un manque d'ensoleillement constant, ainsi que la nature fondamentale de l'environnement. Un historien a noté, « en Norvège, des facteurs géographiques, tels que des différences considérables d'altitude et la quantité limitée de terres arables, ont rendu difficile de survivre uniquement grâce à la culture ». Les gens dépendaient donc davantage de la chasse, de la pêche et de l'élevage. Les vaches étaient élevées pour leur lait ; et le fromage, le caillé et le lactosérum qui pourraient être fabriqués à partir de ce lait. Le plat scandinave le plus courant comprenait ou était uniquement du skyr. Skyr a peut-être été populaire, mais ne semble pas avoir été le repas préféré s'il y avait d'autres options. Il était davantage considéré comme un aliment de base commun et était considéré comme une offrande dérisoire à un invité. Un certain nombre de sagas islandaises dans lesquelles skyr apparaît comme un détail révélateur au détriment du caractère d'un hôte. Pourtant, le skyr était un aliment de base du régime scandinave – en particulier islandais. Les grains étaient transformés en bière, en hydromel et en pain, et il existe de nombreuses preuves de grains fermentés conservés dans des pots en céramique. La fermentation des grains a produit un pain au goût aigre et a donné le pain aigre populaire encore apprécié aujourd'hui. Les Scandinaves mangeaient aussi les œufs de poules et de canards ainsi que les volailles elles-mêmes. Ceux-ci étaient souvent cuits lentement dans un ragoût sur un feu, avec un assortiment de légumes et d'herbes. Les preuves de la consommation de fruits et légumes proviennent principalement de fouilles archéologiques, dans lesquelles des graines ou même des fruits conservés ont été trouvés. Des fouilles sur un certain nombre de sites ont permis de déterminer la différence entre les champs cultivés et les jardins potagers qui auraient été utilisés par la femme au foyer pour préparer les repas. Il existe également des preuves sous la forme d'une abondance de coquilles de noix sur certains sites suggérant fortement qu'elles étaient une collation populaire même si elles auraient dû être importées. De même, les pêches, également importées, étaient populaires comme arôme, dans la vinification et comme collation séchée. Le potager semble s'être concentré à la fois sur les légumes et les herbes. Le chou frisé et le gale étaient les légumes les plus courants dans ces jardins. Cependant, la sauge et peut-être le pavot à opium étaient également cultivés. Les deux auraient été cultivés très probablement à des fins médicinales ou rituelles. Dans les temps anciens et contemporains, la sauge était considérée comme une herbe puissante à utiliser pour nettoyer une maison des mauvais esprits. Les champs cultivés produisaient des navets et une variété de légumineuses ainsi que des oignons, du chou et du céleri. Mis à part le régime végétarien, les Scandinaves ont pleinement profité des rivières, des ruisseaux et de la mer. Des poissons d'eau douce et d'eau salée ainsi que des anguilles, des calmars, des phoques, des morses et des baleines étaient fréquemment consommés. Les fruits de mer pouvaient être conservés par séchage ou fermentation en saumure et restaient frais comme aliment de base. Les baleines sont mentionnées à plusieurs reprises dans les sagas islandaises. Cependant, ils sont presque toujours comme ayant été échoués sur le rivage et tués et récoltés là plutôt que chassés. La viande de baleine et de phoque était considérée comme un mets délicat et l'huile était utilisée pour les lampes. Dans le cas de l'huile de phoque, c'était une alternative au beurre. Comme pour les autres créatures chassées pour se nourrir, chaque partie de la baleine était utilisée pour un aspect nécessaire de la vie. Cependant, aller chasser une baleine était considéré comme trop dangereux. Le colloque d'Aelfric, abbé d'Eynsham (écrit vers 1000 après JC) raconte l'histoire d'un pêcheur nordique discutant de sa routine quotidienne. Il a commencé par monter à bord de son bateau et jeter son filet dans la rivière, suivi d'un hameçon, d'un appât et d'un panier. Il vend son poisson aux habitants des villes voisines qui achètent avidement ses anguilles, brochets, vairons, turbots, truites et lamproies. Parfois l'homme pêche en mer, mais pas souvent. Il faut beaucoup ramer pour y arriver. Lorsqu'il pêche en mer, il attrape entre autres du hareng, du saumon, des marsouins, des esturgeons, des crabes, de la plie et du homard. Lorsqu'on lui demande pourquoi il n'attrape pas de baleines, le pêcheur répond qu'il est très risqué de s'en prendre aux baleines. Il explique qu'il est de loin préférable d'attraper un petit poisson qui peut facilement être tué que de chasser un gros animal qui peut le tuer d'un seul coup. Les poissons et autres créatures marines étaient également utilisés dans les ragoûts. Les ragoûts étaient l'un des repas les plus populaires car le chaudron qui le contenait pouvait être laissé sur un feu pour le conserver pendant des jours. Cependant, le poisson était également conservé par salage, séchage, fumage ou fermentation en saumure. Les Scandinaves récoltaient également la dulse, une algue rouge. Cela venait du bord de mer. La dulse était une source importante de vitamines et faisait souvent partie de l'alimentation quotidienne. La pêche faisait tellement partie intégrante de la vie nordique qu'elle figure fréquemment dans les sagas islandaises comme un complot. La mention du bétail dans les sagas est également remarquable. Cependant, le bétail était principalement élevé pour la production de lait et le travail de la terre (dans le cas des bœufs). Ils n'étaient pas conservés comme source de nourriture principale. Toutes les preuves suggèrent que les vaches n'étaient abattues qu'après avoir cessé de donner du lait. Il en était de même pour les moutons en ce qui concerne la production de laine et pour les chèvres. Ils ont été abattus quand ils étaient vieux et n'étaient plus productifs. La plupart des plats de viande provenaient de gibier sauvage chassé comme les lapins, les sangliers, les élans, les cerfs, les oiseaux de mer, les ours, les rennes et les écureuils. Les porcs étaient élevés comme source de viande. La viande de cheval n'était également consommée que rarement car les chevaux étaient très prisés et très chers. Les chiens et les chats étaient gardés comme animaux de compagnie et compagnons et n'étaient jamais une source de nourriture. Les Scandinaves attachaient tellement d'importance au chat et au chien que l'une des déesses les plus populaires, Freyja, monte dans un char tiré par des chats. On pensait que les chiens accompagnaient leurs maîtres dans l'au-delà. En fait, plus de squelettes de chiens ont été trouvés dans les tombes nordiques que dans celles de toute autre culture. Les oiseaux de mer étaient fréquemment capturés et mangés. Cependant, certains oiseaux étaient strictement interdits comme gibier. Il s'agissait notamment du faucon et du faucon, qui étaient prisés par la royauté et pouvaient se vendre à des prix élevés. La viande était préparée de plusieurs manières, mais le plus souvent bouillie (comme de nombreux autres plats). Faire bouillir les aliments était le moyen de préparation le plus courant car on pouvait accomplir d'autres tâches pendant la cuisson des aliments et le repas pouvait nourrir un grand nombre de personnes. La viande serait découpée et mise dans un chaudron sur le feu, auquel, vraisemblablement, seraient ajoutés diverses épices et légumes. Le résultat peut être un ragoût ou simplement de la viande bouillie avec des légumes, servie avec un morceau de pain. La viande peut également être cuite sur un feu ouvert à la broche, comme dans les célèbres représentations hollywoodiennes contemporaines des repas vikings. La viande était également rôtie lentement dans des pots en pierre ollaire placés sur des pierres chaudes dans une fosse. Les repas familiaux étaient pris dans une salle commune de la maison. Ce repas était souvent soit un ragoût servi avec du pain, soit, en Islande du moins, du skyr et du fromage avec du pain. Les Nordiques mangeaient deux repas par jour : un, le dagveror (repas du jour) peu de temps après s'être réveillé le matin. L'autre, le nattveror (repas du soir), était mangé le soir, vers 21h00 environ. Ces repas étaient servis dans des bols en bois et mangés avec des cuillères en bois. Tout le monde avait un couteau personnel qui était un outil tout usage. A table, il servait à la fois de couteau et de fourchette. La fourche telle que nous la connaissons était inconnue en Scandinavie à l'époque viking. Cependant, un bâton pointu était parfois utilisé dans le même but. La famille se réunissait à une table dans la pièce centrale de la maison et s'asseyait sur des bancs. La plupart des tables étaient en bois brut, mais les familles les plus riches avaient fabriqué et poli des tables en bois recouvertes d'une nappe en lin. Outre les repas quotidiens, il y avait des festins rituels. Ceux-ci peuvent être lors de mariages et de funérailles ou pour sceller un contrat commercial. Et bien sûr, il y avait le fameux sumbl, la beuverie des Vikings. Le sumbl impliquait beaucoup plus de boisson que de nourriture. Comme pour le repas à la maison, le sumbl était préparé et présenté par des femmes. On ne pouvait pas manger sans boire, et on n'aurait pas bu sans les femmes. Un historien a noté que « servir les boissons était le rôle déterminant des femmes à l'ère viking ». Les femmes ont également été les premières brasseuses et vinificatrices jusqu'à ce que, comme dans d'autres cultures, les hommes s'impliquent et finissent par dominer le processus. La bière, l'hydromel et le vin étaient fabriqués à peu près de la même manière. Un chaudron ou une cuve serait rempli d'eau et placé sur un feu pour chauffer. Ensuite, du miel a été ajouté et de la levure (pour l'hydromel). Le mélange a été porté à ébullition. La cuve était ensuite placée sous une sorte d'arbre fruitier pour récupérer la levure sauvage. Pour faire de la bière, le miel a été laissé de côté et l'orge maltée a été substituée. Pour faire du vin, on utilisait des fruits à la place de l'orge. La teneur en alcool était régulée par la quantité de sucre ajouté (provenant de la sève des arbres). Le miel était fourni par les abeilles qui étaient conservées dans des ruches spéciales sur la propriété. Mis à part la sève des arbres, le miel était le seul édulcorant disponible dans la Scandinavie de l'ère viking. Une fois la bière ou l'hydromel brassée, elle était laissée à décanter, puis filtrée dans des cruches en céramique et conservée. Ni la bière ni l'hydromel n'étaient carbonisés car la cuve (et plus tard les cruches) n'étaient pas étanches à l'air. Le breuvage serait laissé seul pendant que le brasseur retournait dans le chaudron ou la cuve pour traiter la lie pour faire du barneol, une bière pour les enfants. Tout le monde, de tout âge, buvait de l'alcool pour des raisons de santé, car l'alcool était tellement plus sûr à boire que l'eau. L'alcool le plus populaire était la bière. Même ainsi, l'hydromel était considéré comme la boisson de choix si l'on pouvait se le permettre. La principale différence entre la bière et l'hydromel était le miel. Tout le monde ne pouvait pas se permettre sa propre ruche d'abeilles privée ou le temps et les efforts qu'il faudrait pour localiser une ruche dans la nature. Le vin de raisin était la boisson alcoolisée la plus chère car il fallait l'importer. Le vin était si rare et cher qu'on disait qu'il était la seule boisson d'Odin, chef des dieux et aussi le dieu nordique de l'alcool. A côté de ces boissons, il y avait de la syra. Syra était un sous-produit de la bière aigre de la fabrication du skyr ou du babeurre connu sous le nom de misa. La Syra était fabriquée à partir de lait écrémé et de présure (lait caillé de l'estomac d'un veau nouveau-né). Il a été laissé à fermenter pendant au moins deux ans avant de pouvoir être servi. Comme le skyr, la syra était une boisson populaire et bon marché, mais il n'était pas considéré comme honorable de l'offrir aux invités. Les Scandinaves accordaient une grande importance à l'hospitalité. Les hôtes devaient offrir aux invités le meilleur de la nourriture et des boissons. Si l'hôte avait de la bière ou de l'hydromel dans la maison, offrir simplement une syra à un invité était une grave offense sociale. De toute évidence, il y avait bien plus dans le régime nordique et viking que le simple sanglier rôti tournant à la broche. Les représentations contemporaines des Vikings sont régulièrement des guerriers sauvages et échevelés dont le régime alimentaire et l'hygiène personnelle étaient le moindre de leurs soucis. En réalité, les Vikings s'intéressaient vivement aux deux. Les fouilles d'anciennes fortifications, de fermes et de communautés comprennent le passage au crible d'anciennes fosses à ordures et d'installations sanitaires. Celles-ci révèlent que le régime alimentaire nordique était assez varié et sans aucun doute plus sain que celui de la plupart des gens vivant de nos jours. Toute la nourriture consommée par les Scandinaves était préparée et servie fraîche. Le manque de moyens de conservation signifiait que les animaux abattus étaient consommés rapidement. Même lorsque la viande ou le poisson étaient conservés, ils étaient probablement consommés peu de temps après. Les aliments le plus souvent conservés pendant de longues périodes, comme pendant les durs mois d'hiver, étaient les céréales et les produits laitiers (comme le skyr) ou le pain. Il n'y avait pas besoin de régime particulièrement restrictif car les Scandinaves étaient assez actifs. Pour maintenir l'énergie nécessaire à un tel style de vie, la nourriture était probablement consommée en grande quantité au cours d'une séance. Comme pour tous les autres aspects de la vie des Scandinaves, la nourriture était un cadeau des dieux. C'était fait pour être apprécié. C'était encore mieux en compagnie d'amis et de famille. Même le repas le plus maigre était préparé avec la possibilité d'invités non invités apparaissant à sa porte qui auraient besoin d'hospitalité. Même le repas le plus banal serait célébré grâce à la compagnie de ceux autour de la table [Encyclopédie de l'histoire ancienne]. : Nous expédions toujours les livres dans le pays (aux États-Unis) via USPS ASSURÉ courrier des médias (« tarif du livre »). Il existe également un programme de réduction qui peut réduire les frais de port de 50% à 75% si vous achetez environ une demi-douzaine de livres ou plus (5 kilos +). Nos frais de port sont aussi raisonnables que le permettent les tarifs USPS. ACHATS SUPPLÉMENTAIRES recevez un TRÈS GRAND Votre achat sera généralement expédié dans les 48 heures suivant le paiement. Nous emballons aussi bien que n'importe qui dans l'entreprise, avec beaucoup de rembourrages et de conteneurs de protection. Le suivi international est fourni gratuitement par l'USPS pour certains pays, d'autres pays sont à un coût supplémentaire. Nous proposons le courrier prioritaire du service postal américain, le courrier recommandé et le courrier express pour les envois internationaux et nationaux, ainsi que United Parcel Service (UPS) et Federal Express (Fed-Ex). Veuillez demander un devis. Veuillez noter que pour les acheteurs internationaux, nous ferons tout notre possible pour minimiser votre responsabilité en matière de TVA et/ou de droits. Mais nous ne pouvons assumer aucune responsabilité ou obligation pour les taxes ou droits pouvant être prélevés sur votre achat par le pays de votre résidence. Si vous n'aimez pas les régimes fiscaux et douaniers imposés par votre gouvernement, veuillez vous plaindre auprès d'eux. Nous ne sommes pas en mesure d'influencer ou de modérer les régimes fiscaux/droits de votre pays. Si à la réception de l'article vous êtes déçu pour quelque raison que ce soit, je vous propose une politique de retour de 30 jours sans poser de questions. Veuillez noter qu'eBay ne rembourse PAS les frais de traitement des paiements. Même si vous achetez « accidentellement » quelque chose, puis annulez l'achat avant qu'il ne soit expédié, eBay ne remboursera pas ses frais de traitement. Si vous n'êtes pas satisfait de la politique de « remboursement sans frais » d'eBay et que nous sommes EXTRÊMEMENT mécontents, veuillez exprimer votre mécontentement en contactant eBay. Nous n'avons pas la capacité d'influencer, de modifier ou d'annuler les politiques d'eBay. À PROPOS: Avant notre retraite, nous avions l'habitude de voyager en Europe et en Asie centrale plusieurs fois par an. La plupart des articles que nous proposons proviennent d'acquisitions que nous avons faites en Europe de l'Est, en Inde et au Levant (Méditerranée orientale/Proche-Orient) au cours de ces années auprès de diverses institutions et revendeurs. Une grande partie de ce que nous générons sur Etsy, Amazon et Ebay sert à soutenir le musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg, ainsi que d'autres institutions dignes d'intérêt en Europe et en Asie liées à l'anthropologie et à l'archéologie. Bien que nous ayons une collection de pièces de monnaie anciennes qui se comptent par dizaines de milliers, nos principaux intérêts sont les bijoux et les pierres précieuses anciens. Avant notre retraite, nous nous rendions chaque année en Russie à la recherche de pierres précieuses et de bijoux anciens dans l'un des centres de production et de taille de pierres précieuses les plus prolifiques au monde, la région située entre Tcheliabinsk et Ekaterinbourg, en Russie. De tous les coins de la Sibérie, ainsi que de l'Inde, de Ceylan, de la Birmanie et du Siam, les pierres précieuses sont allées pendant des siècles à Ekaterinbourg où elles ont été taillées et incorporées dans les fabuleux bijoux pour lesquels les tsars et les familles royales d'Europe étaient célèbres. Ma femme a grandi et a fait ses études universitaires dans le sud de l'Oural en Russie, à quelques heures des montagnes de Sibérie, où alexandrite, diamant, émeraude, saphir, chrysobéryl, topaze, grenat démantoïde et bien d'autres pierres précieuses rares et précieuses sont produits. Bien qu'elles soient peut-être difficiles à trouver aux États-Unis, les pierres précieuses antiques sont généralement démontées d'anciens sertissages cassés - l'or réutilisé - les pierres précieuses sont recoupées et réinitialisées. Avant que ces magnifiques pierres précieuses antiques ne soient retaillées, nous essayons d'acquérir les meilleures d'entre elles dans leur état d'origine, antique, fini à la main - la plupart d'entre elles datant de plusieurs siècles. Nous croyons que le travail créé par ces maîtres artisans disparus depuis longtemps vaut la peine d'être protégé et préservé plutôt que de détruire cet héritage de pierres précieuses antiques en recoupant l'œuvre originale. Qu'en préservant leur travail, en un sens, nous préservons leur vie et l'héritage qu'ils ont laissé pour les temps modernes. Mieux vaut apprécier leur métier que de le détruire avec une coupe moderne. Tout le monde n'est pas d'accord - 95% ou plus des pierres précieuses antiques qui arrivent sur ces marchés sont retaillées et l'héritage du passé est perdu. Mais si vous êtes d'accord avec nous pour dire que le passé vaut la peine d'être protégé et que les vies passées et les produits de ces vies comptent encore aujourd'hui, envisagez d'acheter une pierre précieuse naturelle antique taillée à la main plutôt qu'une pierre taillée à la machine produite en série (souvent synthétique). ou "produites en laboratoire") les pierres précieuses qui dominent le marché aujourd'hui. Nous pouvons définir la plupart des pierres précieuses antiques que vous achetez chez nous dans votre choix de styles et de métaux allant des bagues aux pendentifs en passant par les boucles d'oreilles et les bracelets ; en argent sterling, or massif 14 carats et remplissage en or 14 carats. Nous serions heureux de vous fournir un certificat/garantie d'authenticité pour tout article que vous achetez chez nous. Je répondrai toujours à chaque demande, que ce soit par e-mail ou par message eBay, alors n'hésitez pas à écrire. AVIS: Concis et bien écrit. Bien que destiné aux passionnés d'histoire comme les autres titres « Objects in Focus », plutôt qu'aux universitaires, ce volume mince contient une quantité surprenante de détails. Le livre détaille le contexte plus large de cet incroyable trésor d'argent viking trouvé près de Harrogate, probablement enterré pendant le règne mouvementé d'Athelstan. Les photos d'accompagnement permettent aux lecteurs un niveau de détail de musée, et il contient également des camées photo d'autres trésors célèbres du BM tels que le Cuerdale Hoard. Il explique ensuite les systèmes et l'importance de la richesse en argent à l'époque viking tout en explorant des éléments importants du trésor, où un récit se développe. Il n'est pas difficile d'imaginer un raider viking pourrissant Condition: Brand New, Éditeur: Musée britannique (2010), Longueur: 48 pages, Dimensions: 20.3x129cm; 0.2kg, Format: Ample broché, Brand: - Sans marque/Générique -

PicClick Insights - Vale De York Anglo-Saxon Viking Trésor Hoard Scandinavie Russe Bijoux Pièces PicClick Exclusive

  •  Popularity - 0 watchers, 0.0 new watchers per day, 199 days for sale on eBay. 0 sold, 1 available.
  •  Best Price -
  •  Seller - 5,288+ items sold. 0% negative feedback. Great seller with very good positive feedback and over 50 ratings.

People Also Loved PicClick Exclusive